Analyse du film « Triumph over Deafness »

Le titre du film

Triumph over Deafness a été financé par le British CouncilLien ici, un organisme britannique qui subventionne des films, l’équivalent du Centre national de la cinématographie français. Ainsi, ce film, dont le titre montre clairement le sujet : Triomphe sur la surdité, ce qui indique un film expliquant les réalisations faites par les spécialistes de la lutte contre la surdité, afin de faire sortir les sourds du monde de silence.

Je me contenterai, faute de pouvoir analyser les discours audio, de faire des analyse des images qui sont très révélateurs quant à leur vision de la rééducation de l’enfant sourd. Ainsi, ce film indique clairement son orientation en faveur de l’éducation totalement orale, ce qui ne surprend pas vu l’année de sa réalisation qui date de 1946 qui ouvre une période de montée en puissance de l’éducation, non seulement orale, mais également orthophonique avec les instruments électroniques (casques, micros, etc…) qui sont très mis en avant dans ce film.

L’isolement social

Dans les premières minutes du film, les images présentent des auditeurs d’émissions radio de toutes les parties de l’Empire britannique, écoutant, et surtout s’échangeant. Et là, on voit une femme faire de la couture avec sa machine Singer, et qui dérange le mari et les fils. Puis, à la discussion du mari et des fils, le film montre, et insiste, sur l’isolement de la mère qui n’a pu participer aux discussions et donc, retourne à la couture, faute de mieux. (0’22 » – 1’29 »)

Le film passe ensuite vers le test audio de la mère en question, afin d’évaluer l’ampleur de la perte.(1’30 » – 3’00 »).

Les devenus-sourds.

Puis, la scène suivante montre une classe avec des devenus-sourds, avec une nette représentation féminine, et seulement deux hommes, l’un de 50 ans, et l’autre se rapprochant de 80 ans, et se concentrant fortement pour pouvoir suivre le cours d’articulation labiale. (3’05 » – 3’32 »).

L’éducation des enfants sourds

La grande partie du film se concentre beaucoup plus sur l’éducation des enfants sourds. Il insiste beaucoup plus sur l’éducation orale : corrections labiales, de tons, d’intensité… Les enfants semblent être heureux d’apprendre, et de participer aux leçons. Or, et surtout, c’est ce qui a attiré l’oeil, les leçons se font dans un cadre presque idéal : à la campagne, dans un manoir ancien, voire au milieu du jardin en plein soleil. (4’57 »)

Ce film semble insister sur l’importance du cadre pour l’éducation des enfants sourds qui y sont quasiment cajolés. Or, de nombreux témoignages noétomalaliés des sourds âgés contredisent ce film : maltraitance, lieux vraiment peu paradisiaques, personnel parfois peu qualifié, pour en citer quelqu’uns.

En voici un exemple qui m’a été conté, et dont la scène se situerait dans les années 1950, pas si éloigné donc du film. Je ne citerai pas de nom ici, puisque la personne n’a pas souhaité être citée : C’était à l’école, chez les petits. La maîtresse voulait nous faire apprendre à dire « a » de façon constante, sans fausse note. Les meilleurs étaient les demi-sourds qui sont toujours les premiers. Moi, je m’en sortais avec justesse, voulant éviter les sanctions. Mais d’autres n’ont pas ma chance, étant souvent punis pour avoir varié la note vocale : « AAAAAAAaAAaAaaa ». Ainsi, l’enseignante se décide de fesser ceux qui n’ont pas été capables d’êtres constants. Cette punition se fait au vu de toute la classe. » Un second témoignage indique également la maltraitance des enfants sourds : En sortie, on devrait se mettre à deux, en file. Mais, comme les sourds sont très visuels, et souvent se retournent d’instinct quand un camarade l’appelle par une tape sur l’épaule. Le surveillant, pour rappeler à l’ordre, frappe tout simplement sur la tête avec la chevalière qu’il avait sur le doigt.

Un autre témoignage montre de ce qui se passe dans les écoles de sourds, tenus par les religieux. Ces témoignages présentent des scènes datant des années 1910-1930 : On avait une religieuse qui était réputée d’avoir tendance à frapper, avec un bâton souple. On avait tous 6-8 ans, et on craignait ses sanctions. Or, quand elle sortait pour une affaire quelque chose, et comme j’étais la plus débrouillarde de toutes, je me décidais de dissimuler le bâton derrière le tableau noir, après l’avoir brisée en plusieurs morceaux. Les punitions pour avoir utilisé la langue des signes étaient fortes : mise au noir dans un placard, mains attachées dans le dos, moqueries.

Les douches étaient également redoutées par les jeunes filles sourdes de ces écoles, puisqu’elles n’y avaient quasiment peu d’intimité : Je n’aimais pas trop aller aux douches, même pour y brosser les dents, puisque certaines religieuses y allaient régulièrement pour nous « surveiller » avec un certain plaisir… Je m’y lavais le plus vite possible avant de sortir, car certaines peuvent aller jusqu’à nous laver, alors qu’on n’était plus petites… 

L'orthophonie

Les séances d’éducation orale (6’07 ») ressemblent à des jeux pour les enfants sourds ; mais il sont même parfois mal supportées, d’après des témoins, surtout quand il fallait sentir la bonne vibration vocale, en touchant de la main, le cou de l’orthophoniste ou de la religieuse : Je sentais piquer les epingles qui retenaient sa voile, et la crasse de la transpiration sur son cou, je ne retenais rien de ce qu’elle tentait de me faire comprendre, entièrement concentrée sur la sensation qui me faisait hausser le coeur. Ce genre de témoignages se retrouvent régulièrement auprès des sourds âgés. Ces craintes se confirment auprès des témoins, et encore maintenant, qui préfèraient se retenir afin que ce mauvais moment se passe rapidement.

D’autre part, ce film, insistant fortement sur l’éducation orale, présente des enfants sourds heureux de pouvoir parler, et de participer aux exercices. Est-ce que c’est le cas ? Il semble que les témoignages indiquent le contraire. On peut peut-être comprendre pourquoi il n’y a quasiment pas de scène d’orthophonie avec des sourds plus grands qui ressembleraient moins à des jeux.

Il y a un autre élément qui m’a fortement frappé dans ce film. L’absence quasi-totale du travail écrit de la part des élèves sourds, que ce soit sur cahier, ou sur tableau. Tout semble être complètement orienté sur l’éducation orale, et non intellectuelle, puisqu’il s’agit justement de soin. Ainsi, dans le film, une scène présente des élèves allant au tableau écrire une phrase, l’institutrice demande d’articuler la phrase, et corrige la vocalisation (13’09 » à 14’42 »).  Puis, les scènes suivantes présentent des adolescents apprendre des métiers. Mais, pas une seule scène présentant une classe avec des élèves écrivant sur un cahier ce qui indique que l’éducation orale est prioritaire par rapport au savoir, et donc, ce film s’inscrit dans une logique de soin de la surdité, d’où le titre Triumph over deafness.

Les détails

Ce que j’appelle ici les « détails », ce sont justement de ce que les enseignants ont recours, ou même tolèrent, en particulier chez les petits (8’08 » – 11’09 »). Des enfants sourds signent spontanément et brièvement, avant de se retenir.  (12’55 » à 12’57 »).  D’autre part, certains, en file, se retournent pour vérifier s’ils ne se sont pas trompés (12’39 » à 12’47). Parfois, ils se retournent, croyant être appelés par leurs camarades (13’11 » à 13’13 »).

Dans la partie où des filles écrivent au tableau, et oralisent par la suite, à la fin de la scène, on remarque que la fille tenait du bout de ses doigts sa tunique, essayant de réussir (14’32 »), dans une posture rigide. On peut dire que c’est un moyen pour s’empêcher de dresser des arabesques avec les mains, et donc s’éviter d’être puni. Et, il semble bien que de nombreux témoins ont eu recours à de tels solutions.

Les doigts sur le tissu.

La scène où les garçons sont mis en cercle, avec des casques aux oreilles, pour un test audio (14’43 ») , est assez parlant par le détail : le garçon blond à la gauche de la vidéo regardait l’enseignant, et ayant un doute, voyait par la suite un de ses camarades s’il y a eu le son, et lève la main par la suite (14’47 »). Ce détail est très révélateur puisque cela illustre la réalité de la situation qui aurait échappé aux réalisateurs du film : les enfants sourds comptent plus sur leurs camarades pour répondre à une situation, en cas de doute.

Au moment où le film présente des apprentis-tailleurs, on voit l’enseignant expliquer à l’élève la bonne position de l’aiguille. Il a recours aux gestes universels pour se faire comprendre de l’élève (15’57 » – 16’00 »). Et c’est effectivement ce qui se passe souvent dans les ateliers des institutions spécialisés, où ces enseignants, souvent d’anciens ouvriers, préfèrent y avoir recours afin de gagner du temps.

A la 16’24 », les apprenties-couturières sont montrées, en plein activité, or, l’enseignante, après avoir parlé, face à la perplexité de l’élève, lui fait signe de coudre.

Le malentendu.

La scène de la piscine, à la 17’53 », montre l’enseignant, tout en retenant l’élève, semble lui expliquer oralement comment nager. Or, l’élève s’est subitement retourné, surprenant l’enseignante, lui disant vouloir aller dans l’autre direction en langue des signes, et s’y attelle immédiatement, au déplaisir de l’enseignante qui a articulé « no » au moment où cette élève lui tournait déjà le dos.

A la scène suivante, lors d’une compétition de la natation, un jeune supporteur blond, assis sur le rebord, à la droite de l’image, s’est retourné vers son camarade et lui signait quelque chose se ressemblant à « regardez-le, du troisième, au quatrième » (18’09 » – 18’11 »).

Conclusion

Ce film est intéressant du point de vue historique, puisqu’il présente l’éducation des enfants sourds sous un angle idéal, voire de propagande à une époque où l’éducation orale était imposée à quasiment toutes les écoles d’Europe, et des autres continents. Or, seulement 80 ans plus tôt, ces écoles pratiquaient une autre éducation, nettement plus orienté sur l’instruction intellectuelle des enfants sourds. L’argumentaire visuel employé est plus dans le ton de la sauvegarde, de sauver les enfants sourds du monde de silence grâce à la technologie et à la science, avec la présentation du matériel.

Par conséquent, ce film, où tout est fait pour présenter le miracle de l’éducation orale, avec la présentation finale d’une ancienne élève de l’école en question, et qui parle parfaitement a été fait pour convaincre les parents de la pertinence de la méthode. Mais, est-ce qu’il a atteint ses objectifs ? On peut penser que non, au vu de la vigueur de la communauté sourde actuelle, où l’emploi de la langue des signes est encore plus visible qu’en 1947.

 

 


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

4 réflexions au sujet de « Analyse du film « Triumph over Deafness » »

  1. BelPat

    Merci Yann d’avoir partagé cet étonnant film de propagande. J’ai lu avec intérêt ton analyse pertinente. Une question: pourquoi faire ce film alors qu’à cette époque, la méthode orale était la seule utilisée sans partage et qu’elle ne risquait donc pas d’être concurrencée par la méthode « Sourde »? Est-ce pour des raisons pécuniaires en vue de solliciter des financements pour équiper les écoles d’instruments orthophoniques?

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      Toute la question est là. Pourquoi, en une période où la langue des signes semblait condamnée, il a été nécessaire de faire ce film ? Je ne peux répondre pour l’instant. En vue de financements ? Je ne le sais. De convaincre de l’importance de cette méthode éducative ? Sûrement, car cela signifierait que dans les années 1950, il y aurait des questionnements quant à la pertinence de cette méthode, d’interner les enfants sourds dans des grands établissements, alors qu’il aurait mieux fallu les « intégrer » dans des écoles normal (moins coûteux, et plus proches de leurs familles), et avec le développement des orthophonistes libérales, on peut en trouver près de chez soi de quoi enseigner aux enfants la parole.

      Il y a plusieurs questions aux réponses multiples. Mais, il faut aussi prendre en compte le contexte post-seconde guerre où la médecine progresse à grands pas et où il y a tout un débat en faveur de l’intégration des enfants sourds. Ce film est révélateur de l’état d’esprit des « spécialistes de la surdité » qui pensaient enfin mettre fin à la surdité, et mettent de grands espoirs dessus.

      C’est tout ce que je peux dire pour l’instant. Il faut vérifier les propos audio pour comprendre le message, et je ne peux aller au-delà…

      Répondre
  2. François

    Bonjour Yann,j’ai regardé ce film « Triumph over Deafness ».
    je vois la méthode oral est puissante.
    Je vois que les élèves sourds n’ont pas eu des activités intellectuelles?
    A la récré, je ne vois pas que les élèves s’expriment en langue des signes peut être parce que ils cachent?

    Après ce film, quels sont les résultats pour les élèves sourds? ils préfèrent d’exprimer en langue des signes?

    Merci

    Sourdialement,

    François

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      Bonjour,

      Pour ce qui est après ce film, je n’en sais rien justement. Il faudrait rechercher qui sont les sourds participants à ce film et voir ce qu’ils sont devenus. Et oui, ils se cachent parce que le film, comme je l’ai expliqué, est un film de promotion de la méthode orale.

      Pour les résultats etc…, je ne peux vraiment en dire plus, car il faudrait faire une étude sur ce qu’ils sont devenus etc… Il faudrait aller au Royaume-Uni et y faire une étude.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *