Le Zouave… noétomalalien !

En ce jour du 3 juin 2016, la Seine continue encore à monter. Les services s’affairent à isoler les RER et les métros afin de réduire les dégâts le plus possible. La crue de 1910 est dans tous les esprits, avec la fameuse photo du zouave du pont de l’Alma. Le Zouave du Pont de l'Alma au plus fort de la crue (ELD 1924)

De nos jours, de cette statue, et de son nom, « le Zouave », on se contente d’épeler avec nos doigts « Z-O-U-A-V-E » tant que son signe avait été oublié des jeunes générations. Ainsi, on pensait qu’à l’époque, en 1910, on ferait pareil.

Or, en lisant un vieux dictionnaire du noétomalalien daté de 1875, cinq années avant le fameux congrès de Milan qui préconise l’abolition de cette langue des écoles, quelle fut ma surprise en voyant ce fameux signe.

Ainsi, les Sourds de 1910 pourraient dire, avec ce signe : « Zouave, eau presque au menton ». Ce signe semble avoir été oublié de nos jours, sauf de ceux qui sont nés avant 1960. De nombreux Sourds âgés de Paris ont confirmé ainsi.

Quel est donc ce signe ? Le voici donc ! Zouave noétomalalienIl décrit clairement la tenue de ce militaire. En premier lieu, il fait signe de la coiffe, où l’on trace une sorte de béret rond, et ensuite, le signe « militaire, soldat ».

De nos jours, ce signe est resté plus ou moins proche, avec un mouvement plus fluide, dont les deux signes composés se sont fondus en un seul.

Ce qui est intéressant, c’est que les nouvelles générations ont totalement ignoré ce signe, qui se trouve dans un dictionnaire de 1875. Or, ce dictionnaire est consultable directement ici, sur le fameux site Gallica !

Cela démontre l’importance d’une recherche attentive dans la grand catalogue de la BNF où de pareils trésors pourraient s’y trouver.

Donc, en conclusion de ce très court billet, voici donc ce que dirait un sourd de 1910. Néanmoins, inversons un peu les choses, c’est à vous de décoder ceci, avec les dictionnaires du XIXe siècle (Pélissier, et Clamaron) ou même, ceux de nos jours si vous en avez !

A vous de comprendre !

A très bientôt ! Et espérons que l’eau ne sera pas trop haute qu’elle ne l’est déjà !

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

A Guy

J’ai senti qu’il est nécessaire que je fasse un billet sur l’un des plus grands piliers de la communauté sourde.

Il est décédé hier, au moment où j’écris ce billet, le 21 février 2016 après avoir vécu 72 années sur notre planète. Il s’agit, comme vous l’avez deviné, de Guy Bouchauveau qui a été à l’origine de plusieurs évolutions voire même de révolutions au sein de la communauté sourde. Mais aussi au sein de la société française ET mondiale, si je l’ose dire !

Ainsi, au moment de sa naissance, la communauté semble être en plein déclin. Plusieurs des grandes personnalités qui ont mis en avant l’importance du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds, et dans la vie au quotidien, ont disparu durant la guerre, de vieillesse. Entre 1945 et 1955, la communauté sourde semblait être un navire sans gouvernail, sans objectifs, ni leaders.

A cette époque, justement, Rubens-Alcais était encore en vie, mais il était trop isolé, et discrédité à cause de ses ennuis financiers et de sa position très pro-noétomalalienne ce qui était mal vu à cette époque. Par conséquent, revendiquer cette position risque d’être mis au ban de la communauté, c’est ce qui est arrivé à Rubens-Alcais, en dépit de son apport au niveau associatif.

Guy entra à Saint-Jacques (l’institution des sourds située rue Saint-Jacques à Paris), et il y découvrira une forme de discrimination cruelle contre laquelle il se buta. Refusant de parler, pour laquelle il s’estimait incapable, et surtout inutile, il en rajouta par une capacité noétomalalienne incroyable : il faisait rire toute sa classe avec son humour si typique, si particulier à laquelle il est reconnu internationalement !

La chape de plomb (1955-1970)

Or, en 1955-1965, le fait d’employer une noétomalalie humoristique si iconique, si visuelle est une forme de rejet, de refus de la « norme », de « ce qu’il faut faire comme il faut ». A son insu, Guy était un militant avant l’heure, mettant en avant sa différence, sa particularité. Mais, la chape de plomb qui pesait sur les jeunes sourds de cette époque était si lourde que personne n’osait réellement la lever. D’autant que les vieux sourds, ceux qui ont été jeunes dans les années 1870-1900 n’existaient plus.

Dans les années 1960, la direction de la communauté sourde s’incarnait en deux personnalités : Suzanne Lavaud et André de Saint-Antoinin. Ces deux personnalités représentent la ligne associative sourde de cette époque, où la priorité est donné à : éducation orale avant tout. De plus, les associations qui incarnaient la ligne adverse disparaissaient les unes et les autres, absorbées par la nouvelle association nationale, la Confédération Nationale des Sourds de France.

La mort de Rubens-Alcais, en 1963 marque la fin finale de la résistance commencée dans les années 1870 contre la politique éducative oraliste. Ainsi, cette politique éducative dispose d’un grand boulevard pour imposer de nouvelles méthodes, encouragée en ceci par Saint-Antonin, tout particulièrement : intégration scolaire, éducation orthophonique.  De son côté, Saint-Antonin maintenait une chape de plomb, où il semble faire étouffer toute volonté de pensée indépendante.

C’est dans ce contexte que Guy passa sa jeunesse et sa jeune vie d’adulte entre 1965 et 1975. Le grand changement fondamental réside dans l’intérêt de Mottez sur la communauté sourde. La raison de cet intérêt fera l’objet d’un autre billet. Mais, « cela entraîne un fort coup de projecteur sur la communauté sourde, au point d’aveugler certains ».

Le militant

Ce coup de projecteur a permis de faire diluer la chape de plomb, et donc de libérer certaines personnalités de cette communauté dont Guy. De plus, sa rencontre avec Cuxac, et ses voyages à Gallaudet entre 1977 et 1979 ont fini de faire forger son armure de chevalier noétomalalien.

C’est à partir de 1979 qu’il a dégainé ses sulfateuses (dixit lui-même, à un entretien avec moi en 2011) pour abattre les préjugés, les refus, et surtout de la mauvaise image du sourd noétomalalien. Sa contribution au développement de l’IVT, puis, et essentiellement, de l’Académie de la Langue des Signes Française a été si cruciale qu’il a mis en place les base de l’enseignement du noétomalalien en France !

Il faudrait plusieurs volumes pour expliquer ce qu’il a réalisé au cours des années 1980, mais, de mon point de vue, son apport a été si central, si crucial que sans lui, le Réveil Sourd aurait pris un virage différent !

Son poids, sa volonté d’aller directement à l’essence des choses, et surtout son objectif : mettre fin aux préjugés et aux discrimination, font qu’il a été l’un des rouages essentiels de la communauté sourde. Son implication est très visible dans les plus grands débats du Réveil Sourd : Bilinguisme, implants cochléaires, accessibilité, égalité sociale. Il a servi de modèle aux nouvelles générations militantes, et sa disparition laisse un vide énorme par sa grande honnêteté intellectuelle dont les autres ne disposent pas…

Le guide-conférencier

C’est à partir de 1986 que sa carrière prend une nouvelle orientation. Au cours des réunions où l’on discutait de la fondation d’un nouveau musée, la Cité des Sciences et de l’Industrie, où était présent Guy, les discussions s’orientent sur la notion de l’accessibilité à l’handicap. Guy a sauté sur l’occasion en exigeant la présence d’un référent sourd dans l’équipe. Cette exigence a ouvert la voie d’un nouveau métier pour les Sourds : guide-conférencier.

Guy conférencier (Source : Yanous.com)

Guy conférencier (Source : Yanous.com)

Son rôle a été si important, si central, que son poste a servi de référence, de base à d’autres musées pour mettre en place la fonction du référent sourd. Ainsi, le fait que nous ayons pu visiter nombre de musées, et donc de pouvoir accéder à la culture, c’est grâce à Guy !

Durant l’année où je travaillais avec lui entre 2001 et 2002, il n’a jamais cessé d’insister sur la notion de la vulgarisation, de l’importance de s’adapter au public, et donc de discuter avec le public pour pouvoir évaluer le niveau général. C’est pourquoi tout conférencier sourd prend son temps dans les discussions afin de justement s’adapter au mieux à ce public. C’est l’une des contributions importantes.

J’ai été aussi très impressionné par sa capacité intellectuelle d’aller au-delà du français écrit. Il a su surpasser ses limites pour apporter à sa fonction toute sa noblesse : la vulgarisation des savoirs.

L’artiste humoristique

La facette la plus connue de Guy, celle que l’on voit dans toutes ses vidéos, c’est celui de l’humoriste au style si particulier, si visuel que le seul équivalent entendant est Charlie Chaplin, et encore, la comparaison est faible. Ainsi, le style de Guy toute autour de la description en mouvement des gestes les plus quotidiens, les plus usuels, et d’apporter sa dimension humoristique. Il a un regard si typique qu’il ne cesse de m’étonner, moi, un Sourd ! Les mots deviennent trop faibles pour pouvoir expliquer ce qu’il peut faire. Seule une vidéo peut le faire, donc en voici un exemple.

Comme vous le voyez, le style de Guy est si unique, si élaboré qu’il est irremplaçable. Il m’est clair que son style a servi d’exemples à d’autres styles du théatre sourd, comme le VV. Il a été le creuset, le catalyseur du mouvement artistique sourd purement visuel !

Conclusion

Il s’agit d’un billet d’hommage. J’espère juste que Guy sera ravi ce que j’ai écrit. Je peux dire qu’il a rejoint le panthéon des grandes personnalités de la communauté sourde, et de l’Humanité : Ferdinand Berthier, Henri Gaillard, Eugène Graff, et maintenant Guy Bouchauveau.

Que son parcours nous serve d’exemple aux générations futures !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Sourds et le monde politique

Aujourd’hui, le 27 janvier a eu lieu la prise de serment au parlement espagnol.

Le leader de Podemos, Pablo Inglesia, a prêté serment en espagnol, et en noétomalalien espagnol ! Cela m’a étonné, puisque rien ne le contraint à le faire. C’est sans savoir que parmi les Podemos élus compte une sourde. Cette dernière, enseignante en langue des signes, a été élue sénatrice de la région de Valence, et elle vient de prêter serment au sénat espagnol.

Pila Lima (Source : Podemos)

Pilar Lima (Source : Podemos)

A ma connaissance, et j’espère que les historiens espagnols spécialisés dans l’histoire des Sourds ajouteront leur précision, cela n’a jamais été fait auparavant, et c’est donc une première en Espagne. Cela apporte un vent nouveau dans le monde politique si monolithique.

Cependant, ce n’est pas une première européenne. Un autre Sourd a été élu député européen, il s’agit d’Adam Kosa, Sourd hongrois. On voit ici sa première intervention dans le parlement européen, en 2009. Il a été réélu en 2015. On peut lire ici un interview sur son parcours.

 

Dr. Ádám Kósa – Deaf MEP addresses European Union Parliament from Alison B on Vimeo.

[Mise-à-Jour, suite aux dernières informations fournies par une lectrice, Christelle Balard] Deux autres députés Sourds ont également été élus dans leurs pays respectifs : Gergely Tapolczai au parlement hongrois (élu en 2010, et réelu en 2014), et Helga Stevens, élue au parlement flamand, en Belgique.

Or, ce n’est pas une première mondiale, avant lui, un canadien a été élu député, Gary Malkowski, au parlement d’Ontario en 1990. Il a été le sujet d’un reportage par l’émission l’Oeil et la Main.

Est-ce que c’est tout ? Il faudrait organiser un séminaire de recherche afin de récolter les informations historiques sur les Sourds ayant participé au monde politique, pour que l’on ait un aperçu de la situation. Cependant, il semble certain que c’est un phénomène qui va en s’accroissant depuis une dizaine d’années. Je fais mention ici des Sourds élus députés, aux premiers rangs de la vie politique. En France, il y a eu un assistant parlementaire Jeremy Boroy, et un suppléant à l’Assemblée Nationale, actuellement en poste, Raphaël Bouton.

Au niveau historique, la première tentative archivée d’une réelle participation à la vie politique de la part des Sourds semble être celui de Ferdinand Berthier, aux élections de 1848. Cette première tentative ne s’est pas concrétisée, mais cela a entraîné à une participation à la vie municipale de nombreux Sourds, à la Belle Epoque, et depuis une trentaine d’années.

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS - tous droits réservés)

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS – tous droits réservés)

Ainsi, on constate une augmentation régulière de la présence des Sourds dans la vie politique. Quels ont été les éléments facilitateurs de ce phénomène ? J’en vois deux : l’accès aux interprètes, et à la qualité de travail de ces interprètes. L’accent mis sur la qualité de formation, et donc, de la compétence bilingue noétomalalien-langue orale, fait que les candidats Sourds ont plus de facilité à convaincre (avec un travail de préparation au préalable).

Et d’autre part, un troisième élément doit être aussi pris en compte. Je sais clairement que cela déclencherait une polémique, et ceci n’est pas mon intention. Il s’agit de l’accès aux études. Ainsi, on peut remarquer que plus de Sourds ont accès aux études supérieures (que ce soit universitaires ou non), et qu’ils ont plus de moyens intellectuels pour avoir l’audace de candidater aux élections. Le fait que des Sourds noétomalaliens incite également à la question de la place du noétomalalien dans l’éducation de l’enfant Sourd, et donc, encore, du renforcement intellectuel de l’enfant Sourd grâce au noétomalalien.

En tout cas, il y a matière à réflexion sur l’histoire de la participation politique des Sourds.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le militaire sourd le plus médaillé de l’Histoire : Paul Bruckel

La panthéonisation de quatre personnalités de la République m’a donné l’occasion de présenter une personnalité de la communauté sourde qui a fait l’objet d’une cérémonie d’hommage de la part de l’association des Sourds du Finistère.

Paul Burckel (source : Amicale des Sourds du Finistère, association fondée par Burckel)

Paul Burckel (source : Amicale des Sourds du Finistère, association fondée par Burckel)

Un hommage à Paul Burckel a eu lieu le 3 mai 2015 a eu lieu lors du centenaire de Paul Bruckel. Ce dernier, originaire de Brest, a eu un parcours assez singulier, voire courageux. En effet, sourd de naissance à ce qui me semble, ce brestois de naissance s’est engagé dans les Forces Françaises Libres dès 1940, et a contribué à la libération de la France au sien de la flotte maritime des FFL.

Un reportage sur Websourd et sur l’Oeil et la Main lui ont été consacrés. Le week-end du 1er mai 2015 a été aussi l’occasion de rappeler le parcours de ce personnage singulier. A plusieurs reprises, la presse a consacré des articles dont en voici un aperçu :

Le Télégramme : Vibrant hommage à Paul Burckel (13 juin 2011)
L’histoire exceptionnelle de Paul Burckel, l’héros sourd (22 avril 2006)

L’Humanité : Sourds en guerre ( 14 mai 2005) à l’occasion d’un reportage de l’Oeil et la Main sur les sourds participant aux actions de résistance entre 1940 et 1945.

Ce qui fait relier les panthéonisés et Paul Burckel, c’est justement le refus de la fatalité, face à ce qui a semblé être irrémédiable. Or, Burckel représente doublement ce refus par le fait qu’il soit sourd. Ce rejet d’être en retrait de l’Histoire, et d’une volonté de surpasser les limitations ont réuni la plupart des Sourds résistants. Bien plus nombreux que l’on pense, ces résistants d’un genre particulier ont plus ou moins contribué au rejet de l’intolérance. Ce court billet est donc l’occasion de faire connaître un parcours unique durant la guerre de 1939-1945, et rendre hommage aux résistants Sourds dont les noms ont été oubliés pour la plupart. Cela nous fait rendre conscience de la nécessité de recueillir les témoignages, et de constituer un corpus historique de la communauté sourde.

Paul Burckel est d’autant plus singulier qu’il a été le fondateur de l’Association des Sourds du Finistère (ASF) après la guerre. Il a pris conscience de l’absence d’une association représentative des sourds du département, et surtout de sa nécessité afin de permettre aux Sourds de pouvoir se constituer. Effectivement, historiquement, il n’avait jamais existé d’association des Sourds à Brest, seules celles de Bretagne sont situées à Nantes, Rennes et Saint-Brieuc. Ainsi, l’ASF représente une nouvelle étape dans le combat de Burckel pour l’égalité sociale des Sourds. On peut remarquer que le combat militant de Burckel s’est faite sur deux étapes : la lutte contre l’oppression, puis lutte en faveur de l’égalité sociale.

Il reste nécessaire de réaliser un article complet sur le parcours de ce personnage singulier qui a toute sa place dans l’Histoire des Sourds, comme bien d’autres personnages historiques méconnus.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sourd-muet au théâtre

« Un sourd-muet au théâtre cela semblera chose extraordinaire. C’est pourtant un fait de la vie. Il n’est pas rare que l’on rencontre dans tous les lieux de spectacles des Silencieux. Ici c’est le prestige de la féerie, là l’imprévu du cirque, ailleurs la curiosité du décor et du costume, la troublante des mouvements féminins, l’attirance de la danse, et souvent ce stimulant de la devination qu’est le jeu de l’acteur lorsque sa déclamation ou son chant s’éclaire de l’enveloppent superbe du geste et de l’expression intelligente de la physionomie. Toute cette joie des yeux fait donc venir le Sourd-Muet. Les pièces les plus discutées gagneraient donc à être soumises en dernier appel à son jugement. Nous irons voir et étudier dans les théâtres et les concerts chaque fois que leurs directeurs voudront bien faire le service de deux places au moins. 

Mais ce qui méritera le plus notre attention, c’est le théâtre dans un fauteuil, c’est le théâtre lu, le théâtre écrit : comédie, tragédie, drame. C’est là que nous vivrons le mieux avec les personnages. C’est là que nous comprendrons en ses plus insaisissables nuances la pensée de l’auteur, l’idée maîtresse de son oeuvre, et si elle nous émeut, perce que vivante, humaine et martelée de langue belle et vraie, nous le dirons en toute franchise. 

Qu’on nous envie donc le théâtre imprimé. »

Henri Gaillard, Le Jugement du Silence, « Sourd-Muet au théâtre »,
Paris, Edition de la « République de Demain », 1899, pp 35-38

Que signifie donc cet article tiré de l’ouvrage de Henri Gaillard, consultable sur Gallica ? (Ouvrage à lire ici)

Tout d’abord, l’ouvrage en question est un recueil de réflexions et d’observation d’un Sourd sur la situation politique, sociale et culturelle de la France de la Belle Epoque. On y remarque les orientation de Henri Gaillard qui est à la fois Dreyfusard, Républicain, moderne, féministe, etc… On constate également la position d’un Sourd, d’un regard fortement visuel où le mouvement des orateurs, des comédiens, de la scène publique est plus décrite, alors que d’autres auteurs se contenteraient d’expliquer les propos. On comprend mieux, à la lecture de cet ouvrage, le titre en question Le Jugement du Silence qui est une analyse d’un Silencieux en 1899, à un moment où la Belle Epoque se trouve au sommet, avec l’exposition universelle prévue en 1900, et où la IIIe République se trouve à l’aune de sa gloire.

Or, l’article tirée ici montre toute la volonté d’un Silencieux de participer à la vie culturelle parisienne, et même de contribuer à cette vie culturelle. Il est intéressant de voir que l’importance est portée sur le regard, sur l’observation visuelle, sur l’émotion de l’image, sur le mouvement visible. Ce texte est une marque de volonté de la part de Henri Gaillard de faire participer les Sourds, souvent exclus de la scène culturelle parisienne, à cette vie, et ainsi, de faire contribuer leur spécificité à la société française.

Qu’est-ce donc leur spécificité ? Il s’agit avant tout du regard, de l’observation, de la vue. Par conséquent, il est intéressant de voir que la société de la Belle Epoque est une société nettement orientée sur l’audition, sur l’ouïe et la parole, et donc, Gaillard souhaite ajouter un zeste de la vue afin de la rendre plus accessible aux Sourds.

Mais surtout, dans le dernier paragraphe, c’est une demande d’accessibilité, afin de pouvoir participer à la crème de la crème du théâtre parisien, celui d’assister aux plus grandes représentations théâtrales, comme celles de la Comédie Française, entre autres. C’est celui où le Sourd amateur du théâtre et du roman puisse s’émouvoir de plain-pied avec l’entendant.

C’est une demande d’accessibilité et d’égalité face à la culture que l’on assiste, avec ce texte, vieux de 116 ans !

Or, ce texte fait suite à un long combat en faveur de la participation des Sourds dans le monde de la culture, avec le comité des Sourds-Muets mimes, mis en place en 1893, afin d’inciter les metteurs en scène d’engager des comédiens Sourds au lieu des entendants, dans leurs représentations, pour jouer des personnages Sourds.

Pour finir, en voici une photographie d’une pièce de théâtre de 1912, mise en scène lors du bicentenaire de l’abbé de l’Epée, et tirée de l’ouvrage Compte-rendu des fêtes du Bicentenaire de l’abbé de l’Epée, édité par Henri Gaillard.

géné

Représentation noétomalaliée (Source : Compte-rendu des fêtes du bicentenaire de l’abbé de l’Epée, 1912)

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une nouvelle période

En 1893, de Paris vers Versailles, lors de la fête en honneur de l'abbé de l'Epée (Journal des Sourds-Muets, novembre 1893)

En 1893, de Paris vers Versailles, lors de la fête en honneur de l’abbé de l’Epée (Journal des Sourds-Muets, novembre 1893)

 

 

J’ai décidé de présenter le texte de ma soutenance, dans ce carnet, puisqu’il s’inscrit justement dans la droite ligne des différentes réflexions que l’on retrouve au fil des billets, depuis l’ouverture de ce carnet. Il marque également une nouvelle étape dans l’histoire de ce carnet, et celui des Etudes Sourdes.

 

 

Ma thèse a été soutenue le 10 décembre dernier, face à un jury composé de :

Philippe BOUTRY, professeur des universités – Panthéon Sorbonne Paris 1 (Rapporteur)
Jean GARRIGUES, professeur des universités – Université d’Orléans
Gabrielle HOUBRE, maîtresse des conférences (HDR) – Paris Diderot Paris 7 (Rapporteure)
Gerard JORLAND, directeur d’études – EHESS (Directeur de thèse)
Didier SÉGUILLON, maître de conférences – Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Sans plus attendre, voici le texte, dont, comme la tradition le dit, « le prononcé noétomalalié fait foi. »

Contribution de Laurent Lemesle (Sourd)

Contribution de Laurent Lemesle (Sourd)

 

10 décembre 2014

Monsieur le président,

Madame, messieurs les membres du Jury,

Avant de commencer l’exposé de ma soutenance, je tiens à remercier Monsieur Gérard Jorland d’avoir accepté de conduire ma thèse durant ces quatre années. Ses remarques vues de l’extérieur m’ont permis justement de prendre du recul nécessaire. Je remercie également les membres de ce jury d’avoir apporté un intérêt à ce travail de recherche un peu particulier.

1 – Les origines de la thèse

Comme dit le récent nobelisé de la littérature, Patrick Modiano, lors de son discours à Stockholm dont je cite : « certains épisodes  de mon enfance ont servi de matrice à mes livres, plus tard. », cette thèse se repose justement sur une partie de mon enfance, où mon grand-père, Pierre Cantin, né en 1904, sourd également, me contait certains épisodes de son enfance, et de sa vie de Sourd, à Paris au XXe siècle. Ses anecdotes d’enfance, durant la fin de la Belle Epoque, et de la guerre de 1914-1918 ont servi de base de recherche, et de réflexion. Il explique surtout mon intérêt tout particulier à la réflexion contenue dans la seconde partie de cette thèse.

Je tiens à partager une de ses anecdotes qui illustre justement la place du sourd à la Belle Epoque. Pierre Cantin avait des parents concierges. Sa mère lui a demandé de nettoyer les marches de l’escalier commun de l’immeuble. En faisant cela, il reçoit le pourboire de la part des locataires, touchés, et dès qu’il redescend, les poches pleines de pièces de monnaie qui font un bruit à mesure qu’il marche. Sa mère entend les bruits de pièces, et les réclame. Dépité par cette réclamation, mon grand-père, après avoir terminé le nettoyage de l’escalier et recueilli les pourboires, se décide de serrer les pièces dans un mouchoir pour qu’ils ne fassent pas de bruit. Ainsi, les semaines suivantes, il a pu recueillir une certaine somme pour pouvoir s’acheter des friandises, à l’insu de sa mère.

Cette histoire illustre la place du sourd, à l’opposé de ce que dressent souvent les médecins de l’époque : un être incapable de décisions. Pour les sourds, la surdité n’est pas un problème médical ; ma recherche est l’étude d’une minorité, qui est également une communauté, donc une étude des mentalités. Cette opposition entre une vie au quotidien fait de débrouillardise, de bonheur et de malheur, et surtout de la fierté d’utiliser la langue des signes. En effet, mon grand-père n’a jamais renoncé à utiliser cette langue, y compris à l’école.

Ce point paradoxal, à une époque où cette langue est bannie des écoles, et dont la situation des années 1880-1980 est présentée par nombre de militants défenseurs de la langue des signes comme une période sombre, triste, dramatique. Cette tendance à la dramatisation, je l’ai découverte au cours des années 1990, à un moment où l’histoire des sourds commence à émerger en France. Cette découverte de deux points de vue totalement opposés entre les anecdotes de mon grand-père qui montrent une adaptation à la vie, de ses contraintes, et « la période sombre » faite de malheurs présentée par les militants a été le point de départ de la réflexion sur la place des sourds à la Belle Epoque.

2 – Les « Ages sombres »

Je n’ai pu m’empêcher de comparer les mythes entourant le congrès de Milan à la chute de l’Empire Romain. En effet, la Renaissance suit le Moyen-Age, et pour les penseurs de la Renaissance, le Moyen-Age représente une période sombre qui disparaît dans la lumière de la Renaissance. Cette interprétation se retrouve également au sein de la communauté sourde où justement, la période qui a suivi le congrès de Milan, en 1880, est souvent considérée comme une période sombre. Un grand nombre de militants, pour ne pas dire tous, usent des termes comme « sombre, triste, déclin, oppression ».

Ces termes se retrouvent dans les écrits des penseurs de la Renaissance, et des périodes postérieures qui considèrent le Moyen-Age en ces termes. La naissance du terme « Gothique » se repose sur l’esprit dit barbare, des Goths. Or, pour les penseurs de la Renaissance, les Goths représentent ceux qui ont mis à bas la pensée Antique, la pensée par excellence de la civilisation. Donc, pour les militants sourds, cette analogie se retrouve, et est de plus renforcée par l’origine géographique de la méthode orale pure adoptée à Milan. Ainsi, pour les militants Sourds de la Belle Epoque, la méthode orale est une méthode barbare, gothique, issue des contrées barbares de l’Allemagne. Car le sentiment d’appartenir à la communauté sourde ne transcende pas le sentiment d’appartenance nationale : même si les sourds de pays étrangers se sentent proches les uns des autres de par leur vécu commun, le patriotisme l’emporte tout de même sur la communauté, comme c’est le cas aussi, par exemple, pour les communautés religieuses. Et ensuite, de nos jours, encore, le caractère considéré comme barbare, non civilisé, de l’oralisme est ainsi vu par de nombreux militants du Réveil Sourd. Par conséquent, la recherche historique est fortement influencée par cette interprétation de la période des années 1880-1970, soit un siècle, qui est vu comme le « siècle sombre ».

Cette relation entre les deux mythes est assez frappante pour que cela m’incite à en savoir plus derrière. En premier lieu, je me suis attaché à clarifier la confusion entourant le caractère de la « chute » de la langue des signes. Est-il brutal ou pas ? Est-ce que les protagonistes de l’époque en avaient-ils conscience ou pas ? Les réponses à ces questions me semblent peu satisfaisantes puisqu’ils n’expliquent pas pourquoi les associations sourdes ont été passives en apparence face à la « marche inéluctable de l’oralisme », que certains dressent comme une « invasion barbare ». Ce portrait-robot de l’époque me semble de plus en plus dérangeante puisqu’il contredit justement mes anecdotes de mon grand-père.

Comment concilier ces deux positions ? C’est le point de naissance de ma thèse, en 2004, avec le mémoire de maîtrise dont le sujet porte justement sur la communauté sourde de la Belle Epoque. Mais, cette étude, à l’époque, reste fortement superficielle, et est loin d’être satisfaisante, comportant même certaines erreurs.

3 – Rendre visible l’invisible

Ce qui m’a incité à aller plus loin, c’est la parution de nouvelles recherches au cours des années 2005-2009, par Anne T. Quatararo, François Buton, et surtout de Florence Encrevé. Ces recherches m’ont permis d’avoir de nouvelles perspectives. Ensuite, ce qui me frappe, c’est justement l’absence de recherches portant sur l’aspect pourtant crucial de la vie au quotidien. Le développement des recherches de la micro-histoire, de l’histoire sociale au cours des années 2000, de la généalogie, de la mise en ligne des archives départementales, de la bibliothèque numérique Gallica, et des ouvrages numérisés sur Google Books m’ont permis d’envisager de nouvelles méthodes de recherches et d’accès.

Ce qui semble impossible en 2004 l’est devenu en 2010 grâce à la technologie, par ce biais, j’ai pu avoir accès aux études historiques réalisées aux Etats-Unis, plus particulièrement par Joseph Murray qui s’est intéressé sur l’histoire sociale et de la situation des sourds immigrants aux Etats-Unis. Ainsi, ma recherche s’inscrit dans cette tendance de l’histoire sociale s’intéressant à la question de la vie au quotidien. Il vient en complément de la recherche faite par Florence Encrevé sur l’idée de progrès qui est une perception de l’extérieur. Ce que j’essaie de faire, c’est justement d’apporter une réflexion vue de l’intérieur, de cette perspective qui est propre aux Sourds, ce qui m’a amené à réfléchir sur la définition et de l’existence même de la communauté sourde.

En commençant cette réflexion, je suis confronté à l’absence de réflexion sur la définition même de la communauté sourde. Comment concilier deux notions antagonistes ? Comment comprendre qu’un groupe de personnes handicapées puisse constituer une communauté ? Face à l’absence d’une réflexion d’ensemble, cohérente, où les études sur la communauté sourde concernent sur tel ou tel point, il m’a fallu constituer tel un puzzle avec des pièces incomplètes, manquantes, voire incompatibles les unes des autres. Ce qui m’a aidé, c’est justement cette réflexions sur les communautés dites « premières » de Wangley et Harris qui m’a apporté un moyen de trouver une clé.

Avec cela, cela m’a permis de pouvoir trouver une structure générale de la thèse. En effet, disposer d’une grille de lecture claire et cohérente m’a permis de pouvoir avancer dans cette réflexion, et donc de ne pas m’engager dans le noir, tel qu’un engin sous-marin au fond des abysse avec pour seuls projecteurs éclairant à peine un mètre devant soi. Les séminaires de Gérard Jorland sur la notion du visible, et de rendre visible l’invisible au cours de l’histoire m’a permis de pouvoir structurer la thèse de cette façon entre la communauté visible autour des association, de la presse et des artistes sourds, manifestations les plus visible de ce groupe de personnes, et la communauté invisible sur l’emploi et sur la familles, essences de la vie privée.

Je me rappelle tout particulièrement où au Moyen-Age, les tentatives de représenter l’invisible, avec les exemples des écorchés des bâtiments, et les peintures de l’artiste Giotto. Ces tentatives m’ont permis de pouvoir analyser l’invisible de la communauté sourde au travers des informations disponibles m’ont permis de pouvoir entre-ouvrir la porte sur la vie privée des Sourds de la Belle Epoque. Ces travaux portent sur un champ historique nouveau, autre que le traditionnel histoire des sourds en milieu institutionnel et scolaire. Ces nouvelles recherches m’ont permis d’envisager à nouveau une recherche historique sur la communauté sourde de la Belle Epoque, portant sur un champ entièrement nouveau en France, celui de l’histoire sociale, et de rechercher de nouveaux lieux d’archives, autre que celui de l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, le lieu par excellence des archives de la communauté sourde.

Or, comment trouver des sources manuscrites, des registres si aucun référencement, aucun registre qui centralise n’existe ? Grâce à un réseau d’informateurs que le travail sur la seconde partie de la thèse a pu être faite. Je remercie Dominique Soucarre à Reims pour le registre des associations, et l’équipe de la bibliothèque historique de l’INJS, dont mon épouse fait partie de m’avoir signalé l’existence des registres des membres des banquets, et de l’Association amicale des sourds-muets de la Seine. Ce réseau a été également précieux dans le fait que certains se sont manifestés pour m’ouvrir leurs archives privées, contribuant ainsi à l’avancée de cette recherche. L’exploitation de ces archives privées a cependant demandé beaucoup de temps, c’est ce qui explique que je n’ai pas pu davantage utiliser des sources plus classiques, plus traditionnelles en histoire, comme celles des Archives nationales par exemple. Toutefois, il me semble que mes sources particulières m’ont permis de bien cerner l’invisible de la communauté sourde, ce que ne m’auraient pas permis les sources plus traditionnelles.

Les informations retrouvées au sein des registres, et de la statistique générale de la France ont ainsi permis de mieux comprendre les informations contenues dans les ouvrages et la presse Sourde. Ce qui a été pris pour une évidence devient, à la lumière nouvelle de ces informations comme une exception. Je pense tout particulèrement au mariage sourd qui est en fait l’exception, et un voeu militant par rapport à une norme sociale. D’autre part, il y a également un biais dont je viens de comprendre l’impact.

Cet nouvel éclairage ouvre de nouvelles perspectives d’analyses des écrits Sourds, plus particulièrement ceux de Henri Gaillard, et de son mentor, Ferdinand Berthier. En effet, à la lumière des données retrouvées dans la Statistiques Générale de la France, la lecture des textes Sourds s’est progressivement évoluée, et cette évolution apporte de nouvelles nuances en ce qui concerne la situation réelle de la communauté sourde.

Ce qui en résulte, de cette recherche, c’est une nouvelle vision de la communauté sourde française avec de grandes différences entre le département de la Seine, très influente et les autres communautés locales, structurées autour des principaux centres urbains. Au sein de cette communauté se constitue une sorte d’hiérarchie qui est à mettre en relation avec l’hiérarchie sociale traditionnelle et celle de la maîtrise du français écrit, clé de l’émancipation sociale du sourd. Plus on maîtrise l’écrit, plus on est émancipé, et plus on s’élève dans la société Sourde. Or, la Belle Epoque voit cette organisation ébranlée et on constate une évolution progressive vers la maîtrise du parler comme l’élément central de l’hiérarchie de la communauté.

Mais, dans le domaine historique, comment concilier les travaux portant sur la communauté sourde de la seconde moitié du XXe siècle avec un contexte spécifique de la Belle Epoque ? Ainsi, les critères de Wagley-Harris m’ont permis de pouvoir construire un début de réflexion et de méthodes pour analyser, avec les données disponibles, la situation des sourds de la Belle Epoque, et de comprendre au travers de leurs écrits, et de leurs argumentations. Le principal fil rouge de cette recherche est de comprendre les évolutions de la place de la langue des signes au sein de cette communauté, de comprendre comment elle est passé d’une langue vitale, précieuse en 1830 à un « ensemble de gestes » dénigrée en 1950 ?

4 – Les surprises de la recherche

Grâce à ce réseau d’informateurs, j’ai pu avoir accès à des archives inédites qui ont orienté ma réflexion dans la seconde partie de cette thèse a pu se faire, en ce qui concerne le travail et la vie au sein des familles. Je dois dire que j’ai commencé par ce que je connais : ma famille. Avec ce que je connais, j’ai pu établir des comparaisons et des évolutions durant le XXe siècle, ce qui fait que j’ai été grandement surpris quand j’ai analysé les données de la Statistique Générale de la France de 1901 et de 1911, où une grande majorité serait célibataire. Je regrette le manque de détail, au niveau des catégories d’âge du taux de célibat, mais, les chiffres présentés dans cette thèse a été ma plus grande surprise, ce qui a fait évoluer ma réflexion vers une nouvelle voie non prévue au départ.

Ces résultats m’ont grandement surpris, plus particulièrement sur trois points : la complexité des relations associatives où l’on remarque des liens sur plusieurs niveaux qui lient les protagonistes de premier rang. Ces relations complexes expliquent en grande partie les difficultés rencontrées par les militants sourds de la Belle Epoque à préserver leur langue. Et d’autre part, l’extrême minorité de cette « élite » instruite, mariée, et militante. La grande masse des sourds présente un visage assez différent. Cette conclusion m’est surprenante puisque justement, cette différence entre une « élite » et la grande masse ne semble pas se constater dans les travaux de Mottez et de Delaporte sur lesquels je m’appuie. Cela préfigure des transformations bien plus profondes à ce que je m’attendais. Je me suis ainsi attaché à analyser plus précisément les données de la Statistique Générale de la France, des registres associatives et les chiffres fournis par Henri Gaillard.

Cette recherche d’un genre différent par rapport à la première partie est beaucoup plus technique, et surtout complexe, puisqu’il a fallu d’abord trouver des équivalences sur le référentiel du travail, avec le choix de HISCO. J’avais dû revérifier plusieurs fois, puisque les résultats de ces recherches présentent une conclusion trop surprenante à mes yeux. Ce que j’avais cru n’est en fait un phénomène très récent. Il s’agit justement du mariage sourd. Etant issu d’une famille de sourds, ces conclusions expliquent en grande partie pourquoi il y a une grande différence entre la France et les Etats-Unis qui peuvent se taguer de disposer de 10 voire 11 générations de sourds (cf Harlan Lane), alors qu’en France, ce n’est pas le cas.

Le cas du mariage Sourd en est l’exemple le plus éclairant. Jusqu’à présent, on donne des dates du plus vieux mariage sourd connu, aux Etats-Unis, et en France, sans pour autant chercher plus en avant. Or, la différence entre les Etats-Unis et la France est flagrante puisque le mariage sourd semble être la norme dans ce pays, et non ici, ce qui n’a pas été compris. Ce biais se repose sur la différence sociale et culturelle entre les deux pays, et ce qui fait que les études américaines semblent ne pas fonctionner en France.

5 – De nouvelles perspectives

Nous arrivons à une époque où le Réveil Sourd semble s’achever. Les perspectives qu’ouvrent cette recherche semblent être importants dans la compréhension des origines du Réveil Sourd. En effet, de ce que l’on appel le Réveil Sourd est l’équivalent de la Renaissance dans l’Histoire classique, où les acquis de la Belle Epoque semblent renaître, et où le droit à la langue des signes revient au goût du jour.

Ce qui est intéressant, de mon point de vue, à la fois comme Sourd et comme historien, c’est qu’il y a une permanence des revendications des militants sourds, des espérances, des combats, des choix et surtout de l’attachement au noétomalalien, attachement visible dans les écrits actuels, comme ceux de Henri Gaillard, de Ferdinand Berthier, et même dans le texte de Pierre Desloges en 1779.

Cette durée, cette permanence dans l’attachement au noétomalalien est la principale caractéristique de la communauté sourde, et c’est en effet le fil rouge de ma recherche, où la question de sa transmission au sein des familles reste ouverte. Ainsi, la problématique de la place des enfants nés de parents sourds, plutôt rares à la Belle Epoque, et encore plus rarissimes dans le cas des enfants sourds, reste encore à approfondir, puisque justement, cette transmission semble se perpétuer au sein des familles entièrement sourdes, ce qui fait écarter la place des enfants entendants.

La difficulté de comprendre la place ambivalente des enfants entendants de parents sourds est illustrée avec le manque de corpus de recherches sur la question, non seulement en France, mais également aux Etats-Unis où les recherches historiques sur les EEPS sont à peu près inexistantes. Le fait que j’ai survolé cette question n’écarte en fait pas l’importance de s’y pencher ultérieurement.

Ce qui compte le plus dans cette recherche, c’est la difficulté de comprendre clairement la communauté sourde de la Belle Epoque, même en étant Sourd. Cette difficulté réside sur de nombreuses différence par rapport à la communauté que je connaisse. L’exemple du mariage sourd en est l’illustration, avec les données qui m’ont surpris sur le taux de célibat. Ces taux qui m’ont semblé excessifs à première vue contredisent le fait que j’aie vue et recueilli de mon enfance sur les anecdotes. Cela m’a donné une sorte de morale : que les témoignages peuvent également être trompeurs, plus particulièrement à Paris où la situation est spécifique par rapport à la Province.

Je dois avouer que mon regard a évolué, et dans mes déplacements en province, je constate qu’effectivement, il y a beaucoup plus de célibataires sourds parmi les personnes les plus âgées, ce qui indique un existence latente, un siècle plus tard de la communauté sourde de la Belle Epoque au XXIe siècle.

Il existe un autre élément qui mérite d’être approfondi lors des recherches ultérieures. Il s’agit de la question de l’emploi chez les Sourds. Les éléments cités permettent de comprendre dans sa globalité, mais, il ne permettent pas d’affiner les analyses au niveau départemental. En effet, les conclusions se reposent, comme vous l’avez constaté, sur peu d’éléments. J’ose espérer que les recherches ultérieures vont permettre de mieux comprendre la corrélation entre l’instruction et l’emploi chez les Sourds au cours de cette période.

Ce constat m’incite à voir, au travers des informations indirectes, des indices nouveaux, et non seulement au travers des écrits. Cette nouvelle réflexion ouvre de nouvelles voies dans la compréhension de l’invisible de la communauté sourde, et ainsi de le rendre visible.

6 – Conclusion 

Je reviens à la phrase de Halevy où il constate que la Grande guerre représente un obstacle où tout ce qui provient d’avant la guerre reste déformé par ce prisme. Je reprends cette phrase en l’inversant, en faisant remarquer que le congrès de Milan représente un prisme qui obscurcit la période postérieure, et en faisant focaliser sur la situation scolaire, et ainsi faisant ignorer les éléments qui prouvent la persistance du noétomalalien tout au long du XXe siècle, et des moyens employés par les membres de cette communauté pour continuer à utiliser cette langue, et à l’employer jusqu’au sein des écoles.

Ainsi, Milan représente certes pour moi comme une date fondamentale, où le noétomalalien n’a plus droit de cité, mais, il ne représente plus comme une sorte de guillotine, tranchant tout net. Il marque certes un jalon historique qui ouvre une période de transitions entre 1880 et 1930. La disparition des derniers sourds d’élite marque réellement le début des « âges sombres » que je nommerais plutôt  les « âges du déni » qui illustrent les années 1940-1970 avant de laisser la place au « Réveil Sourd ».

Cela demande ainsi une nouvelle redéfinition de la structure chronologique de l’histoire des Sourds, et ainsi, ouvre de nouvelles voies de la recherche historique des Sourds.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La question de l’éducation des Sourds-aveugles, Marie Heurtin.

Marie et Marthe Heurtin (Années 1920 ?)

Marie et Marthe Heurtin (Années 1910 ?)

Le film Marie Heurtin, réalisé par Jean-Pierre Améris, met en scène l’histoire d’une jeune sourde-aveugle qui découvre le monde grâce à la langue des signes.

Sans faire d’éloge de ce film qui est déjà magnifique, l’intérêt historique de Marie Heurtin est de comprendre comment, dans une période difficile pour la communauté sourde, l’usage de la langue des signes permet aux sourds-aveugles de pouvoir accéder au monde, et au savoir.

En effet, Marie Heurtin naît le 13 avril 1885, et à sa naissance, l’éducation par le noétomalalien est bannie de la plupart des écoles de sourds. Celui de l’Institution Nationales des Sourds-Muets de Paris prend fin en mai 1886, avec la mise à la retraite d’office des derniers professeurs sourds, comme Ernest Dusuzeau.

Ce que l’on assiste dans les années 1890, c’est un décalage profond entre l’éducation des sourds, et celui des sourds-aveugles où de l’un, on insiste à tout prix l’éducation orale pure, et de l’autre, avec l’exemple de Marie Heurtin, on admet que l’éducation par la langue des signes est une clé essentielle dans l’émancipation intellectuelle des sourds-aveugles.

Deux mondes séparés

D’autre part, alors que l’éducation des sourds-aveugles se met en place lentement, dans la foulée de Marie Heurtin, dans l’école de Launay, la communauté sourde est en ébullition dans les années 1890-1910 avec les débats sur la place du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds.

N’étant pas un spécialiste de l’éducation des sourds-aveugles et de leur histoire à Larnay, je vais surtout m’interroge sur ce qui est frappant : l’absence de l’exemple de Larnay dans les écrits des militants sourds, et même des promoteurs de l’éducation oraliste. Cet absence ne signifie pas qu’ils ignoraient leur existence. Ce qui est probable, c’est la particularité du sourd-aveugle qui fait que les militants sourds ne savent pas comment les intégrer dans leur combat militant.

Cette incapacité de faire intégrer les sourds-aveugles dans la vie de la communauté sourde est un fait qui s’observe tout au long du XXe siècle, et encore de nos jours. La thèse de Sandrine Schwartz s’est intéressée sur cette absence de relation, et sur la question des méthodes de communication avec les sourds-aveugles.

D’autre part, on constate également une extrême rareté des recherches historiques concernant la vie des sourds-aveugles, y compris dans les citations. C’est pourquoi ce document est fortement précieux, puisque c’est un témoignage direct. Il s’agit d’un texte fait par la soeur de Marie Heurtin, Marthe, qui apporte un témoignage important sur la situation des sourds-aveugles du début du XXe siècle, ce texte est ici.

Ainsi, ce film apporte un complément essentiel sur la question historique, mais éclaire également sur un fait historique oublié, occulté par la situation particulière d’Helen Keller.

On voit, avec ce film, que la recherche historique doit concerner tous les domaines, y compris les plus particuliers, afin de comprendre la société française dans son ensemble. Et d’ailleurs, on voit avec l’exemple de Marie Heurtin, que le bannissement de la langue des signes est loin d’être intégral, qu’il existe des situations particulières qui font exception à la règle.

Pour plus d’informations sur la surdi-cécité, ce billet dispose des informations complémentaires intéressantes !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le discours de Paul Deschanel du 26 mai 1896


Le 26 mai 1896, un événement d’importance marque la communauté sourde de Paris. Une personnalité politique de premier rang accepte de participer au banquet annuel de la communauté, et d’y faire un discours. 

Ce discours représente un jalon historique dans l’Histoire des Sourds. Ce jalon, oublié de nos jours, représente un marqueur historique dans les relations associatives sourdes. Voici donc l’intégralité de ce discours. L’analyse de ce discours viendra par la suite.

Paul Deschanel (Source : Assemblée Nationale)

Paul Deschanel
(Source : Assemblée Nationale)

Discours de Paul Deschanel au Lac Saint Fargeau, 26 mai 1896 (Journal des sourds-Muets, 12 aout 1896)

Mesdames,

Messieurs et chers concitoyens

Je suis très touché et très fier de l’honneur que vous m’avez fait en me conviant à ce banquet fraternel. J’apporte ici les félicitations de mes collègues de la Chambre à ceux d’entre vous qui ont honoré la France par leurs travaux dans les lettres, les sciences et les arts, et parmi eux, au président de cette fête, M. René Hirsch, dont nous avons, depuis plusieurs années, admiré le talent original et fin au Salon des Champs Elysées, et dont les paroles, si cordiales m’ont profondément ému. Et en même temps, j’apporte à ceux, moins heureux et moins armés, pour lesquels la vie est plus dure, le concours dévoué des représentants de la nation.

C’est une joie vive pour un membre du Parlement français, de venir célébrer avec vous la mémoire de vos immortels bienfaiteurs : l’abbé de l’Epée, dont la grande âme a arraché le monde silencieux à la solitude de l’esprit : et nos glorieux pères de la Révolution, les constituants, qui, le 21 et 26 juillet 1791, déclarèrent que l’abbé de l’Epée avait bien mérité de la patrie et de l’humanité, et décrétèrent que son humble école de la rue des Moulins serait transformée en institution nationale, et les Conventionnels, qui, le 28 juin 1793, adoptèrent les sourds-mues comme enfants de la France, et ordonnèrent la création de six écoles nationales pour leur instruction. que ce dates françaises et ces noms français soient à jamais bénis, et qu’ils demeurent inséparables dans notre reconnaissance et notre amour.

Mais, mesdames et messieurs, ces pieuses commémorations seraient stériles, si elles n’étaient pas un enseignement. Le plus sûr moyen d’honorer la mémoire de vos émancipateurs, c’est de continuer et de compléter leur oeuvre.

Dans son éloquent discours, M. Henri Gaillard, auquel je suis heureux de rendre hommage pour son infatigable apostolat et pour toutes les hautes qualités de coeur et d’intelligence qu’il y dépense chaque jour sans compter, M. Gaillard vient d’exposer avec sa compétence, sa lucidité et sa verve habituelles, quelques-unes de vos aspirations (Applaudissements). Soyez sûrs que je les transmettrai exactement à qui de droit, notamment la question du transfert de vos institutions d’enseignement du ministère de l’intérieur à celui de l’Instruction publique, transfert en faveur duquel s’était prononcé le rapporteur du budget en 1838, et que Jules Ferry avait commencé de mettre à l’étude en 1882.

Parmi les autres points que M. Gaillard a touchés, il en est où je suis obligé, vous le comprenez, de m’en rapporter à vous , parce que je n’ai aucune compétence, et où je devrai naturellement me borner à être votre interprète fidèle : par exemple, le grave problème des diverses méthodes d’enseignement. Je ne suis pas en mesure de juger si le système mixte, le système combiné des signes et de la parole, le mélange de l’alphabet manuel et de l’articulation, système qui fleurit aux Etats-Unis  et qui a triomphé en 1893 au congrès international de Chicago, vaut mieux que la méthode orale pure, qui avait prévalu dans les précédents Congrès, notamment à Milan. Vous me pardonnerez, j’en suis sûr, de ne pas m’aventurer sur ce domaine et de ne pas émettre un avis que, seule, une longue expérience pourrait donner le droit d’exprimer. sur le point j’exposerai donc simplement vos arguments et vos voeux à ceux sans le concours desquelles les réformes que vous souhaitez ne sauraient aboutir.

Mais, à côté de ces questions sur lesquelles je n’aurais pas la témérité de me prononcer, il en est d’autres, au contraire, dont je puis ce me semble parler librement sans trop de présomption; car ce sont des questions d’organisation où le bon sens suffit. J’ajoute que, le jour où celles-ci seraient résolues, vous auriez autrement de force pour faire prévaloir vos idées sur les autres.

Et d’abord, un premier fait m’a frappé :

Vous avez, à Paris, trois Associations excellentes qui ont en vue des objets différents :

En premier lieu, « l’Association amicale » qui a à sa tête M. Genis, dont vous connaissez le jugement ferme et droit, la brillante culture intellectuelle et le dévouement toujours prêt. (applaudissements); 

En second lieu, la « Société d’Appui fraternel », qui, dans l’espace de dix ans, est arrivée avec le seul argent des sociétaires, a réunir un capital de 25,000 francs. Vous demandez pour cette association la reconnaissance d’utilité publique : vous pouvez compter que je ne négligerai rien pour vous faire obtenir satisfaction. Vous demandez aussi le ruban de la Légion-d’honneur pour l’homme de grande énergie et de grand talent qui la dirige, l’honorable M. Cochefer : je vous promets de faire tous mes efforts pour que le gouvernement de la République mette sur ce brave coeur la croix qui y serait bien placée (Applaudissements répétés);

En troisième lieu, « l’Alliance silencieuse », présidée par M. Graff, qui met, lui aussi, tant d’ardeur au service de votre cause (applaudissements); 

Voilà pour Paris.

Dans les départements, vous avez déjà quelques Associations notables; celle de la Normandie, avec M. Louis Capon; celle de Champagne, qui, en deux ans , a réuni 12,000 francs, grâce au dévouement de MM. Mercier et Pron; celle de Franche Compté; la société des secours mutuels de Marseille, fondée par un simple ouvrier cordonnier, M. Henri Richard. D’autre part, la « Société d’Appui fraternel » a, à Bordeaux et à Tours, des succursales qui sont en bonne voie, grâce aux efforts de M. Wilmouth et de M. Gilibert. (applaudissements) 

Tel est à peu près l’état actuel de vos forces.

C’est déjà beaucoup, assurément, et nous devons remercier et féliciter les hommes d’initiative, les citoyens excellents qui ont obtenu de tels résultats. Mais eux-mêmes, j’en suis sûr, ne me contrediront pas, si je constate que ce n’est pas assez, et qu’il reste encore beaucoup à faire. en somme, vous associations parisiennes ne comptent, à elles trois, que 450 membres environ; et il y a des régions de la France, fertiles en ressources, qui devraient, elles aussi, avoir leurs groupements, et qui n’ont rien, ou qui n’ont qu’une organisation rudimentaire.

Eh bien, de même que , au point de vue de l’enseignement, la Révolution avait conçu le projet de fonder dix-huit écoles régionales, projet que le gouvernement avait repris en 1891 et qui, je l’espère ressuscitera quel jours, de même, ne serait-il pas à souhaiter que vous eussiez des associations régionales rayonnant sur toute la France ? Et surtout, ne serait-il pas possible d’établir entre toutes ces associations un lien, une fédération, un centre commun, une sorte de comité ou d’office central, non pour se substituer à elles, non pour empiéter sur leurs droits, non pour affaiblir en quoi que ce soit leur indépendance et leur autonomie, mais au contraire pour les fortifier par une entente générale, et pour multiplier leur puissance en régularisant leurs efforts ?

Il me semble que, le jour où votre grande famille, cette famille de 35,000 membres, concentrerait et ferait converger ainsi tous ses efforts, tous ses desseins, toutes ses volontés en un même point, ce jour-là, vos forces seraient centuplées, et l’on ne pourrait pas disposer de votre sort sans vous (Triple slave d’applaudissements).

C’est ce que font vos frères des Etats-Unis. M. Gaillard a vu ces choses de près, lorsqu’il est allé vous représenter avec tant d’éclat au Congrès de Chicago; il les a relatées dans un remarquable rapport, que j’ai lu avec le plus vif intérêt; j’ai étudié, moi-même là-bas ces choses sur place, et j’en puis parler en connaissance de cause: c’est par des fédérations d’associations superposées – à trois étages, en quelque sorte, d’abord, ç la base, dans la ville, puis au-dessus, dans l’Etat, enfin, en haut, dans l’Union, c’est par ce triple étage d’associations superposées, issues les unes des autres par l’élection et fortement reliées entre elles, c’est par cette organisation savante, que l’élite des travailleurs américains, et vos frères comme les autres, sont arrivés à conquérir chaque jour plus d’influence de bien-être et de liberté.

Vous vous plaignez qu’on ne vous consulte pas assez, qu’on ne tienne pas assez comte de votre opinion, soit au point de vue scolaire, soit au point de vue  administratif ou législatif: eh bien, ne pensez-vous pas que, le jour où vous seriez ainsi disciplinés, unis où 35,000 citoyens français auraient une sorte de représentation comprenant à la fois toutes les régions du pays, tous les corps de métiers, toutes les professions, et aussi les rangs sociaux les plus divers (car un tel changement aurait bientôt pour effet d’associer les riches aux pauvres, et les vainqueurs aux vaincus de la vie), ne pensez-vous pas que ce jour-là, vous seriez mieux écoutés et vous défendriez plus efficacement vos intérêts et vos droits ? (Applaudissements prolongés)

J’ajoute, messieurs, que cette organisation vous donnerait les moyens de combler une lacune très grave qui, dès que j’ai commencé d’étudier ces questions, m’a tout de suite sauté aux yeux : je veux dire l’absence de comités de patronage et de placement au sortir des maisons d’éducation.

Cette lacune a été aperçue par le Conseil supérieur de l’Assistance publique en 1891; mais il ne l’a pas comblée. D’autre part, la « société centrale d’éducation et d’assistance » à laquelle se sont dévouées avec un si noble zèle l’éminent docteur Ladreit de Lacharrière et le très distingué censeur des études à l’institution nationale, M. Dubranle, dont je suis heureux de saluer la présence à notre table (applaudissements), cette Société, dis-je, a réussi à placer quelques ouvriers sans travail. Mais ce n’est là qu’un faible germe de l’institution que je voudrais voir créer, et dont l’absence se fait cruellement sentir.

Une fois leurs études finies, les élèves sont remis à leurs familles : ils doivent se débrouiller comme ils peuvent; le lien entre les maitres et les élèves est rompu. N’y aurait-il pas lieu de ménager la transition des ateliers de l’école à ceux de l’extérieur; d’établir un lien entre l’enseignement et la profession, un trait d’union entre la vie du collège et la vie du monde ?

Si un comité, un bureau, une agence, peu importe le nom ! ne tient pas au courant, jour par jour , des progrès de la science, des transformations de l’industrie, des changements de la mode et du goût, des débouchés qui s’ouvrent qui se ferment à la main d’oeuvre et à l’art, il peut arriver que l’enseignement professionnel devienne routinier et insuffisant; et l’on risque de former pendant six ou huit ans des élèves pour des carrières qu’ils trouveront encombrées, pour des métiers où l’on ne voudra plus d’eux, pour des professions où ils se heurteront, soit à l’envahissement des femmes, soit au développement de la concurrence (Applaudissements).

Par conséquent, des bureaux de renseignements et des comités de patronage, formés avec le concours de l’Etat, qui seraient en grand ce que l’agence de la rue Furstenberg est en petit; qui seraient, su je puis dire comme des petits consulats à l’intérieur; qui suivraient avec soin le mouvement du travail et des affaires de la France et à l’étranger; qui mettraient vos maisons d’enseignement et vos associations en communication constante avec les patrons, avec les chefs d’ateliers, avec les artistes, avec les syndicats patronaux et ouvriers, les Bourses du travail et les bureaux de placement municipaux; qui surveilleraient et faciliteraient les débouchés pour les élèves et assureraient aux jeunes apprentis un emploi rémunérateur de leur travail et de leurs facultés; voilà l’instrument qui vous manque, qui vous est indispensable, et que vous pourrez contribuer à forger le jour où, groupés d’un bout de la France à l’autre, en un faisceau compact, vous aurez vraiment voix au chapitre; et vous serez, non plus seulement les protégés, mais les collaborateurs de l’Etat (Triple salve d’applaudissements).

En un mot, pour préciser et pour résumer ma pensée, je voudrais un lien entre toutes les Associations de France, et des relations suivies entre ces Associations et les maisons d’enseignement. Et je voudrais en même temps un lien permanent entre les élèves et leurs anciens maitres, entre les riches et les pauvres, entre ceux qui réussissent et ceux pour lesquels la lutte est plus difficile. Le pire de vos maux, je ne parle pas de rivalités : elles seraient coupables ! le pire de vos maux, c’est la dispersion (Applaudissements, mouvements divers).

Pour arriver graduellement à cette organisation rationnelle, scientifique, de l’ensemble de vos forces, il vous faut apporter à l’Etat le concours de votre expérience, le tribut de vos observations personnelles, le stimulant de votre activité civique.

Et, de son côté, pourquoi le gouvernement de la République, qui subventionne les sociétés de secours mutuels, ne subventionnerait-il pas vos sociétés à vous ?

Pourquoi la loi que nous avons votée, cette loi bienfaisante qui prélève sur le plaisir, sur le produit des paris de courses, une part pour l’amélioration de l’hygiène et de la santé publique ne servirait-elle pas à créer les oeuvres nécessaires dont je viens de Parler ?

Or, le concours de l’Etat, vous ne l’obtiendrez qu’autant que vous serez forts et uni. Aide-toi, l’Etat t’aidera ! Nous nous dompterons définitivement les injustices et les brutalités de la nature que par l’union des coeurs et par l’amour (Applaudissements prolongés).

Messieurs, je disais récemment à la chambre, et si je rappelle ces paroles, c’est que c’est un peu à elles, je le crois bien, que je dois le plaisir d’être aujourd’hui au milieu de vous, je disais, partant de la question sociale (approbation générale) :

« Nous sommes et nous resterons les fils dévoués et fidèles de la Révolution française. Et nous entendons perfectionner, couronner son oeuvre, en donnant au principe de la liberté, du travail, qui a été sa conquête essentielle dans l’ordre économique, ce qui est son complément nécessaire, c’est-à-dire le principe d’association sous des formes de plus en plus variées et de plus en plus savantes; et, quand l’individu est encore trop isolé, ou trop sacrifié, en lui apportant la collaboration du législateur non pour gêner,  pour entraver l’initiative individuelle, mais pour l’aider, au contraire, comme le tuteur soutient la plante qui s’élève » (Salves d’applaudissements).

Et j’ajoutais :

« Telles sont les idées, les maximes directrices qui nous guident, d’une manière générale, dans tous cet ordre de questions, et dans l’examen de la question sociale. »

Eh bien oui, messieurs, je soupçonne que ce sont ces idées-là qui m’ont valu l’honneur d’être aujourd’hui votre hôte. C’est qu’en effet, elles sont précisément celles qui, à mon sens, doivent prévaloir dans l’étude des problèmes qui vous intéressent. Oui, nous avons à poursuivre et à compléter l’oeuvre de l’abbé de l’Epée et de la Révolution; et cette tâche ne pourra être accomplie que par la collaboration de l’Etat et du citoyen, de l’action publique et de l’initiative privée, du gouvernement et de l’association libre (applaudissements prolongés)

Quant à moi, vous avez raison de penser que je serai désormais pour vous, dans le Parlement, un défenseur de plus. Et non seulement un défenseur; mais si vous me permettre, de le dire un ami. considérez-moi, je vous en prie, comme de la famille. Sachez qu’il y a ici un coeur qui bat avec les vôtres, une parole qui sera toujours prête à vous servir; et que quand vous aurez besoin de parler au pays, la tribune vous est ouverte (Acclamations mimiques nombreuses)

Mesdames et messieurs, si la parole est parfois l’inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur des grands sentiments et des grandes pensées, il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continus où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées doivent ajouter de pénétration, d’intensité et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens de l’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes, les affections de la famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la patrie, le noble tourment de la justice. (applaudissements nourris)

Je lève mon verre pour boire à la mémoire de vos libérateurs et à la continuation de leur oeuvre; à vos 35,000 frères et soeurs; aux succès et à l’union toujours plus intime de vos associations parisiennes et départementales; à vos victoire et à vos conquêtes futures; à votre ascension continue dans la justice et dans le bonheur !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le découpage temporel en Histoire des Sourds

Avec « Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?« , le médiéviste Jacques Le Goff, récemment décédé le 1er avril 2014, s’est interrogé sur la pertinence du découpage historique traditionnel. Il se demande si ce découpage doit-il être préservé ou rediscuté afin de mieux rendre en compte la variabilité des jalons temporels.

En médiéviste, il s’interroge sur le choix de la date du début de la Renaissance, et donc, se demande s’il ne vaut mieux pas la placer en 1789, date à laquelle le système monarchique, construit au début du Moyen-Age, prend véritablement fin. Je ne vais pas discuter de l’opportunité de placer tel ou tel jalon temporel avec un fameux médiéviste. Cependant, sa réflexion m’amène à regarder sur mon domaine de spécialisation : l’histoire des Sourds.

Ainsi, dans cette optique, quels bornes temporels opter pour structurer, ou « découper », l’Histoire ? Cette problématique, qui peut sembler banal au premier abord, amène son lot de réflexions et de débats qui risque d’agiter le petit monde des historiens des Sourds. En effet, traditionnellement, deux dates-charnières sont communément admises : la rencontre entre l’abbé de l’Epée et les sœurs sourdes, et le congrès de Milan.

La Rencontre

Plaque de la Rencontre, Statue de l'abbé de l'Epée, cour d'honneur à l'INJS de Paris

Plaque de la Rencontre, Statue de l’abbé de l’Epée, cour d’honneur à l’INJS de Paris 

Dans quasiment tous les ouvrages spécialisé sur la question de l’éducation ou de l’histoire des sourds, omettre de mentionner la fameuse rencontre entre l’abbé de l’Epée et les sœurs sourdes équivaut à ignorer la découverte de Christophe Colomb du continent américain !

Ainsi, en ce qui concerne cette fameuse rencontre, laissons s’exprimer Ferdinand Berthier, l’un de ceux qui ont fait connaître l’histoire :

« Ce fut vers l’année 1753, suivant toutes les probabilités, qu’une affaire de peu d’importance amena l’abbé de l’Epée dans une maison de la rue des Fossés-St-Victor, qui faisait face à celle des frères de la doctrine chrétienne. La maîtresse du logis étant absente, on l’introduisit dans une pièce où se tenaient ses deux filles, soeurs jumelles, le regard attentivement fixé sur leurs travaux d’aiguille. En attentant le retour de leur mère, il voulut leur adresser quelques paroles; mais quel fut son étonnement de ne recevoir d’elles aucune réponse ! Il eut beau élever la voix à plusieurs reprises, s’approcher d’elles avec douceur, tout fut inutile. A quelle cause attribuer ce silence opiniâtre ? Le bon ecclésiastique s’y perdait. Enfin la mère arrive. Le vénérable visiteur est au fait de tout. LEs deux pauvres enfants sont sourdes-muettes. Elle viennent de perdre leur maître, le vénérable R. P. Vanin ou Fanin, prêtre de la doctrine chrétienne de St-Julien-des-Ménétriers, à Paris. Il avait entrepris charitablement leur éducation au moyen d’estampes  […] A partir de ce jour, il remplira auprès de ces infortunées la place que le père Vanin laisse vide. »1

Cet extrait se rapproche le plus de ce que l’on qualifierait d’une légende fondatrice de l’éducation des Sourds. Ainsi, la rencontre représente une date charnière, où la « Préhistoire Sourde » entre enfin dans « l’Histoire Sourde », où l’on assiste à un commencement d’un regard sur une communauté qui se retrouve désormais à la lumière, et non plus dans l’ombre, jusqu’alors.

Cette date, dont des études tendent à déterminer dans l’année 1759-1760, représente effectivement une révolution, où désormais, les Sourds issus des milieux les plus modestes peuvent enfin accéder à l’éducation, et ainsi espérer de sortir de leur condition sociale. L’abbé de l’Epée apporte une révolution dans le système éducatif, en permettant à la gratuité de l’éducation, basée sur la langue des signes (ou le noétomalalien). La vraie révolution, c’est ainsi la gratuité éducative des enfants sourds, mais, ce que l’on retient davantage de cette rencontre, c’est l’emploi du noétomalalien dans l’éducation comme s’il n’y a jamais eu de tentatives auparavant… Ainsi, cette borne temporelle devient plus comme un mur temporel, apportant une vision dualiste de l’Histoire, centré sur 1759 : avant, il n’y avait rien, et après, tout est là !

Par conséquent, on assiste à un grand nombre de recherches historiques commençant sur 1760, et très rarement sur les périodes antérieures, tout d’abord, faute d’archives disponibles. Mais, le choix de cette date occulte justement de tout un processus qui a commencé au Moyen-Age avec la règle monastique de Saint-Benoît qui impose le silence à leurs moines. De cette obligation émerge tout un système gestuel basé sur des signes. Ce système gestuel, à différencier avec le noétomalalien qui est une langue à part entière, a conduit à un développement d’une classe consacrée à l’éducation des enfants sourds, certes issus des milieux fortunés, dont la seule connue est celle du moine sourd Etienne de Fay, de l’abbaye de Saint-Jean des Prémontrés.

Ainsi, il y a peu d’études, pour ne pas dire aucune, sur ce processus qui a conduit à l’adoption de l’abbé de l’Epée, non pas des Signes monastiques, mais du noétomalalien parisien dans l’éducation des enfants sourds des milieux défavorisés. Par conséquent, et c’est ce que semble s’interroger Le Goff, la date occulte tout un processus de transition, et qu’elle est un choix abritaire qui risque justement d’apporter une vision biaisée de l’Histoire.

Le Congrès de Milan

Sac de Rome 410 Par JN_Sylvestre  1847-1926

Sac de Rome 410
Par JN_Sylvestre
1847-1926

L’autre date-jalon de l’Histoire des Sourds est celui du Congrès de Milan, organisé les 7-8-9 septembre 1880. Cette date représente pour les Historiens des sourds du monde, mais aussi pour toutes les communautés sourdes comme une date à marquer d’un noir de deuil, celui de la mort de l’éducation par la langue des signes. En effet, Milan représente un moment où la langue des signes représente le passé, et la méthode orale, l’avenir où il est fortement préconisé de tout faire pour empêcher le sourd de gesticuler.

Par conséquent, son adoption marque la fin d’une période, que certains nomment l’Age d’Or. Ainsi, pour la plupart des Sourds, après-Milan représente une période sombre, de déclins, d’oubli, à l’image des Temps Barbares qui ont suivi la chute de Rome.

La Sac de Rome de 410, c’est l’équivalent de ce que les Sourds considérent le Congrès de Milan. En effet, pour la plupart des militants, et certains historiens, il s’agit tout simplement d’une attaque barbare, sacageant les magnifiques réalisations de la civilisation noétomalalienne. Néanmoins, ce que l’on oublie, c’est que le Sac de 410 ne marque pas la mort de l’Empire Romain qui a continué à exister encore 86 ans, en Europe de l’Ouest, et plus de 1000 ans, dans de ce que l’on nomme ultérieurement l’Empire Byzantin.

C’est exactement la même chose, avec l’Histoire des sourds. Milan représente certes un choc, mais, à l’époque, les effets se sont longuement ressentir, plus durement qu’au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, avec la disparition de la dernière génération éduquée selon « l’ancienne méthode »; soit autour de 80-90 ans après Milan. Ce que l’on a oublié, c’est qu’il y a tout un processus de transition qui prend du temps, et dont les effets ne sont réellement ressentis que des dizaines d’années plus tard…

Le mythe de « l’Age d’Or Sourd »…

Ruines de Corinthe

Ruines de Corinthe

Idem, ici, où, entre 1760 et 1880, cette période représente un moment brillant, avec de magnifiques réalisations artistiques et culturelles. Il s’agit en fait d’un mythe développé dans les années 1970, où les premiers historiens étaient frappés par le décalage entre les écrits de cette période avec l’absence d’œuvres artistiques et littéraires de la période 1950-1970, comme si l’on compare entre l’art Romain avec celui des Temps Barbares. Là encore, le mythe de l’Age d’Or se repose sur les premières études et impressions qui se sont vues infirmées par des recherches ultérieures. Mais, le mythe est resté au sein de la communauté sourde, comme d’une période regrettée où l’éducation par la langue des signes était respectée, il s’agit plus d’une nostalgie d’une période révolue que d’un fait historique. Mais cet exemple démontre d’un effet à double tranchant d’un choix des dates, où, face à une méconnaissance de la période antérieure, la date constitue ainsi comme un mur, où il sera nécessaire de faire un travail de fond pour faire écrouler ce mur…

Une histoire nettement plus courte

La limite de cette réflexion est que l’histoire des Sourds, à l’heure actuelle, se concentre principalement sur une période de trois siècles, du XVIIIe au XXe siècles, ce qui est nettement court alors que la réflexion de Le Goff porte sur une dizaine de siècles, entre la « Chute » de Rome, en 496 et la fin de la monarchie en France, en 1792. Ainsi, on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable. Cependant, cette réflexion démontre que tout reste encore à faire, après 40 années de recherches historiques sur les sourds, comme celui de faire un aperçu général de ce domaine de recherches, d’une infinie diversité des situations historiques en fonction des pays, comme celui de la complexité d’une étude historique des Sourds en Allemagne qui n’a qu’une histoire que depuis 1870, et des histoires, avant cette date…

Conclusion

L’ouvrage de Le Goff démontre bien que les dates dépendent des interprétations et des consensus entre les chercheurs, mais également de la compréhension du grand public. L’exemple de la Rencontre et du Congrès de Milan démontre que dans le cas d’une méconnaissance, on risque d’être au devant de l’équivalent d’un regard des « Temps Barbares » au lieu d’une étude détaillée.
Par conséquent, la nécessité d’un travail global, mettant en scène les différentes perspectives sur l’histoire des Sourds est nécessaire pour mettre fin à l’impression d’être au devant des escalier, sans marches de transition. Par conséquent, étant donné de la jeunesse de la recherche historique sur les Sourds, et de la diversité des situations selon les pays, une discussion claire sur les jalons temporels s’avère nécessaire afin de permettre à une analyse plus fine des bornes temporels au lieu de l’actuel découpage qui laisse peu de place à des périodes de transitions.

———

1 Ferdinand Berthier, L’abbé de l’Epée, Paris, 1852, pp 20-21

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le paradoxe de l’Oralisme…

Ce billet se concentre sur ce qui est l’un des plus grands paradoxes de l’éducation orale des enfants sourds. Loin d’être une charge contre ce qui est considéré par les militants sourds la source des difficultés sociales et éducatives des enfants sourds des XXe et XXIe siècle, je m’intéresse à ce qui a motivé les partisans d’une éducation orale à bannir la langue des signes, alors qu’elle a prouvé de son succès.

Or, sans aller dans le domaine philosophique ou des débats méthodologiques, deux éléments sont assez frappants, puisqu’ils étaient partis sur des intentions « d’aider » les sourds, et que ces éléments ont, au contraire, aggravé leur exclusion sociale : le téléphone et le cinéma parlant.

Bell et le téléphone

Le téléphone, l’une des plus incroyables inventions que le XIXe siècle a procurés, a facilité les échanges, et surtout accéléré la circulation des informations, car Internet s’est justement basé sur cette technologie !

Antonion Meucci (Source : Wikipedia)

Antonio Meucci (Source : Wikipedia)

En principe, la paternité de cette invention doit être attribuée à l’italien Antonio Meucci(1808-1889) qui s’est vu dévancer par Alexander Graham Bell (1847-1922), son cadet de 39 ans, dans le dépôt du brevet d’invention. Mais, c’est surtout l’intention première de Bell qui est surprenante. En effet, il escomptait l’utiliser pour parler à distance à son épouse sourde Mabel Gardiner Hubbard (1857-1923), dont le père sera le premier président de la compagnie téléphonique Bell.

La famille Bell (Source : wikipedia)

La famille Bell (Source : wikipedia)

En effet, partisan d’une éducation orale, et surtout influencé par les principes éducatifs de son père, Alexander Melville Bell (1819-1905), qui a lui-même également épousé une sourde, Alexander Graham escompte utiliser la technologie afin de faciliter l’éducation orale et ainsi discuter à distance avec sa femme, sans avoir recours aux gestes qu’il honnit.

Mais, l’application pratique semble être malaisé, et par conséquent, après quelques réflexions dont je ne vais pas exposer ici, on assiste à une évolution fulgurante du téléphone entre 1890 et 1920 où cette technologie devient rapidement incontournable.

Mais, il y a toujours un grand mais…

Les sourds se sont trouvés en butte face à un grand mur, quand les administrations adoptent de plus en plus cette technologie comme moyen principal de contact, de rendez-vous ou d’échanges. Dès les années 1950, on assiste à une généralisation de l’usage du téléphone, et de ses avatars : interphone, hauts-parleurs, radios…

Le son devient le principal moyen de communication au cours du XXe siècle, alors que l’écrit l’est au XIXe siècle. Face à cette généralisation du son, le sourd n’a plus aucun moyen de garder prise sur son parcours, et ainsi de faire les démarches lui-même. De plus en plus, le téléphone est exigé pour ces démarches. Par conséquent, le sourd est forcé d’avoir recours à un tiers, le plus souvent un proche de famille, pour faire ces démarches, et là, la notion de la vie privé disparaît pour les personnes sourdes, plus particulièrement quand il est question des affaires médicales.

Ainsi, le fil électrique qui véhicule le code du son, et de sa généralisation a fait complexifier la vie du sourd au quotidien. Quel sourd n’a pas été confronté à l’interphone, et ainsi, de ne pouvoir répondre à celui qui y parle ?

Bref, à vouloir appeler un sourd à distance, Bell a entraîné un mouvement inverse, et l’a exclu de la vie sociale, intention qu’il n’avait pas voulu.

Néanmoins, il faut savoir que la fortune qu’il a amassée grâce au brevet du téléphone lui a permis de financer les campagnes de la promotion pour l’éducation orale, mais également pour l’interdiction du mariage entre sourds, et de l’extinction du Noétomalalien,aux Etats-Unis. Il a également initié la notion de la stérilisation des sourds, afin d’empêcher le développement d’une Race sourde, source de ses cauchemars nocturnes.

Le court-métrage anglais est assez intéressant, il éclaire la vision de Bell sur les sourds : « Confession« . Ainsi, à force de vouloir faire du Sourd, un être comme les autres et donc, à de ne pas vouloir reconnaître sa spécificité, Bell a entraîné sa stigmatisation au cours du XXe siècle, dont le fait extrême a été la stérilisation des sourds issus de familles sourdes, en Allemagne, durant le IIIe Reich, mais également aux Etats-Unis, en Scandinavie, de l’interdiction du mariage entre Sourds en Finlande jusqu’aux années 1970…

D’autre part, l’idée de véhiculer le son à distance donne une certaine idée : faire du cinéma parlant.

Ainsi, comment synchroniser le son à l’image, ce qui est assez difficile. La solution technologique s’est généralisée qu’au cours des années 1920 et là s’ouvre une nouvelle période pour le cinéma, mais également pour la communauté sourde.

Le cinéma parlant, inaccessible pour les sourds…

Or, l’une des origines du cinéma parlant semblerait, d’après ce chapitre d’un ouvrage intéressant, édité par CNRS Editions, éclaire sur le processus qui a conduit à l’introduction du cinéma parlant. A l’origine, ce serait pour tenter de faire apprendre la parole aux enfants sourds, à l’aide de la technologie. Ce chapitre l’explique mieux que moi, mais, ce que l’on en tire, c’est que l’arrivée du son au cinéma a entrainé l’exclusion de nombreux comédiens sourds, de l’Hollywood puisque leurs pantomimes sont devenus inutiles. Il faut savoir que Charlie Chaplin s’est lié d’amitié avec un peintre sourd, Granville Redmond, plus connu pour ses oeuvres impressionnistes où il a été le premier peintre américain à l’adopter. Or, Granville est également comédien dans nombre de films de Charlot, et d’après les historiens, Charlie Chaplin connaîtrait l’Américan Sign Language (ou je dirais le Noétomalalien américain !)

Granville Redmond et Charlie Chaplin (source : http://www.granvilleredmondgallery.com/)

Granville Redmond et Charlie Chaplin (source : http://www.granvilleredmondgallery.com/)

Par conséquent, cette présence des comédiens sourds s’est fracassée face aux exigences du cinéma parlant, comme nombre de comédiens peu doué dans le contrôle de la voix…

Ainsi, avec le cinéma parlant disparaît l’une des distractions accessibles aux sourds. Le cinéma muet met les sourds et les entendants sur le pied d’égalité, avec l’image des comédiens bougeants, et des textes explicatifs qui s’y affichent. Or, avec le parlant, plus rien n’est accessible… C’est seulement par les sous-titres que c’est possible. MAIS, encore un mais…

C’est seulement avec les films étrangers, que l’on sous-titre volontiers, pas les films français, ce qui fait entrainer une « divorce » entre la communauté sourde et le cinéma français qui ne sous-titre pas ses films. (Seulement depuis deux ans, voire cinq, que c’est certains films le sont, au cinéma…)

Par la suite, tout au long du XXe siècle, les films deviennent tout simplement des images mouvantes, avec des lèvres qui bougent, mais dont le contenu ne passe pas…

De là, on assiste à une double exclusion sociale et culturelle des sourds par la technologie du son… alors qu’ils étaient à l’origine destinés à faire l’inverse…

Conclusion

Par conséquent, voyant s’accentuer ce phénomène d’exclusion, les spécialistes de la surdité se sont mis en tête d’ajouter d’autres technologies afin de faire entrer les sourds dans la société : appareils auditifs, implants cochléaires, afin de permettre aux sourds de pouvoir téléphoner et de pouvoir suivre les discussions à la télévision…

Or, qu’en est-ils concrètement ?

L’exclusion sociale des sourds reste toujours présente, mais, avec le retour de l’écrit, grâce aux SMS et l’email, cet exclusion devient moins forte. Le minitel, (dont j’ai fait un billet ici) et l’Internet qui accordent la priorité à l’écrit, apportent un contre-tendance, en encourageant l’écrit et la lecture. Et là, on remarque que les sourds se sentent moins exclus, et reprennent cette technologie à leur profit, avec les vidéos youtube noétomalaliées… Mais, ceci est une autre histoire !

Pour terminer, voici un film de Veditz qui est très prophétique : The préservation of the sign language

George Veditz (source : http://www.nad.org/news/2013/8/veditz-day-august-13th-2013)

George Veditz (source : http://www.nad.org/news/2013/8/veditz-day-august-13th-2013)

(Le film)

La traduction écrite, en anglais : http://www.rid.org/UserFiles/File/pdfs/veditz.pdf

La traduction (via google, et qui demande à être corrigée et améliorée) en français : https://www.facebook.com/notes/yann-cantin/traduction-du-discours-de-veditz-traduit-par-google-a-corriger-quand-jaurai-le-t/10201714833006689

Cet extrait est l’une des plus intéressantes qui soit, et qui est la conclusion de ce long billet (la traduction en français est de moi) :

« Aussi longtemps que nous avons le peuple sourd sur la Terre, nous aurons toujours les signes. Et aussi longtemps que nous aurons nos films, nous pourrons préserver les signes dans sa pureté originelle. Ceci est mon espoir sur le fait que nous aimerons tous et préserverons notre belle langue des signes comme le plus beau cadeau que Dieu a fait au peuple sourd. »

« As long as we have deaf people on earth, we will have signs. And as long as we have our films, we can preserve signs in their old purity. It is my hope that we will all love and guard our beautiful sign language as the noblest gift God has given to deaf people. » 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sourds en Colère, un aperçu…

Connaissez-vous les Sourds en Colère  ? Reconnaissez-vous ce logo ?

Le logo de Sourds en Colère

Le logo de Sourds en Colère

 

A une certaine époque, cette association représente une vraie révolution dans les moeurs associatives, et dans le regard de la communauté. Or, c’est le 16 octobre 1993 que cette association est fondée, constituée dans le but de clarifier une situation obscure, confuse.

Un phénomène inquiétant (1989-1993)

A l’origine composée d’enseignants sourds, de professeurs de langue de signes française (ou de la noétomalalie, si vous préférez), inquiets de voir un phénomène apparaître et s’enfler tel qu’une épidémie, sans qu’aucune explication rationnelle ne soit fournie. Ce phénomène, qui a surpris les Sourds des années 1989-1993, prend des proportions incroyables et surtout, que les demandes d’informations de ces enseignants se buttent souvent face à une fin de non-recevoir de la part des directions des institutions spécialisées.

Or, face à ce mur de silence, les enseignants, souvent se connaissent entre-eux, vu la petite taille de la communauté sourde que l’on peut comparer comme un petit village, ont décidé de se rencontrer et de s’échanger d’informations face à ce phénomène. Ainsi, cette réunion a donné lieu à des découvertes étonnantes d’un fait qui a été occulté depuis trente ans : des expérimentations de l’implantation cochléaire sur des êtres humains.

La rencontre avec un sourd qui a participé à ces expérimentations a déclenché une sorte d’indignation. En effet, on assiste à une forte augmentation d’enfants implantés, mais, un détail fait que les enseignants sourds ont rejeté cette technologie. Il s’agit du fait que c’est une technologie encore en expérimentation, et par conséquent, les enfants sourds sont considérés comme des cobayes, et où l’on fait signer aux parents une décharge de responsabilité légale de la part des chirurgiens en cas d’échec de l’expérimentation.

La naissance d’une colère (1993)

Ainsi, face à cette masse d’informations, et surtout, face au refus de voir les associations de Sourds comme des associations de défense d’une particularité linguistique et culturelle, la colère s’accumule, et il est décidé de se constituer en une nouvelle association, sur le modèle d’Act-Up, où les actions choc permettent d’interpeller la société sur ce qui cloche au niveau des informations médicales.

C’est également une lutte contre la médicalisation croissante et lourde de l’éducation de l’enfant sourd où tout est orienté vers la chirurgie comme la solution ultime de la surdité. C’est là, le premier choc direct et frontal entre deux conceptions opposées du fait d’être sourd :

La surdité comme un handicap

Le fait d’être sourd comme une différence

Cette opposition de conceptions, existante depuis des dizaine d’années, prend là toute son ampleur, et surtout, ce clash est assez unique dans le monde. Puisque c’est surtout en France que la colère a entraîné la création d’une association activiste de la défense des droits des sourds, et des enfants sourds à choisir leur avenir. L’inquiétude des enseignants sourds est de voir les enfants se faire imposer une chirurgie non vitale, et dont il existe d’autres solutions moins invasives, et surtout qui mettent moins en jeu la vie des enfants.

A l’origine prévue pour des adultes qui ont fait le choix en conscience (bien que des faits laissent penser le contraire, comme le cas d’un sourd, dont je tairai pour l’instant le nom, qui a fait l’objet de 16 opérations, 7 d’une oreille et 8 de l’autre oreille !), les déclarations des médecins, souhaitant faire abaisser l’âge de l’opération, ont soulevé l’indignation. Il est vrai qu’il y a une forte concurrence internationale entre les équipes de recherches pour la mise au point de cette technologie, et dès le début des années 1990, on préconise, en Allemagne, l’opération dès un-deux ans.

Le choix d’un logo

Le logo, que vous voyez en haut de ce billet, est un logo éclairant sur plusieurs points. Sur le modèle du triangle rose sur fond noir d’Act-Up, les membres du SEC se sont inspirés du triangle bleu que l’on donnait aux sourds dans les camps de concentration. La référence aux traitements réservés aux sourds sous le IIIe Reich est très forte, puisque plus de 13 000 sourds ont été stérilisés entre 1933 et 1945, et dont 5000, principalement de confession israélite, ont été tués dans les camps. Le traitement des sourds par les nazis a fait l’objet de nombreuses études, principalement américaines et allemandes (Ici et ).

Le triangle bleu, à l’origine avait sa pointe vers le bas. Et donc Sourds en colère la fait dresser par le haut, en symbole de la dignité, et du refus de la résignation. Et pour rejeter cette stigmate, un poing rageur la fracasse.

Cette référence à ce que certains considère comme une Holocauste Sourde a fortement choqué de nombreux observateurs, surtout médecins qui ne se considèrent pas comme des êtres sans coeurs, cherchant délibérément à faire disparaître une communauté. Or, les déclarations sur la future disparition de la surdité ont été vécues par les Sourds comme une volonté de « génocide ». Ce clash verbal s’est accompagné de nombreuses actions fracassantes, toujours sur le modèle d’Act-Up.

Les actions avant-gardistes

Or, en France, la création de Sourds en Colère s’est rapidement suivie d’une action des membres de la communauté sourde contre un colloque sur l’implant cochléaire, à Lyon, en 1994. Cette manifestation, qui a été qualifiée de  folkloriques (en perturbant certaines réunions scientifiques), a été vue par la communauté comme une première, avec des actions de perturbation de présentation des recherches, de blocage de portes, à la manière des actions Act-Up :

Vidéo 1ere partie     Vidéo 2eme partie

Or, c’est aussi le moment où la communauté sourde prend conscience qu’elle est plus que fragile, et que les acquis obtenus depuis 1977 (où le noétomalalien, par un décret, n’est plus prohibé dans les établissements), les écoles bilingues, les progrès de la langue des signes, l’acceptation sociale de cette langue.

La prise de conscience de la fragilité de la communauté incite certains membres à aller plus en avant dans leurs actions, et surtout, à ne pas laisser s’éteindre cette indignation. D’autres actions rapides, appelées « ZAP » ont eu lieu, visant principalement les colloques, mais également un concert organisée dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris, où six Sourds, en t-shirt blanc frappé du logo « SEC », s’étaient installés dans le choeur, en attendant l’arrivée des auditeurs. Ayant été pris pour des chanteurs de choeur, ils n’ont pas été inquiétés, et au commencement du concert de musique classique, des sifflets ont été utilisés.

Perturbant par le son, accentué par les ogives de la cathédrale, l’assistance préfère fuir, et quitter le lieu. Cette action représente l’une des plus mémorables de la part des militants SEC. Or, on remarque là l’ironie de l’histoire. C’est par le son qu’ils ont fait sortir ceux qui voulaient faire entendre les sourds.

Il y a eu un autre événement, au cours de l’années 1995-1996 : l’occupation des locaux ORL de l’hôpital de Saint-Antoine, à Paris. Cette occupation a été faite dans un esprit pacifique,

Un intérêt des médias peu important

La presse s’y s’est progressivement intéressée. Le dossier dont la revue Vacarme a consacré au mouvement Sourds en colère, dossier essentiel dans la compréhension de cette indignation, pose la question de la place du sourd adulte dans l’éducation de l’enfant sourd, des choix opérés, et surtout, de comprendre le regard du sourd sur le « traitement de la surdité ».

L’interview que les journalistes de Vacarme ont faite éclaire en quoi ce regard démontre : une obsession de faire entendre, alors que l’urgence est justement d’avoir une meilleure éducation. Cette opposition de vue entre le traitement médical, et une éducation par la langue des signes est une opposition ancienne entre le docteur Gaspard Itard qui cherche à soigner par la chirurgie, et Roch-Ambroise Bébian qui considère le Noétomalalien le meilleur vecteur éducatif de l’enfant sourd, au début du XIXe siècle.

Néanmoins, cet intérêt reste fortement minoritaire, car le refus du soin reste fortement peu compris de la part de la société qui voit la surdité comme un manque, une déficience, alors que les Sourds veulent au contraire en faire comme un avantage, une différence.

Une désolidarisation des associations conventionnelles

Or, bien que le mouvement Sourds en Colère ait fortement perturbé tout au long des années 1990 la course aux implantations en France, la faisant reculer dans le classement des pays, les promoteurs de cette technologie considèrent « La notion de « monde des sourds » est le fruit tardif des efforts de l’abbé de l’Epée pour insérer les sourds profonds dans le monde des bien-entendants. Jusqu’à l’arrivée de l’implant cochléaire, appartenir au monde des sourds, avec sa langue propre, était dans bien des cas un traitement palliatif de ce handicap, permettant l’épanouissement de l’individu qui en était atteint. » (source)

L’institution d’un comité ethnique, composé de médecins et de représentants d’associations sourdes commence à faire calmer les choses, et surtout diminué le rythme des implantations. Ainsi, dès 1995, le mouvement Sourds en Colère semble être moins suivi par les principales associations de la communauté, inquiète de voir se prolonger le mouvement de l’indignation, et donc craignent d’être débordées par celle-ci.

L’inquiétude semble se porter sur le regard des autorités sur la communauté sourde, où la crainte, de la part de ces associations, d’être considérés comme des individus sauvages, peu respectueux des conventions sociales. Et surtout sur la crainte, sur des fondements non prouvés, de perdre des subventions si ce mouvement se prolongeait.

Le « zap » contre Matignon, en 1997, semble avoir consommé cette rupture. En effet, après l’institution du comité d’ethnique, l’objectif des Sourds en Colère a été de cesser la médicalisation de l’éducation des enfants sourds, et de promouvoir une éducation bilingue. Les méthodes inspirées d’Act-Up semblent ne pas être partagées par les dirigeants de ces associations. En effet, la rupture est aussi celle d’une rupture entre deux générations, celle qui a participé au Réveil Sourd des années 1970, et celle, née au début des années 1970, qui voit le mouvement du Réveil sourd se ralentir, et donc se scléroser.

L’entrée en sommeil (1999-2013)

Exposés à l’isolement de la part de leurs « alliés » qui se sont désolidarisés, les membres de Sourds en Colère peinent à atteindre leurs objectifs, et tentent de ranimer la flamme de l’indignation. Mais, cinq ans après, l’énergie qui l’animait était épuisée, et surtout, l’institution du comité d’ethnique donne un faux sentiment de sécurité aux dirigeants des principales associations sourdes.

Par une discussion interne, il est décidé à ce que l’association entre dans un sommeil, jusqu’à ce que les conditions s’y prêtent. Ainsi, l’association Sourds en Colère n’a jamais été fermée, ni dissoute. Elle existe encore de nos jours. Entre temps, OSS2007 est fondé, prenant quasiment les mêmes actions, et les mêmes objectifs : par des actions spectaculaires, interpeller l’opinion sur la situation catastrophique de l’éducation des enfants sourds.

Et d’autre part, les difficultés de la principale association de la communauté sourde française entraine une absence croissante de la représentation des sourds auprès du comité d’ethnique, et par conséquent, en France, l’implantation cochléaire connaît un fort rebond.

Conclusion

La question de la surdité, et du regard posé sur elle (culturelle ou médicale) reste encore actuelle. Surtout avec le décret du dépistage précoce de la surdité, à +3 jours de la naissance, décision qui a été vue comme une promotion directe de l’implantation très précoce des enfants sourds, et des possibles dérives de cette politique. Ce décret, mis au Journal Officiel, a été fait lors de l’entre-deux tours de la présidentielle de 2012, en catimini, après qu’un projet de loi, et un d’amendement de dépistage précoce aient été rejetés par le conseil d’état.

D’autre part, la question de la classification de la surdité dans la catégorie « maladie » (dont le terme doit être vérifié à l’heure de l’écriture de ce billet), et non plus dans la catégorie « état physique » entraîne toute une machinerie visant à traiter cette « maladie » par tous les moyens dont la promotion de l’implantation cochléaire.

Pour la communauté sourde, après les acquis sociaux et culturels des années 1970-1990, on assiste là à un coup d’accélérateur de la médicalisation de la surdité et du déni croissant de l’existence même de la communauté sourde, à l’heure où de nombreuses études universitaires attestent de leur existence.

Cette opposition entre deux visions ne semble pas avoir de solution, en ce moment-même, et qu’un mouvement international d’opposition à l’implant cochléaire semble monter. L’inquiétude des Sourds provient justement de la difficulté de trouver des informations claires, précis sur cette technologie, de ses taux d’échec et de succès, d’une étude qui prenne du recul sur ce que ce « traitement » porte. On ne dispose pas d’étude qui en fasse le bilan, et c’est ce que pointent la plupart des associations de Sourds… Et cet article de Rue89 éclaire un débat encore chaud : Pourquoi les sourds ne veulent pas entendre ? qui a eu une réponse de l’autre côté.

Qu’en arrivera-t-il ? Ceci n’est plus de l’histoire… Cependant, les années 1990-2010 représentent une période d’affrontement entre les médecins qui veulent soigner, et les Sourds qui veulent promouvoir la langue des signes française. Un affrontement entre deux conceptions inconciliables de la surdité…

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Childéric et l’ouvrier sourd-muet

Quelques bijoux du trésor (Chifflet, 1655, p 97)

Voici 360 ans que l’on a découvert le tombeau du roi franc Childéric, le père de Clovis, et l’un des principaux dirigeants de l’Empire Romain d’Occident finissant. Le trésor de cette tombe a été volé et fondu dans les années 1830, et on ne dispose que quelques pièces épars et des gravures de ce trésor (Consultable ici, mais en latin !). Or, ce n’est pas le principal sujet de ce (court) billet. En effet, ce qui nous intéresse plus, ce n’est ni la tumultueuse vie de Childéric, non plus les origines de la royauté franque, mais bel et bien de comprendre qui est le « découvreur » de ce trésor.

Ainsi, il semblerait, jusqu’à preuve du contraire, que le découvreur serait un sourd-muet du nom d’Adrien Quinquin. De lui, on ne sait rien du tout sauf qu’il serait ouvrier, chargé de démolir une maison. Le 27 mai 1653, en cassant quelques pierres, il tombe ainsi sur le trésor franc, et est entré par hasard dans l’Histoire. Mais, quelle a été sa vie, comment sait-on son nom, et surtout, quelle a été sa réaction au moment de la découverte ?

Qui est Adrien Quinquin ?

Cette question, simple en soi, est ardue à répondre, vu que l’époque n’est guère propice aux archives, et la région de Tournai était à cette époque une localité des Pays-Bas espagnols, et donc, non encore soumis à l’ordonnance de Villers-Coterêts de François Ier qui a institué, un siècle plus tôt, l’obligation de tenir des registres de population pour chaque paroisse du royaume de France, en français, et non en Latin.

Cependant, de nombreuses sources font état de sa situation.

Dans le La religion des Gaulois, tirée des plus pures sources de l’antiquité, volume 2, du Bénédictin Jacques Martin, écrit en 1701, soit 50 ans après la découverte de la tombe, l’auteur mentionne : « Le Curé de S. Brice de la Ville de Tournai ayant fait creuser proche du Cimetiere de la Paroisse, à la hauteur de quelque sept pieds ou un peu plus, quand on fut venu jusqu’à la pierre vive, un nommé Adrien Quinquin, Tailleur de pierre, trouva d’abord une boucle d’argent et un moment après un bourse ronde de cuir ou de peau pourrie, contenant plus de cent pièces d’or. Cette découverte produisit dans Quinquin un si grande surprise, que tout sourd et muet de naissance qu’il étoit, il ne laissa pas de pousser de cris confus, qui fire accourir bien du monde. » (P 337)  (Consultable directement ici) D’autres sources anciennes reprennent la même information, (ici et ), et une plus récente n’en fait pas mieux (là encore)

Ce que l’on sait de ce sourd-muet, c’est qu’il est considéré comme sourd-muet de naissance, ce qui est un élément d’importance, puisque cela à un grand impact sur son éducation. En effet, être sourd de naissance, ou être devenu sourd sur le tard entraîne une situation différente. Dans son cas, on voit bien qu’il est arrivé à une situation relativement intéressante : ouvrier tailleur de pierre. D’autres sources disent qu’il est terrassier… Dans le cas de l’ouvrage de Jacques Martin, il est précisé « tailleur de pierre ».

Cette précision est intéressante, d’autant plus que l’on l’a chargé de creuser des fondations d’une hospice. Cette confiance envers d’un sourd-muet contredit une légende sans cesse reprise depuis le XIXe siècle qui dit que les sourds-muets sont des malheureux rejetés par la sociétés, et dissimulés au fond des couvents. Or, le métier d’Adrien Quinquin est à plus d’un titre intéressant. En effet, à cette époque, il fallait faire un long apprentissage pour exercer cette profession. Le fait qu’il soit considéré comme tailleur de pierre, et non simple ouvrier, montre la reconnaissance de ce sourd-muet de la part de la corporation des tailleurs de pierre, et par conséquent, le fait que son maître tailleur de pierre l’ait engagé est une autre indication de sa possible compétence.

Est-ce que l’on l’ait engagé par charité ? Si l’on regarde l’exemple de Pierre Desloges, un siècle plus tard, on peut dire que non, puisque Desloges, de son côté est relieur, et il a déclaré dans sa lettre publiée dans Le Mercure de France, du 18 décembre 1779 : « venu à Paris à vingt et un ans, mis en apprentissage contre l’avis de mes parents qui me jugeaient incapable de rien apprendre; obligé de chercher de l’ouvrage pour subsister; sans appui, sans protection, sans ressource, réduit deux fois à l’hôpital faute d’ouvrage.. »

Par conséquent, à cette époque, les sourds-muets ne vivent pas nécessairement de la charité, mais sont obligés de travailler pour pouvoir vivre. Et donc, dans le cas d’Adrien Quinquin, le fait qu’il ait le titre de tailleur de pierre permet d’envisager qu’il puisse être officiellement ouvrier tailleur de pierre sous les ordres d’un maitre. Il se peut que dans les registres de l’église de Saint-Brice qui avait financé la construction de l’hospice, on trouve la mention du maître de construction, chargé de démolir et de construire l’hospice.

Où est ce que ce sourd-muet ait résidé ? Si l’on considère qu’il fasse partie de la corporation des tailleurs de pierre, il se peut qu’il ait résidé sur la paroisse de Saint-Piat, sur la rue actuelle du Quai Taille-Pierre. (Informations complémentaires ici) D’autre part, si l’on poursuit cette réflexion. Le fait d’être mis en apprentissage exige une signature d’un contrat où les deux parties (le maître et l’apprenti) s’engage à respecter leurs obligations respectives. Cela peut montrer que l’on s’est soucié, durant la jeunesse d’Adrien Quinquin, de son avenir et que l’on lui a permis d’avoir un métier. Il se peut également qu’il soit issu d’une famille de tailleurs de pierre, ce qui n’est pas rare à cette époque. (Comme Claude-André Deseine, sculpteur sourd de la fin du XVIIIe siècle, qui est issu d’une famille d’artistes et de sculpteurs).

5380470-8028114

Bannière de la corporation des maçons et des tailleurs de pierre
(Source : http://www.lesamisdetournai.be)

 

Conclusion

A travers cette analyse se met en relief les conditions de vie des sourds à cette époque, dans les grandes villes d’Europe du nord et de l’ouest. Son cas, et celui de Pierre Desloges, illustrent la nécessité de la part des sourds, de se débrouiller pour pouvoir vivre, mais, qui peuvent également compter sur des relations pour avoir une situation meilleure.

Mais, la réflexion ne peut aller plus loin sans trouver des documents attestant clairement le placement des sourds-muets en apprentissage. Par conséquent, il est plus que nécessaire de retrouver la trace, dans les archives de telles mentions, et donc de conduire à leurs analyses pour comprendre justement la place qui est accordée à ces sourds dans la société. Cette analyse apporte une nouvelle lumière sur le regard de la société envers ces sourds, et donc, de comprendre l’évolution au cours des siècles de ce regard.

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le discours militant sourd, en 1912

Après des semaines de silence, en voici le dernier billet « pré-été ». Il s’agit d’une analyse de texte, un texte assez fort et percutant dans son contenu, et si contemporain que l’on retrouve la plupart des arguments employés par les mouvements sourds en faveur des langues des signes et de l’éducation bilingue. Ce texte provient d’un rapport de travaux du Deuxième congrès national pour l’amélioration du sort des Sourds-Muets, organisé à Roubaix les 13-14-15 aoüt 1911. Ce congrès se concentre sur la question de l’éducation des enfants sourds, à une époque où l’éducation orale ne souffrait d’aucune contradiction, et semblait être indiscutable.

Ainsi, en ce jour où un groupe de sourds fait une marche depuis Paris, jusqu’à Milan où ils arriveront le 28 juin 2013, la principale revendication de cette marche est une reconnaissance des torts en ce qui concerne l’éducation des enfants sourds, où justement, un congrès organisé dans la ville italienne, en septembre 1880, préconisait fortement l’usage d’une méthode orale dans l’éducation des enfants sourds, et dont l’adoption de cette méthode entraîne de facto le bannissement de la langue des signes. Les revendications de la marche sourde sont consultables ici, mais, en tant qu’historien en premier lieu, ce qui est fascinant, c’est que le texte de Dusuzeau répond en écho aux revendications actuelles.

En voici le texte complet, la mise en page est personnelle pour illustrer les principales idées :

Ernest DUSUZEAU

Ernest Dusuzeau dans les années 1880

 

Rapport sur « la Méthode Orale et la Méthode des signes» (pp 66-69 du compte-rendu des travaux.)

Je maintiens mon opinion sur ces deux méthodes, et je ne ferai que répéter ce que j’ai dit au Congrès de 1896 à Genève et de 1889 et de 1900 à Paris.  Je ne ferai aucune objection à la méthode orale, je reconnais qu’elle peut rendre de grands services et j’approuve ceux qui cherchent sans cesse les moyens de la perfectionner. Mais pour le développement de l’intelligence du sourd-muet, cette méthode ne suffira jamais. Il lui faut un auxiliaire : la mimique.

Les partisans de la méthode orale sont eux-mêmes forcés d’avoir recours aux signes. Allez dans les écoles où elle est employée, vous verrez que le language mimique existe toujours. Cela n’a rien d’étonnant. 

Le maître, pour apprendre à l’enfant sourd-muet à prononcer une lettre, est toujours obligé d’employer un ou plusieurs signes pour lui expliquer la façon de prononcer cette lettre. Et il n’y parviendrait jamais en restant les bras derrière le dos. Plus tard, comment lui expliquer les nuances si nombreuses de la langue de son pays, tells que celles qui existent entre les verbres vouloir, désirer, souhaiter, etc… ?

Comment lui expliquer les idées abstraites ? Comment lui expliquer Dieu et son existence ? Comment lui expliquer les mathématiques, la physique, la chimie…

Messieurs les partisans de la méthode orale, vous n’hésiterez pas à avouer que vous ne pourrez jamais arriver à rien sans le concours de la méthode mimique.

J’estime que la parole pour le sourd-muet est un luxe, un supplément d’instruction qui facilite ses rapports journaliers avec l’extérieur. Quant au point de vue purement utilitaire, au point de vue de son instruction personnelle et morale, elle n’est en aucune façon d’une utilité immédiate. Il faut, pour l’éducation du sourd-muet, se mettre d’abord à sa portée en s’efforçant soi-même d’employer ses moyens naturels, et ce n’est qu’après lui avoir fait la concession de cet effort pour développer son intelligence et ses facultés, qu’on est en droit d’exiger de lui l’étude de la parole universellement répandu que Dieu lui a refusé : «la Parole».

Plaignons les parents !

Dès que leur enfant sourd-muet parvient à prononcer papa! Maman ! Ils deviennent fous de joie, pleurent de joie et courent crier dans la rue : «Mon enfant parle ! Mon dieu !»

Cruelle déception !

Plus tard, ils s’apercevront que non seulement leur enfant n’est pas suffisamment instruit, mais encore, qu’il est incapable de converser avec tout le monde, que sa voix devient étrange, rauque, criarde et difficile à comprendre.

Je demande donc avec instance, et j’emploierai toute mon énergie, toute l’expérience que j’ai acquise depuis longtemps, à réclamer les bienfaits de la méthode mixte pour l’enseignement des sourds-muets.

