Archives de catégorie : Textes intégrales

Lettre de Pierre Desloges au Marquis de Condorcet

Cette fameuse lettre a été maintes fois citée, reprise, mentionnée. Mais, est-ce que vous avez lu sa version intégrale ? La voici dans son jus du XVIIIe siècle, sans modification d’orthographe !

Publiée dans le Mercure de France du 18 décembre 1779.

Monsieur,

L’honneur que vous m’avez fait de m’interroger pour vérifier si j’étois véritablement l’Auteur des Observation d’un Sourd & Muet; la bonté que vous avez eu d’être satisfait de mes réponses & de mon premier essai, m’encouragent à vous adresser quelques réflexions sur cet objet. Vous n’ignorez pas, Monsieur, que les préjugés sur le compte de mes compagnons d’infortune, sont si fort enracinés, qu’il n’est pas surprenant, & qu’il doit, au contraire, être excusable qu’un écrivain aussi étrange & d’une aussi singulière espèce, ait bien de la peine à persuader qu’il est le véritable Auteur d’un Ouvrage. Les raisons qui font douter que cet écrit soit de ma composition, seroient bien capables de m’inspirer de l’orgueil, si je ne savois les apprécier à leur juste valeur. Par exemple, ceux qui prétendent que mon Livre paroît l’ouvrage d’un homme accoutumé à écrit, ne font pas attention que, privé de l’ouie & de la parole dès ma tendre jeunesse, je suis obligé d’avoir sans cesse la plume à la main pour converser dans la société; que, par la même raison, je ne peux puiser que dans les Livres les termes & les expressions dont j’ai fait usage dans le mien; que le métier de Relieur de Livres, depuis dix ans, m’a procuré la lecture de nos meilleurs Écrivains : il est donc fort simple que j’aie saisi une légère teinture de leur langage. L’on prétend aussi qu’il n’est pas possible qu’un Sourd & Muet puisse savoir ce que c’est la Métaphysique,& encore moins raisonner sur cet objet; que j’en ai parlé avec trop de justesse dans mon Ouvrage, pour que j’en sois l’auteur; cependant je suis persuadé que si on m’avoit lu avec quelque réflexion, & qu’on eût dégagé de préventions, il eût été bien facile de trouver la solution de ce problême à la page 55 & suivantes. enfin, il y a des personnes qui me donnent des louanges du zèle avec lequel j’ai pris la défense de la méthode de M. l’Abbé de l’Épée; mais, en cela, on se trompe encore, car la vérité m’oblige, Monsieur, de vous avouer avec franchisse, que je ne pensois nullement à cet homme célèbre, dans le premier moment que j’ai pris la plume pour la défense du langage par signes ou gestes. Si la méthode de cet ingénieux Instituteur des Sourds&Muets se trouve défendu dans mon Ouvrage, ce n’est qu’indirectement, c’est qu’elle s’est trouvée nécessairement liée à mon sujet, c’est que je n’ai d’abord voulu justifier la langue par signes, que par des autorités & des exemples, sauf à la justifier par des raisonnemens plus détaillés, dans le cas que mon adversaire répondroit à ma critique.
Me permettrez-vous, Monsieur, d’ajouter encore quelques réflexions. L’éducation des Sourds & Muets, les établissements que notre auguste Monarque & plusieurs Souverains de l’Europe s’empressent à l’envi de former pour cet objet, fera, si je ne me trompe, un des événemens célèbres de notre siècle; cet art, aussi admirable qu’il est simple & ingénieux, vient d’être porté en France à un si haut degré, qu’il a des succès qui passent l’imagination : les différentes méthodes employées pour cet effet par plusieurs Instituteurs, démontrent évidemment que ce n’est que les préjugés qui avoient fait regarder, jusqu’à nos jours, l’éducation de ces infortunés impossible. Mais, Monsieur, n’est-il pas bien étrange & bien singulier que nos Journalistes gardent le silence sur des événements & des découvertes aussi intéressantes & n’annoncent seulement pas des écrits qui tendent à éclairir, approfondir & perfectionner un art aussi précieux à l’humanité, ou, s’ils en font mention quelque fois, c’est avec tant de briéveté & de laconisme, que le Public ne peut s’en former de justes idées ? Par quelle fatalité ou par quel caprice singulier ces Messieurs ne nous entretiennent-ils le plus souvent dans leurs Feuilles hebdomadaires, que de futilités puériles ? N’est-ce pas à cette étrange bizarrerie qu’il faut attribuer en partie la réputation que notre Nation a chez nos voisins d’être légère & frivole, & le reproche de l’indifférence pour le bien public, que l’on prétend si faussement naturelle aux François ?
J’ai l’honneur d’être, &c.
Desloges, Sourd & Muet.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter