Ces Sourdes qui ont marqué l’Histoire

Dans mes recherches sur la communauté sourde, rares sont ces Sourdes qui se font remarquer, ou qui ont pu avoir un impact significatif sur l’Histoire sourde. En proportion à la société, dans son ensemble, le nombre de femmes sourdes dont l’Histoire s’est souvenu de leurs noms est extrêmement réduit.

Au cours de l’écriture du Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, qui a été publié en 2017, avec Angélique Cantin, on a constaté le faible nombre de ces femmes, par rapport aux hommes sourds dits historiques. Il y a une partie d’explication à cet constat. L’éducation des femmes sourds, surtout aux XIXe et XXe siècles était extrêmement médiocre, ce qui a le don de les restreindre aux tâches ménagères, certes, mais également, à ce qu’un militant sourd de la Belle Epoque appelle : moisissure-célibatrice ( Jean Ollivier, 1893). Cette colère d’un sourd se comprend quand on lit son texte présenté lors d’un congrès mondial des sourds, à Chicago dont en voici un extrait :

C’en est à l’instruction donnée à cette dernière, instruction absolument contre nature, due a ces religieuses qui, dans la France entière, sont à peu près leurs seuls professeurs.

Mais que pourrait-on exigner de ces maîtresses, qui, elles-mêmes, sous un prétexte de vocation trop long à discuter et en dehors du sujet, ont méconnu le premier des devoirs que Dieu ait imposé à l’homme et à la femme ? Pour elles, la vie terrestre n’est que l’espace d’une nuit après laquelle se lève le jour éternel ! Pour elles, le monde n’est que la coulisse qui conduit chez Satan ! Pour elles encore, hors l’asile ou le célibat, point de salut !

Sauraient-elles inculquer à leurs élèves autre chose que ce qui est leur vie propre ? Non, à moins de méconnaitre leurs propres principes. D’ailleurs, oserait-on exiger d’elles ce que nous souhaitons, lorsqu’elles ne voient en nos sœurs que de malheureuses infirmes inutiles à la société ? Aussi, loin de les disposer en mariage avec les Sourds-Muets, font-elles tout leur possible pour nous faire prendre en aversion par les seules compagnes que Dieu, dans sa prévoyante bonté, nous a réservées comme consolation en ce monde.

C’est ainsi que le résultat de cette éducation toute mystique, reçue par les Sourdes-Muettes dans nos établissements, les font toutes confites pour l’asile ou la claustration chez leurs parents, loin de toute fréquentation des Sourds-Muets, dont elles ont peur comme d’un serpent, et où elles vivent et meurent de moisissure-célibatrice.

Jean Olivier, « Les sourds-muets doivent-ils se marier avec les sourdes-muettes »,in Henri Gaillard, Le congrès de Chicago, 1893, p. 63
Jean Olivier, en 1917

Cette colère, en ces temps où l’anti-cléricarisme devient de plus en plus vivace, et de plus en plus revendicatif apporte une résonance particulière au sein de cette communauté dont 80 de ses membres sont instruits par des religieux, ou des religieuses. Ainsi, cela rejoint le témoignage de Claudius Forestier ,en 1832, qui déplore la faiblesse du niveau d’instruction des sourds, au point qu’il préfère « épouser une marchande de poissons » qu’une sourde mieux dotée socialement…

En dépit d’un contexte éducatif peu favorable, dont une recherche approfondie reste encore à mener dans l’histoire de l’instruction des femmes sourdes, certaines ont réussi à se faire remarquer. Certes, celles dont le nom est resté dans l’Histoire sont quasiment toutes issues des milieux très favorables, mais leurs actions ont été considérables.

J’en présente ici deux qui ont un impact significatif à mes yeux. Certes, Louise Walser-Gaillard, Jeanne Pitrois, Marie Lanéru, Suzanne Lavaud, et bien d’autres encore méritent d’être présentées, mais, ces deux femmes ont été si audacieuses, voire révolutionnaires, au vu du conservatisme de leur temps :

Madeleine Le Mansois (1750-1826)
Issue d’une famille de la petite aristocratie angevine, et descendante d’armateurs du Corentin anoblis au XVIe siècle, elle est tôt orpheline, et du fait de sa fortune, elle est placée en tutelle auprès de son oncle maternel.

Signature de Madeleine Le Mansois en 1810, AD de Maine-et-Loire

Cependant, elle reçoit une éducation soignée chez des religieuses à Angers, jusqu’à sa majorité, à 25 ans. Ce qui a marqué l’Histoire, c’est sa détermination à choisir celui avec qui elle veut se marier, en dépit des oppositions de son oncle. En effet, autour de ses 18 ans, elle rencontre le fils d’un médecin qui visite régulièrement le couvent, et il semble, d’après les textes, qu’un lien s’est forgé entre les deux. Par la suite, elle a émis le souhait de l’épouser. Son oncle y pose une opposition ferme, du fait de sa minorité. Le prenant au mot, elle attend ainsi jusqu’à ses 25 ans, en 1776, et renouvelle sa demande, cette fois-ci, non pas d’autorisation, mais d’organiser le mariage. Opposition.

Ne se démontant pas, elle prépare son mariage secrètement, l’abbé qui accepterait volontiers lui informe d’une décision de justice qui lui interdit de procéder aux noces. Et pourtant, elle engage une action de justice, pour demander de caser le jugement en première d’instance. Refusée ! Mine de rien, elle porte l’affaire à la plus haute juridiction du royaume : le Parlement de Paris, où elle porte tout un argumentaire convaincant, prouvant son intelligence, sa capacité, la décrétale d’Innocent III et bien d’autres éléments… Et là, le Parlement casse le jugement d’Angers, et consacre le libre choix du sourd, ou de la sourde, à se marier. Cela a un impact énorme pour la suite, car Napoléon Bonaparte, en 1804, pour son Code, s’en s’inspire pour clarifier le droit du sourd à se marier. Par la suite, Madeleine Le Mansois a vécu à Angers discrètement.

Louise Gruizet ( 1880-1958)
L’originalité de cette femme sourde, éduquée de façon classique dans un établissement. Très soutenue par Henri Gaillard qui joue de ses relations dans le milieu littéraire pour la faire admettre à la Société des Gens de Lettres, et de faire connaître ses oeuvres.
C’est en effet l’une des rares romancières sourdes de la Belle Epoque, et degré d’audace, autrice de romans érotiques ! Elle a en effet rédigé de tels ouvrages à destination des soldats au front. La lecture de ces romans, qualifiés d’érotiques à leur époque, peuvent être considérés comme des romans d’amours de nos jours. En voici un ouvrage consultable sur Gallica, à lire/découvrir ici.

Elle a également écrit des poèmes peu connus, mais assez audacieux, ainsi, elle a détourné une prière, afin de la transformer en une sorte de cri de coeur de la femme. En voici le poème en question :

Je crois en Toi, femme toute puissante, créatrice des rêves et des êtres et en tout dévouement, fils de ta bonté, notre courage … 

Tu as été conçue dans l’Amour, 

Tu es née dans la Souffrance. 

Tu as souffert sous les baisers des Hommes. 

Tu as été crucifiée dans les Illusions. 

Tu es mort pour ton Idéal. 

Tu es descendue aux Enfers des Vices. 

Tu es montée vers l’Espérance. 

Je crois en ta Beauté, la Sainte Harasserie du coeur, la Communion de ton âme, la Résurrection du Bonheur et de ta vie Eternelle…

Ô Femme, je crois !… »

Louise ASSER in Henri GAILLARD, « L’ouvrage d’une sourde-parlante », Gazette des Sourds-Muets, février 1917, p. 2

En une dizaine d’années, elle a écrit au moins cinq romans, quelques poèmes, et elle aurait pu continuer sans qu’elle ait presque perdu la vue après la naissance de son fils, en 1920. Par la suite, ne pouvant lire, elle se retire dans sa vie de famille aux côté de son époux, artiste également.

Cependant, ces deux vies particulières ne peuvent être considérées comme la norme, vue le faible nombre de femmes sourdes qui peuvent se révéler. Ainsi, cela ne doit pas masquer la faiblesse de leur instruction qui a duré jusqu’aux années 1970… Mais, ceci est une autre histoire, celle de l’éducation sourde dans son ensemble.

Lectures complémentaires
Dictionnaire biographique des grands Sourds en France, 2017, Archives et Culture
La communauté sourde de la Belle Epoque, 2018, Archives et Culture


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.