Les Sourds et la Phrénologie

Où une pseudo-science s’empare des Sourds… 

La présence des sourds-muets s’est remarqué plusieurs fois au cours de l’Histoire, de la part des penseurs, des érudits se sont intéressés à eux, plus particulièrement quand il est question de comprendre comment un sourd-muet peut-il comprendre ce qui se passe autour de lui, alors qu’il est plongé dans une bulle de silence. On peut citer entre autres Platon, Aristote, Jérôme de Cardan, et même Léonard de Vinci, Descartes, et bien d’autres. On s’est intéressé à eux par la spécificité qu’ils constituent : le fait de ne pas entendre. Cette particularité a entraîné l’apparition d’une langue spécifique, basée sur le canal visio-gestuel, et non le classique audio-vocal. Cet intérêt a été constant jusqu’au XIXe siècle, et avec le sensualisme de Condillac, on privilégie la notion de primauté de l’ouïe, au détriment de la vue, puisque la parole permet de véhiculer toute les nuances de la pensée. Ainsi se développe au cours de la première moitié du XIXe siècle, une réflexion qui pose la primauté de la parole, et par conséquent, la question de l’éducation des enfants sourds revient sur le devant de la scène. En effet, depuis les années 1760, une méthode est privilégiée en France : les Signes Méthodiques. C’est une méthode éducative mise en place par Charles-Michel de l’Epée, dit l’abbé de l’Epée (1712-1789) qui s’est inspiré de la langue des signes des sourds parisiens et l’a fusionnée avec la grammaire française, car il considère que le français est une langue civilisatrice, en relation avec la pensée de l’époque.

Néanmoins, pour certains, le fait d’utiliser les mains ne permet pas de comprendre toute la nuance nécessaire, et donc, les notions abstraites sont-ils compréhensibles de la part de ces sourds-muets. Sans entrer dans le détail de ces débats, ils ont cependant fait développer l’intérêt sur la question de l’intelligence des sourds-muets et de l’opposition de vue sur la capacité de la langue des signes de véhiculer toute la pensée. Pourtant, ces discussion s’orientent progressivement un détail qui concerne une catégorie de sourds : qu’en est-il alors de l’intelligence des sourds-muets non instruits, ceux qui n’ont jamais fréquenté les écoles ? Comment évaluer leur intelligence s’ils n’ont jamais eu une éducation ? Faut-il par conséquent les classifier parmi les aliénés ou pas ?

Ainsi, ces débats effectués, entre penseurs entendants, se sont faits sans que les concernés ait été sollicités. Par conséquent, on assiste à une intervention des sourds-muets instruits à partir des années 1830 dans ces débats en apportant un nouveau point de vue. Ces discussion à propos de l’intelligence des sourds-muets s’inscrit dans un contexte particulier sur la question de l’intelligence, et de la notion de l’être humain.

Depuis la fin du XVIIIe siècle, sur l’impulsion de François Joseph Gall (1758-1828), on assiste à un développement d’une nouvelle expérimentation et d’évaluation de l’intelligence, que l’on qualifie de nos jours de pseudo-science, la phrénologie. Ainsi, la phrénologie connaît des heures de gloire au cours des années 1820-1830, à une époque ou une réflexion sur la question de l’intelligence intéresse les personnalités de la recherche, avant de tomber rapidement en désuétude, quand il s’est avéré que la phrénologie ne se repose sur aucun élément indiscutable, mais qui a initié une nouvelle recherche : la localisation des zones cérébrales. Or, des sourds-muets ont fait l’objet d’études phrénologiques dans les années 1832-1834, de la part de Pierre Marie Alexandre Dumoutier (1797-1871), l’un des disciples de Gall. Dumoutier est surtout connu, non pour ses analyses de crânes, mais par sa collection de moulages de crânes et de bustes, plus particulièrement ceux faits lors de l’exploration de Drumont-d’Urville entre 1837 et 1840, conservée entre autres, aux collections d’anthropologie du Musée de l’Homme, qui fait partie, actuellement, du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. 

Ainsi, la présence des sourds-muets dans la collection Dumoutier doit être mis en relation avec les débats sur l’intelligence des sourds-muets durant cette décennie. Or, un autre élément présent dans cette partie de la collection apporte un jour nouveau dans la recherche de l’Histoire des Sourds. Il s’agit de la présence de Claudius Forestier dont on ne dispose jusqu’à ce jour aucun portrait connu de lui. Ainsi, la présence de ce personnage historique, et surtout, des notes de Dumoutier le concernant apporte une nouvelle compréhension de cette personnes, et par conséquent de pouvoir expliquer ses choix, et ses orientations au cours de sa vie. Claudius Forestier est l’une des personnalités les plus discrètes de la communauté sourde du XIXe siècle. Sa discrétion contraste avec la présence médiatique de Ferdinand Berthier que l’on trouve dans les milieux intellectuels de l’époque, comme la Société des Etudes Historiques, où il y forge des contacts, et même La société des Gens de Lettres dont il a été l’un des premiers membres et bienfaiteurs. 

Concernant Forestier, aucun portrait ne lui est attribué depuis le début des recherches historiques sur les sourds, commencée au début des années 1980. Ainsi, de nombreux historiens, bénévoles et universitaires, se sont souvent butés sur l’impossibilité de retrouver la moindre gravure où l’on peut certifier sans le moindre doute qu’il s’agit de Claudius Forestier. Pourtant, ce personnage a été l’un des principaux protagonistes de la crise de 1831, où, à l’institution nationale des sourds-muets de Paris, il a été l’un des répétiteurs, et aspirant professeur, et organisateur d’une résistance face à la volonté de restreindre la place de la langue des signes des enfants sourds initiée par Désiré Ordinaire, sur l’impulsion du Baron Joseph-Marie de Gérando.

La redécouverte de la collection sourde de Dumoutier

Aucun portrait certifié ne lui est connu jusqu’à la découverte d’une mention, grâce à l’indexation en texte des articles sur Persée, par Angélique Cantin, généalogiste professionnelle et travaillant sur l’arbre généalogique de Claudius Forestier, d’une mention, dans un article de Erwin Ackerknecht qui a inventorié la Collection Dumoutier. Dans l’article en question, on remarque la mention Forestier, professeur de sourds-muets, suivie d’autres mentions de sourds-muets. Le seul sourd-muet enseignant à porter ce nom est Claudius Forestier, son frère Hyacinthe étant encore jeune dans les années 1830 pour exercer cette profession. 

L’indexation, par le site Persée, du contenu de l’article de Ackerknecht a facilité la redécouverte du buste à travers le moteur de recherche google. Ceci illustre les nouvelles possibilités technologiques quant à la recherche historique, où l’indexation des ouvrages et des articles de recherche numérisés permet justement des avancées dans cette recherche. 

L’article d’Ackerknecht n’étant pas connu des spécialistes de la recherche historique sur les sourds, et surtout reconnu de la part des spécialistes des recherches sur la phrénologie et de l’histoire des sciences, le fait que l’on retrouve le nom d’une personnalité historique des sourds illustre la nécessité de faire des recherches au-delà des sources classiques de l’Histoire des sourds, et à aller voir dans d’autres sources les plus inattendues comme cet article.

Les bustes, et les archives de Dumoutier

L’analyse des bustes, qui sont au nombre de sept, a été effectuée par une visite du 3 février 2012, et une nouvelle visite, le 13 juin 2013, pour confirmer quelques éléments à propos de Forestier. Ackerknecht a pris soin de référencer les notes de Dumoutier en rapport avec les bustes qui sont tous classifiés dans le registre CA III. Néanmoins, les notes de Dumoutier sont peu d’aide pour comprendre la présence des bustes de sourds-muets : deux des notes sont de la main de Dumoutier qui y a inscrit des remarques, des commentaires, et des interrogations. Or, le troisième document présente un intérêt des plus grands, puisqu’il s’agit d’une lettre d’un sourd-muet, initialement destiné au directeur de l’institution, Désiré Ordinaire, qui retrace son périple aux Amériques et en Europe entre 1828 et 1833, qui ouvre une fenêtre particulière sur une période très mal connue de l’histoire des sourds. 

En ce qui concerne les bustes, ils sont tous référencés sous les dénominations D-149, D-183, D-184, D-185, D-186, D-187, et D-464 et sont issus de sujets de sexe masculin : cinq jeunes adultes, un adolescent, et d’un homme d’âge mûr. 

