Designer les « Sourds », les évolutions de l’Histoire…

Dans la recherche historique sur la Surdité, il y a eu de nombreuses évolutions dans l’utilisation pour désigner, en français, ce groupe de personnes. Il est intéressant de faire remarquer que depuis quasiment deux siècle, les Sourds se désignent par ce signe :

"Sourd-Muet"

 

Ce signe, « Sourd-Muet« , désigne en premier l’oreille puis la bouche. Ce dessin date des années 1850, et est issu d’un dictionnaire fait par un enseignant sourd, et poète, Pierre Pélissier, dont les oeuvres sont accessible sur Gallica,  ici  et ses poèmes, consultables dans Google Books,  .

Bref, cet auteur, dont on en découvrira plus tard le parcours, a utilisé un signe qui n’a guère évolué jusqu’à nos jours.

Mais, qu’en est-il en français ? Eh bien, accrochez-vous !

Les évolutions depuis le XVIIIe siècle

Ainsi, pour désigner les Sourds, il y a eu de nombreuses évolutions qui reflètent le regard de la société sur ce groupe de personnes. Par conséquent jusqu’aux années 1920, on utilise invariablement « sourd-muet« , alors que les Sourds, eux, utilisent surtout « Sourds-Muets » avec les majuscules pour ainsi se différencier de ceux qui sont devenus sourds sur le tard.

Néanmoins, vers les années 1890 apparait un nouveau terme : « sourd-parlant » afin de différencier du « Sourd-Muet » qui n’a jamais eu une éducation purement orale, imposée dès 1881, dans la suite du Congrès de Milan, en 1880, qui préconise, après débats, l’utilisation d’une méthode d’éducation orale extrême : la Méthode Orale pure (qui impose une éducation orale, les deux premières années, sans support visuel, et encore moins écrit, ni dessins non plus).

Ainsi, avec l’apparition d’un nouveau groupe de personnes éduquées oralement, la naissance du terme « sourd-parlant » marque une nouvelle évolution qui sera également brève, puisque c’est à partir des années 1920, 40 années après le congrès de Milan, qu’un nouveau terme apparaît : « sourd », plus souvent sans majuscule.

Ce terme désigne invariablement le sourd qui peut parler ou celui qui ne le peut pas. La disparition du terme « sourd-muet », plus particulièrement dans les écrits de ce petit monde, car il faut le rappeler, actuellement encore, les journalistes écrivent « sourd-muet » ce qui a le don de faire énerver ceux qui veulent uniquement « sourd », les sourds eux-mêmes.

Or, la guerre de 1914-1918 a apporté un nouveau terme : « Les sourds de guerre » pour désigner ceux qui sont devenus sourds par la suite de bombardements. Il a été très utilisé jusqu’aux années 1950.

L’influence de la médicalisation des moeurs

Par la suite, avec les progrès de la médecine et de l’ORL, la médicalisation de l’éducation des enfants sourds entraîne l’apparition d’un nouveau terme : « malentendant« , ce qui signifie « celui qui entend mal ».

Or, ce mot est souvent source de confusions et d’incompréhensions, car il est loin de réfléter ce qui existe réellement dans le monde sourd. La naissance de ce mot marque en fait l’apparition d’une nouvelle technologie : les appareils auditifs, et d’un nouvel courant de pensée : celui du politiquement correct, où utiliser le mot « sourd » peut faire choquer. C’est pourquoi, actuellement, de plus en plus d’administrations utilisent plutôt le terme « malentendant » afin de choquer le moins possible.

Il existe également d’autres avatars sémantiques comme « Déficient auditif« , « handicapé auditif« , et le pire : « porteur de l’handicap auditif« .

Ces évolutions sont les marqueurs des changements de pensée de la Société vis-à-vis des sourds. Et donc, là, la petite communauté sourde réagit en utilisant le vieux terme « sourd » et en ajoutant le majuscule « S » : Sourd, comme pour désigner une différence qui fait sa fierté.

De là, on voit une opposition de pensées entre le regard sur la déficience, et le regard sur la différence. Mais, ceci fera l’objet d’un autre billet !

Conclusion

Alors, en cette année de 2013, quel terme adopter ? Comment dire sans énerver l’en-face ? Si vous vous adressez à un Sourd (membre d’une communauté), il vaut mieux utiliser le terme Sourd, néanmoins, si vous vous adressez à un devenu sourd, le plus sûr est d’utiliser malentendant, et surtout, lui demander si le terme lui convient. En tout cas, sourd-muet ne semble pas être apprécié par tous, sauf des journalistes qui ne sont justement pas au fait des complexes évolutions culturelles de la petite communauté sourde.

Votre serviteur sourd-muet !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’inauguration du Musée Sourd de Louhans, le compte-rendu !

L’ouverture d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds est un événement assez rare, encore plus quand cela se situe en France, dans la belle ville de Louhans qui a désormais un autre élément touristique que ses 157 arcades : le Musée Sourd. (La page facebook du Musée Sourd est ici)

Ainsi, son inauguration, survenu le 9 mars dernier, a attiré un grand nombre de personnes, la plupart venus des territoires des Ducs de Bourgogne, mais également d’Allemagne avec le vice-président du Deaf History International, Helmut Vogel, et quelques parisiens. La présence du maire de Louhans, et des personnalités locales a été également remarquée.

L'inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration commence par quelques discours tournant sur le long travail de 12 années par Armand et Yvette Pelletier, du rôle de ce couple dans le développement associatif sourd en Bresse, et surtout, de la redécouverte du tombeau de Ferdinand Berthier, oublié depuis un siècle.

Les fondateurs, Armand et Yvette Pelettier, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Les fondateurs, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Un livetweet a été réalisé de ma part : #MSourds 

Un élément intéressant qui indique la prise de conscience des autorités en ce qui concerne la spécificité des Sourds. Ainsi, il est admis à reconnaître que les Sourds ne sont pas que des personnes handicapées, mais qu’ils aient une histoire, une langue, et une culture spécifiques qu’il faille faire reconnaître à travers un musée qui leur soit consacré.

Par la suite, l’intervention du vice-président de Deaf History International a été l’une des plus

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

appréciées. Venu de Francfort, Helmut Vogel montre son plaisir de voir se créer un Musée dans l’un des pays les plus riches en Histoire des Sourds, et de sucroît dans la région natale de Ferdinand Berthier, l’une des personnalités sourdes les plus connues mondialement !

Puis, une présentation de l’équipe du musée, la plupart constituée de bénévoles est faite.

 

Puis, en terminant, le Musée demande à ceux qui disposent des vieilles archives, des photographies anciennes, et tout ce qui relie à l’Histoire des Sourds, en fassent don au Musée. On pense particulièrement aux descendants des dirigeants associatifs sourds qui ont gardé ces archives et qui apporterait un grand intérêt aux chercheurs et étudiants !

D’ailleurs, les archives conservées par le Musée sont ouverts aux chercheurs et aux étudiants, et recherche des volontés pour les classifier, avis aux amateurs !

L'équipe du Musée, entourant les Pelletier.

L’équipe du Musée, entourant les Pelletier.

Après les discours, un pot est ouvert aux assistants, mais le monde était tel qu’il est difficile de se frayer un chemin vers les tables !

L’après-midi est organisé un circuit de visite sur les traces de Ferdinand Berthier, en commençant par le buste, sculpté par le Sourd Jean-Pierre Maussaléna,pour finir sur le tombeau de Ferdinand Berthier, dans le village de Sagy où il est né.

Le circuit a permis de découvrir le village natal de Ferdinand Berthier, où une rue lui a été attribué, le premier en France, mais le second qui ait été donné à un Sourd. Le premier a été celui de Frédéric Peyson, fameux peintre sourd de Montpellier.

Conclusion

L’inauguration du Musée comble un grand vide dans le paysage culturel sourd. En effet, dan les années 1970, un musée Sourd a existé à l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, jusqu’à ce qu’un adminsitrateur de l’époque décide de faire table rase de ces « vieilleries », et où de nombreuses oeuvres réalisées par de nombreux artistes Sourds ont été perdues. Par conséquent, le Musée louhannais a comblé ce vide, en permettant aux Sourds d’avoir un lieu de mémoire et de préservation d’archives.

Néanmoins, ce lieu nécessite de plus de reconnaissance et d’appui financier pour pouvoir exister. Ainsi, ceux qui souhaitent soutenir, aider, ou même apporter une contribution sont appréciés.

La tombe de Ferdinand Berthier.

La tombe de Ferdinand Berthier.

—-

Le lien direct du site du Musée sera en ligne très prochainement !

Les photos proviennent de la page facebook Histoire des Sourds de France

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Ferdinand Berthier, le « Napoléon des sourds-muets »

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS - tous droits réservés)

Portrait de Ferdinand Berthier, de Cyprien Briot, 1853 (collection INJS – tous droits réservés)

A l’occasion de l’inauguration du musée de l’histoire et de la culture des sourds de Louhans ce 9 mars 2013, je vous propose de revenir un peu sur Ferdinand Berthier, cet infatigable défenseur de la langue des signes et de l’égalité civile des sourds au XIXe siècle.

Mais qui est Ferdinand Berthier ? Il est né à Louhans en 1803 et il est mort à Paris en 1886, cela tout le monde le sait. Il est élève à l’Institution des sourds-muets de Paris en 1811 ; il y  devient moniteur en 1818, puis répétiteur en 1824, et enfin professeur en 1829, en même temps qu’Alphonse Lenoir, cela tout le monde le sait aussi. Il a rédigé de nombreux ouvrages sur l’histoire des sourds, sur la langue des signes, sur l’abbé de l’Épée et sur d’autres personnalités, cela encore c’est très connu. Il a fondé le comité des sourds-muets en 1834, la Société centrale des sourds-muets de Paris en 1838 (qu’il a renommée Société universelle des sourds-muets en 1867 et dont l’actuelle Amicale des anciens élèves de l’Institut national de jeunes sourds de Paris est l’héritière) et la Société centrale d’éducation et d’assistance pour les sourds-muets en France en 1850, cela est également déjà su.

Mais sait-on que c’est Ferdinand Berthier qui a le plus contribué à diffuser la légende de l’abbé de l’Épée, légende que l’on répète encore de nos jours ? Ce n’est pas lui qui l’a inventée, puisque certains de ses aspects, comme la rencontre de l’abbé de l’Épée avec les jumelles par hasard un jour de pluie, sont relatés par d’autres avant lui, mais c’est lui qui l’a renforcée, propagée et encouragée tout au long du XIXe siècle. A tel point qu’aujourd’hui encore lorsqu’on lit dans un dictionnaire généraliste une courte biographie de l’abbé de l’Épée, on y lit presque mot pour mot ce que Berthier en a écrit.

Tout commence lorsqu’Alphonse Lenoir et lui-même sont écartés des enseignements de l’Institution en 1832, à la suite de la réforme que le conseil d’administration et le directeur nouvellement nommé à cet effet, Désiré Ordinaire, souhaitent promulguer. Cette réforme comporte plusieurs volets, mais, pour les professeurs sourds, son aspect le plus marquant est la tentative d’imposition de cours de parole à tous les élèves. Comme Berthier et Lenoir ne peuvent pas dispenser de cours de parole, ils ne sont plus autorisés à enseigner au même titre que les autres professeurs (leur salaire est donc inférieur à celui des professeurs entendants). La réforme est finalement abandonnée en 1836, mais cette expérience pousse Berthier à agir.

Il décide de fédérer les sourds entre eux autour de la figure de l’abbé de l’Épée dans ce qu’il appelle, le plus souvent, la « famille » des sourds-muets, et dans le but de convaincre les entendants décisionnaires de ce début de XIXe siècle que la méthode d’enseignement par la langue des signes est la seule qui permette aux sourds d’être les égaux des entendants. L’abbé de l’Épée était très célèbre au XVIIIe siècle, et l’Institution des sourds-muets de Paris est issue de son école. Mais au début du XIXe siècle, il n’est plus si connu. Fort habilement, Berthier décide d’utiliser son image pour porter ses propres revendications linguistiques et pédagogiques.

A la faveur du souffle nouveau apporté par la révolution de juillet 1830, en 1834 il créé le comité des sourds-muets, composé de onze membres tous sourds, dans le but d’organiser des banquets en l’honneur de l’abbé de l’Épée. Par la suite, tous les ans, le comité, puis la Société centrale des sourds-muets de Paris à partir de 1838, célèbrent l’anniversaire de la naissance de l’abbé de l’Épée. Et tous les ans, aidé de ses collègues sourds et de son ami entendant Eugène Garay, dit Eugène de Monglave (1796-1873), homme de lettres, journaliste et républicain aux nombreuses relations littéraires ou politiques (Eugène Sue, Benjamin Constant, Victor Hugo, Chateaubriand, Ledru-Rollin, Lamartine, Victor Considerant… tous invités aux banquets grâce à lui), Ferdinand Berthier cisèle et propage la légende de l’abbé de l’Épée.

