De l’origine du noétomalalien français (ou de la LSF)

La question des origines du noétomalalien français a souvent été évoquée depuis deux siècles. Quelle a été son origine ? Qui l’a crée ?

Tout d’abord, allons droit au but : Ce n’est pas l’abbé de l’Epée qui l’a inventée ! Cette erreur historique a été maintes fois reprises par de nombreux auteurs et souvent dite dans des articles de recherches, de presse etc… C’est toujours repris de nos jours.

Pourquoi est-ce que c’est essentiel de le préciser, ici, dans ce carnet consacré à l’histoire des sourds, et non de la linguistique ? C’est justement central ! Sans la LSF, la communauté sourde n’existerait tout simplement pas. Ainsi, grâce à cette langue, on peut voir se développer une communauté si particulière. On l’a souvent écrit et mentionné, donc on ne va pas y revenir dessus. Vous pouvez approfondir la question avec ici, cette vidéo à laquelle j’ai apporté des explications autour de ces origines, et du témoignage de Pierre Desloges. A consulter et à faire partager. (Les références sont en bas du billet)

Du rôle de Paris
Pour faire simple, le noétomalalien français est aussi vieux que le français. Leurs apparitions respectives datent plus ou moins aux environs du milieu du Moyen Age, vers le XIIe siècle, à un moment où justement ces deux langues prennent naissance dans une ville qui commence à connaître une croissance forte sous les premiers capétiens. Grâce à un contexte économique et culturel très favorable, Pari est donc une ville assez attractive et dynamique. Avec les chantiers de Notre Dame, et bien d’autres comme le Louvre, c’est aussi une ville en développement artistique ce qui donne une importante production dans les arts.

C’est dans ce contexte unique que l’on peut retrouver de nombreuses influences visuelles sur la toute jeune communauté sourde médiévale de Paris. Ces influences visuelles sont très facilement attestées comme le mentionnent les exemples dans la vidéo ci-dessus. Mais, ce qui est essentiel, c’es que nous avons une langue qui est vieille d’au moins de mille ans ce qui va bien au-delà du classique 1760 comme année de création par l’abbé de l’Epée.

Ce schéma, ci-dessous, a été également présenté lors de l’exposition Histoire Silencieuse des Sourds au Panthéon (18 juin-6 octobre 2019), nous montre, à l’heure actuelle des connaissances des liens entre les différentes origines, entre les Signes Monastiques, l’iconographie médiévale, la culture gestuelle, et le noétomalalien parisien médiéval. Ces différences se retrouvent justement dans l’actuelle LSF, et dans les dictionnaires du XIXe siècle, ce qui montre une permanence au fil des générations.

Racines médiévales de la LSF (Source : Yann Cantin)

 

Ce que l’on voit ici, c’est la multiplicité des influences durant le long Moyen Age. On est loin d’avoir tout compris. Mais, ce qui est essentiel, c’est que la fameuse langue que l’abbé de l’Epée aurait crée en 1760, ce sont les Signes Méthodiques.

Signes Monastiques, Signes Méthodiques ??

Tout d’abord, pour clarifier les choses. Je n’écris pas ici « Langue des signes monastiques » ou « Langue des Signes méthodiques », car ce ne sont que des langues orales gesticuliées d’où l’absence du terme « langue ». 

Sur la première, les moines, du moins depuis l’époque de Saint-Benoit de Nursie, ont élaboré des systèmes de signes pour pouvoir continuer à s’exprimer sans briser la règle du silence en vigueur dans certains lieux dans les monastères et abbayes. Ainsi, les travaux les plus récents, datant tout de même des années 80, montrent qu’il y a plusieurs dictionnaires de signes, depuis les Anglo-Saxons du Xe siècle jusqu’à ceux du XIXe siècle provenant de chez les pères de la Doctrine Chrétienne, ou les Prémontrés. Ces différents dictionnaires proviennent pour la plupart, à l’exception de ceux des anglo-saxons, d’un seul ordre, l’ordre de Cluny qui a eu une influence considérable, et donc le déclin a donné naissance à plusieurs ordres filles comme celui des Prémontrés par exemple. 

Il y a ici une nécessité d’un programme de recherches d’envergure autour des Signes Monastiques pour comprendre leur généalogie, et donc de leur histoire qui remonte clairement à la fin de l’antiquité. Mais, ce que l’on sait déjà, c’est que ces signes s’appuient en partie sur les définitions latines, et donc sur la grammaire latine. Il ne s’agit donc pas d’une langue spécifique, mais bel et bien d’un système de codes gestuels se reposant sur le latin, à l’instar du signe « travail » (déjà expliqué dans la vidéo ci-dessus) qui s’appuie sur le terme latin Tripalium qui signifie également souffrance, douleur, punition. Or, dans la LSF actuelle, le signe travail avec un seul mouvement, sans répétition, signifie « punir ». Tout est donc basé sur une influence latine dans la LSF au travers des Signes Monastiques. 

Il y a donc ici tout une réflexion qui reste à développer. Mais ce n’est pas tout. Les Signes Monastiques, je le répète, se reposent clairement sur le latin tardo-antique et/ou médiéval. 

Quant aux Signes Méthodiques, c’est l’abbé de l’Epée qui la crée clairement. Mais, ce n’est PAS DU TOUT une langue ! Car l’abbé s’est appuyé sur la grammaire française, et a emprunté au noétomalalien parisien les termes nécessaires pour enrichir la base monastique. En effet, l’abbé de l’Epée a aussi emprunté aux Signes Monastiques le vocabulaire nécessaire. Il a donc tout recyclé dans un objectif pédagogique : faciliter l’enseignement du français afin de rendre la grammaire française visuelle dans le moindre détail. 

Ce billet n’a clairement pas la prétention de remplacer un article scientifique complet, mais, il pose ici de la nécessité d’une recherche approfondie sur les Signes Monastiques et de ses lien avec la LSF actuelle. 

Quant au noétomalalien parisien, il est clairement à part, et il s’est justement transformé au contact des signes monastiques à la fin du XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle. C’est pourquoi je ne peux écrire ici « LSF » qui signifie justement « Langue des Signes Française », alors qu’à l’époque de l’abbé de l’Epée, cette langue est essentiellement concentrée autour de Paris. On ne connaît pas d’autres indications provenant des régions de France, et même d’autre pays. 

Seul un autre pays peut revendiquer une telle ancienneté : le BSL (British Sign Language) qui est clairement construite selon le même processus que la France. Effectivement, on remarque une existence parallèle, avec très peu de contact entre les deux pays durant les XVIIIe et XIXe siècle, où les deux pays sont rivaux. Mais, là encore, on bute sur le faible nombre de sources dans ce pays, et l’absence d’une recherche digne de nom sur l’histoire de la BSL avant le XIXe siècle. 

Quant à Paris, on a la chance d’avoir Pierre Desloges comme l’une des sources les plus précieuses sur la structure du noétomalalien parisien. On voit, dans son Observations d’un Sourd et Muet de 1779, des indices sur cette structure qui ressemble fortement à la LSF actuelle, une très forte proximité grammaticale et de syntaxe. J’en ferrai un billet sur ce point. 

En voici une citation de Desloges : 

« Pour faire connaître ensuite la personne de l’une de ces classes dont il s’agit, nous employons des signes tirés de son emploi, de ses armoiries, de sa livrée, etc.. Ou enfin le signe le plus naturel qui la caractéristique.»


Dans cet extrait, on y voit l’une des caractéristiques les plus cruciales de toutes les LS du monde : désigner les noms des personnes de cette manière. Mais, à la sauce du XVIIIe siècle ! C’est l’un des éléments qui me plaît le plus. J’en profite pour montrer l’un des exemples, (j’avais fait un poster sur les origines, lors d’un colloque franco-brésilien sur les LS, à consulter sur HAL ici)

Sur le signe « Responsable » (Source : Yann Cantin)

Là, j’explique les liens entre ce même mouvement, et sur le bandeau que porte la noblesse pour signifier son état, c’est ce signe qui est à l’origine de notre actuel signe « maire« , ou encore « miss ». Ainsi, on voit bien toutes les caractéristiques, grâce à Desloges qui nous permet de reconstituer ce puzzle qu’est l’histoire de la LSF. 

Donc, non, ce n’est pas du tout une langue jeune, non, ce n’est pas du tout une langue inventée. Et oui, elle s’est construite tout au long de l’histoire depuis le Moyen Age, au travers des Temps Modernes pour arriver jusqu’à nous, avec des enrichissements, mais aussi des pertes. 

Donc (encore !), il n’y a pas d’inventeur de langue (sauf si l’on pense elfique, avec Tolkien, qui s’est justement appuyé sur le vieil anglais pour le faire). 

Pour compléter, voici une de mes conférences sur le Moyen Age Silencieux. Bon visionnage !

 

Références 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search