On dispose de quatre noms qui sont mentionnés sur la base des bustes : Guénard pour le D-149, Pierre Roger sur le D-183, Claudius Forestier sur le D-184, Michel sur le D-186 et Désiré Ordinaire sur le D-187. Le buste D-464 comporte uniquement une mention de profession : «graveur – géographe» et seul, le buste D-185 ne comporte aucune mention et reste donc le plus difficilement identifiable. Les bustes de Pierre Roger et de Claudius Forestier sont déjà analysés dans le Dictionnaire biographique des grands Sourds en France, il n’est donc pas essentiel de les étudier ici.

Ainsi, ces bustes sont des réalisations typiques de Dumoutier qui en sont des moulages intégraux de la tête, depuis le sommet du crâne jusqu’au cou. Or, le buste du géographe, D-464 différencie puisqu’il concerne seulement la face de la tête, et non pas un moulage intégral. Ils sont probablement réalisés dans le cabinet de Dumoutier, voire dans les locaux du directeur de l’Institution Royale des Sourds-Muets à une période où la Phrénologie connaît son heure de gloire, avec la fondation de la Société Phrénologique de Paris, en 1831, puis au musée phrénologique, ouvert en 1837, où ces bustes y seraient exposés, jusqu’à sa fermeture.

On va s’intéresser tout particulièrement à deux bustes :

Désiré Ordinaire (D-187)

Buste de Désiré Ordinaire (Collection anthropologique du Muséum National d’Histoire Naturelle)

Désiré Ordinaire (1773-1847), sous la référence D-187, est mentionné par erreur «sourd-muet». En effet, il s’agit du directeur de l’Institution Royale des Sourds-Muets de Paris, au poste entre 1831 et 1836. C’est un personnage central dans l’histoire de la communauté sourde, bien qu’ignoré, et c’est sous sa direction que l’Institution connaît une crise de grande ampleur dont une grève d’élèves sourds qui protestaient contre l’introduction à grande échelle de l’éducation orale. 

En effet, à l’origine recteur de l’Académie de Strasbourg à partir de 1824 et docteur en médecine, il a été nommé directeur de l’institution parisienne, en particulier par le Baron de Gérando, afin de rectifier de ce qui est perçu comme une dérive : l’influence croissante des professeurs sourds dans l’école, avec les nominations de Ferdinand Berthier et Auguste Lenoir en 1829. Sa nomination se repose également sur l’expérience faite, entre 1828 et 1830, de placer les sourds-muets dans les écoles de villages, de l’Est de la France, en collaboration avec Joseph Piroux (1800-1885), directeur-fondateur de l’école départemental des sourds-muets de Nancy. Il est également le père d’Edouard Ordinaire, médecin puis journaliste, qui a publié une thèse sur la phrénologie. 

Désiré Ordinaire a pour mandat de réformer l’institution des sourds-muets afin d’encourager l’éducation orale dans toutes les classes et non dans une classe spéciale réservée à ceux qui auraient des dispositions. 

Mais, il a déclenché, dès son arrivée, en 1831 une opposition de la part du personnel enseignant sourd en particulier, puisqu’il a également décidé de rétrograder les professeurs sourds au rang de répétiteurs (Delaporte, 1999). Cette décision ouvre une crise de cinq années jusqu’au départ du directeur, après une intervention du ministère de l’intérieur, et aboutit également à la naissance du militantisme sourd en faveur de la langue des signes et de la première société sourde au monde qui est fondée en 1838 : la Société centrale des Sourds-Muets. Donc, son action a entraîné une révolution culturelle au sein de la communauté en provoquant une prise de conscience de la part des professeurs sourds-muets de la fragilité de leurs positions, et donc de la vulnérabilité de leur spécificité. 

Sa présence parmi la collection dite sourde-muette doit être rapproché aux moeurs de l’époque, où il est bien vu de se faire mouler la tête, et donc de contribuer aux progrès scientifiques, la possibilité a été évoquée avec Guérard. De nombreuses personnalités de l’époque l’ont fait de même, comme Drumont d’Urville, entre autres. 

Or, L’Almanach des sourds-muets de 1900 apporte une information complémentaire quant à la présence de ce moulage du directeur de l’Institution Royale des sourds-muets de Paris. Il est dit à la page 82 de cet ouvrage que Ordinaire s’adonne volontiers à la phrénologie : 

«Tout en ayant l’air de prendre part à leur ébats ou à leurs travaux, il se livrait sur eux à toutes sortes d’investigations et principalement à tout ce qui se rapportait à la phrénologie. Disciple de Gall, il ne se laissait jamais échapper une occasion sans avoir promené sa main sur le crâne d’un élève.»

Et plus loin dans le même texte : 

«Couché sur le matelas, il se laissa couvrir entièrement la tête de plâtre. Lorsque l’opération fut terminée, et pour suppléer à l’impossibilité de parler (le plâtre qui lui couvrait le visage l’empêchait de remuer la bouche), il leva la main et dit aux nombreux élèves qui l’entouraient, au moyen de la dactylologie : je me trouve très bien

Ces éléments laissent indiquer deux informations importantes, dans la compréhension de la présence des bustes de sourds-muets dans la collection Dumoutier. Tout d’abord, Ordinaire est un adepte de la phrénologie, et il semble qu’il s’adonne à des études pseudo-scientifiques sur ses élèves de l’institution de la rue de Saint-Jacques, à Paris. Et ensuite, qu’il incite ses élèves à se faire mouler le crâne. Cela expliquerait en partie l’absence des archives de la main de Dumoutier, puisque les notes des études se trouveraient probablement aux mains de Ordinaire. Mais, tout ceci n’est qu’à l’état d’une hypothèse fragile, se reposant sur un texte, et sur la corrélation avec des éléments existants.

Or, pour dater ce buste précisément, sa réalisation semble se situer dans la fourchette des années 1833-1837 par les raisons suivantes : son arrivée à Paris date de 1831, étant à Besançon l’année précédente, et par la suite, le départ en expédition de Dumoutier, en 1837 limite fortement l’intervalle des années probables de la réalisation de ce buste, puisque Désiré Ordinaire s’est démis de ses fonctions en 1838, et est retourné à Besançon, où il meurt en 1843.

Identification du buste D-185  : Ferdinand Berthier

Buste de Ferdinand Berthier, collection anthropologie du Muséum National d’Histoire Naturelle

Depuis la redécouverte de cette collection en 2012, des tentatives d’identification ont été menées pour trois bustes anonymes. Le cas le plus intéressant est D-185.

Au fil des recherches et des croisements de différentes sources, essentiellement iconographiques dont des peintures et des photographies, et menées en collaboration avec l’équipe en charge de la collection d’antropologie du muséum national d’histoire naturelle, il s’avère qu’il est plus probable que cela soit celui de Ferdinand Berthier, l’un des plus fameux militants sourds des années 1830-1870. Ainsi, le buste, s’il reste bien une marge d’incertitude, présenterait un portrait unique de Ferdinand Berthier juste avant son engagement militant.

La participation de Ferdinand Berthier est révélatrice du regard porté par Dumoutier sur les Sourds : ” plus ils sont beaux, plus ils sont intelligents !”

Quand ces bustes sont-ils réalisés ? 

Grâce aux éléments contenus dans les notes de Dumoutier et de la lettre de Pierre Roger conservées dans le registre CA III, il a été possible d’estimer la période de la réalisation de ces bustes : l’âge de Claudius Forestier au moment du moulage qui est mentionné par Dumoutier lui-même, dans ses notes où il précise que Forestier a 23 ans. Or, sachant que ce sourd-muet est né le 3 juillet 1810, on situerait l’entretien et le moulage après juillet 1833. Et la lettre, où Pierre Roger déclare avoir l’intention de passer à Paris y demeurer quelques mois, le temps de recueillir des informations avant de repartir pour Buenos Aires en 1834 au moins quatre des bustes seraient réalisés entre juillet 1833 et aout 1834, soit dans une fourchette d’une année, plus particulièrement pour les bustes D-183 et D-184.

Il est intéressant de faire remarquer que la lettre de Roger qui a été initialement envoyée à Désiré Ordinaire, semble avoir été remise à Dumoutier pour le convaincre de l’intérêt d’étudier le sourd-muet voyageur. Un détail qui pourrait comprendre le lien entre Désiré Ordinaire et Dumoutier serait Edouard Ordinaire, qui a fait sa thèse de médecine en 1837 avec pour sujet une étude sur la phrénologie : Propositions sur les principes et les conséquences de la phrénologie qui a été publié en 1837. Or, il est le fils du directeur de l’institution des sourds-muets. Et d’autre part, d’après Harlan Lane, un des frères du directeur est également membre du conseil de perfectionnement où fait partie Frédéric Cuvier. Ajoutons que le prédécesseur de Désiré Ordinaire, l’abbé Sicard a été l’un des fondateurs de la Société des observateurs de l’Homme, l’une des sociétés savantes où les Phrénologues sont présents. Ainsi, les relations entre le milieu phrénologique et les instances dirigeantes de l’institution des sourds-muets de Paris sont assez nombreuses pour que l’intérêt d’analyser le comportement des sourds-muets par de la phrénologie soit présente.

Une question se soulève après l’analyse de ces bustes. Quelle est donc la suite de la réalisation de ces bustes ? Dumoutier a-t-il émis des analyses, des réflexions ? Est-ce qu’il a un impact sur la représentation du sourd-muet à cette époque ? 

L’absence de mention de ces bustes dans les différentes archives consacrées aux sourds-muets, et dans la presse dite «sourde-muette», expliquerait que ces bustes soient ainsi plongés dans l’oubli. Or, il est aussi possible d’expliquer cette occultation par la défiance entourant la phrénologie au cours des années 1840-1860 où il est recommandé d’ignorer son existence. Et la fermeture des locaux de la société de Phrénologie dans les années 1840, accentue ainsi l’oubli. 

D’autre part, il est aussi intéressant de faire remarquer deux éléments qui peuvent ajouter quelques éléments d’explications quant à cette discrétion. Tout d’abord, la crise des années 1831-1836 au sein de l’institution des sourds-muets de Paris, où leur directeur, Désiré Ordinaire justement, est confronté à une fronde sérieuse et profonde de la part de son personnel enseignant sourd-muet, et de ses élèves qui rejettent la volonté des instances dirigeantes d’imposer une éducation orale, et de la rétrogradation des enseignants sourds, Ferdinand Berthier et Auguste Lenoir, nommés professeurs en 1829, et auparavant répétiteurs. 

Cette opposition vigoureuse a conduit au départ de Désiré Ordinaire en 1836, et au désaveu de la politique éducative du Baron de Gérando qui devient ainsi plus discret jusqu’à sa mort, en 1842. Or, un autre élément indique que le milieu éducative des sourds-muets se défie de la Phrénologie à la lumière de cet court article de Joseph Piroux, en 1839, où il se réjouit de la faillite de cette recherche qu’il considère comme peu fiable. 

L’aura de mauvaise réputation dont est entourée la phrénologie dans la période postérieure à l’expédition de Drumont-d’Urville, et des liens entre les instances dirigeantes de l’institution des sourds-muets et les phrénologues, à une époque où les professeurs sourds-muets ont remporté leur  lutte pour préserver la place de la langue des signes dans l’institution ont semblé faire plonger ces bustes dans le secret et l’oubli. La lettre de Gazan de la Peyrière, l’un des sourds-muets de l’entourage de Ferdinand Berthier et de Claudius Forestier s’est exprimé en ces termes : 

«Pour ce qui est de l’auteur du Matérialisme et de la Phrénologie combattus dans leurs fondements, nul ne le félicitera avec autant d’affection de coeur que moi, d’avoir considéré déterminément les fonctions mentales du sourd-muet dans leurs rapports avec celles de l’entendant-parlant. C’est à quoi il est redevable de la facilité d’avoir découvert une erreur servant d’échelon à cette fatale chaine de principes spécieux, et, par conséquent, il a été à même de faire crouler en deux lignes tout l’échafaudage dressé par la longue médiation de ces pauvres philosophes».

Plus loin, Gazan enfonce le clou avec : 

«Or, jamais ceux qu’a combattus M. L’abbé Forichon, n’avaient observé ni recueilli, chez nous, des faits, des phénomènes sur le point de vue de l’entendement, de manière à consolider leurs systèmes. Au lieu de vouloir s’éclaircir de bonne foi sur des matières semblables, on avait préféré examiner, de tous côtés, l’homme favorisé de tous ses sens, afin de mieux bâtir sur nous les hypothèses, d’où résulte la méprise grossière dans laquelle on s’enfonçait».

Les propos de Gazan sont assez durs envers la phrénologie, qu’il reproche de contribuer à une mauvaise compréhension et des théories erronées de ce qui constitue un sourd-muet. Ce texte expliquerait ainsi l’oubli de cette partie de la collection, et par conséquent, on peut penser que la Phrénologie semble avoir été incapable, aux dires de Gazan, d’apporter une explication à l’intelligence des sourds-muets, plus particulièrement, ceux qui sont instruits. 

La numérisation et l’indexation du contenu de l’article d’Ackerknecht a permis la redécouverte de ces bustes. Or, cette redécouverte ouvre une page occultée de l’histoire des sourds, et laisse entrevoir des recherches sur les relations entre la Phrénologie et le milieu éducatif des sourds-muets. La réaction de Gazan, dix années après la réalisation de ces bustes, laisse indiquer que ces relations ont conduit à une analyse erronée sur les sourds-muets. 

Ces bustes représentent une période qui a précédé un moment fondamental dans l’histoire des sourds, la révolte du personnel enseignant sourd. En effet, on découvre des éléments historiques sur des personnes, plus particulièrement sur Forestier dont les informations sont les plus riches. Mais, on redécouvre également Pierre Roger, le voyageur, dont la tentative de fondation d’une école de sourds au Mexique a été complètement oubliée. 

L’analyse de ces bustes a permis également de rectifier une erreur en la personne de Désiré Ordinaire qui a été considéré comme sourd-muet. Or, on dispose, avec ce buste, un autre portrait d’un personnage historique fondamental dans l’histoire de la communauté sourde. En effet, ses décisions à la tête de l’institution des sourds-muets, ont conduit à une révolte et à la naissance d’un militantisme sourd-muet. Ce militantisme, latent et surtout informel, est devenu visible avec la fondation de la première société de sourds-muets au monde, en 1836,  la Société Centrale des Sourds-Muets. 

L’existence de ces bustes, représentant une période clé de l’histoire des sourds, marque la nécessité d’une recherche plus approfondie de l’histoire des sourds en dehors des archives classiques. Il montre l’existence des archives en lien avec ce domaine de recherche, dans des lieux les plus inattendus. 

Bibliographie indicative

Bibliographie indicative

Ackerknecht (E. H.). (1956) P. M. A. Dumoutier et la collection phrénologique du Musée de l’Homme,  Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, X° Série. Tome 7 fascicule 5-6. pp. 289-308.

Berthier Ferdinand (1852) Sur l’opinion de feu le Docteur Itard, Michel Lévy, Paris.

Berthier Ferdinand (1873), L’abbé Sicard, célèbre instituteur des sourds-muets, successeur immédiate de l’abbé de l’Épée. Paris, Charles Douniol, 1873, 

Cantin Angélique, Cantin Yann, Dictionnaire biographique des grands sourds en France, Archives et Culture, Paris, 2017.

Delaporte Yves (1999), Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier, CLSFB, Louhans, 96 p.

Dubois Benjamin, Almanach des sourds-muets de 1900, Imprimerie d’ouvriers sourds-muets, Paris,  1900.

Encrevé Florence, Les sourds dans la société française au XIXe siècle, Creaphis editions, Paris, 2012.

Pélissier Pierre (1846), Les sourds-muets au XIXe siècle avec un alphabet manuel, 1846, chez l’éditeur, Paris.

Renneville Marc. Un musée d’anthropologie oublié : le cabinet phrénologique de Dumoutier. In: Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série, tome 10 fascicule 3-4, 1998. pp. 477-484.

Renneville Marc (2000), le langage des crânes, une histoire de la phrénologie, Collection les empêcheurs de penser en rond, Institut d’édition Sanofi-synthelabo, Paris.

Peter Jean-Pierre. Marc Renneville,(2001) Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie, Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 56, n° 1, pp. 218-220.

Gazan de la Peyrière, Correspondance, in L’Ami du Sourd-Muet, 1842, pp 134-136

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. F68.10 dit :

    “qu’en est-il alors de l’intelligence des sourds-muets non instruits, ceux qui n’ont jamais fréquenté les écoles ? Comment évaluer leur intelligence s’ils n’ont jamais eu une éducation ? Faut-il par conséquent les classifier parmi les aliénés ou pas ?”

    Toujours les mêmes délires. Pas grand chose ne change…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.