Quelques exemples : en 1838, il convainc le musée historique de la ville de Versailles d’exposer un portrait de l’abbé de l’Épée ; en 1841, il fait ériger un monument en honneur de l’abbé de l’Épée dans l’église Saint-Roch où il a retrouvé en 1838 son tombeau en ruine ; en 1840, il rédige Les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée1; en 1843, il fait ériger une statue de l’abbé de l’Épée à Versailles ; en 1844, il fait apposer une statue de l’abbé de l’Épée sur la façade de l’Hôtel de Ville de Paris (statue probablement détruite lors de l’incendie de 1871) ; en 1847, il obtient que la rue des Deux-Églises qui jouxte l’Institution de Paris soit renommée « rue de l’abbé de l’Epée » ; en 1852, il rédige L’abbé de l’Épée, sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès, avec l’historique des monuments élevés à sa mémoire à Paris et à Versailles ; orné de son portrait gravé en taille douce, d’un facsimilé de son écriture, du dessin de son tombeau dans l’église Saint-Roch à Paris, et de celui de sa statue à Versailles2, etc.

Par son énergie, Ferdinand Berthier a gagné l’estime de ses contemporains sourds et entendants (en 1849, il reçoit la Légion d’honneur, demandée par ses collègues sourds, des mains du président de la Deuxième République) et son surnom de « Napoléon des sourds-muets ». Par son action, Ferdinand Berthier a probablement contribué à faire reculer l’adoption par le gouvernement français d’une réforme pédagogique d’envergure en faveur de la parole. S’il n’a pas pu empêcher l’adoption de cette réforme orale en 1880, il a tout de même permis à la langue des signes de perdurer dans les associations de sourds et donc de renaître publiquement depuis les années 1970. L’inauguration du musée de Louhans est l’occasion de lui rendre hommage.

 

Florence Encrevé

—–

1 Ferdinand Berthier, Les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840, 90 p.

2  Ferdinand Berthier, L’abbé de l’Épée, sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès, avec l’historique des monuments élevés à sa mémoire à Paris et à Versailles ; orné de son portrait gravé en taille douce, d’un facsimilé de son écriture, du dessin de son tombeau dans l’église Saint-Roch à Paris, et de celui de sa statue à Versailles, Paris, Michel Levy frères, 1852, 413 p. Pour une bibliographie plus détaillée des ouvrages de Ferdinand Berthier, cf. le site de la bibliothèque René-Bernard de l’Institut national de jeunes sourds de Paris : http://injs.bibli.fr/opac/index.php?css=riate&lvl=search_result

Encrevé Florence

Docteur en histoire.

More Posts

Inauguration d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds

Ce carnet à pour vocation de faire connaître les travaux de recherche sur l’Histoire des Sourds. C’est également le meilleur vecteur de diffusion des derniers événements ayant un lien avec la recherche. Par conséquent, j’ai le plaisir de vous faire partager l’information suivante : l’ouverture d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds. 
 
Ce musée, je le précise, comporte des archives qui peuvent intéresser les chercheurs comme vous, et ainsi, espérons que ce musée deviendra l’un des lieux incontournables de la recherche historique ! 
 
Voici ci-dessous la lettre de l’équipe du musée : 
L’association Culture et Langue des Signes Ferdinand Berthier, le comité du Musée et la municipalité de Louhans sont très heureux de vous annoncer l’ouverture du musée de l’Histoire et de la Culture des Sourds à Louhans lors de son inauguration le samedi 9 mars 2013 à 10h.
 
Une conférence aura lieu au musée à 14h30 et sera suivie d’une visite à Sagy où se trouvent la tombe de Ferdinand Berthier et sa maison familiale. Cette visite prendra fin aux alentours de 18h.
 
Le musée se trouve dans les dépendances de l’Hôtel-Dieu, 14 rue Edgar Guigot 71500 Louhans.
 
Le déjeuner est libre.
 
Si vous souhaitez participer à cet évènement, merci de confirmer votre présence par retour de mail à l’association CLSFB : association.clsfberthier@live.fr, par fax : 03 85 74 96 48 ou par tél : 03 85 75 55 81 avant le 25 février 2013.
 
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter directement par mail :museesourds.louhans@yahoo.fr
 
Notre site étant en cours de réalisation, et en attendant le jour J, voici une info pour mieux connaitre l’histoire du musée :
 
A très bientôt!
L’équipe du musée
En version anglaise (English Version)

The Association of Sign Language and Culture Ferdinand Berthier, the Museum Committee and the Municipality of Louhans are very pleased to announce the opening of the Museum of History and Culture of the Deaf Louhans at its inauguration on Saturday 9 March 2013 at 10am.

A conference will be held at the museum at 14:30 and will be followed by a visit to Sagy where the tomb of Ferdinand Berthier and his family home. This tour will end at around 18h.

The museum is located in the outbuildings of the Hôtel-Dieu, 14 Rue Edgar Guigot 71500 Louhans.

Lunch is free.

If you want to participate in this event, thank you to confirm your attendance by return mail to the association CLSFB: association.clsfberthier @ live.fr, fax: 03 85 74 96 48 or by phone: 03 85 75 55 81 before February 25, 2013.

For further information, you can contact us directly by mail: museesourds.louhans@yahoo.fr

Our site is under construction and pending on the day, here is an info to learn more about the history of the museum:

http://www.lejsl.com/bresse/2012/09/04/pour-faire-entendre-leur-voix

See you soon!
The museum team

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’inconnue du Congrès de Paris de 1889

Dans mes recherches, je suis souvent amené à consulter des photographies jaunies, à tenter d’identifier les personnes qui y sont présentes, car les photos sont un complément précieux des textes. Ils peuvent attester de la présence de tel ou tel personnage historique, et en même temps, de voir qui sont à côté de lui, car cela laisse supposer des liens d’amitié, de proximité. On peut également voir si des adversaires sont côte-à-côte ou aux deux bouts de la photo ce qui montrerait le degré de l’adversité.

Le Congrès de Paris, en 1889.

Mais, il y  a également ceux qui ne sont pas identifiables, et qui ne le seront sans doute jamais, à moins que la descendance en dispose de quelques photographies, et me contacte ce qui serait un miracle !

Ainsi, de ces nombreux inconnus dans les photographies, il y en a une qui m’a particulièrement frappé par son intensité et sa jeunesse. C’est une photographie tirée d’un photo de groupe du premier Congrès de Sourds-Muets organisé à Paris en 1889 par l’Association Amicale des Sourds-Muets. Cette photographie, après enquête, a été faite sur les marches du château de Versailles, en juillet 1889.

Congrès de Paris en 1889.
(Source : Archives Université Gallaudet) 

 

 

Le lieu de la photographie en 1889
(Merci Google pour la vue de haut !)

Ce congrès a été organisé dans l’objectif de discuter des effets du fameux congrès de Milan, auquel j’évoquerai que brièvement. A Milan en 1880 a été organisé un congrès d’enseignants, de directeurs d’écoles et de personnalités que l’on qualifierait plus de hauts fonctionnaires qui sont en charge de l’éducation de sourds-muets. Ainsi, le congrès de Milan a fortement préconisé l’abolition de la langue des signes dans l’éducation des enfants sourds. Les effets de cette abolition sont encore mesurables de nos jours avec une situation éducative que l’on qualifierait de désastreuse, mais dont je ne vais pas détailler ici. Or, ce désastre a été rapidement remarqué dans les années 1880, plus particulièrement de la part des anciens professeurs sourds renvoyés par le fait de leur surdité et non de leur compétence pédagogique.

Ainsi, le congrès de Paris a été organisé par d’anciens enseignants : Victor-Gomer Chambellan, Ernest Dusuzeau, Joseph Théobald (l’un des trois sourds présent au congrès de Milan), Claudius Forestier (l’un des trois sourds de Milan) et Benjamin Dubois qui a la particularité d’enseigner la parole tout en étant sourd (il n’a jamais préconisé l’abolition de la langue des signes). Ces professeurs étaient des personnalités de premier plan des années 1870-1890 après la disparition de Ferdinand Berthier (auquel on ne présente plus).

Ce congrès international s’inquiète des conséquences de Milan, et de l’avenir des différentes communauté sourdes. Le texte des débats existe dans de nombreuses bibliothèques comme celui de l’INJS ou de la Bibliothèque Nationale de France, mais, aucune en version numérisée. Le congrès conclut, je résume, par une demande formelle de la restauration de la langue des signes au sein des écoles de sourds-muets. Ceci est le premier congrès qui sera suivi d’autres.

Or, qu’en est-il de l’inconnue dont j’ai évoqué ?

L’inconnue

L’inconnue du congrès de Paris de 1889. 

Voici la personne en question qui se trouve à la droite de la photo de groupe du congrès. De nombreuses questions fusent quant à sa présence. Tout d’abord, est-elle sourde ou entendante ? Difficile de déterminer.

Tout d’abord, dans la liste des participants au congrès, il existe un grand nombre de femmes. La plupart sont françaises, et quelques belges et autrichiennes. Mais, seulement trois sont des mademoiselles ce qui correspond, à l’heure actuelle des connaissances, à la jeune fille de la photographie : les françaises Marie et Félicie Hennequin, et l’autrichienne Emma Warak.

Ainsi, déterminer laquelle est celle de la photographie est très difficile. Tout d’abord, l’autrichienne reste inconnue. Néanmoins les filles Hennequin, plus particulièrement Félicie, ont une destinée très liée avec la communauté sourde de France.

Félicie et Marie ont pour père Gustave Hennequin, sculpteur reconnu avec de nombreuses oeuvres disséminées partout en France et à Paris. On peut en voir deux de ses créations dans le Quartier Latin : la façade de l’Institut Océanographique, et un monument sur la place Paul Painlevé, en face du « Vieux Campeur ». Hennequin a été l’un des premiers sculpteurs sourds à participer au Salon des artistes qui réunit les meilleurs des artistes mondiaux tels que Rodin, Manet, Monet etc…

C’est également l’un des personnalités de premier plan de la communauté sourde française.

Or, Félicie Hennequin épousera quelques années après cette photo Emile Mercier qui est aussi présent à ce congrès, dont le père  a été le fondateur des Champagnes Mercier. Ainsi, Félicie, fille et épouse de sourd, va avoir un rôle important au sein de la communauté sourde de Reims.

Gardons à l’esprit que la probabilité que cette jeune fille soit sourde est plus que réduite. Ceci pour  deux raisons : les enfants sourds issus de parents sourds sont très minoritaires. Ensuite, la plupart des parents entendants, sur les conseils des éducateurs des écoles de sourds-muets, essaient de garder à l’écart leurs enfants des contacts avec les aînés sourds, de peur que la langue des signes leur contamine, et donc, fasse gâcher l’apprentissage de la parole.

Ainsi, les femmes mariées présentes à ce congrès sont presque toutes sourdes, ayant suivi leurs époux. Pourquoi toutes sourdes ? Car le mariage entre sourds est souvent la règle, et le mariage entre sourds et entendants plutôt l’exception. Mais, le « presque » indique la présence de quelques entendantes mariées, surtout une : « Mme Vve Braquehais » de la liste des participants.

Il s’agit de l’épouse de Bruno Braquehais, le fameux photographe sourd durant la Commune. Elle est une entendante, certes, mais fille de sourd, et donc faisant partie de la communauté sourde depuis sa naissance, son père, Gouin, a été l’un des fondateurs de l’ancêtre de L’Association Amicale des Sourds-Muets, La Société Universelle des Sourds-Muets, et l’un des premiers photographes…

Conclusion

A partir d’une simple photo d’une inconnue, on peut vite partir dans tous les sens, en émettant de multiples hypothèses et théories. Néanmoins, au final, il n’y a que trois noms possibles, et pour l’instant, impossible de déterminer laquelle des trois jeunes filles. Et il y a encore une grande incertitude. Serait-elle mariée ? Et ainsi, elle ne serait pas l’une des trois demoiselles, mais bien l’une des sourdes mariées ?

Dans ce cas, toute la théorie développée dans ce billet serait mis à bas, et il faudra recommencer… C’est toute l’incertitude de l’identification d’une ancienne photographie dans la recherche historique qui rend intéressant toute la réflexion et le travail.

Il reste encore beaucoup à développer et à travailler à partir de cette simple photo, et c’est tant mieux, à mon grand plaisir !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouveau ouvrage de recherche sur l’Histoire des Sourds

Le livre en question !

 

Une grande nouvelle dans le petit monde de la recherche historique des Sourds. C’est certes un petit domaine dans le monde universitaire francophone, mais dont les publications semblent se multiplier à mon grand plaisir !

