Les Silencieux des Étoiles

 Il est intéressant de faire remarquer que de nombreux sourds se sont illustrés dans les arts et les sciences, sans que leur surdité ne soit notifiée. Et si, grâce à leur surdité, leurs recherches ont pu contribuer d’importantes avancées dans la science et l’ingénierie ? 

Dans le domaine des Etudes Sourdes, le concept de l’Apport Sourd (Deaf Gain) est un concept d’importance cruciale pour comprendre la mesure de ces contributions envers l’humanité, et donc de renverser la perception de valeurs. J’y approfondirai la relation entre la recherche historique et l’Apport Sourd dans un prochain billet. Ainsi, la surdité, au lieu d’être une déficience, devient ici un avantage. Ainsi, en ce jour du 18 février 2021 où l’on attend l’amarsirage de la sonde d’exploration Persevance, c’est l’opportunité d’apporter un éclairage sur la relation entre les Sourds et l’exploration spatiale.

En effet, dans le domaine des sciences et des technique, l’exploration spatiale est celui qui semble apporter un degré d’adhésion et de fascination assez importants, avec les missions Apollo, et les sondes qui parcourent dans tous les sens notre système solaire (l’échelle galactique est loin d’être atteint !). On oublie souvent tous ces milliers de personnes qui ont contribué à ce que nous puissions mieux comprendre l’univers, d’utiliser toutes ces technologies qui nous semble banales de nos jours, et de nous « rencontrer » d’un bout à l’autre de notre planète. Tous ces inventeurs, chercheurs, savants, hommes et femmes, l’ont contribué à leur petite échelle. Et parmi elles et eux, des sourdes et des sourds y ont également fait de leur apport. Par exemple, au niveau de l’électricité, je pense tout particulièrement à Paul de Vignan, si doué dans les mathématiques qu’il s’est porté candidat à l’académie des sciences, plus particulièrement à l’observatoire de Paris, avec le soutien de Augustin-Louis Cauchy, mais dont l’adhésion a été refusée par Arago du fait de sa surdité : « Il est souvent utile que les observateurs puissent parler sans interrompre leurs observations. » (Cf : Dictionnaire biographique des grands sourds en France, p. 150). En compensation, on lui propose un poste de statistiques dans un ministère, ce dont De Vignan refuse, disant que ce sont de calculs faciles, et non de la science. 

Cette mésaventure ne doit cependant pas masquer qu’il existe d’autres parcours plus couronnées de succès, mais au prix d’une abnégation sans mesure, plus particulièrement quand on est une femme sourde. Ce billet n’a pas la prétention de remplacer les nombreuses biographiques qui existent dans les bibliothèques (en ligne ou en papier), mais juste apporter un certain éclairage sur ces contribution à l’exploration de l’espace.

John Goodricke (1764-1786)

John Goodricke

Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, le britannique John Goodricke, issu de la petite noblesse du Yorkshire, s’intéressent à l’observation des étoiles variables.

Devenu sourd très jeune, il est éduqué dans l’une des écoles Braidwood qui est l’une des premières écoles d’enfants sourds  du Royaume-Uni, l’équivalent de l’école de l’Abbé de l’Epée en France, et usant du noétomalalien britannique de l’époque. Il passe ses nuits à les observer, plus particulièrement sur un type d’étoiles, les Cepheides du nom d’une étoile de la constellation de la Baleine, Delta Cephei, et une autre étoile de la Lyre, Sheliak (Beta Lyrae). 

Ces étoiles ont la particularité d’avoir une luminorisité qui varie à intervalles régulières, ce qui en font des phares de la galaxie, ce qui est particulièmrent apprécié pour mesurer leur brillance, et de leur distance. Cette variation permet de pouvoir établir une estimation, et donc de préciser les distances entre les étoiles. Ainsi, les observations de Goodricke ont apporté un éclairage nouveau, et surtout, les travaux postérieurs sur ces étoiles s’appuient fortement sur ces observations. De nos jours, la mesure des étoiles variables est un élément central de toute exploration spatiale, et de toute observation astronomique. 

Grâce à ces travaux, il a été récompensé par la Royal Society, par la Copley Medal, puis est élu membre de cette société, le 16 avril 1786. Cependant, il ne l’apprend jamais, mourant d’une pneumonie, consécutive à ses nuits d’observation. 

Plus tard, son nom est donné à un bâtiment du campus universitaire de York, le Goodricke College, et à un astéroïde, le 3116 Goodricke.  Il a fait l’objet d’un reportage au Royaume-Uni sur BBC, le BSL Zone (cliquer ici)

Annie Jump Cannon (1863-1941)

Annie Jump Cannon (Source photo)

La seconde astronome sourde ayant apporté une contribution importante est Annie Jump Cannon. Sa biographie est particulièrement étudiée avec un grand nombre d’ouvrages. Cependant, j’attire l’attention sur le fait que son double statut de femme et de sourde l’a tout particulièrement exposée à des discriminations durant son parcours universitaire. Sa mère s’est intéressée à l’astronomie et a initiée sa fille à cette science, toute jeune. En dépit de sa surdité, elle poursuit ses études dans le domaine de l’astronomie, dans les années 1880, à une époque où justement les études supérieures sont très peu ouvertes aux femmes. 

Ainsi, grâce à l’une des premières astronomes femmes, Sarah F. Whiting, elle a pu travailler sur la toute nouvelle spectrocopie. Puis, elle travaille sur le catalogue de Henry Draper qui comporte plus de 225 300 étoiles afin de toutes les indexer, classifier et surtout clarifier la classification des types d’étoiles. Son colossal travail permet de mieux comprendre les différents types d’étoiles en fonction de leur luminorisité, et donc de mieux comprendre le fonctionnement de ces astres. 

Les contemporains ont remarqué qu’elle a été capable de classifier trois étoiles par minutes, en fonction des données photographiques et spectographiques, ce qui est une prouesse admirable. Or, il est intéressant de faire remarquer que c’est grâce à sa surdité que cela est rendu possible par une concentration et une facilité de repérer d’infirmes variations visuellement. 

Cependant sa consécration arrive tardivement. En effet, sa titularisation n’est survenue qu’en 1938 comme professeur, après des récompenses universitaires comme le Draper Medal de l’Académie Nationale des Sciences;  le titre de docteur de l’université d’Oxford (1925), la première femme à l’obtenir en 600 ans de l’histoire de l’université; et bien d’autres titres. De son temps, c’est l’une des femmes astronomes les plus notables. Mais, elle a été confrontée à ce que Harry G. Lang écrit : « Cannon était une femme sourde durant l’âge d’or du darwinisme social et elle s’est confrontée à des barrières à son avancement et reconnaissance professionnelle; en particulier, son statut comme une « déficiente », aussi discuté dans la correspondance de certains éminents eugénistes au début des années 1920 a empêché sa nomination comme membre de l’Académie Nationale des Sciences. » (Deaf persons in Arts and Sciences, p. 67) 

Sa reconnaissance par l’université d’Harvard comme membre des astronomes en 1938 par sa contribution  dans les travaux depuis 40 ans lui permet d’être enfin considérée comme la doyenne des femmes astronomes. Elle meurt en 1941. 

Constantin Tsiolkovsky (1857-1935)

Constantin Tsiolkovski

 Bon, ici, on est du domaine de l’astronautique. Constantin Tsiolkovsky est mondialement reconnu pour avoir contribué à mettre au point un système de propulsion de fusées sur plusieurs étages. Des biographies plus complètes et plus précises permettent d’éclairer ce personnage historique assez particulier, à une époque de bouleversements politiques en Russie. Du fait de sa surdité acquise très jeune, il se consacre à la lecture et aux études; et ayant une imagination très importante, il a également écrit des nouvelles de science-fiction où il présente des voyages d’exploration spatiale et des vues de la Terre depuis la Lune ce qui lui vaut des ennuis avec la censure tsariste qui veille à la préservation de la doctrine orthodoxe autour de l’espace. 

Son travail, au cours de la Belle Epoque et de ses fréquents correspondances avec d’autres pionniers de l’astronautique comme Robert Goddard ou Hermann Orberth ont fortement contribué aux progrès de ce domaine. Mais, ses réflexions concernent aussi les vols spatiaux habités et les télécommunications entre les vaisseaux spatiaux et la Terre. Il a perçu le potentiel de ces nouvelles technologies comme la radio ou de la propulsion des fusées. 

Du faît de sa contribution, il reçoit une pension de la part du gouvernement soviétique ce qui lui permet de poursuivre ses travaux. C’est à partir de 1923 que sa reconnaissance devient internationale avec le livre de Orberth, le The rocket Into Interplanetary Space, puis avec l’exposition internationale des fusées, à Moscou en 1927. 

Il meurt en 1935 à Kaluga. Mais, avec la course vers la Lune, son nom est repris et mis en avant par l’Union Soviétique, et son domicile devient un musée avec plus de 80 000 visiteurs. 

Son nom est donné entre autres à un grand cratère lunaire, observable depuis la Terre. 

Les volontaires sourds du programme Mercury

Ici, on arrive à un pallier supérieur avec le programme Mercury, à partir de 1960, avec les 11 Gallaudet, les 11 volontaires, issus de l’université Gallaudet, qui ont contribué à la compréhension du fonctionnement de l’oreille interne humain en apesanteur. Effectivement, au début des années 1950, avec le commencement de la course vers l’espace, on ignore tout du fonctionnement du corps humain en apesanteur. Ainsi, avant d’envoyer des missions habitées dans l’espace, on simule l’apesanteur grâce aux vols zéro-G ou vol parabolique avec des avions de transport militaire. 

Ici, les 11 Gallaudet sont 11 anciens étudiants de l’université Gallaudet, sélectionnés précisément pour avoir une surdité acquise après une maladie de type meningite (qui a la particularité d’abimer ou de détruire la cochlée, et donc de l’équilibre). Grâce à ceci, on peut simuler le fonctionnement de l’équilibre avec deux échantillons, l’un témoin avec des entendants, et l’autre constituée de ces volontaires. Et d’autre part, une série d’expérimentations, impliquant de ce que j’appelle des « manèges à vomi », des chutes, des sauts en parachute, des expérimentation avec la tête en bas, et surtout les vols paraboliques. 

Les 11 Gallaudet (Source photo)

Une anecdote fait état de l’importance de leur contribution. Ainsi, lors d’une tempête ayant touché leur navire en mer, les 11 volontaires s’illustrent par l’absence de mal de mer, contrairement à leurs expérimentateurs, et se contentant de jouer aux cartes, en attendant la fin de la tempête. Une exposition leur a été consacré au Musée de l’université Gallaudet en 2018, et durant la même année, ils ont partagé leurs témoignages à  une conférence ici sous-titrée en anglais. 


 

Plus récemment, il y a  le japonais Yukiaki Tanaka qui a travaillé sur le soleil (un des articles ici) et qui a détecté des éruptions solaires pour la première fois. N’oublions pas non plus l’ingénieure Johanna Lucht qui travaille à la NASA, dans l’analyse des données de vol, un poste essentiel afin de veiller si le vol suit bien le cap prévu.  Ensuite, il y a aussi l’américaine Julia Velasquez qui a remporté un concours pour participer à une simulation de base martienne au sommet d’un volcan. 

Conclusion

Outre le fait d’être astronaute qui est loin d’être à la portée, la contribution des Silencieux dans l’exploration spatiale est loin d’être négligeable car toutes ces contributions individuelles, toutes ensemble, ont pu donner des balises à partir de la variation des étoiles qui permettent d’estimer les distances, de la catégorisation des types d’étoiles qui permet de comprendre les évolutions dans l’univers, et même, le système de propulsion des fusées avec lequel nous lançons tous les mois des engins et des astronautes dans le vide spatial. 

 

Bibliographie indicative
( d’autres références à des sources plus complètes se trouvent dans ces ouvrages)

Deaf persons in the Arts and Sciences, de Harry G. Lang et Bonnie Meath-Lang, Greenwood press, 1994.

Dictionnaire biographique des grands sourds en France de Angélique et Yann Cantin, Archives et Culture, 2017.

Liste des scientifiques sourds (A noter que cette liste n’est pas exhautive et est appelée à évoluer, avec l’augmentation d’étudiantes et d’étudiants sourds depuis une vingtaine d’années).

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search