Léonard de Vinci, et les Sourds de la Renaissance

A l’occasion du cinquième centenaire de la mort du fameux maestro toscan, dont les célébrations, et les expositions en font écho partout sur notre planète.

La plupart des publications, commentaires et autres biographies sur le fameux savant/artiste/ingénieur montrent bien des aspects étonnants, voire inédits comme la découverte d’un croquis de son portrait, au Royaume-Uni. Vraiment, un tel personnage ne laisse personne indifférent.

Et pourtant !

Un de ses nombreux aspects reste très fortement méconnu, voire ignoré. C’est sa relation avec les sourds de son époque. Je n’ai pas la prétention de faire ici un article complet et détaillé, mais pour rendre compte que l’histoire des Sourds est bien plus complexe, et bien au-delà de la simple question de l’handicap. Il évoque de temps en temps les sourd dans ses écrits, en voici un exemple :

Un tableau ou une représentation de figures humaines doit être fait de telle manière que le spectateur puisse aisément reconnaître par leurs attitudes le but dans leur esprit. Ainsi, si vous devez représenter un homme de noble caractère dans l’acte de parler, que ses gestes soient tels qu’ils accompagnent naturellement les bonnes paroles; Et, de la même manière, si vous voulez représenter un homme d’une nature brutale, donnez-lui des mouvements féroces; Comme avec ses bras tendus vers l’auditeur, et sa tête et sa poitrine poussaient plus loin que ses pieds, comme si elle suivait les mains du locuteur. C’est ainsi chez une personne sourde et muette que, quand il voit deux hommes en conversation – bien qu’il soit privé d’audition – peut néanmoins comprendre, à partir des attitudes et des gestes des locuteurs, la nature de leur discussion. Une fois, j’ai vu à Florence un homme devenu sourd, qui, quand vous parlez fort, ne vous comprenait pas, mais si vous parlez doucement et sans faire de bruit, compris simplement par le mouvement des lèvres. Maintenant, peut-être dira-t-on que les lèvres d’un homme qui parle fort ne se déplacent pas comme celles d’une personne parlant doucement, et que si elles devaient les déplacer semblables, elles seraient toutes semblables. Quant à cet argument, je laisse la décision d’expérimenter; Faites un homme vous parler doucement et noter [le mouvement] de ses lèvres.

De gestes appropriés (593-600). Léonard de Vinci,, Notes de Léonard de Vinci, (ed. 1888)

Dans son Traité de la Peinture, il prend en exemple la capacité des sourds à comprendre la poésie visuelle, ses réflexions sont intéressantes à plus d’un titre, et on voit ici qu’il met au premier plan le visuel par rapport à l’ouïe, qu’il considère moins noble :

La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir, et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. Ce sont deux sortes de poésie, je veux dire deux sortes de peinture, qui ont des modes différents pour arriver à l’intelligence. Donc, si l’une et l’autre peinture, pour arriver au sens commun, passent par le sens le plus noble, qui est l’oeil, et si l’une et l’autre poésie doivent passer par le sens le moins noble de l’oreille, nous donnerons la peinture au jugement du sourd-né, et la poésie sera jugée par l’aveugle-né; et si la peinture se trouve figurée avec les mouvements appropriés aux caractères moraux des figures qui agissent dans un sens déterminé, il n’y a pas de doute que le sourd-né entendra l’ouvrage et les intentions de l’auteur […].
Le sourd a perdu un sens moins noble, quoiqu’il n’ait plus le langage, puisqu’il n’entend plus parler et ne peut plus apprendre aucun langage : mais il entendra bien tout accident, qui aura lieu dans le corps humain, mieux qu’un qui parle et qui entend, et semblablement connaîtra l’oeuvre du peintre, en qui elle sont représentées et à qui telles figures sont appropriées.
P. 35, Traité de la peinture, edition de 1910,
traduction de Joséphin Peladan (en ligne ici)

Donc, ce qui est frappant à plus d’un titre, c’est que les réflexion de cet artistes montre toute l’importance de la réflexion visuelle, et donc, du cheminement de la pensée de Vinci autour du regard. Il faut savoir que le Moyen Age, dont Vinci est l’un des héritiers, est une période très portée sur le regard, sur les couleurs.

Raphaël et Pinturicchio, Bibliothèque Piccolomini, Sienne

Quelle relation avec les sourds ? Tout simplement parce que l’un des contemporains de Vinci, l’Ombrien Pinturicchio (1454-1513) est l’un des plus fameux peintres du Quatrocento italien, ayant porté le développement artistique toscan durant cette période. Moins connu que Michel-Ange ou, encore Raphaël, il les a côtoyés à Rome et à Sienne. Ce que l’on dit moins, c’est que cet artiste est sourd, et tout change complètement quand on prend la perspective de la surdité. Ainsi, le fait qu’il soit assez sollicité pour réaliser des oeuvres, comme celles du Duomo de Sienne, ou de Pérouse, montre bien son degré de compétences, et de l’acceptation de la société envers ses artistes sourds.

On pense également à l’un des professeurs de Vinci : le milanais Christophe de Predis, l’un des plus fameux minaturistes de cette période. On ne sait pas encore de la relation entre ces artistes, encore moins s’ils se sont rencontrés ou croisés. Mais, les écrits de Vinci concernant les sourds montrent bien qu’il a été impressionné par ces capacités. Tout ceci mérite une recherche encore plus approfondie, ce dont ce billet ne permet pas. En tout cas, cela montre bien la variété des facettes du maître, et de la société des cités du Quatrocento !

A suivre donc !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.