Ainsi, je tiens à vous présenter un tout nouveau ouvrage en publication cette semaine : Les sourds dans la société française du XIXe siècle, de Florence Encrevé !

Il s’agit d’un ouvrage issu de la thèse que Florence Encrevé a soutenu il y a quelques années. Et donc qui présente un domaine dont j’étudie également : la place des sourds dans la société.

Ainsi cet ouvrage apporte une pierre essentielle à la recherche historique des Silencieux, et dont je ne vais pas manquer de lire ! JE vous ferai part prochainement, dès la réception de l’ouvrage, de mes impressions et remarques !

Il y a une particularité avec cet ouvrage. Il y a la traduction en noétomalalien (langue des signes française) disponible sur le site de l’éditeur, accessible par flash code. L’Histoire des sourds entre ainsi dans le monde 2.0 !

Nota : il n’y a pas encore la note de l’ouvrage sur le site de l’éditeur. Mais il est déjà en vente sur Amazon et Fnac.com !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque

Journées d’étude Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?
EHESS – 26 et 27 novembre 2012

Présenté le 27 novembre 2012.

 La recherche en Histoire peut réserver des surprises. De ce que l’on suppose d’une communauté soi-disant isolée, et ayant peu d’attaches avec les hautes sphères de la société, on finit par découvrir des ramifications qui plongent au plus profond de la société française.

Ainsi, contrairement à ce que la tradition disait à propos des sourds qui est en résumé un groupe de personnes isolées, repliés sur eux-mêmes, et surtout dont les grands de la société s’y s’intéressent peu, la découverte des relations entre Paul Deschanel, l’une des personnalités politiques de la IIIe république et d’Henri Gaillard, le sourd littéraire de la Belle Epoque semble briser avec fracas cette croyance en l’isolement sourd, et donc au fait que le sourd soit un fantôme de l’histoire et non un acteur.

L’implication de Paul Deschanel dans la vie associative sourde reste encore à mesurer. Néanmoins, elle semble être grande, bien plus que l’on soupçonne jusqu’à présent. Mais, avant d’aller plus loin, voyons qui est Paul Deschanel ?

Paul Deschanel
(Source : Assemblée Nationale)

L’Homme politique

Président de la République Française en 1920, devançant Clémenceau, il finit par démissionner six mois plus tard, ne supportant pas la pression de la fonction présidentielle. Or, c’est ce que l’on retient le plus de cette personnalité avec l’affaire du train présidentiel où il aurait sauté en marche, dans une crise de panique.

Mais, qui est-il exactement ? Il n’existe pas de biographie complète sur cette personne comme bon nombre de personnalités de la IIIe république. Derrière l’homme politique, il y a également l’homme de lettres, érudit, et surtout fils de républicain exilé en Belgique durant le Second Empire.

Son père, Emile Deschanel, a été exilé lors du coup d’état du 2 décembre 1851, mais revient en France après l’amnistie, en 1859. Paul passa ses études au Lycée Bonaparte (actuellement lycée Condorcet). Littéraire de formation, il prit la voie de la Haute administration française. Il est nommé sous-préfet en 1877, et par la suite commence sa carrière politique en 1885, élu député d’Eure-et-Loir jusqu’à devenir président en 1920.

L’ami d’Henri Gaillard

Henri Gaillard
(Photo de l’auteur)

Membre de la société des Gens de Lettres, Paul Deschanel y aurait rencontré Henri Gaillard qui y est entré en 1889. Or, cette rencontre va donner une relation particulière. En effet, Gaillard, devenu sourd suite à un bombardement en 1871, exerce le métier de correcteur à l’Imprimerie Nationale, tout en étant directeur de la Gazette des Sourds-Muets.

Rien ne destinait à ce que ces deux hommes se rencontrent, le seul dénominateur commun est la Société des Gens de Lettres.

L’influence de Paul Deschanel auprès de la communauté sourde semble avoir été importante, bien que très mal connue, et dont l’ampleur reste encore à mesurer. C’est sur son conseil que les Sociétésde sourds-muets se sont réunies en une Fédération de Sociétés de Sourds-Muets afin de mettre fin à un climat de divisions et de rivalités régnant depuis 1880, plus particulièrement entre l’Association Amicale et la Société Fraternelle des Sourds-Muets.

Ainsi, à travers d’Henri Gaillard, Deschanel a conseillé à Ernest Dusuzeau et Joseph Cochefer, présidents des sociétés respectives, de se réunir en un comité en 1894. Ce comité de sociétés de sourds-muets devient une fédération en 1897 avant de disparaître dans les années 1960.

Or, ce qui est intéressant, c’est que l’influence de Deschanel ne se limite pas à conseiller aux sourds-muets. Il participe également aux banquets, dont l’un, où il reste très peu de traces, organisé près du lac de Saint-Fargeau, dans le 20e arrondissement, où il déclare en ces termes : «Si la parole est parfois l’inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur de grands sentiments et des grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens de l’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la Patrie, le noble tourment de la Justice.» 28 juin 1893.

Cet extrait d’un discours bien plus long non encore trouvé à ce jour est une indication intéressante de l’interpénétration entre la communauté sourde et la société française par le biais de ses éléments les plus instruits.

L’influence

Il a également appuyé la décoration par deux fois Eugène Graff, de la médaille d’officier de l’instruction publique en 1910, et de la médaille d’or de première classe de l’assistance publique en 1920 ! Ainsi, quarante ans après le banquet de Saint-Fargeau, organisé par Graff lui-même, Deschanel, deux ans avant sa mort, a d’ailleurs demandé la médaille pour le «Sourd du Foyer» ce qui montre une incroyable longévité de relations. D’ailleurs, Deschanel est également membre d’honneur du Foyer des Sourds-Muets de Paris qui reçoit de surcroit une subvention de la part de la présidence de la République !

Le cas de Paul Deschanel semble ne pas être unique, ni même exceptionnel. Il est d’autant plus frappant de constater que de nombreuses personnalités ont apporté leur concours dans le combat pour l’égalité sociale des sourds comme Francisque Sarcey, fameux auteur et critique de théâtre qui a rencontré Gaillard au Moulin Rouge où ce dernier faisait une représentation de sourds-muets mimes dans les années 1890.

Ces deux exemples parmi d’autres indique une chose : que la communauté sourde, plus particulièrement au cours du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, aient des relations aussi importantes dans les hautes sphères de la société française montre un intérêt supplémentaire dans la recherche historique sur les sourds qui peuvent avoir des ramifications surprenantes dans l’histoire dite «générale».

Jules Imbert
(Photo de l’auteur, archives INJS)

On peut également citer l’exemple d’Henri Giraud, chevalier de la Légion d’Honneur et directeur des travaux de Paris, qui est fils et petit-fils de sourds. Son grand-père n’est autre que Jules Imbert, rival de Ferdinand Berthier et l’un des fondateurs de la Société Centrale d’Assistance des Sourds- Muets.

Conclusion : l’intérêt de l’histoire des sourds

On arrive, à la lumière des exemples cités, à la question de l’intérêt de la recherche historique sur les sourds, et par conséquent de ce qu’elle peut apporter à la recherche historique générale. Tout d’abord, il ne faut pas s’attendre à une révolution qui bouleverserait toute la recherche. Mais, cette nouvelle voie de recherches ouvre tout un champ d’archives inexplorés et surtout négligés depuis un siècle. Ces archives consacrés aux sourds, vus comme un domaine médical ou de l’handicap, peuvent apporter des éclairages sur l’histoire générale, ou sur la compréhension du parcours des personnalités. Ils peuvent également permettre de comprendre la place de la personne sourde au sein de la société française, des actions que peuvent entreprendre les sourds pour trouver leur place, et de l’accueil qui leur est accordé.

L’exemple de Deschanel montre que la recherche historique est loin d’être achevé, même sur les plus éminentes personnalités politiques. La recherche sur les sourds peuvent ouvrir des voies de traverse surprenantes vers d’autres champs de recherche et par conséquent compléter l’Histoire.

Ainsi, en conclusion, la recherche historique des sourds n’est pas seulement une recherche sur un handicap, encore moins sur les méthodes éducatives, mais également sur des aspects qui peuvent sembler ponctuels : les relations entre les sourds et les entendants qui représentent un domaine de recherche quasiment pas exploré, et qui nous informent sur la mentalité de la société d’alors, en dehors du milieu des «spécialistes de l’éducation» des sourds.

D’autre part, les recherches généalogiques des personnalités sourdes conduisent à des personnalités de premier rang de la société française, et il s’est avéré, comme dans le cas d’Henri Giraud, que la communauté sourde a eu un impact important dans leurs vies.

Il est donc intéressant de prendre en compte les recherches historiques sourdes et de les considérer comme complémentaires à la recherche historique générale. Cette complémentarité permet de mieux appréhender certains faits, événements, parcours, actions, choix, et donc de comprendre la dimension sociale de la communauté sourde, et non uniquement la dimension médicale de la surdité.

Le dernier mot de la fin : 

René Princeteau

Toulouse-Lautrec serait-il toujours Toulouse-Lautrec sans son mentor Princeteau ?  

Toulouse-Lautrec

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Programme des journées d’étude « Deaf Studies, Deaf History, quelles épistémologies ? »



Journées d’étude

Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

EHESS – 26 et 27 novembre 2012
(rectificatif du 21 novembre 2012) 

 

Deaf Studies et Deaf History constituent des champs de recherche dont la « traduction » est difficile dans l’espace de la recherche française. En effet, la quête de leurs équivalences conceptuelles, épistémologiques ou institutionnelles interroge les pratiques et théories des chercheurs qui s’intéressent aux communautés sourdes et à leur histoire. Bien plus qu’un état des lieux, ces journées d’étude ont pour enjeu la diffusion de ces champs méconnus en France tout en ouvrant d’une manière inédite la discussion autour de leurs bases théoriques. Afin de mesurer leurs apports effectifs et potentiels, les chercheurs seront ainsi réunis afin d’identifier les points de consensus et de divergences, il s’agira donc de discuter et d’expliciter leur appropriation critique. Au delà d’un découpage en apparence «thématique», de quelle manière Deaf Studies et Deaf History ont-elles et peuvent-elles contribuer à construire des épistémologies particulières et pertinentes pour l’analyse des objets, sujets et phénomènes qu’elles isolent ? En apportant une visibilité et un cadre public à des réseaux éparpillés, ces journées d’étude ont pour double objectif de valoriser et faire dialoguer les recherches déjà menées et d’apporter un espace d’échange et de partage inédit aux doctorants.

 

Deaf Studies: émergence, objets, méthodes

Lundi 26 novembre 2012

(Salle Lombard. 96 boulevard Raspail. 75006 Paris)

9h – Accueil – café
9h15 – Ouverture : Pierre SCHMITT, Yann CANTIN et Olivier SCHETTRIT (EHESS)

 

Modération : Didier SEGUILLON (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

9h30 – 10h30 – Pierre SCHMITT (EHESS, LAHIC) – Sciences sociales, sourds et langue des signes. D’un champ d’expérience-s a un champ d’étude ?
10h30 – 11h30 – Diane BEDOIN (Université de Rouen) – Perspectives autour des « multicultural » Deaf Studies.
11h30 – 11h45 – Pause
11h45 – 12h45 – Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8) – Études autour de la culture, la langue et l’histoire de la communauté sourde en France.
12h45 – 14h – Pause déjeuner

 

Modération : Brigitte GARCIA (Université Paris 8)

14h – 15h – Olivier SCHETRIT (EHESS, LAS) – Écrire et éditer : l’International Visual Théâtre et ses éditions autour de la langue des signes française
15h – 16h – Dennis BLITZ (Université d’Hambourg) – Approche pluridisciplinaire des études autour de la Langue des Signes à Hambourg (Allemagne)
16h – 16h15 – Pause
16h15 – 17h15 – Christian CUXAC (Université Paris 8) – Quelles épistémologies pour quelle langue des signes?
17h15 – 18h30 – Pot


Deaf Studies, Deaf History: quelles épistémologies ?

Mardi 27 novembre 2012

(Amphithéâtre F. Furet. 105 boulevard Raspail. 75006 Paris)

Modération : Alexis KARACOSTAS (Hôpital La Salpêtrière)

9h30 – 10h30 – Yann CANTIN (EHESS, CRH) – Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque
10h30 – 11h30 – Florence ENCREVE (Université Paris 8) – Les enjeux de l’écriture de l’histoire des sourds du début du XIXe siècle à nos jours
11h30 – 11h45 – Pause
11h45 – 12h45 – Loreleï BOURCHEIX (Université Lyon 2) – Eléments de réponse sur la condition sourde au Burkina Faso
12h45 – 14h – Pause déjeuner

Modération : Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8)

14h – 15h – Isabelle DAGNEAUX (Université de Louvain) – Surdité et normativité. De la médicalisation de la surdité à la culture sourde
15h – 16h –
 Mathilde VILLECHEVROLLE (Université Paris-Descartes) – Rendre la parole aux médecins. Pour une histoire du discours médical sur la surdité
16h – 16h15 – Pause

Deaf Studies/Deaf History et l’espace académique français

Modération : Pierre SCHMITT et Yann CANTIN (EHESS)

16h15– 18h15 – Table ronde avec la participation des intervenants: Deaf Studies/Deaf History et l’espace académique français.
18h15 – 18h45 – Synthèse de la rencontre

 

Comité d’organisation:
Yann CANTIN, doctorant en histoire, CRH-EHESS
Olivier SCHETRIT, doctorant en anthropologie, LAS-EHESS
Pierre SCHMITT, doctorant en anthropologie, LAHIC-EHESS
Andrea BENVENUTO, Chargée de Mission, MSSH, Université Paris 8


Entrée libre dans la limite des places disponibles (pas d’inscriptions) 

Journées interprétées en LSF/français par SILS-Interprétation.


Informations
:
Pierre Schmitt <schmittpierre@alumni.purdue.edu>
Yann Cantin <yann.cantin@ehess.fr>
Olivier Schetrit <olivierschetrit@free.fr>

Journées organisées avec le soutien de l’École Doctorale de Sciences Sociales (ED 286) et le Programme Handicap et Sciences sociales de l’EHESS, en collaboration avec leséminaire Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Lecture bilingue des lettre de l’abbé de l’Epée, et Table Ronde.

Il y aura une présentation des écrits de l’abbé de l’Epée le 9 novembre 2012 à Versailles, ville de naissance de l’abbé. Ainsi, les lectures seront suivies d’une table ronde avec des spécialistes où ils exposent leurs points de vues.

Il y aura des interprètes.

http://artsign.blogspot.fr/2012/10/lecture-bilingue-des-lettres-de-labbe.html

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Les sourds-muets et les anthropologistes », analyse d’un texte militant sourd de 1896.

Les sourds-muets et les anthropologistes, mémoire d’Eugène Née, lu au Congrès de Genève, en 1896. 26 p. (Lien direct)

Introduction

C’est le premier billet consacré à l’analyse d’un texte ou de mémoire écrit par un sourd. Il inaugure une ligne de réflexion sur les écrits des sourds de leur temps, et de l’analyse de leurs revendications. L’intérêt est de comprendre s’il y a une constance, et donc d’un fil rouge des actions des militants sourds pour leur égalité sociale, et donc de lutte contre les préjugés leur entourant.

Ainsi, le premier texte étudié est l’un des textes les plus percutants et surtout qui préfigurent les argumentations militantes de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle. C’est un texte qui peut sembler extrémiste au premier abord puisqu’il revendique le rejet de la médicalisation de la surdité, et du droit à la différence.

L’auteur

Eugène Née (1863-1907)
Source : Le journal des sourds-muets du 20 février 1895

Les sourds-muets et les anthropologistes est un texte fondamentalement revendicatif avec un ton si particulier à l’auteur qui a un parcours assez particulier, peu représentatif des sourds-muets de l’époque. C’est ainsi un personnage atypique, ayant été à l’Université royale de Gand où il a été parmi les 5 diplômés sur les 30 candidats. Ses voyages à travers la France et le Bénélux, par le métier de son père, directeur de théâtre, l’ont conduit à obtenir des informations et surtout une culture assez élevée.

A Reims, dans les années 1880, il collabore Le Petit Ardennais, et au journal Guêpe. Mais, jusqu’en 1893, il ne s’implique pas dans le mouvement silencieux, et c’est sa rencontre avec Henri Gaillard qui va l’inciter à s’investir dans les actions, et surtout à prêter sa plume. Sa réputation grandit rapidement au cours des années 1890, et plus particulièrement au Loiret, où il s’investit en faveur des sourds de ce département. Néanmoins, sa santé fragile ne lui laisse pas le temps de continuer le combat. Il meurt à l’hôpital Boucicaut, à Paris, vraisemblablement d’une tuberculose, après une retraite de trois ans à Bruxelles, en 1907. Sa mort laisse un grand vide, où, outre Gaillard, personne ne se trouve à la hauteur de ses écrits.

Son rapport Sourds-muets et anthropologistes est une réponse à un médecin danois, Holger Mygind (1855-1928) qui a proclamé, dans son article Die angeborene Taubheit. Beitrag zur Aetiologie und Pathogenese der Taubstummheit (La surdité de naissance. Article sur l’étiologie et la pathogénie de la surdi-mutité) en 1890 que les sourds-muets sont, en résumé, des êtres inférieurs à l’intelligence réduite par leur état. Il assimile ainsi les sourds aux aliénés mentaux ce qui a fait indigner Eugène Née, sourd diplômé universitaire…

Ainsi, son mémoire, présenté au congrès des sourds-muets de Genève, dont il existe un ouvrage numérisé sur Gallica, a suscité une forte adhésion aux arguments de Née. Ce succès a conduit à sa publication, aux frais de l’auteur en 1898.

La préface

Dans la préface, Henri Gaillard présente l’auteur comme un polémiste retoudable, par manque de moyens. Il dit : «A des gens méticuleux, coupeurs de cheveux en quatre et en huit comme les Anthropologistes, il faudrait certainement des répliques pied à pied, ligne à ligne, mot à mot.» Gaillard, dans cette phrase utilise le mot «Anthropologiste». Or, ce mot est à différencier d’Anthropologue, un métier scientifique. Dans le contexte de la fin du XIXe siècle et du scientisme, «Anthropologiste» désigne ceux qui réfléchissent sur l’être humain, et sur les tares de l’humanité, de l’application politiques des recommandations médicales.

Ainsi, pour Gaillard, la difficulté de répondre aux Anthropologistes, c’est de disposer d’une argumentation précise et détaillée, scientifique en soi, ce qui est difficilement à portée des sourds, non pour des raisons intellectuelles, mais matérielle, puisque la plupart entre eux sont «obligé de gagner son pain par le travail manuel. Eugène Née aux prises avec les difficulté de la vie était dans cette dure impossibilité.»

En conclusion,  Née a choisi d’être un polémiste pour s’attaquer aux conclusions du docteur Mygind, non par facilité, mais par manque de moyens financiers. Née a choisi de protéger «leur dignité insultée et méconnue par les parvenus de la fausse science, de la science à tapage et à chamarres, et du professorat intéressé, du professorat aux tintamarres de foire et à bourses pleines…».

Il s’agit donc d’une attaque contre une science détachée des faits et qui semblait méconnaitre la réalité de la vie du sourd.

Le Rapport

Née cite Mygind «Les trois-quarts des sourds-muets peuplent les asiles d’aliénés», une phrase provenant d’un travail «analysé et communiqué à l’Académie des Sciences» vers 1895.

Holger Mygind (1855-1928)
Source : Wikipedia

A partir de cette phrase, Née développe tout un argumentaire basée sur la dignité du sourd bafouée par les raccourcis sur la complaisance intellectuelle et sur l’incertitude de leurs recherches. Il déplore le fait que des scientifiques se réduisent à de tels raccourcis, et ainsi engendrent des difficultés auxquels se buttent les sourds dans leur lutte «contre la destinée».

Il dit : «nos efforts se débattent dans le vide, parce qu’un jour il a plu à des morticoles fin de siècle d’enfanter une brochure quelconque et qui traitent ce sujet comme ils auraient traité celui de la transmissibilité du virus d’un chien à un cobaye.» Cette phrase pointe un fait intéressant. En effet, de nos jours, les militants sourds déplorent le fait de séparer l’état physique du sourd : sa surdité, de son état social : sa vie de sourd. Cette séparation, et donc d’oublier l’être humain pour s’attacher à un fait purement médical. Or, la phrase de Née pointe un fait émergeant en 1896 : la médicalisation de la surdité, où des médecins interviennent de plus en plus sur la vie des sourds, et présentent des rapports sur la surdité.

Née déplore leur méconnaissance de la réalité, s’attachant uniquement à la surdité, et non à la vie du sourd. Il leur reproche de : «attacher à toute une humanité, cette étiquette infamante, ce relan de folie et d’incapacité?» Et il ajoute «Est-ce que pour éviter de reconnaître une erreur séculaire, est-ce que pour ne pas mentir quelqu’une de vos formules sacramentelles ?» C’est une reproche à leur dogmatisme quasiment religieux.

Une explication est nécessaire pour comprendre cette partie. Tout d’abord, traditionnellement, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le sourd-muet est souvent assimilé à l’aliéné. Cette confusion réside sur la méconnaissance du sourd, et de la difficulté de discuter avec lui sans autre moyen que des gestes vagues. Ainsi, en absence de discussion approfondie avec le sourd, l’entendant se tient aux impressions extérieures et donc assimile, par méconnaissance et par paresse, le sourd à l’aliéné. Or, l’effort et le combat des militants sourds a fait que cette assimilation disparaît au profit d’une différenciation.

Mais, l’article de Mygind semble ruiner les efforts de sensibilisation sur la spécificité des sourds, et c’est ce dont reproche Née. Il reproche Mygind de se livrer à des raccourcis intellectuels par facilité et par dogmatisme au lieu de tenter de discuter avec les sourds eux-mêmes. La crainte de Née va aux «petits, des humbles, des galvaudeux, de la masse, de la légion» qui se buttent aux préjugés, renforcés par les propos provenant  «des gens d’autant plus écoutés qu’ils parlent au nom de la science».

Le reproche est d’autant plus fort qu’il déplore le détournement de la science pour des motifs peu brillants, et surtout qui brisent des vies : «pour le commun de nous, les conditions du struggle for life sont bien plus difficiles que pour nos frères les entendants, et  combien tombent en route, de ces vaincus de sots préjugés». Par la suite, il revient sur la superficialité des recherches sur la surdité : «les médecins surtout, qui ont voulu s’occuper de nous, nous étudier, ne l’ont fait que très superficiellement et le plus souvent basé leurs hypothèses sur des apparences trompeuses qu’ils ne se donnaient même pas la peine de pénétrer, ces hommes si forts en auscultations et en analyses ne se sont jamais mêlés à notre vie intime, à notre langage si clair, si précis, toujours logique et sûr.»

Le reproche est fort, puisqu’il s’attaque à leurs méthodes de travail, qu’il considère comme non-scientifique. Ce reproche est une attaque directe sur les médecins qui avaient reproché aux sourds de discuter de leurs soins.  Née dresse tout un paysage de reproches où il pointe les légèretés de la réflexion du docteur Mygind, et de la néfaste proximité administrative entre les établissements éducatifs de sourds-muets et des hôpitaux psychiatrique. Donc, cette proximité administrative serait l’une des causes de la confusion entre le sourd-muet et l’aliéné.

Puis, il cite des exemples, avec Ronsard, fameux poète de la Pléiade et qui est devenu sourd à seize ans. Il cite ensuite le frère d’Auguste Blanqui qui est sourd et qui a gardé les archives de l’Enfermé durant sa captivité. Il cite aussi trois sourds militaires, engagés volontaires. L’auteur s’attache particulièrement sur l’exemple du sourd Amet, militaire en 1870, et de nombreux infirmiers et brancardiers durant la guerre franco-prussienne. Il dresse toute une liste sur les sens artistiques, littéraire, politique, de famille où il cite d’autres exemples.

Il termine la liste par : «je ne vois vraiment pas ce qui peut justifier l’opinion du Dr Mygind et de ses coreligionnaires à moins qu’ils n’aient basé leur jugement sur quelques individualités pour les appliquer à la généralité.». Il a utilisé le terme «coreligionnaires» pour leur reprocher leur dogmatisme, et de leur légèreté de méthode de recherche.

A l’approche de la fin de l’ouvrage, Née explique la nécessité de lutter contre ces préjugés par des actions de sensibilisation comme « un comité de vulgarisation de l’alphabet manuel, pour faciliter nos relations avec les entendants». Ce comité est une vraie révolution puisqu’il inverse les échelles. Il suppose le fait que c’est à l’entendant d’apprendre la langue des signes pour s’adapter aux sourds. Cet état d’esprit est une opposition aux positions en vigueur depuis 1880 : c’est au sourd de s’adapter à l’entendant par la parole.

Il appuie son argumentation par «Soyez logiques : ou vous êtes des professeurs sortis de l’Université et des Ecoles normales; ou vous êtes de simples aides-carbins, de garçons de salle d’hôpital pour idiots et crétins, il n’y a guère moyen de vous vanter alors : il n’y a pourtant pas de milieu». Cette phrase est une attaque directe sur le dogmatisme et l’absence de débat de fond, de réflexion réellement scientifique, il déplore ainsi le consensus autour du texte de Mygind, et qui ôte tout débat.