Outre que c’est déjà presque un crime de priver l’enfant sourd-muet de sa langue maternelle : ses signes, c’en est un encore de laisser dormir sa belle intelligence qu’il faut, au contraire, développer de bonne heure ! J’insiste sur ce fait, car l’avenir de l’enfant y est attaché, et vouloir concentrer toute l’attention du sourd-muet sur la parole, c’est la détourner du but qu’on doit atteindre.

De nombreux exemples pourraient être cité, à l’appui de ce que je dis. J’en choisirai quelques-uns seulement. 

Un jour, on me présente un enfant sourd-muet âgé de 14 ans, ne connaissant ni l’alphabet manuel ni les signes. Elevé par la méthode orale, il parle très bien et converse facilement avec son père et sa mère. Je prends mon crayon et lui pose cette question : «As-tu des frères et des soeurs ?»

Il ne peut me répondre et prie son père de l’aider. Son père lui explique verbalement ma question, mais il continue à ne pas répondre. Le père s’efforce de lui faire comprendre qu’il a une soeur âgée de 16 ans.  Enfin le jeune sourd-muet me répond par écrit : «Tu deux soeurs.»

Messieurs, n’est-ce pas triste ? La parole lui avait été donnée, c’est vrai mais elle avait absorbé les efforts du pauvre enfant, et l’intelligence était restée enfermée !

 Je vous demande quels résultats on a obtenus depuis l’établissement de la méthode orale pure et la suppression de la méthode mimique. Non, jamais ! Le language mimique ne disparaîtra ! 

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Je vous invite à lire le remarquable ouvrage de feu M. Chambellan, professeur honoraire de l’Institution nationale des sourds-muets de Paris, sur la vulgarisation du langage des signes, vous n’y verrez que des preuves incontestables de l’utilité de ce langage.

Dans certaines écoles, les enfants qui ne peuvent réussir à parler, sont considérés comme des idiots ou demi-idiots. N’est-ce pas une monstruosité, une injustice criante, contre laquelle nous devrions protester de toutes nos forces ? 

Joachim Ligot était considéré, dès son entrée à l’Institution des sourds-muets de Paris, comme un enfant idiot, parce qu’il ne pouvait pas suivre les cours avec ses camarades. Deux ans après, on décida de le renvoyer dans sa famille. Mais M. Ferdinand Berthier, l’un des plus illustres professeurs sourds-muets, insista auprès du Directeur pour que cet enfant fût confié à ses soins pendant une année encore. Après de longs et pénibles efforts qui lui valurent les les plus grands éloges, M. Berthier parvint à jeter la lumière dans le cerveau du jeune Ligot qui devint plus tard l’un des meilleurs écrivains. Comment M. Berthier est-il arrivé à un si brillant succès ?… En employant le langage mimique. 

En 1889, mon père a assisté à une réunion à laquelle l’avait convoqué M. D., notaire à Compiègne, pour servir d’interprète à une famille de sourds-muets. Il s’agissait d’un partage de bien après la mort du père; mais, comme la mère ne pouvait se faire comprendre de ses trois enfants sourds-muets, qui, cependant, avaient été élevés par la méthode orale, le notaire qui devait s’assurer que les termes de l’acte de donation étaient parfaitement compris a prié mon père de leur en faire l’explication. Mon père s’est servi du langage des signes. Sa tâche a été facile, car les enfants sourds-muets ayant parfaitement compris, l’affaire s’est promptement terminée.

Donc, je ne saurais assez le répéter : la méthode orale et la méthode mimique combinées sont nécessaires, indispensables.  Elles feront des sourds-muets des hommes instruits, capables de tenir une place honorable dans le monde, et qui, souvent même, deviendront des natures d’élite. En effet, moins exposés que les parlants aux distractions extérieures, ils se donnent en général plus sérieusement à leurs travaux et à leurs études. 

 Je m’adresse donc à tous les hommes de coeurs, et je demande à ceux qui, dans un but louable, ont voulu adopter la méthode orale pure, de reconnaître, en leur âme et conscience, qu’ils n’ont pas obtenu les résultats qu’ils espéraient. Je les prie aujourd’hui de s’unir à nous pour assurer le bonheur et le bien-être de ceux qui travaillent avec tant de courage et d’énergie à se créer leur place en ce monde.»

Ce texte, pour un non-initié aux tensions qui parcourent la question de l’éducation des enfants sourds, peut paraître obscur, mais Dusuzeau insiste sur un fait : éducation intellectuelle de l’enfant sourd.  Il l’a insisté en précisant de ce qui compte dans la vie, c’est le savoir, pas le fait de savoir ou de pouvoir parler. Il a cité l’exemple d’un enfant sourd incapable de répondre à une question simple.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

D’autre part, il a cité l’ouvrage de Victor-Gomer Chambellan, Quelques morts sur la vulgarisation du langage des signes, consultable sur Gallica (avec De l’importance du langage mimique dans l’éducation de…) Or, une précision est nécessaire. Dusuzeau a eu Chambellan comme professeur, et est devenu son collègue après qu’il ait terminé sa dernière année d’étude. Et d’autre part, il a également obtenu le baccalauréat de mathématiques, unique fait historique en France, à une époque où les études supérieures étaient inaccessibles, et encore plus aux sourds. Le succès des études de Dusuzeau s’explique par le soutien fort de son père, universitaire dans les études mathématiques, à Compiègne, et qui a appris la langue des signes pour aider son fils. Ce soutien paternel a compté au point qu’il ait cité son père dans le texte.

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Ensuite, il cite également le cas de Joachim Ligot, cas étudié par Yves Delaporte dans son Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier, édité par le CLSFB (en vente ici). Ligot s’est révélé, effectivement, l’une des plus fines plumes sourdes des années 1870-1880, avant qu’il soit occulté par les écrits d’Henri Gaillard. Or, aucune étude détaillée des écrits de Ligot n’existe à ce jours, ni aucun d’autres auteurs sourds.

Enfin, la conclusion de l’auteur est intéressante. Il demande à ceux qui ont adopté et appliqué la méthode orale pure d’admettre leur erreur, et donc d’ouvrir la porte à la langue des signes. Cette demande, on la retrouve dans les revendications de l’OSS 2007 (Dont voici le site) ! On voit ainsi une constance dans les revendications des militants sourds : faire reconnaître l’erreur du choix du congrès de Milan de bannir la langue des signes. Il y a également un second point, remarqué par Dusuzeau : considérer comme incapables ceux qui n’ont pu parler. Ce point qui horrifie l’ancien professeur est également noté par les militants sourds, souvent victimes de telles considérations.

Par conséquent, il est intéressant de voir cette constance de revendications et de combat à un siècle de distance. Et donc apporte la nécessité d’étudier plus en profondeur les textes des auteurs sourds, sur leurs revendications, et donc, de comprendre la perception des sourds sur la société française, ce dont le format de ce billet ne permet d’entrevoir… On voit donc l’ampleur du travail à effectuer dans l’étude de l’histoire des sourds !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Designer les « Sourds », les évolutions de l’Histoire…

Dans la recherche historique sur la Surdité, il y a eu de nombreuses évolutions dans l’utilisation pour désigner, en français, ce groupe de personnes. Il est intéressant de faire remarquer que depuis quasiment deux siècle, les Sourds se désignent par ce signe :

"Sourd-Muet"

 

Ce signe, « Sourd-Muet« , désigne en premier l’oreille puis la bouche. Ce dessin date des années 1850, et est issu d’un dictionnaire fait par un enseignant sourd, et poète, Pierre Pélissier, dont les oeuvres sont accessible sur Gallica,  ici  et ses poèmes, consultables dans Google Books,  .

Bref, cet auteur, dont on en découvrira plus tard le parcours, a utilisé un signe qui n’a guère évolué jusqu’à nos jours.

Mais, qu’en est-il en français ? Eh bien, accrochez-vous !

Les évolutions depuis le XVIIIe siècle

Ainsi, pour désigner les Sourds, il y a eu de nombreuses évolutions qui reflètent le regard de la société sur ce groupe de personnes. Par conséquent jusqu’aux années 1920, on utilise invariablement « sourd-muet« , alors que les Sourds, eux, utilisent surtout « Sourds-Muets » avec les majuscules pour ainsi se différencier de ceux qui sont devenus sourds sur le tard.

Néanmoins, vers les années 1890 apparait un nouveau terme : « sourd-parlant » afin de différencier du « Sourd-Muet » qui n’a jamais eu une éducation purement orale, imposée dès 1881, dans la suite du Congrès de Milan, en 1880, qui préconise, après débats, l’utilisation d’une méthode d’éducation orale extrême : la Méthode Orale pure (qui impose une éducation orale, les deux premières années, sans support visuel, et encore moins écrit, ni dessins non plus).

Ainsi, avec l’apparition d’un nouveau groupe de personnes éduquées oralement, la naissance du terme « sourd-parlant » marque une nouvelle évolution qui sera également brève, puisque c’est à partir des années 1920, 40 années après le congrès de Milan, qu’un nouveau terme apparaît : « sourd », plus souvent sans majuscule.

Ce terme désigne invariablement le sourd qui peut parler ou celui qui ne le peut pas. La disparition du terme « sourd-muet », plus particulièrement dans les écrits de ce petit monde, car il faut le rappeler, actuellement encore, les journalistes écrivent « sourd-muet » ce qui a le don de faire énerver ceux qui veulent uniquement « sourd », les sourds eux-mêmes.

Or, la guerre de 1914-1918 a apporté un nouveau terme : « Les sourds de guerre » pour désigner ceux qui sont devenus sourds par la suite de bombardements. Il a été très utilisé jusqu’aux années 1950.

L’influence de la médicalisation des moeurs

Par la suite, avec les progrès de la médecine et de l’ORL, la médicalisation de l’éducation des enfants sourds entraîne l’apparition d’un nouveau terme : « malentendant« , ce qui signifie « celui qui entend mal ».

Or, ce mot est souvent source de confusions et d’incompréhensions, car il est loin de réfléter ce qui existe réellement dans le monde sourd. La naissance de ce mot marque en fait l’apparition d’une nouvelle technologie : les appareils auditifs, et d’un nouvel courant de pensée : celui du politiquement correct, où utiliser le mot « sourd » peut faire choquer. C’est pourquoi, actuellement, de plus en plus d’administrations utilisent plutôt le terme « malentendant » afin de choquer le moins possible.

Il existe également d’autres avatars sémantiques comme « Déficient auditif« , « handicapé auditif« , et le pire : « porteur de l’handicap auditif« .

Ces évolutions sont les marqueurs des changements de pensée de la Société vis-à-vis des sourds. Et donc, là, la petite communauté sourde réagit en utilisant le vieux terme « sourd » et en ajoutant le majuscule « S » : Sourd, comme pour désigner une différence qui fait sa fierté.

De là, on voit une opposition de pensées entre le regard sur la déficience, et le regard sur la différence. Mais, ceci fera l’objet d’un autre billet !

Conclusion

Alors, en cette année de 2013, quel terme adopter ? Comment dire sans énerver l’en-face ? Si vous vous adressez à un Sourd (membre d’une communauté), il vaut mieux utiliser le terme Sourd, néanmoins, si vous vous adressez à un devenu sourd, le plus sûr est d’utiliser malentendant, et surtout, lui demander si le terme lui convient. En tout cas, sourd-muet ne semble pas être apprécié par tous, sauf des journalistes qui ne sont justement pas au fait des complexes évolutions culturelles de la petite communauté sourde.

Votre serviteur sourd-muet !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’inauguration du Musée Sourd de Louhans, le compte-rendu !

L’ouverture d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds est un événement assez rare, encore plus quand cela se situe en France, dans la belle ville de Louhans qui a désormais un autre élément touristique que ses 157 arcades : le Musée Sourd. (La page facebook du Musée Sourd est ici)

Ainsi, son inauguration, survenu le 9 mars dernier, a attiré un grand nombre de personnes, la plupart venus des territoires des Ducs de Bourgogne, mais également d’Allemagne avec le vice-président du Deaf History International, Helmut Vogel, et quelques parisiens. La présence du maire de Louhans, et des personnalités locales a été également remarquée.

L'inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration commence par quelques discours tournant sur le long travail de 12 années par Armand et Yvette Pelletier, du rôle de ce couple dans le développement associatif sourd en Bresse, et surtout, de la redécouverte du tombeau de Ferdinand Berthier, oublié depuis un siècle.

Les fondateurs, Armand et Yvette Pelettier, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Les fondateurs, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Un livetweet a été réalisé de ma part : #MSourds 

Un élément intéressant qui indique la prise de conscience des autorités en ce qui concerne la spécificité des Sourds. Ainsi, il est admis à reconnaître que les Sourds ne sont pas que des personnes handicapées, mais qu’ils aient une histoire, une langue, et une culture spécifiques qu’il faille faire reconnaître à travers un musée qui leur soit consacré.

Par la suite, l’intervention du vice-président de Deaf History International a été l’une des plus

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

appréciées. Venu de Francfort, Helmut Vogel montre son plaisir de voir se créer un Musée dans l’un des pays les plus riches en Histoire des Sourds, et de sucroît dans la région natale de Ferdinand Berthier, l’une des personnalités sourdes les plus connues mondialement !

Puis, une présentation de l’équipe du musée, la plupart constituée de bénévoles est faite.

 

Puis, en terminant, le Musée demande à ceux qui disposent des vieilles archives, des photographies anciennes, et tout ce qui relie à l’Histoire des Sourds, en fassent don au Musée. On pense particulièrement aux descendants des dirigeants associatifs sourds qui ont gardé ces archives et qui apporterait un grand intérêt aux chercheurs et étudiants !

D’ailleurs, les archives conservées par le Musée sont ouverts aux chercheurs et aux étudiants, et recherche des volontés pour les classifier, avis aux amateurs !

L'équipe du Musée, entourant les Pelletier.

L’équipe du Musée, entourant les Pelletier.

Après les discours, un pot est ouvert aux assistants, mais le monde était tel qu’il est difficile de se frayer un chemin vers les tables !

L’après-midi est organisé un circuit de visite sur les traces de Ferdinand Berthier, en commençant par le buste, sculpté par le Sourd Jean-Pierre Maussaléna,pour finir sur le tombeau de Ferdinand Berthier, dans le village de Sagy où il est né.

Le circuit a permis de découvrir le village natal de Ferdinand Berthier, où une rue lui a été attribué, le premier en France, mais le second qui ait été donné à un Sourd. Le premier a été celui de Frédéric Peyson, fameux peintre sourd de Montpellier.

Conclusion

L’inauguration du Musée comble un grand vide dans le paysage culturel sourd. En effet, dan les années 1970, un musée Sourd a existé à l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, jusqu’à ce qu’un adminsitrateur de l’époque décide de faire table rase de ces « vieilleries », et où de nombreuses oeuvres réalisées par de nombreux artistes Sourds ont été perdues. Par conséquent, le Musée louhannais a comblé ce vide, en permettant aux Sourds d’avoir un lieu de mémoire et de préservation d’archives.

Néanmoins, ce lieu nécessite de plus de reconnaissance et d’appui financier pour pouvoir exister. Ainsi, ceux qui souhaitent soutenir, aider, ou même apporter une contribution sont appréciés.

La tombe de Ferdinand Berthier.

La tombe de Ferdinand Berthier.

—-

Le lien direct du site du Musée sera en ligne très prochainement !

Les photos proviennent de la page facebook Histoire des Sourds de France

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter