La presse silencieuse: fonctions et rôles dans la construction du mouvement sourd au XIXè siècle.


Revue des Sourds-Muets de 1909, couverture en 1ere page.

On a toujours considéré le mouvement sourd comme une évolution progressive depuis le comité d’organisation des banquets, en 1834, fondé par Ferdinand Berthier et 11 de ses camarades comme Alphonse Lenoir, Claudius Forestier, Alexandre Gouïn et bien d’autres. Néanmoins, cette image d’une évolution progressive est contredite par l’histoire du mouvement associatif sourd qui connaît des progrès et des régressions, voire des évolutions transversaux.

Ainsi, chronologiquement et historiquement, les premières traces du militantisme sourd restent les écrits de Pierres Desloges avec son  Observations d’un Sourd et Muet, daté de 1778, et de ses lettres à la presse de l’époque comme dans le Mercure de France. On trouve avec ces écrits les éléments fondateur du mouvement associatif sourd : solidarité, égalité, humanité. 

En 1824, la création, par Roch-Ambroise Bébian, d’une revue consacrée à l’éducation, Le journal de l’instruction des sourds-muets et des aveugles, montre un grand besoin d’un journal spécialisé. Cependant, cette tentative  n’a duré qu’une année, suite aux difficultés financières du journal, et par la sulfureuse réputation dont est entouré Bébian à cette époque (renvoyé depuis quelques années suite à un coup de poing sur un enseignant qui maltraitait un élève sourd…). La tentative n’a pas été réalisé de nouveau jusqu’en 1838, avec la création de L’Ami des sourds-muets : journal de leurs parents et de leurs instituteurs. Fondé par Joseph Piroux, qui est également fondateur de l’école des sourds de Nancy. Ce journal a été la première tentative sérieuse d’organisation et d’échanges de débats sur la question de l’éducation des sourds. C’est également le premier journal où le mouvement associatif sourd dispose enfin d’un espace d’expression en 1838 et en 1839.

Mais, une polémique suite à la question de l’intelligence des sourds par rapport aux aveugles, où il est question d’envisager une éducation orale pour les sourds, car la langue des signes est trop limitée pour pouvoir faire véhiculer la langue civilisatrice, le français, a soulevé l’indignation des lecteurs sourds, dont Pélissier et Forestier. Cela a conduit à une relative censure de la part du fondateur de la revue qui ne semble plus avoir relayé les textes des militants sourds. Cette censure conduit à un et donc à un déclin du journal vers 1841 et à sa fermeture en 1843.

Le nombre restreint du lectorat potentiel, et du contexte politique peu favorable au développement de la presse, sous le Second Empire, n’a pas permis à une existence d’une presse Sourde. Or, en 1870, juste avant le déclenchement de la guerre de 1870, le bulletin de la Société Universelle des Sourds- Muets, est crée ce qui correspond à un effort de stimulation du mouvement associatif, depuis la fondation de la Société Universelle, en 1867. Mais, la guerre Franco-prusienne, et la Commune, entre 1870 et 1871 ont brisé net cet effort. C’est seulement en 1884 que l’on assiste à une nouvelle presse, d’une plus large audience, et d’une durée suffisamment longue : La Défense des Sourds-Muets (1885-1888) qui est ensuite relayé par L’Echo de la Société d’Appui Fraternel (1889-1890).  Tout ceci grâce au contexte très favorable des années 1883-1889 avec le vote des lois sur la liberté de la presse.

La Défense des Sourds-Muets. 
Ce journal représente la manifestation la plus visible de la colère des Sourds entraînée par l’exclusion du personnel sourd des écoles. C’est en effet l’une des conséquences du Congrès de Milan, et l’année 1884 correspond à la généralisation de la méthode orale pure, et que cette généralisation est plus fortement ressentie qu’en 1881-1883. Et donc, le contenu de ce journal est en majorité une attaque directe contre la méthode orale pure, mais également contre ses promoteurs : Oscar Claveau et Adolphe Frank. Ce journal compile les conséquences du congrès de Milan, les témoignages des victimes de cette méthode. Or, ce qui est également nouveau avec ce journal, c’est le ton résolument libre dans le choix des termes, ce qui correspond à un contexte particulier consécutif à la loi de la libéralisation de la presse du 29 juillet 1881. Ainsi, son fondateur, Joseph Turcan a comme objectif de faire renverser la vapeur de la marche milanaise, et donc de restaurer la méthode ancienne. 

En effet, les années 1881-1889 représentent une période où rien n’est réellement acquis, et dont les divisions au sein du mouvement oraliste représentent un grand espoir pour les Sourds. Mais, en dépit des tribunes enflammées de Turcan, un mouvement associatif sourd ne semble pas réellement s’amorcer. L’apparente passivité des enseignants sourds de Saint-Jacques, jusqu’en 1886, semble avoir freiné le mouvement sourd contre la méthode orale pure. Il est clair que c’est à partir de 1887 s’amorce une réelle structuration du mouvement sourd, et donc de son organisation vis-à-vis de l’oralisation croissante. Mais, il semblerait que la position extrémiste de la Défense des sourds-muets ne soit pas réellement partagé par les membres de la Société Universelle (devenue entre-temps L’Association amicale des Sourds-Muets, en 1888)

Ainsi, le courant de pensée de la Défense est progressivement intégrée au sein de la Société d’Appui Fraternel qui finance, dès 1889 un nouveau journal, associatif, l’Echo de la Société d’Appui Fraternel, dont les rédacteurs sont ceux de la Défense, disparue en 1888.  L’Echo, que l’on peut qualifier d’héritier, attaque ceux qui n’ont pas agi contre la méthode orale pure entre 1880 et 1889, et les accuse de complicité. Il déplore que du temps a été perdu, et que cette fois-ci, il est inutile d’attaquer la méthode orale pure, mais de s’occuper des conséquences sociales de cette méthode, par le biais des mutualités. De là, s’amorce une certaine pensée où la communauté doit compter sur elle-même pour lutter contre l’appauvrissement et l’exclusion social des sourds avec l’aide des mutualités. C’est la naissance du courant mutualiste sourd qui connaît son heure de gloire dans les années 1900-1920.

Or, l’Echo s’oppose à une autre mode de pensée au sein du mouvement militant sourd. Ce second courant, plus dans la tradition de Ferdinand Berthier, consiste à lutter pour l’égalité et compter sur la coopération avec ceux de l’extérieur de la communauté.  La Gazette des Sourds-Muets(1890-1894) et Le Journal des Sourds-Muets (1894-1905) incarnent ce courant. 

La Gazette des Sourds-Muets(1890-1894) et Le Journal des Sourds-Muets (1894-1905)
Les deux journaux ont été fondés après la fermeture de L’Echo de la Société d’appui fraternel, après un procès en diffamation de la part des membres de l’Association, lassés d’être attaqués sans cesse. Or, à Nancy, Jules Rémy, un jeune sourd, décide de fonder un nouveau journal, plus neutre, qui consiste à informer tout ce qui se passe dans le Monde sourd, à l’image des Silent Worker américain, ou Del amico del sordomuto italien, ou même du défunt Abbé de l’Epée (1888-1889), qui a fermé suite aux attaques de l’Echo.

Le ton de la Défense puis de l’Echo ne semblent pas avoir plus à Jules Rémy qui a voulu apporter une nouvelle voie plus pacifiée. Et ainsi, en 1890, la Gazette des Sourds-Muets est fondée. Mais rapidement, Rémy est dépassé par la gestion du journal. Henri Gaillard, par l’intermédiaire de L’Association amicale des Sourds-Muets, se propose de reprendre le journal. Mais, après des refus de Rémy et de sa mort, en 1894, la décision a été prise de fonder un autre journal, sur la base de la Gazette : le Journal des Sourds-Muets, et que ce journal se repose sur l’Association qui le subventionne, jusqu’à qu’une entreprise soit constituée et que cette entreprise finance en partie le journal. Il s’agit de L’imprimerie des ouvriers sourds-muets, géré par Gaillard.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

Le Journal des Sourds-Muets, durant une dizaine d’années, est le plus influent de la presse sourde. Mais, cet impact se repose en grande partie sur l’énergie littéraire et journalistique de Henri Gaillard. Ce sourd, correcteur de l’Imprimerie Nationale, et membre, en 1898, de la Société des Gens de Lettres, est un rédacteur redouté qui, à la différence de Turcan, présente une image consensuelle mais dont les positions sont restées instrangieantes en ce qui concerne la méthode orale pure : la restauration de la langue des signes est plus que nécessaire, elle est vitale à la communauté. Ainsi, ce journal devient la voix du mouvement de la restauration, et donc, ce mouvement continue à grandir, renforcé par la présence des anciens professeurs Ernest Dusuzeau et Victor-Gomer Chambellan.

Louis Rémond (1828-1907), l’un des détracteurs de Henri Gaillard, et fondateur d’un journal éphémère, la Sincérité.

Henri Gaillard (1866-1939)

Néanmoins, ce journal, au départ de Gaillard, qui a été renvoyé sur des motifs obscurs de malversions financières qui a conduit à la fin de l’entreprise sourde vers 1901, change de ton, sur la conduite d’autres rédacteurs comme Henri Demarest (1857-1901), rentier et actionnaire du journal. En effet, à l’origine contestataire contre la méthode orale pure, cejournal devient plus consensuel, et surtout, ne lutte plus contre l’oralisme, et la présentant même comme la modernité. Face à cela, Gaillard, après une éclipse de quatre années, revient sur le devant de la scène avec La Revue des Sourds-Muets (1905-1916), puis de la Gazette des Sourds- Muets ressuscitée en 1916, et dont il fait dater la fondation en 1890 A travers ces deux journaux, Gaillard continue de militer en faveur de l’éducation noétomalalienne, et dont il considère la méthode orale pure comme une méthode néfaste pour la communauté sourde.

Gazette des Sourds-Muets de 1917, dans une polémique contre l’Echo de famille.

Ces deux journaux, dirigés par l’ancien camarade d’Henri Gaillard, Joseph Chazal accusent Gaillard d’être malhonnête, et surtout, de freiner la marche de la modernité, dans le sens où il faudrait mieux accepter la nouvelle méthode dans les écoles sourds : l’oralisme. Ces attaques, assez dures, se font au travers des caricatures, et incarnent un nouveau courant associatif sourd : le courant oraliste sourd qui va connaître sa heure de gloire dans les années 1950-1980 avec André de Saint-Antonin et Suzanne Lavaud. La disparition de ces deux journaux va laisser la place à un nouveau genre de journal, résolument oraliste : L’Echo de famille, fondé par un entendant directeur de l’école de Nantes, Alexandre Lemesle.

La situation de la presse sourde présente une grande diversité de courants, et surtout, tout ce que l’on a vu est surtout une évolution depuis le courant traditionnel qui s’est scindé entre les mutualistes et l’Association, puis une émergence du courant oraliste. Cependant, les frontière sont loin d’être hermétiques et l’on peut retrouver une même personne parmi ces trois courants, ce qui démontre d’une grande mobilité idéologique. 

Or, Gaillard est sévèrement combattu tout au long de cette période par deux journaux qui semblent reprendre la politique de l’EchoLe Sourd-Muet Illustré (1896-1902 ?) et Le Réveil des Sourds-Muets (1901-1905 ?). 

Ce que l’on peut comprendre, c’est qu’à la Belle Epoque, le foisonnement de la presse sourd va de pair avec la vigueur du mouvement associatif sourd entre 1890 et 1920. Le déclin que l’on observe au cours du milieu du XXe siècle, est l’exact reflet du déclin du militantisme sourd qui peine à faire entendre des revendications ayant une relation avec sa spécificité culturelle et linguistique. C’est seulement après les années 1990, soit quasiment un siècle après la parution de la Gazette des Sourds-Muets, que l’on observe une renaissance du journalisme sourd au travers d’Internet. Mais ceci est une autre histoire ! 


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Cantin dit :

    Bravo cher Yann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.