Le concept de l’audisme en histoire sourde, quels apports ?

Source : https://www.ehess.fr/fr/conférence/portée-dun-mot-nouveau-laudisme-pratiques-savoirs-et-changement-social

La question de l’Audisme est centrale dans les recherches autour des Etudes Sourdes. C’est un concept qui définit la relation entre le sourd et la société, sur une base d’une relation dominé-dominant. Cette réflexion émerge autour des travaux de Tom Humphries, depuis ce manuscrit de 1975 où il a mis en place ce concept. D’ailleurs, un des ouvrages vient d’être traduit en français

Qu’est-ce que l’Audisme ?
Donc, le concept de l’Audisme désigne le fait de limiter le Sourd dans ses choix, et ses actions, du fait de l’absence de son audition. Ainsi, la volonté de le/la limiter s’est trouvé confronté par des stratégies de contre-volonté, des moyens employés par des Sourds et des Sourdes pour imposer leur propre volonté.

En effet, la notion d’une communauté sourde devient très visible avec le développement des écoles de sourds à partir du début du XIXe siècle. Les sourds eux-même n’utilisent pas encore le terme communauté qu’à partir des années 1970, à mesure que la prise de conscience de leur spécificité culturelle et linguistique s’étend avec le développement des Etudes Sourdes aux Etats-Unis, dans le droit fil des Etudes de minorités. Les travaux de Tom Humphries et de Carol Padden s’inscrivent ainsi dans cet émergence et ce développement de concepts en relation avec l’identité sourde (Voir également le concept de Deafhood de Paddy Ladd, développé au cours des années 1990).

Je recommande la lecture de cet article écrit par Véro Leduc, professeure de l’université du Québec, à Montréal .C’est un concept qui clarifie les difficultés des sourds à participer à la vie sociale, et fait construire le militantisme sourd contemporain dans la lutte contre l’audisme : égalité des droits et des devoirs, promotion des langues de signes, libre choix éducatif. Cela a guidé les actions de la Fédération Nationale des Sourds de France dans la lutte contre les discriminations pesant sur les Sourds, et de la plupart des actions militantes en faveur des sourdes et des sourds.

C’est un concept très intéressant qui permet de comprendre et d’en analyser les raisons des difficultés des personnes sourdes dans la sociétés, en dehors de l’analyse simpliste : “bah, il est sourd, à quoi s’attendre d’autre ?”. Justement, l’audisme est une réflexion autour de ces préjugés, et donc de l’impact de ces préjugés dans la vie d’un sourd. Or, il y a aussi la question de l’existence de ces préjugés. Pourquoi existent-ils ? Par méconnaissance, ou délibérement ? 

Ainsi, il y a la distinction entre le fait de mal connaitre la vie sourde, et donc d’avoir des comportements qui peuvent entraîner des difficultés. C’est surtout de la méconnaissance, et la sensibilisation permet de diminuer ceci. Or, le concept de l’audisme s’intéresse tout particulièrement à la question de la volonté délibérée de faire disparaître la surdité, de la soigner à tout prix, en dépit de la connaissance de l’existence d’une communauté, d’une langue et donc d’un mode de vie différent. Ainsi, le fait de vouloir traiter à tout prix la surdité à coup d’éducation exclusivement orale et de traitements chirurgicaux est justemenent perçue comme une sorte d’oppression centrée sur la question de la capacité de percevoir le son. 

Les liens que j’ai cités ici permettent justement de mieux comprendre le concept de l’audisme. Et donc d’en débattre. Or, ce qui nous intéresse ici, c’est l’usage de ce concept dans l’histoire Sourde, avec une question fondamentale : est-ce qu’il est applicable dans des périodes antérieures au XIXe siècle ? 

Lors de mon intervention présentée au colloque “Audisme, un mot nouveau”, à l’EHESS, le 9 juillet 2019. ( https://www.ehess.fr/fr/conférence/portée-dun-mot-nouveau-laudisme-pratiques-savoirs-et-changement-social ) , j’ai ainsi exploré la question de l’application du concept “Audisme” et “Deaf Hood” dans les temps historiques. J’y ai souligné les grandes limites du concept de l’audisme en histoire. En effet, ce concept, qui permet d’apporter une explication aux grandes difficultés rencontrée par les sourds dans les sociétés actuelles : discriminations, qualité éducative médiocre etc… ne semble pas trop fonctionner dans les sociétés passées. 

Limites du concept dans l’Histoire

Bien que séduisante, ce concept présente de sérieuses limites en histoire, et tout particulièrement dans les période précédant la diffusion de l’eugénisme. En effet, il est intéressant de comprendre que l’Audisme est clairement liée à la pénétration du concept de l’eugénisme et de soigner à tout prix la société, et de ses conséquences tout au long du XXe siècle.

Or, comment évaluer les choix opérés en ce qui concerne les sourds, que ce soit législatif ou éducatif dans des sociétés où le Scientisme, puis l’eugénisme n’étaient pas encore présentes ? Est-ce qu’il faut inclure dans la catégorie d’audismes ? 

Est-ce que le fait de refuser aux sourds le droit d’hériter est liée à la volonté de discriminer les sourds, ou alors par une simple inquiétude de la compréhension de l’importance de l’héritage, dans une époque où l’éducation écrite des enfants sourds est quasiment inexistante ? Je reste peu convaincu qu’il faille inclure dans ce concept le fait d’opprimer par ignorance dans les périodes historiques antérieures au XIXe siècle, dans un contexte où le sourd est le plus souvent isolé.

Le contexte prend toute son importance dans l’usage de cet outil. Si on réfléchit concernant les actions de Alexander Graham Bell et de son souhait d’interdire le mariage des Sourds pour éviter le développement d’une “race sourde” :

Those who believe as I do, that the production of a defective race of human beings would be a great calamity to the world, will examine carefully the causes that lead to the intermarriage of the deaf with the object of applying a remedy 



Ceux qui croient, comme moi, que la production d’une race défectueuse d’êtres humains serait une grande calamité pour le monde, examineront soigneusement les causes qui conduisent aux mariages mixtes des sourds dans le but d’appliquer un remède.

Alexander Graham Bell (Upon the Formation of a Deaf Variety of the Human Race”,  1884)


Là, c’est clairement de l’audisme puisque Bell sait pertinement de l’existence d’une communauté sourde, des possibilités éducatives et des réussites de parcours. C’est une volonté claire d’empecher l’existence d’un groupe de personnes. Rien à voir avec le fait qu’un empereur Romain s’est soucié de créer cinq catégories de sourds qui pourraient avoir ou non la possibilité d’hériter. 

En effet Justinien Ier a pris la précaution de préciser que si un sourd sait lire et écrire, il peut clairement hériter, alors qu’un point précédent de son texte sipule que le sourd de naissance ne peut avoir de droits, dont le droit hériter… Pourquoi cette précaution : pragmatisme, tout simplement.

Et pourtant, certains auteurs le reprochent d’audisme, tout simplement à cause de cette précaution, oubliant le contexte de ce choix législatif.

Le concept de l’audisme s’est développé dans le cadre des Etudes Sourdes et donc dans le contexte du XXe siècle finissant, avec le mouvement du Réveil Sourd, du militantisme sourd. Il fonctionne bien dans l’objectif de comprendre et de différencier entre une volonté délibérée d’opprimer, et une méconnaissance des spécificités de la Vie Sourde.

Mais, il est très difficilement applicable pour les périodes antérieurs au XIXe siècle, avec un grand nombre d’exemples de situation de pragmatisme, comme un grand nombre d’exemple de seigneurs sourds, de possibilités qui ont tous un dénominateur commun : la maîtrise de l’écriture. Cela explique bien pourquoi les militants sourds ont précisé que l’écriture est bien la clé de l’émancipation du sourd. 

Ainsi, il faut être prudent dans l’usage de ce concept dans ses apports dans la recherche historique sourde. Il est donc nécessaire d’en débattre et des limites de ce concept. 

Certes, le débat reste ouvert, mais je tiens à le dire ici : le contexte compte ! 



Citer ce billet
Yann Cantin (2021, 15 novembre). Le concept de l’audisme en histoire sourde, quels apports ? La Noétomalalie Historique. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/scoc

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search