Il termine par une citation des propos de Paul Deschanel qui a été invité à un banquet, en 1896, dont en voici un extrait : «Si la parole est parfois inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur des grands sentiments et de grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité, et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens d’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la patrie, le noble tourment de la Justice.»

Née utilise les phrases de Deschanel en opposition aux mots de Mygind. Il montre deux visions sur les sourds, et donc deux positions antagonistes.

Il conclut par une adresse aux médecins plus particulièrement : «Qu’ils daignent descendre de leur piédestal, qu’ils viennent se mêler à nous, qu’ils nous analysent en connaissance de cause dans notre vie la plus intime, qu’ils scrutent nos pensées jusqu’au plus profond de leurs replis, nous ne demandons que cela, mais qu’ils ne s’en tiennent pas à de froides études de laboratoire…» Et «Ils trouveront leur chemin de Damas».

La conclusion est une demande d’abandon de dogmatisme, et de facilité intellectuelle, afin que les deux parties puissent s’entendre et se connaître mieux. Le terme «Chemin de Damas» est une expression intéressante à plus d’un titre puisque Née utilise les termes religieux pour reprocher aux Anthropologistes de transformer la Science en une espèce de religion.

Conclusion

Le texte de Née est intéressante à plus d’un titre, puisqu’il présente le point de vue d’un militant sourd sur les recherches conduites par des médecins pour évaluer l’intelligence des sourds.

Née déplore le fait que ces recherches ne reflètent pas la réalité et sont ainsi biaisées. Or, ces recherches parties sur des bases biaisées entraînent des conclusions dangereuses. Ces conclusions, pour Née, renforcent des préjugés séculaires, puisqu’ils sont alimentées par des hommes censés représenter la modernité.

Ce paradoxe est pointé par l’auteur qui remarque la paresse intellectuelle et surtout le dogmatisme pour ménager les susceptibilités. Il leur reproche ainsi de rester dans leurs tours d’ivoire, et donc de ne pas regarder la réalité.  Ce reproche se retrouve encore de nos jours, et ainsi, il est intéressant de voir, à plus d’un siècle de distance, les reproches des sourds adressés aux médecins restent équivalent : méconnaissance de la réalité et dogmatisme.

Il est frappant de voir cette constance, et donc de ce refus de la médicalisation de la surdité. Cette médicalisation, pour les sourds, est vue comme un déshumanisation du sourd, et donc de rabaisser le sourd à une «étude de laboratoire». Ce rejet, après une éclipse de 60 ans (suite à un abandon de la défense de la langue des signes entre 1920 et 1980 de la part des sourds fortement oralisés), revient en vigueur.

Pourquoi donc ? La déshumanisation du sourd équivaut pour à un déni de l’existence de l’aspect culturel, et linguistique du sourd, et donc, bien que l’auteur ne le dise pas directement, au déni de l’existence d’une «Culture sourde» présentée avec force de nos jours, et donc les racines se trouvent justement à la Belle Epoque, et où les militants de l’époque tentent de préserver la fierté d’utiliser la langue des signes. Fierté en voie de disparition en 1890…

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Appel à contribution 1ères journées d’étude Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

(Lien vers le fichier PDF)

(Lien Calenda)

Alors que les Disability Studies ont progressivement émergé en tant qu’« études sur le handicap » dans l’espace de la recherche française, Deaf Studies et Deaf History constituent d’autres champs dont la « traduction » semble difficile. En effet, la quête de leurs équivalences conceptuelles, épistémologiques ou institutionnelles interroge les pratiques et théories des chercheurs qui s’intéressent aux communautés sourdes et à leur histoire.

 

Deaf Studies, Deaf History

Les domaines de recherche Deaf Studies et Deaf history ont émergé aux Etats-Unis dans les années 1980 à la suite des mouvements de contestation sourde comme le « Deaf Power », inspiré du « Black Power », ou comme le « Deaf President Now », qui aboutit à la nomination du premier président d’université sourd. Financées par des universités ou des institutions, ces recherches se sont répandues, au fil des colloques, dans d’autres pays, plus particulièrement en Allemagne, à Hambourg et au Royaume-Uni à Bristol.

Les Deaf Studies se consacrent plus particulièrement à la question de la place des sourds, de la langue des signes et de la culture sourde dans les sociétés, mais également à la représentation du sourd. Quant à la Deaf History que l’on peut traduire, avec difficulté, en français par « histoire des Sourds », ou « histoire Sourde », peu d’universités, à part l’université Gallaudet, accueillent ce domaine de recherche plus spécifique. Elle est le plus souvent englobée dans les Deaf Studies et peu d’historiens ou de doctorants travaillent dans ce domaine de recherche. Néanmoins, il semble être en progression depuis une dizaine d’années. Il est d’ailleurs plus répandu dans les milieux associatifs, rendu dynamique par Deaf History International, une association internationale qui, depuis douze ans, organise tous les trois ans un congrès, où des universitaires et des chercheurs bénévoles échangent autour de leurs travaux dans ce domaine.

 

 

L’EHESS et les « études sourdes » 

Bien qu’il soit complexe de situer de telles approches dans le paysage de l’enseignement supérieur en France, l’EHESS représente un lieu unique en ce qui concerne l’établissement et la poursuite d’une réflexion et d’un dialogue autour de ces constructions intellectuelles. Des travaux de Bernard Mottez à l’actuel séminaire « Surdité et langue des signes », animé par Andrea Benvenuto et Alexis Karacostas, du colloque « Les Sourds dans la cité » (novembre 2006) à la journée d’étude « Langue des signes dans la ville, écriture(s) et création » (novembre 2011), les initiatives scientifiques des chercheurs et doctorants de l’école en ont fait, de facto, un « centre de(s) recherches » en ce qui concerne l’étude des langues des signes et de leurs locuteurs. Entre jeunes docteurs et doctorants, les réseaux principalement informels dont l’EHESS est l’hôte représentent une ressource désormais incontournable par l’émulation, l’accumulation et le partage de connaissance qu’ils permettent.

 

Le tricentenaire de l’abbé de l’Épée

Le mois de novembre 2012 sera l’occasion de la célébration du 300e anniversaire de la naissance de Charles-Michel de L’Épée au sein de diverses institutions artistiques et muséographiques. Établissant le principe d’éducabilité des sourds au moyen de la langue des signes en ouvrant l’école de la rue Saint-Jacques, devenue aujourd’hui l’actuel Institut National de Jeunes Sourds, le personnage historique est devenu légende au sein des communautés sourdes du monde entier, tandis que ses initiatives constituent à bien des égards le point de départ de l’historiographie sourde. Il s’agit donc d’un moment propice à l’évaluation des chemins explorés et des pistes ouvertes par les travaux et chercheurs interrogeant les limites des champs des Deaf Studies et Deaf History – en s’y inscrivant ou en s’y confrontant. C’est l’enjeu de ces journées doctorales « Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ? ».

 

Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Bien plus qu’un état des lieux, ces journées d’étude ont pour enjeu la diffusion de ces champs méconnus en France tout en ouvrant d’une manière inédite la discussion autour de leurs bases théoriques. Au delà d’un découpage en apparence « thématique », de quelle manière Deaf Studies et Deaf History ont-elles et peuvent-elles contribuer à construire des épistémologies particulières et pertinentes pour l’analyse des objets, sujets et phénomènes qu’elles isolent ? Quelles en seraient l’histoire, les spécificités théoriques et les paradigmes ? Dans quelle mesure les connaissances et savoirs qu’elles construisent diffèrent-ils d’autres approches ? En Angleterre et aux Etats-Unis, Paddy Ladd

, Carol Padden et Tom Humphries

sont reconnus parmi les fondateurs des Deaf Studies tandis que leurs travaux font figure de manifestes, explicitant la création de nouvelles approches. En France, de plus en plus de travaux semblent bel et bien relever implicitement de tels champs. Cependant, la question des épistémologies est rarement soulevée. Alors que Bernard Mottez

ou Yves Delaporte

constituent des pionniers sans successeurs reconnus ou proclamés, les réponses morcelées et les tentatives isolées contribuent à l’incertitude quant aux apports effectifs et potentiels des Deaf Studies. Les intervenants et participants seront donc réunis afin d’expliciter et discuter les positionnements, les approches méthodologiques et les cadres conceptuels qui pourraient permettre d’identifier et de définir « quelles épistémologies » sont à l’œuvre à la fois dans les Deaf Studies et Deaf History telles qu’elles ont pu être développées initialement dans l’espace anglo-saxon, et dans leurs échos et leurs appropriations critiques dans l’espace de la recherche française contemporaine.

 

Public-s

Ces journées d’étude ont donc pour double objectif de valoriser et faire dialoguer les recherches déjà menées d’une part, et d’apporter un espace d’échange et de partage inédit aux doctorants d’autre part. La forme de ces deux journées reflète ce double objectif, encourageant activement une rencontre entre chercheurs confirmés et apprentis, notamment entre les différentes générations de doctorants et docteurs. Le dialogue et la réflexion commune seront privilégiés (tables rondes, ateliers, discussions collectives…).

Enfin, en questionnant la construction d’approches scientifiques autour de l’étude pluridisciplinaire de faisceaux de phénomènes liées à des groupes ou identités déterminés – concrétisées par l’émergence de diplômes, départements et centres de recherche dans le monde anglo-saxon (Women Studies, Chicano Studies, Disabitity Studies…) – plutôt qu’autour de disciplines (histoire, anthropologie linguistique, géographie, sociologie…), ces journées d’étude invoqueront les « miroirs transatlantiques » (L’Homme, n° 187-188) et s’adresseront potentiellement à l’ensemble de la communauté scientifique.

 

Axes

Les communications proposées pourront relever des diverses disciplines des sciences humaines et sociales. Qu’il s’agisse d’études de cas, de discussions théoriques ou méthodologiques, de commentaires ou de travaux originaux, de contributions documentaires ou historiques, elles devront contribuer à l’identification et à la compréhension des spécificités épistémologiques  des champs des Deaf Studies et Deaf History, en éclairant de manière réflexive et critique leur intérêt, leurs apports ou leurs limites, et/ou en documentant leur développement (bibliographique, historique, scientifique). Les propositions de communication pourront notamment s’inscrire dans les axes suivants :

 

Deaf Studies/Deaf History et l’espace académique français : développement et transposition des Deaf Studies/Deaf History en France (enjeux scientifiques, institutionnels, sociopolitiques);  documentation des échanges entre la France et les États-Unis (ex : échanges transatlantiques des voyages d’études à Gallaudet au colloque franco-américain de 1991) ; développement de l’enseignement et de la recherche en France (ex : enseignement de la « culture sourde » dans les formations universitaires ; Paris 8 et les recherches linguistiques) ;

 

Deaf Studies/Deaf History et l’espace international de la recherche : publications, départements et centres de recherches à l’étranger (ex : Bristol, Hambourg); discussions autour d’auteurs, recherches et ouvrages méconnus et/ou non traduits en français (ex : Amérique du Sud, Asie ; espagnol, portugais, japonais) ; les réseaux de recherches internationaux (ex : collaborations et projets de recherches internationaux);

 

Deaf History, une histoire à part ? : écriture de l’histoire des Sourds en France (ex : l’écriture de l’histoire sourde du Réveil Sourd à aujourd’hui); l’histoire des sourds et ses relations à l’histoire sociale, à l’histoire politique (ex : histoire des sourds et histoire des minorités); spécificités de la recherche (ex : sources, méthode) ; historiographie et ouvrages majeurs (ex : apports et limites des premières publications dans le champ) ;

 

« Quelles épistémologies ? » : épistémologies contemporaines pour l’étude des sourds et de la langue des signes ; relations à d’autres champs et disciplines (ex : accords et conflits entre Deaf Studies et Disability Studies, Deaf Studies et Cultural Studies, Deaf Studies et ethnographie) ; paradigmes explicites ou implicites à l’œuvre dans les Deaf Studies ; discussion de concepts originaux des Deaf Studies (ex : Deafhood, Deaf Gain, la distinction d/Deaf…) ;

Conditions de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé, 300 à 500 mots) sont à envoyer pour le 

1er octobre aux adresses suivantes. 

Deaf Studies 

Pierre Schmitt : schmittpierre@alumni.purdue.edu

Olivier Schetritolivier.schetrit@college-de-france.fr

Deaf History

Yann Cantinyann.cantin@ehess.fr 

Les journées d’étude auront lieu le lundi 26 et le mardi 27 novembre 2012 à l’ EHESS, Paris – 105 boulevard Raspail. Les résultats de la sélection seront communiqués courant octobre 2012.

L’interprétation en langue des signes est assurée. 

Ces journées sont organisées par

Yann Cantin, Olivier Schetrit, Pierre Schmitt, Andrea Benvenuto,

et le Programme Handicap et Sciences sociales :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/62/

en collaboration avec le séminaire « Surdité et Langue des signes » :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/centre/187/ 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La communauté sourde avant l’abbé de l’Épée, vu par Pierre Desloges

Texte présenté au séminaire Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques le 21 novembre 2012, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. 

(Contenu non modifié, resté en état.)

(Pour consulter l’ouvrage, voici le lien direct vers Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k749465.r=pierre+desloges.langFR )

Ouvrage de Pierre Desloges

Introduction

De nos jours, on parle souvent de communauté sourde, de culture sourde, et même de langue des signes, dont certains revendiquent comme une langue sourde.

Cela peut paraître étonnant pour celui qui est à l’extérieur de voir associés deux mots en apparence antagonistes : «culture» et «sourde».

Or, à y voir de plus près, on peut remarquer que le fait d’être né sourd lui procure une vision assez particulière du monde. Cette particularité semble être unique dans les sociétés humaines, puisque il associe la culture à un état physique dont les critères médicales attribuent à un handicap.

Or, pour ceux qui vivent dans la communauté, cette vision de l’handicap n’est pas admise, ni même acceptée, puisqu’ils ne s’y retrouvent pas. Cette vision extérieure a cependant varié au fil des temps, partant d’une vision d’un état vers une vision médicalisée.

Néanmoins, les sourds eux-mêmes ne se considèrent pas handicapés, pour la plupart entre eux, car ils se considèrent autonomes, indépendants. Cette volonté d’être libres semble être inhérent en eux. Ainsi, la question est de comprendre si cette volonté est typique à cette culture, ou bien, qu’elle ait été influencée ?

En premier, qu’est-ce qui définit la communauté sourde ? De bien nombreuses théories en font débat, passant par le fait de ne pas entendre, jusqu’à avoir une vie basée sur la vision. La plupart de ces théories sont l’équivalent de voir un verre a moitié plein ou vide.

Une communauté sourde ?

En fait, de ce qui caractéristique la communauté sourde, c’est justement la langue des signes, qui est en fait à la fois le ciment et le pilier de cette communauté. Il est frappant de voir qu’une langue permet d’avoir unevision particulière du monde, et cette langue permet ainsi de faire construire une communauté avec ses traditions, ses us et coutumes.

Tout ceci peut rester à l’état d’hypothèses, de théories abstraites si l’on n’a pas eu le livre de Pierre Desloges : Observations d’un sourd et muèt, écrit en 1779, en réponse à un ouvrage d’un abbé d’Orléans, l’abbé Deschamps, qui critiquait l’action de l’abbé de l’Epée qui s’est basée sur les Signes.

C’était la première fois qu’un sourd écrive et publie un livre, et ce livre est précieux à plus d’un titre !

Tout d’abord, outre l’aspect des débats sur l’éducation des sourds-muets, cet ouvrage nous donne une fenêtre précieuse sur la communauté sourde- muette d’avant la Révolution.

Mais, avant d’essayer de comprendre cette communauté, voyons ce que c’est la société à Paris, à cette époque.

La société de l’Ancien Régime

Avant la Révolution Française, cette société se repose surtout sur la répartition des tâches héritée du Moyen-Age. De façon simplifiée, il s’agit d’une société à trois ordres : Noblesse, Eglise, et Tiers-Etat.

La Noblesse a pour fonction, à l’origine, de protéger la population, et donc, il est destiné à donner son sang, à se sacrifier, lors des guerres.

L’Eglise a la charge de gérer le salut des âmes, et donc, à la spiritualité.

Le reste de la population se charge de tout ce qui a trait aux activités ni religieuses, ni militaires.

Cette organisation se base essentiellement sur la naissance. On naît, on vit et on meurt dans sa catégorie sociale. Mais, en réalité, c’est beaucoup plus nuancé, puisque de nombreuses familles font tout pour s’éléver et ainsi devenir nobles, leurs objectifs ultimes. Cette progression sociale se font en plusieurs générations, par le biais des alliances, des mariages. Cette volonté de progresser socialement par les mariages, les alliances est typique de cette société, contrairement à la notre où tout peut changer en une seule génération, par le travail, par la fortune amassée.

Les différents sourds-muets…

Néanmoins, il semble bien, d’après les archives analysées, en particulier par Maryse Begazu-Deluy, que les sourds-muets, dans cette course à la progression sociale, en soient bloqués. Comme cette volonté de progresser socialement repose sur une fortune personnelle servant à l’achat de charges, dans l’administration royale (juge, officier, notaires, etc…), cette fortune fait l’objet de soins particuliers, et quand un sourd-muet naît dans une famille fortunée. Il semble bien que cela varie fortement en fonction de la place de ce sourd-muet. Les informations manquent, donc, il faut éviter toute généralisation. Néanmoins, dans le cas où ce sourd-muet est enfant unique, il fait l’objet d’attentions intenses de la part de leurs parents. Par contre, s’il naît dans une fratrie nombreuse, il semble être plus ou moins mis de côté, voire mis en tutelle. Cette contrôle de la famille sur le sourd-muet est très important, mais, il semble être absente chez les sourdes-muettes… Manque de sources, manque de recherches ? Il semble bien, cela reste encore à l’état d’hypothèses, qu’elles connaissent des situations diverses, d’être internées dans des couvents jusqu’aux mariages arrangés dont elles n’ont pas mot à dire.

Tout ceci montre bien qu’il reste encore beaucoup à faire dans l’étude des sourds-muets avant la Révolution. Les archives existent, mais il faut les explorer…

Mais, ce n’est pas le sujet de la présentation ici. Le sujet, c’est les sourds- muets issus des catégories sociales non fortunées, qui ne se trouvent pas dans la partie supérieure du Tiers-Etat (Bourgeoisie, future noblesse etc…)

Desloges, lui, il fait partie des catégories les plus basses de la société. Il semble bien que la majorité des sourds-muets s’y trouvent. Et, comme la fortune n’existe pas dans cette catégorie, il semble bien que la vie des sourds-muets soit relativement libre. Le fait d’être sous tutelle ou être enfermé dans des monastères ou des couvents implique justement d’avoir des moyens de payer ces décisions.

Ainsi, de ce que j’appelle «les sourds-muets de base», on peut dire qu’ils sont à l’origine de la plupart des communautés sourdes du monde, par l’exportation de la langue des signes entre 1760 et 1880. Ainsi, l’origine de toutes ces communautés se retrouve à Paris, dont la naissance reste

difficile à situer, et dont le développement suit de très près les évolutions de Paris.

Comment entrer dans la communauté ?

Dans l’ouvrage de Desloges, il est intéressant de constater que cette communauté est assez invisible, puisqu’il lui a fallu neuf ans avant de rencontrer un autre sourd-muet, et que ce dernier l’introduise dans la communauté.

Ce mode d’introduction, par connaissance, est assez intéressante, puisque c’est la base de l’existence même de la communauté. En effet, de nos jours, c’est par le biais des écoles que les enfants sourds entrent dans la communauté. Or, à cette époque, ce n’était pas du tout le cas…

Comment faisaient-ils alors ?

Par le repérage de sourds-muets dans les rues, par hasard etc.. C’est ce qui arrive souvent, de nos jours, quand on voyage dans des villes inconnues, par un croisement, on se repère et une conversation s’engage. Ainsi, cela devrait se faire à cette époque.

Le second élément intéressant, c’est que la langue des signes se transmet également entre pairs, comme de nos jours.

Ceci semble d’être rien d’étonnant, à priori. Mais, en y creusant, on peut s’interroger sur la taille de cette communauté, sur le mode de transmission, et même, sur la vie.

D’ailleurs, dans son livre, Desloges utilise régulièrement «Nous», afin de désigner les sourds-muets. Cette utilisation régulière est une indication supplémentaire de l’existence historique d’une communauté de sourds.

Analyse dans le texte

On arrive au coeur du sujet d’étude. Desloges en mentionne peu, mais, il est clair que la communauté sourde-muette se repose fortement sur l’usage de la langue des signes. C’est ce qui en fait sa spécificité et sa force face aux difficultés du temps. Cet usage permet ainsi une solidarité accrue. Le

fait que Desloges utilise régulièrement «nous» dans son ouvrage est une indication de cette solidarité.

Profession

«Le premier qui m’a enseigné cet art si utile est un sourd et muet de naissance, Italien de nation, qui ne sait ni lire ni écrire; il était domestique chez un acteur de la Comédie italienne. Il a servi ensuite en plusieurs grandes maisons, et notamment chez Mr le Prince de Nassau.»

Cet extrait, avec l’anecdote de la canne de la baleine, où un client essaie de faire comprendre à Pierre Desloges de quelle matière est fait la canne, avant l’arrivée d’un collègue sourd qui a «sauvé» le client, en reconnaissant que c’est de la baleine, un poisson monstrueux.

Ces deux extraits sont éclairants sur les conditions de vie des sourds. Ils montrent bien que les sourds-muets de cette époque ne sont pas du tout isolés, et de plus, ils exercent des professions diverses, du domestique, jusqu’à l’ouvrier. D’ailleurs, Desloges insiste sur ce point, sur la différence entre les villes et la campagne quant à l’éducation, et la culture des sourds- muets.

Education, culture

« Cela est vrai à ceux qui sont privés de la société d’autres sourds et muet, ou qui sont abandonnés dans des hôpitaux, ou isolés dans le coin d’une province.Cela prouve en même temps sans réplique, que ce n’est pas des personnes qui entendent et qui parlent que nous apprenons communément le langage des signes. Mais il en est tout autrement des sourds et muets qui vivent en société dans une grande ville, dans Paris par exemple, qu’on peut appeler avec raison l’abrégé des merveilles de l’univers. Sur un pareil théâtre , nos idées se développent et s’étendent, par les occasions que nous avons de voir et d’observer sans cesse des objets nouveaux et intéressants.»

Il explique, dans cet extrait, que Paris, de même que dans les autres villes, sont des lieux idéaux pour les sourds-muets, puisqu’ils n’y sont pas isolés, et en plus, des nouvelles arrivent tout le temps. Ainsi, on voit bien que les communautés de sourds-muets sont essentiellement urbaines, à la différence des sourds-muets des campagnes qui sont fortement isolés, et donc, n’ont pas l’occasion de rencontrer leurs pairs.

Or, les grandes villes ont un pouvoir d’attraction important, au point que des sourds-muets comme Desloges s’y s’installent, dès 19 ans !

Ainsi, comme Desloges, il est important de faire la distinction entre la campagne et la ville. On peut ainsi dire que la communauté sourde est une communauté essentiellement urbaine.

«Il y a de ces sourds et muets de naissances, ouvriers à Paris, qui ne savent ni lire, ni écrire et qui n’ont jamais assisté aux leçons de Mr Abbé de l’Epée, lesquels ont été trouvés si bien instruits de leur religion par la seule voie des signes, qu’on les a jugé dignes d’être admis aux sacrements de l’Eglise, même à ceux de l’eucharistie et du mariage. Il ne se passe aucun événement à Paris, en France et dans les quatre parties du monde, qui ne fasse la matière de nos entretiens. Nous nous exprimons sur tous les sujets avec autant d’ordre, de précision et de célérité que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre.»

On voit bien, dans ce passage, que les sourds-muets urbains sont au courant de tout, et sont même instruits. Et, détail intéressant, l’abbé de l’Epée n’est pas le premier à donner une éducation aux sourds, puisque d’autres l’ont déjà fait, et même des sourds, éventuellement. Et d’ailleurs, ils sont admis aux mariages à l’église. On peut facilement penser qu’il y ait des mariages avec des curés qui signent, des curés qui se rendent au chevet des mourants, d’accorder le baptême aux enfants du père ou de la mère sourd. Cependant, je ne peux aller plus loin en disant qu’il y aurait des couples de sourds, aucun mot ne peut le dire…

Société

«Nous avons deux signes différents pour désigner la noblesse, c’est-à-dire que nous la distinguons en deux classes, la haute et la petite.»… «Pour faire connaître ensuite la personne de l’une de ces classes dont il s’agit, nous employons des signes tirés de son emploi, de ses armoiries, de sa livrée, etc.. Ou enfin le signe le plus naturel qui la caractéristique.»

«Prince de sang….Je prendrais mes signes dans le degré de parenté qui approche le prince du monarque».

Ces deux extraits sont très éclairants. Ils prouvent que la communauté sourde-muette est très intégrée dans la société, au point d’être au courant

de la situation monarchique, en attribuant des signes aux membres de l’aristocratie ! J’aurais bien aimé leurs signes concernant les rois de France, puisqu’ils ont existé.

Ainsi, avec la partie précédente sur la culture, on peut facilement imaginer les furieux débats dans les tavernes sur des question politiques et autres choses. Or, comment savent-ils de ces questions puisqu’ils ne savent pas lire et écrire ?

C’est qu’il faut avant tout éviter de généraliser. Le fait que des sourds comme Desloges ont existé, ce qui fait qu’il pourrait avoir des sourds lettrés, qui se chargent de traduire les journaux, les affiches, et même, pourquoi pas, être des écrivains publics pour sourds ! Ces extraits montrent bien l’ampleur de l’intégration des sourds dans la société, et de l’importance de la solidarité communauté qui ont permis aux sourds de s’en sortir…

Famille

«C’est par de semblables procédés que dans une famille où il y aura une dizaine d’enfants, nous n’aurons besoin que de deux ou trois signes pour désigner l’un de ces enfants.»

Ce dernier extrait est très frappant. Tout d’abord, par le fait qu’il y ait un «nom-signe» pour chaque personne de la famille, ce qui indique que le père ou la mère sourde converse avec ses enfants en signes. Or, le fait qu’il y ait la langue des signes dans une famille montre bien le degré d’intégration du sourd dans la famille. Il est loin d’être exclu, ou même mis de côté. Il semble bien qu’il est partie-prenante.

Conclusion

Le temps est trop court pour en dire plus. Néanmoins, il est temps de changer la vision sur les sourds avant l’Abbé de l’Epée. Ils sont loin d’être isolés, brimés, oubliés, méprisés. On voit bien, à travers ces extraits, qu’il y a une joie de vie, une solidarité importante, à travers les échanges d’informations.

Et, on a du mal à imaginer de nos jours, ils se mariaient, et ont des enfants. Or, le fait d’avoir une nombreuse progéniture force a avoir une sacré imagination pour donner des signes à chacun des enfants.

Desloges est un témoin précieux par son ouvrage. Le fait qu’il écrive régulièrement «nous», au lieu de «je», est une importante indication de la solidarité sourde dans la communauté.

Or, dans la société de l’Ancien Régime, la solidarité est un élément important pour pouvoir vivre dans une ville comme Paris. Cette solidarité a permis aux sourds de surnager, et donc, de pouvoir vivre. Et, on peut voir que cette solidarité a entraîné la naissance de la première société sourde en 1836. Cette naissance s’est fait sur la base existante qui existe depuis des siècles.

Ainsi, les sourds-muets ne sont ni exclus, ni isolés. Leur solidarité communautaire leur a permis d’être de plein pied dans la société. Cela explique pourquoi Desloges s’est décidé à écrire un ouvrage au nom de tous ceux «qui ne savent lire, ni écrire».

 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Olympiades sourdes, les origines.

En ces temps des olympiades à Londres, dont des textes ayant un lien fusent. On ne va pas déroger à la « mode olympique ». Ainsi, on va expliquer les origines, et surtout le pourquoi les sourds ont leur propre olympiades depuis 1924.

En ce moment, en 2012, il existe une fédération olympique sourde, le Comité international du sport sourd, l’ICSD. Dans le site en question, il existe une page sur l’histoire des Olympiades sourdes dont les deux fondateurs ont été Eugène Rubens-Alcais, et Antoine Dresse, respectivement français et belge.

Ce qui est intéressant, c’est que ces deux personnes ont été des militants reconnus à leur époque, et ont énormément agi en faveur de leurs communautés sourdes respectives. On en arrive à la raison première de la naissance des Olympiades sourdes en 1924.

Origines

Le sport sourd s’est développé en France à partir des années 1890, avec en particulier le vélo. Patrice Gicquel a étudié les origines et le développement du sport cycliste sourd, dans son livre Un siècle de vélo au pays des sourds, où il explique clairement la fascination des sourds pour le vélo, en particulier à l’époque quand le permis de conduire leur a été interdit pour des raisons médicales (1911, début du permis de conduite jusqu’en 1959). Ainsi, le vélo représente une liberté de mouvement, mais également de réussite sociale, car les revenus, en particulier de la part des ouvriers sourds, étaient plutôt bas.

Les cyclistes sourds (Photo de l'auteur)

Liberté, car le vélo représente justement un symbole de rébellion vis-à-vis les obstacles sociales sur la capacité du sourd à être autonome. A cette époque, dans la première moitié du XXe siècle, de nombreux sourds se sont confrontés aux refus des parents quand ils souhaitaient investir dans un vélo. Les parents craignaient qu’ils ne puissent entendre les bruits, et donc des accidents.

Donc, le vélo représente la liberté vis-à-vis de la famille entendante, et de la réussite sociale, puisqu’il montre que le sourd a un métier permettant d’acheter ce vélo. Une première association de sportifs s’est constituée à la fin des années 1890. Cependant, cela va évoluer vers d’autres sports, plus particulièrement le football.

Les CSSMP (photo de l'auteur)

La naissance du Club Sportif des Sourds-Muets de Paris (CSSMP) en 1911 représente le second acte vers les Olympiades sourdes. Le CSSMP, à sa fondation était constituée des sourds parisiens, et de province. Mais, une scission s’est faite en 1915 avec l’Etoile Sportive des Sourds-Muets de Paris, quasiment constituée de provinciaux, lassés de l’attitude parisienne. Ajoutons que durant la Première Guerre Mondiale, de nombreux sourds de Province se sont installés à Paris, afin d’y trouver du travail, plus particulièrement dans l’aéronautique.

Dans le texte de la fondation du CSSMP, il est intéressant de faire remarquer une phrase : « Leur but est de procurer la joie de vivre aux jeunes déshérités de l’ouïe et de la parole, déclassés socialement par la pratique saine du sport en plein air. »

Le terme « déclassés » est assez fort, mais il montre une indication où les nouvelles générations éduquées selon la méthode préconisée par le Congrès de Milan, la méthode orale pure, semblaient avoir perdu pied dans la société de la Belle Epoque : isolement social, manque de compétences, absence d’autonomie etc…

Donc, il est intéressant de voir que les clubs sportifs ont été fondés avec deux objectifs : offrir des loisirs accessibles, et briser l’isolement social. Les fondateurs ont été aidés par la génération pré-milan qui s’est souciée de garder le contact avec les nouvelles générations, et donc, de transmettre la langue des signes, à une période où elle a été sévèrement bannie des écoles depuis 1880.

Avec le temps, les deux clubs se sont identifiés aux deux principales écoles de sourds : Asnières et Saint-jacques. Le CSSMP s’est assimilé à Asnières, plus vue comme un club d’ouvriers et de classes populaires, alors que l’ESSMP s’est fondue en Saint-Jacques, perçu comme un groupe de bourgeois.

Les ESSMP (photo de l'auteur)

La division, à l’origine géographique, s’est muée en une division sociale, pour la simple raison que d’autres clubs sportifs sourds se sont constitués en Province.

En 1924, à l’occasion des Olympiades à Paris, en 1924, les sourds, réunis autour de Rubens-Alcais (co-fondateur du CSSMP et ESSMP), et d’Antoine Dresse, organisent les Olympiades sourdes dans la même ville.

Eugène Rubens-Alcais (Source : ICDS)

 

Antoine Dresse (Source : ICDS)

Ces Olympiades étaient organisées avec peu de moyens. Les participants payaient de leur poches, et donc, ceux qui en avaient les moyens pouvaient donc participer. Seuls neuf pays étaient présents au stade Pershing, à Paris.

Pourquoi des olympiades séparés ?

On ne fera pas d’histoire des Olympiades sourdes ici. Mais d’essayer de comprendre pourquoi les Sourds ont choisi d’avoir leur propres Olympiades, quasiment un demi-siècle avant l’Handisport.

Tout d’abord, il faut comprendre la dimension culturelle du Sourd, non pas dans le sens de l’handicap, mais de la différence. Bien qu’ils se considèrent « infirmes », ou comme dirait un auteur sourd allemand, Albin-Marie Watzulik, au congrès de Genève : les « quatre-sens », ils se sentent différents par l’usage de la langue des signes. L’utilisation de cette langue leur procurent un sentiment de différence, mais surtout, le fait de se réunir entre eux leur permet de pouvoir sentir d’être eux-mêmes.

Et d’autre part, cela permet, aux sourd, d’avoir leurs champions olympiques, et donc de construire leurs histoires, à l’écart du monde entendant où l’accès est ardu. Cette volonté de se différencier ne signifie pas de se séparer des entendants, mais justement, de respirer un bon coup, d’être réellement eux-mêmes.

C’est pourquoi beaucoup de sourds ne se reconnaissent pas en l’Handisport, puisqu’il manque justement la dimension culturelle. Et ceci a conduit, depuis une dizaine d’années à des débats et des polémiques sur la question du patrimoine sportif sourd, et de sa place ou « non-place » dans l’handisport.

Conclusion

Ce court texte n’a pas la prétention d’apporter des explications complètes. Mais, il est clair qu’il y a la nécessité de comprendre pourquoi les Sourds, avec un grand S, ont toujours eu la volonté de constituer leurs événements à eux (festivals, olympiades, banquets…), parce qu’ils souhaitent montrer leur différence, et par conséquent d’être visibles.

Les Olympiades sourds semblent être le premier jalon d’échanges internationales entre les sourds. Mais, il a été en fait la conséquence du déclin intellectuel des communautés consécutive à l’interdiction de la langue des signes dans les écoles. Ce déclin a entraîné l’obsolecence des Congrès internationaux de sourds-muets qui se réunissaient depuis 1889, afin de débattre du sort des communauté sourdes.

Le déclin des Congrès a donc entraîné l’ouverture d’une nouvelle voie de transmission et d’échanges : les rencontres sportives, où la langue des signes a pu continuer à être transmise.

Le dévoppement des Olympiades sourdes coincide avec la disparition des éléments les plus instruits de la communauté. Le sport représente donc une nouvelle voie, à une période où le militantisme sourd entrait dans sa phase de déclin profond, jusqu’aux années 1970 où les nouveaux militants sourds venaient pour la plupart du sport sourd justement, où ils avaient appris le fonctionnement associatif, et où ils avaient découvert la situation des communautés sourdes des autres pays et plus particulièrement des Etats-Unis.

Mais, ceci est une autre histoire !

 

Bibliographie indicative :

Patrice Gicquel, Un siècle de vélo au pays des sourds, L’Harmattan, Paris, 2002, 252 pages.

Didier Séguillon  – « Du langage des Signes à l’apprentissage de la parole ou l’échec d’une réforme »,Staps 2/2002 (no 58), p. 21-34.
URL : www.cairn.info/revue-staps-2002-2-page-21.htm.

–   De la gysmatique amorosienne au sport silencieux : le corps du jeune sourd entre orthopédie et intégration ou l’histoire d’une éducation ‘à corps et à cri’, 1822-1837, thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, Université Bordeaux II, 1998.

Quelques informations en ligne complémentaires : 

http://websourd.nnx.com/gestes/public_html/article.php3?id_article=32

http://sentendre1880.blogspot.fr/2007/02/limportance-du-sport-dans-la-vie-dune.html

http://www.rubens-alcais.org/histoire/fssf/accueil_fssf.htm

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Minitel et son impact sur la communauté sourde française

Le 30 juin 2012, le réseau Transparc, sur lequel le fameux minitel s’appuie s’éteint définitivement, après 30 ans de service. Un livre, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, écrit par Valérie SCHAFER et Benjamin G. THIERRY détaille la gestation du Minitel, avec des éléments expliquant les choix technologiques, et politiques, y compris les impasses jusqu’à sa conclusion, où il semble avoir une influence du Minitel sur l’Internet avec les services clé en main à la Apple. Un livre assez complet pour ceux qui souhaitent plonger dans les entrailles historiques du Minitel, et donc merci à Valérie SCHAFER de m’avoir envoyé ce livre qui m’a vraiment permis de comprendre les enjeux qui en découlent. Un colloque consacré au Minitel a lieu le 29 juin 2012 dont voici le programme ici.

D’aussi loin que je me souvienne, le minitel a une place de première importance dans la vie de la famille, permettant de contacter des proches et des amis sourds à distance. Il a représenté une vraie révolution culturelle chez les sourds. Pourquoi ? Il faudra avant tout remonter un siècle, à la Belle Epoque.

Les sourds et le téléphone, un siècle de mésentente

Le premier moyen de communication à distance, à part Chappe et ses poteaux communicatifs, qui puisse se faire en tous temps et en tous lieux est la communciation Morse, avec les points et les traits. Par la suite, arrive le téléphone qui se base sur l’intensité électrique pour moduler le son émis par les hauts-parleurs. Mais, ce que l’on sait moins, c’est que le téléphone a été mis au point par Alexander Graham Bell, un anglais installé aux Etats-Unis, et dont la mère est sourde.

Lui-même a épousé une sourde également. Mais, il est intéressant de préciser que le père de Bell était professeur d’éducation orale à Oxford, au Royaume-Uni, et que Bell lui-même est un propagateur ardent de l’éducation purement orale des enfants sourds. Il était fortement opposé à la langue des signes, et même au mariage entre sourds, souhaitant la stérilisation pour empêcher la contagion sourde.

Donc, Bell, pour tenter de communiquer avec sa femme qui se trouve de l’autre côté de son domicile, met au point un système de communication interne. Mais, il semble que cela n’a pas fonctionné. Il se tourne donc vers le grand public, voyant le potentiel important de ce marché. Et cela lui a rapporté énormément ce qui lui a permis justement de financer ses campagnes en faveur de l’éducation purement oraliste. C’est ce qui est à l’origine de l’association Alexander Graham Bell  qui s’oppose à l’Association Nationale des Sourds américaine depuis un siècle.

Mais, on ne va pas entrer dans le conflit des méthodes éducatifs, ou de la pertinence d’une éducation exclusivement orale. Le téléphone entre progressivement dans les moeurs, et beaucoup plus dans la seconde moitié du XXe siècle.

Comme l’ont souligné les auteurs du Minitel, la France était en retard technologiquement par rapport à leurs voisins. Néanmoins, dans les entreprises et les établissements administratifs, de plus en plus, le numéro de téléphone est mis en avant pour toute sollicitation ou demande de rendez-vous.

Ensuite, pour postuler à un emploi administratif, à une époque où le secteur tertiaire, celui des services, et où les fonctionnaires sont recrutés en masse, l’usage du téléphone devient de plus en prioritaire.

Quid des sourds alors ?

Ce que l’on remarque, à l’heure actuelle des recherches qui restent fortement embryonnaires, c’est que les sourds sont de plus en plus exclus de facto des postes exigeant l’usage du téléphone.

Parallèlement, le niveau du français écrit de la grande majorité des sourds décline au fil des décennies. Ce déclin de l’écrit remonte en fait dans les années 1880, où la décision a été prise, sur la base des recommandations d’un congrès international de représentants des écoles de sourds, de bannir l’usage de la langue des signes des écoles. Cette décision de bannir répond à un souhait de « moderniser l’éducation des enfants sourds ». Car la langue des signes y était en usage depuis un siècle, avec l’abbé de l’Epée dans les années 1760.

Donc, le bannissement de la langue des signes s’accompagne d’une exclusion du personnel enseignant et de service sourd. Et de là, suit de près une éducation purement orale, sur la base exclusive de la démutisation. Or, l’éducation intellectuelle devient moins prioritaire dans la nouvelle pédagogie, où tout est tourné autour de la parole.

Ainsi, la capacité d’écrire des sourds décline d’année en année…

Avec le téléphone, la situation ressemble à une double peine pour les sourds : incapables de téléphoner, de grandes peines pour écrire. Ils sont donc de plus en plus exclus de la société.

Or, deux nouvelles technologies, développées dans les années 1970-1980 vont bouleverser la situation.

Le Minitel et le Fax, deux facettes d’une révolution

Tout d’abord, le Minitel a été la première facette d’une révolution culturelle. En effet, il s’est installé dans les esprits qu’être sourd, c’est être irrémédiablement condamné à l’isolement, à moins d’imiter les entendants, et donc d’essayer d’être un ersatz d’entendant. C’est ce que j’ai remarqué dans les témoignages des sourds nés dans les années 1940-1960.

Or, aux Etats-Unis, une technologie s’est mise en place, le TTY (Telephone Typewriter) qui a été développée par un sourd américain, Robert Weitbrecht qui souhaite tenter de sortir les sourds de l’isolement. La situation étant moins pire aux Etats-Unis qu’en France dans les années 1960. Cette technologie s’est rapidement répandue aux Etat-Unis, au sein de la communauté sourde; plus particulièrement chez ceux qui ont une maîtrise nécessaire de l’écrit.

Des sourds français, découvrant ce matériel, vont l’importer en France vers 1980. Or, ce matériel a rencontré quelques résistances pour la simple raison que cela risque de priver les sourds des rencontres en vrai (Des rencontres « peau » comme diraient les Sourds). En fait, certains voient en cette technologie un nouvel étape dans l’inégalité entre ceux qui savent écrire des autres.

Ainsi, ceux qui ont acquis le TTY en France sont surtout ceux qui ont les moyens de l’acheter, et qui peuvent l’utiliser. D’ailleurs, c’est également le début de l’ouverture des lignes téléphoniques au domicile des sourds ce qui ne s’était jamais vu auparavant. De là s’est également développé tout une galaxie de matériel adaptés aux sourds : signaux lumineux, vibrants etc…

L'un rouspète sur la lenteur du "tapage de clavier" de l'autre... (DVD Deaf Pa What?)

L'affiche du DVD Deaf Pa What?

Néanmoins le TTY a des défauts assez rédhihiboires. Il exige, dans le cas d’une conversation, d’avoir les yeux rivés sur l’écran où défile le texte. Or, si l’on lève les yeux pour discuter avec une autre personne sourde, la conversation écrite se perd définitivement. D’autre part, il existe un élément qui est rapidement passé dans les blagues où le sourd qui maitrise avec peine l’écrit tape avec lenteur le texte, l’autre prend le temps de faire le ménage. On peut voir cette scène dans le DVD Deaf Pa What ?, une comédie illustrant tout ce qui est typique aux sourds, dans les années 80.

Le TTY semble ne pas avoir un succès important en France.

Néanmoins arrive le Minitel qui semble s’installer au sein de la communauté sourde à partir de 1985, avec surtout le « Minitel Dialogue ».

Il ne s’agit pas du « 36 15 quelquechose » mais une discussion en direct via le minitel. Quand on appelle quelqu’un, ce dernier décroche et allume le minitel, tout en appuyant sur Connexion/fin. Là s’instaure un dialogue comme l’illustre la photo tirée de l’émission Marche du siècle consacrée aux sourds, en 1992.

Dans l’image tirée de l’émission, on voit le signe que les sourds donnent au minitel, dite par l’interprète placée en haut et à droite de l’image. Ce signe provient du clignotement de l’écran noir, cerclé de blanc.

"Une révolution pour eux". Le minitel dans "Marche du siècle" (1992) Photo tiré d'un enregistrement personnel de l'auteur.

Comme l’illustre la photo, c’est en effet une révolution pour les sourds puisqu’il permet un dialogue à distance. Dans un premier temps, il s’est répandu chez les sourds maîtrisant l’écrit, puis par la suite, chez les autres. De là, un changement de mentalité s’instaure dans la communauté; en particulier le fait de dépendre de moins en moins d’entendants pour tout appel téléphonique.

Un centre relais a été mis en place dans les années 1990 par France Télécom afin de permettre aux sourds de passer des appels téléphoniques aux interlocuteurs entendants. Dans le centre relais, une personne se charge de relayer l’information entre le sourd et l’entendant, l’un via le téléphone et l’autre par le minitel. Là, un nouvel étape dans la révolution des moeurs sourds s’ouvre : pouvoir contacter son médecin directement, ou encore mieux, commander un pizza à midi !

Le début de l'indépendance téléphonique

 

Néanmoins, il existe d’importantes limitations à une utilisation plus massive du minitel. A l’heure actuelle, on ne sait à quel taux les sourds utilisent le minitel, ni même combien de familles de sourds l’ont…

La première entre toutes est celui du français écrit qui est un passage obligé. Certains sourds, ne voulant pas montrer leur niveau très faible, se dispensent de l’utiliser, et d’autres, ayant une capacité de dessin, utilisent de préférence le fax.

Ensuite, le minitel est purement franco-français, et il est donc inutilisable dans les contacts avec les sourds de l’étranger. Le TTY, lui, est toujours utilisé, jusqu’à l’heure de l’Internet, dans les discussions entre la France et les Etats-Unis, de façon ponctuelle.

Dans les années 90, à mesure que le fax se démocratise, il semble que de plus en plus de sourds utilisent plus le fax que le minitel, car il est beaucoup plus visuel, pouvant envoyer des dessins, des photos etc…

Cependant, le fax et le minitel semblent avoir ouvert un nouvel chapitre dans l’Histoire des sourds, celui de constituer des noeuds d’information. En effet, avec l’Info Fax qui prend le chemin de l’info en temps réel. D’autre part, il existe un messagerie dédié aux sourds, utilisant le 36 17. Ces noeuds d’information représentent un moyen nouveau pour les associations sourdes qui pouvaient ainsi mobiliser rapidement leurs membres dans les actions, ou même discuter rapidement de la marche à suivre. De nombreux sourds, membres de conseils d’administration, et vivant d’un bout à l’autre de la France, discutent ensemble de façon bilatérale. Personnellement, j’en ai vu qui ont passé des heures sur le minitel, discutant avec tel président ou sécretaire d’association, sur l’organisation d’une conférence. Non pas en français correct, mais la plupart du temps en « français sourd », c’est à dire du français écrit très fortement influencé par la langue des signes.

En voici un exemple du français sourd : « Moi aller salle réserve, tu peux voir comment payer. Ok ? »

Durant les années 1980 et 1990, les sourds prennent progressivement l’habitude de discuter à distance, avant que survient l’Internet. Mais, il s’instaure également une hiérarchisation entre ceux qui disposent le Minitel et ceux qui ne l’ont pas. Cette hiérarchisation s’est progressivement résorbé depuis une dizaine d’années grâce à Internet, et Facebook, en particulier, qui représente en quelque sorte « le Foyer sourd », où de nombreux discussions animées, à la fois textuel et filmé, ont cours.

Internet et la seconde révolution culturelle

Internet représente un nouvel étape dans la révolution culturelle, avec en particulier une utilisation de plus en plus accrue du webcam pour exprimer ses pensées. Mais, là, on quitte le domaine de l’Histoire pour passer dans la Sociologie et de l’Anthropologie…

Conclusion

Le Minitel est l’un des éléments clés du Réveil sourd des années 1980, et il a permis à une nouvelle génération de sourds de s’appropier les nouvelles technologies, et donc de s’habituer aux discussions à distance. D’une idée initialement prévue pour accéder aux services, comme le 36 15, le Minitel est devenu l’un des moteurs de la révolution culturelle sourde, et dont l’impact reste encore à déterminer, par son ampleur qui est encore peu comprise de nos jours.

Il est donc nécessaire de consacrer une longue recherche sur l’impact des technologies de la communication sur le Réveil sourd, qui me semble fortement sous-estimé. La question est donc : est-ce que le Réveil sourd a été facilité en partie par la technologie ? Ou est-ce que la technologie a été mis à profit dans les luttes en faveur de la langue des signes ? Avis aux Historiens !

 

Bibliographie indicative 

Valérie SCHAFER, Benjamin G. THIERRY, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Nuvis, Cigref, Paris, 2012, 230 p.

André MINGUY, Le Réveil sourd en France, L’Harmattan, Paris, 2009, 332 p.

Sylvain KERBOUC’H, Du mouvement sourd à la parole publique des sourds, Actes du Colloque EHESS Les Sourds dans la cité, EHESS, 15-16 novembre, Paris.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Quelques colloques à venir…

Durant le second semestre 2012 aura lieu plusieurs colloques et congrès ayant trait à l’histoire des sourds.

Le premier aura lieu au Canada, à Toronto (Lien ici) va réunir tous les historiens, professionnels ou bénévoles, spécialistes de l’histoire des sourds. Le thème de ce congrès sera les biographies des personnalités sourdes. Il s’agit de la 8eme édition de la Deaf History International. La prochaine sera organisée à Edimbourg, au Royaume-Uni en 2015.

Le second, c’est celui du congrès européen ALTER qui sera organisé les 5 et 6 juillet 2012 dans les locaux de l’EHESS, à Paris. Voici le lien direct, et, en ce qui concerne l’histoire des sourds, le sujet concernera la disparition des professeurs sourds à la fin du XIXe siècle.

Ensuite, les 21 et 22 aout, à Cologne, un colloque d’historiens de l’altérité sera réuni, organisé par l’université de Cologne, « The Imperfect Historian » (Lien direct), une seule intervention aura trait aux sourds, sur la présentation des sourds de la Belle Epoque.

Ensuite, en Novembre 2012, une grande conférence, avec pour lien le tricentenaire de l’abbé de l’Epée, aura lieu à l’université de Nanterre, organisé par la Fédération Nationale des Sourds. Ainsi, il y aura plusieurs interventions en lien avec l’histoire des sourds. (Lien)

Les 11 et 12 décembre, l’Institut Max Planck organise une conférence d’histoire des sourds, avec pour sujet les liens entre le monde sourd et le monde entendant. Les demandes de contributions restent ouvertes jusqu’au 3 juillet, donc ne manquez pas. (Lien)

D’autres devraient survenir, ainsi, je ne manquerai pas de relayer l’information.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter