Inauguration de l’exposition “Histoire Silencieuse des Sourds” au Panthéon, 18 juin 2019

Pour la première fois, le Panthéon de Paris organise une exposition, du 19 juin au 6 octobre. Cette exposition est particulière à plus d’un titre puisqu’elle concerne l’histoire d’une communauté également particulière, d’espèce étrange comme dirait Desloges en 1779, 240 ans plus tôt. 

En tant que commissaire de l’exposition, je devrais prononcer un discours d’inauguration. Cela a été un moment assez intense, unique, et même historique, puisqu’un sourd n’a jamais “prononcé” de discours dans le Panthéon ! C’est donc un moment d’émotion. Je partage ici le texte, et la vidéo arrivera bientôt. 



Discours Inauguration de l’Exposition
Histoire Silencieuse des Sourds
(seul le noétomalalié fait foi)

 

Monsieur le président du CMN, 
Monsieur l’administrateur du Panthéon,
Mesdames, messieurs, 

J’ai eu l’immense l’honneur de conduire la réalisation de cette exposition avec l’aide de toute l’équipe des événements du Centre des Monuments Nationaux. L’an dernier, quand l’on m’a proposé de devenir commissaire, je n’avais pas la moindre idée dans l’organisation d’une exposition, et de la quantité d’énergie. Ainsi, au nom de toutes et de tous, je remercie le président du Centre des Monuments Nationaux d’avoir ouvert les portes, et de permettre à l’exposition d’exister.

Désormais, l’ouverture de cette exposition, en ce jour du 79e anniversaire du discours du 18 juin de De Gaulle, marque ainsi une nouvelle date dans la longue histoire sourde. C’est en effet une exposition unique, en un lieu unique, après celle de 1989, organisée à la Sorbonne. 

Contrairement à ce que l’on croit, l’idée du progrès est pour les Sourds une régression, de déni de leurs droits les plus élémentaires, ce dans une période où les progrès scientifiques les plus étonnants ont eu lieu : le XXe siècle. L’histoire sourde n’a pas été une histoire continue de progrès, mais une longue suite de combats, de défaites, d’avancées et de reculades. Ce qui est paradoxal, c’est que les progrès technologiques après les deux guerres mondiales ont été de profonds entraves pour les Sourds dans leur inclusion sociale et professionnelle. Au nom de leur protection, on décide ainsi de ce qu’ils pourront ou pas. 

Et pourtant, les Sourds se sont attachés viscéralement à leur langue, car c’est ce qui leur définit. Pas la surdité en elle-même qui est insuffisante comme définition. Mais, bel et bien la langue des signes qui a construit leur identité et qui leur a permis d’entrer de plein pied dans la société française et de contribuer aux grands progrès de l’Humanité. Cette langue des signes, née à Paris, au cours du Moyen Âge, comme le Français est au centre de tous les combats des Sourds depuis trois siècles. La LSF et le français se sont côtoyées, se sont développées sans se connaître, et ce, dans la même région. La langue des signes est une langue de France, de Paris, et née au sein d’une communauté silencieuse.

A un moment, les Sourds se sont pliés à cette « normalité médicale », en déniant ce qui fait l’âme de cette culture. Cela a failli conduire à la destruction de cette culture et de cette langue. 

Comme De Gaulle l’a dit en ce jour du 18 juin 1940, en dépit d’une situation désespérée : « rien n’est terminé, continuons ! », les Sourds se sont repris dans les années 1970 dans un contexte désespérant. Après avoir frôlé la destruction, on a repris confiance, et, les Sourds continuent malgré tout à maintenir leur identité, et de résister aux injonctions de la « normalité », de la définition médicale de la surdité. Ce n’est pas de ce qui les définit. L’Histoire nous l’enseigne clairement. Dans les périodes où cette langue est acceptée, on assiste à des progrès chez les Sourds. On assiste à des destinées brillantes, étonnantes, fascinantes. 

Or, on bascule dans la situation inverse quand on passe à des périodes où cette langue est rejetée, méprisée et déniée. Et pourtant, cette identité sourde construite autour de la langue des signes est toujours présente, toujours existante, toujours en germe au fil des générations.

Ainsi, rien n’est terminé en histoire sourde qui a été une longue suite de combats autour de la place d’une langue : la langue des signes. C’est le fil conducteur de cette exposition : l’importance de la langue des signes dans l’insertion sociale du sourd, et donc de l’éducation de l’enfant sourd. Ce combat est loin d’être terminé ! Rien n’est encore acquis…  

Et pourtant, l’apport sourd est considérable et reste encore à mesurer. Ainsi, qui serait Toulouse-Lautrec sans son professeur et ami, le sourd René Princeteau ? Ce petit exemple montre bien que sans la présente sourde, et de l’influence de la langue des signes, l’humanité présenterait un visage différent. Sur ces termes, je vous souhaite un beau voyage temporel ! 

Je vous remercie.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. F68.10 dit :

    Cette idée de progrès a pris de tournures complètement irrationnelles dans l’esprit de pas mal de gens. Et bien que la problématique des sourds avec le progrès me semble à peu près résolue, il y a encore pas mal de dégâts occasionnés par cette idée de norme. La problématique n’est pas propre aux sourds.

    Je me souviens que gamin déjà, il n’y a pas si longtemps de cela, j’entendais des membres médecins de ma famille pester contre l’attachement à la langue des sourds qui selon eux, les engageait dans des processus de “refus de soin”, au sens où certains sourds ne semblaient pas voir l’intérêt de prothèses auditives.

  2. Lamothe Michel dit :

    Vraiment bravo et encore plus pour ce travail et cette réalisation . Je voudrais être plus jeune pour partager plus et être parisien pour profiter de ces moments .
    Courage pour la suite …le combat va vers une belle destinée , réparatrice de tant d’injustices et de souffrances inutiles . La “langue des signes”ou plutôt le noétomalalien est tellement plus qu’une langue … c’est une créativité géniale et merveilleuse de l’homme que l’humanité doit reconnaître .
    Merci .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.