Quelles représentations historiennes des Sourds historiques ?

Dans le domaine de la recherche historique, l’influence des auteurs du XIXe siècle sur la perception des siècles précédents est très importante. Ainsi, dans bien des domaines, on peut mesurer cette influence dans l’historiographie et l’archéologie. A la louche, il y a la question des guerrières des steppes de l’Eurasie dont les recherches récentes attestent de leur existence et de leur corrélation avec les sources antiques, et de la difficulté de se dépêtrer des présupposés, (une vidéo excellente à regarder !) , car rapidement considérées comme des mythes par des auteurs du XIXe siècle principalement. On voit ici que les représentations des femmes dans les périodes historiques sont très fortement teintées de la tradition héritée du XIXe siècle, et dont on commence à peine à s’en sortir.

On peut aussi noter la question des civilisations africaines et asiatiques dont on peine, encore maintenant, à mesurer toute la richesse culturelle par de ce que je considère comme le « Mur du XIXe siècle » : colonisations, hierarchie des races et tout le toutim peu ragoûtant de l’eugénisme, de la phrénologie. Ainsi, je remarque, au fil des lectures, que les auteurs européens ont une forte évolution de leur perception vis-à-vis de la différences, tendant vers tout simplement de l’intolérance et du déni. Des craintes du XVIIe siècle, on n’en trouve plus dans les textes de la fin du XIXe siècle, dans un contexte où l’Occident domine le monde et impose sa pensée, sa vision du monde.

De cette pensée, je ne ferai pas là l’analyse détaillée. Il y a de très bons textes qui ont travaillé là-dessus. Ce qui m’intéresse, c’est l’influence de ces auteurs sur ma spécialité : l’histoire sourde. 

Le mur du XIXe siècle

Comme j’ai écrit dans mon livre tiré de la thèse, la communauté sourde la Belle Epoque, et dans le dictionnaire biographique, les représentations que l’on se fait des Sourds des périodes précédant l’abbé de l’Epée sont souvent sombres, tristes, et carrément déprimantes. Or, ces représentations proviennent justement des auteurs du milieu du XIXe siècle, dont des Sourds. Ces auteurs, et c’est bien le climat intellectuel de l’époque, essaient de valoriser leur temps, d’apporter des justifications à leurs analyses. 

Joseph Marie de Gérando

Ainsi, sous la Restauration, le baron de Gérando a écrit deux épais volumes sur les sourds et leurs éducation, s’intéressant à leur histoire, à la manière de les éduquer etc… Son oeuvre, De l’éducation des sourds-muets de naissance, écrit en 1827, et consultable dans Gallica (à cliquer ici pour le tome 1 et là, pour le tome 2)

Cette oeuvre monumentale, qui mérite une analyse détaillée à elle seule, est très représentative de la pensée intellectuelle des années 1820-1830. Le baron de Gérando, qui s’est intéressé sur la charité, la morale, la bienfaisance et bien d’autres encore, est également le président du comité de surveillance de l’Institution des sourds-muets de Paris durant les années 1820 et 1830. En résumé, dans son oeuvre, il écrit qu’avant l’abbé de l’Epée, les sourds vivaient dans la misère, et donc, c’est grâce à la charité de l’Etat que ces derniers ont pu être instruits grâce à la méthode de l’abbé de l’Epée. Mais, dont il faudra réformer cette méthode, trop gestualiste pour y introduire la parole. 

Pourquoi ? 

Parce que le français parlé est la langue civilisatrice par excellence. Les sourds étant de bon sauvages à instruire, il faut donc les civiliser. On retrouve là le fameux enfant sauvage du docteur Gaspard Itard qui a été instruit dans la même institution parisienne que les enfants sourds, dans les années 1810. Donc, les écrits de Gérando ne sont pas uniques, mais sont représentatifs de leur époque. Cependant, ils constituent aussi un témoignage d’importance, bien qu’il faille prendre toute la méthodologie historienne nécessaire pour séparer les faits des justifications, sur les conditions de vie des sourds de ce temps. 

De Gérando, il considère donc tout ce qui a précédé comme une période complexe, citant ici et là des faits étonnants, et occultant des profils particuliers qui ont pu émerger dans les siècles précédents à l’image du Sourd Etienne de Fay, résident laïc de l’abbaye de Saint-Jean des Prémontrés d’Amiens, et savant extrêment doué au point que les moines de l’abbaye lui confient la tâche de reconstruire les lieux, et d’être l’économe, ET aussi d’être le conservateur de la bibliothèque. (Cf sa biographie dans dictionnaire biographique des grands sourds en France. Cette figure était si dérangeante qu’elle a été oubliée à la fin du XVIIIe siècle, et tout au long du XIXe siècle, on occulte le fait que des sourds ont pu être très instruits, et donc de s’en sortir. 

Cependant, des auteurs sourds ne sont pas en reste, comme Ferdinand Berthier qui a si valorisé la figure de l’abbé de l’Epée, au point que la légende le faisant créateur de la langue des signes française trouve racine en plein XIXe siècle militant. En effet, Berthier, en s’opposant à de Gerando, reprend ses argumentations, et les retournant dans son premier livre, Les sourds-muets, avant et depuis l’abbé de l’Epée, publié en 1840. De ce fait, il noircit délibérement la vie des sourds avant l’abbé de l’Epée, et tout en déplorant l’héritage de ces situations en plein XIXe siècle, siècle de la modernité. Mais, ce n’est pas le seul.

Chez nous, il y a soixante ans à peine, ces infortunés, exclus de toute participation aux avantages del’union sociale, étaient condamnés à végéter parmi les autres hommes, frappés qu’ils étaient, aux yeux de tous, de la réprobation divine; et l’opinion générale, sans approfondir cette étrange position, leur refusait, de prime abord, toute intelligence et tout sentiment.

Ferdinand Berthier, in Alphonse Lenoir, Les souds-muets avant et depuis l’abbé de l’Epée, 1840.

Quasiment tous les auteurs sourds font de même tout au long de ce siècle, argumentant et militant de l’importance du rôle de la langue des signes dans l’éducation de l’enfant sourd. Cette position militante est nécessaire afin de convaincre de la nécessité éducative, et de lutter contre les préjugés. Mais, cette lutte a aussi donné de l’exagération afin de briser au plus vite ces préjugés, et donc, donné naissance aux légendes entourant la vie des sourds d’avant l’abbé de l’Epée.

Le Mur de 1760

La difficulté de la recherche historique sourde n’est pas dans la faiblesse des sources. En fait, toute l’historiographie sourde s’est construite à partir de l’année 1760, et donc, quasiment tous les auteurs se reprennent les uns des autres. Les premiers ont justement vécu au début du XIXe siècle, et n’ont jamais connu l’abbé de l’Epée, ou de très loin. Ainsi, les conditions de vie ont tellement évolué qu’ils peinent à se représenter la vie au début du XVIIe siècle, en dépit de l’ouvrage de Pierre Desloges, Observations d’un sourd et muet, publié en 1779.

 

De nos jours, au sein de la communauté sourde, la représentation noire circule encore. Ainsi, on peine à représenter l’existence de sourds érudits comme Etienne de Fay, de grands artistes silencieux de la Renaissance comme Juan Fernandez de Navarette, des artistocrates indépendants comme Anthoine de Laincel, des femmes qui ont pris en main leurs destinées comme Madeleine Le Mansois en 1779, sans l’intervention de l’abbé de l’Epée, dont la biographie détaillée se trouve dans le dictionnaire, et un court billet ici ! 

Ces faits historiques sont ainsi occultés par l’image hérité du XIXe siècle, et de ces auteurs. Cela fait ancrer en nous qu’avant l’abbé de l’Epée, il n’y  point de destinées sourdes, ni d’éléments favorisant les sourds. Ainsi, l’interprétation des dispositions du code Justinien où le sourd de naissance ne dispose pas de droit, à l’exception qu’il sache lire et écrire (je résume ici !) fait que pour certains, ces dispositions sont de la discrimination contre les sourds… 

Je me suis donc intéressé sur ces sourds d’avant 1760. J’en ai écrit quelques billets ici, comme l’ouvrier sourd qui avait découvert la tombe de Childéric, je me suis interrogé sur sa position, sur le fait qu’il travaille comme terrassier, et donc.. A lire ici. Et avant le XVIIe siècle, la Renaissance qui s’est fortement intéressée sur les sourds. Ici, un billet sur les liens entre Léonard de Vinci et les sourds… 

C’est toute la difficulté de passer au-delà de ce qui nous a marqués. Cela explique également pourquoi il n’y a quasiment pas de recherches consacrés aux sourds d’avant le XIXe siècle. Ce n’est pas par faute de sources, mais bel et bien de l’influence de cette image sombre et dramatique… 

Ainsi, la question de la recherche historique sur les périodes antérieures à 1760 est extrement importante, car cela permet ainsi de pouvoir franchir ce mur de 1760, mais également d’alténuer cette représentation exagérée héritée du XIXe siècle du sourd-muet exclu de la société et enfermé. 

A l’instar de ces travaux de recherches sur les femmes guerrières des steppes, ou encore qui essaient de sortir de la représentation occidentale de l’histoire humaine, la recherche historique sourde devra aussi évoluer et se développer pour que l’Histoire Sourde s’enrichisse et s’inscrive pleinement dans l’histoire humaine. 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search