La Chronologie en Histoire des Sourds

Antoine Prost a écrit : L’histoire est un travail sur le temps, c’est ce qui la distingue des autres sciences sociales. On reconnait les livres d’histoire à ce qu’ils sont truffés de dates. (Historiographies, tome 2, folio histoire, chapitre le temps, p 903) Ainsi, la chronologie est l’un des outils les plus utilisés, et les plus pratiques dans la compréhension des évolutions en Histoire. Cependant, son usage est sujet à des points de vues aussi variés que possible. 

De son côté, Jacques Le Goff,  dans son dernier livre Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches?, s’interroge sur la pertinence d’une chronologie et de son caractère arbitraire.  Ainsi, une chronologie peut varier selon les points de vues des observateurs. Cela montre bien de la difficulté de proposer une chronologie qui ait un consensus large. Néanmoins, la chronologie  est un outil vraiment usité pour la compréhension, plus particulièrement quand on assiste à une certaine accélération de l’Histoire depuis un siècle, où celle-ci devient de plus en plus dense à mesure que l’on a accès à de plus en plus de sources. La présence croissante et exponentielle des sources impose un découpage de plus en plus précis de la chronologie, ce qui risque justement de rendre encore plus obscure la lecture chronologique de cette Histoire. 

Or, dans le domaine dont je travaille, l’histoire des Sourds, la chronologie est loin d’être claire, et même d’avoir un consensus large.  Ce que je propose ici, c’est de redéfinir cette chronologie au travers des dernières recherches en France, et de se rapprocher de plus au près des évolutions historiques. Ceci dans une optique de rendre la chronologie moins binaire. Ayant déjà abordé plutôt brièvement la question de cette chronologie dans le Dictionnaire biographique des grands sourds en France (1450-1920), à l’introduction, je vais le développer dans le second ouvrage, la communauté sourde à la Belle Epoque (1870-1920) à paraître en Janvier 2019 . Je vais le synthétiser ici afin de montrer les grandes lignes de cette question cruciale pour l’historiographie sourde en France, et dans le monde.

La chronologie”traditionnelle”

Ainsi, dans l’historiographie sourde, qui est récente (Faudra que je prépare un texte sur l’historiographie sourde proprement dit… Merci de me rappeler si je traîne), il existe déjà une chronologie en usage en France et dans la plupart des pays. Cette chronologie a été construite dans les années 1980-1990 sur la base des premiers travaux de recherche. Ainsi, dans le contexte du Réveil Sourd (1975-2005), où le climat revendicatif et de la lutte contre l’oralisme, avec des succès rapides (création des premières écoles bilingues, création d’un théâtre sourd professionnel, reconnaissance sociale du noétomalalien (LSF)) a fortement influencé les recherches historiques de l’époque. Par conséquent, la chronologie traditionnelle se construit ainsi : 

La rencontre (1759)  – L’Âge d’Or des Sourds (1760-1880) – Les périodes sombres (1880-1975) – Le Réveil Sourd (depuis 1975). 

Cette chronologie, dont j’explique en partie la construction dans la communauté sourde de la Belle Epoque, à paraître en janvier, s’établit sur des dates pivots de la communauté sourde. Cependant, ce découpage en quatre ère sur une période de deux siècles, entre 1759 et 1975 est assez bancal, et surtout très contrasté. Il ne permet pas d’apporter des nuances précises, favorables à la compréhension historique. 

Ainsi, la période de l’Age d’Or a été constitué au moment où la redécouverte des écrits de Ferdinand Berthier, oubliés depuis 50 ans, a fortement choqué les chercheurs sourds de l’époque, la plupart bénévoles. Cette découverte, dans le climat particulier du Réveil Sourd, entraine une vision binaire de l’histoire sourde, établissant par là la période postérieure comme une période d’obscurité, d’oppression. Le changement de période s’établit sur l’année 1880 : le congrès de Milan.

Ainsi, le congrès de Milan est l’équivalent de la Chute de Rome, en 410, le commencement d’un “Moyen Âge”, avant la Renaissance, incarnée par le Réveil Sourd, tout ceci condensé sur un siècle et demi. Cette chronologie ne met pas en lumière, et surtout, fait plonger dans l’oubli les réalisations de cette période. Mes recherches sur la Belle Epoque Sourde ont mis en lumière que c’est une période encore plus riche intellectuellement, ce qui contredit fortement avec le postulat d’une période sombre.

Face à cette difficulté de faire correspondre la chronologie, avec les récentes recherches, j’ai donc décidé de proposer une nouvelle chronologie, plus fine, et surtout plus claire.

Nécessité d’une nouvelle chronologie sourde

Une chronologie que je présente lors de mes cours et conférences.

Ainsi, la nécessité de disposer d’une nouvelle chronologie devient plus de nécessaire pour éviter une lecture trop contrastée, voire binaire, de l’histoire sourde. Afin d’affiner la localisation et la lecture historique, on passe donc de trois à sept périodes historiques sur trois siècles seulement. En effet, l’histoire sourde est une histoire récente, à l’instar des Celtes qui sont “entrés” dans l’histoire au VIe siècle, les Sourds, en tant que communauté, sont ainsi “entrés” dans l’histoire au XVIIIe siècle, alors que leur passé est bien plus ancien encore.  

La présente chronologie se repose sur un point de départ : l’année 1759, année de la fameuse (pour ne pas dire mythologique) rencontre entre l’abbé de l’Epée et les soeurs sourdes. Ce choix arbitraire s’explique par un changement historique : la mise en lumière de tout un pan de la société humaine, jusqu’alors ignorée, et leur accès vers l’éducation gratuite qui lui ouvre de nouvelles possibilités : 

Les Origines  (avant 1759)

Ainsi,  Les Origines représentent la préhistoire de la Communauté Sourde où les éléments historiques sont peu, voire pas du tout présents. C’est pourquoi, sans nier leur existence au sein de la société, cette chronologie tente de regrouper sous un terme, Origines, les trames qui ont conduit à la période suivante. Néanmoins, cette période est appelée à s’évoluer au fil des recherches prochaines qui pourront apporter de nouveaux éléments historiques, et donc, il est probable que de nouvelles périodes se constituent.

La Structuration   (1759-1834)


A l’image des cristaux, la création des écoles au cours de la première moitié du XIXe siècle entraîne un phénomène de structuration au sein de la communauté sourde. L’arrivée de nouvelles élites instruites au sein des communauté sourde ouvre une nouvelle hiérarchisation sociale dans les communautés. Cette hiérarchisation se concrétise avec la présence au sommet des enseignants et des artistes sourds qui agissent pour le bien commun. 

L’émergence   (1834-1880)


Après une période de structuration, se concrétise la visibilité croissante de la communauté sourde, et des Sourds-Muets d’élite, terme qui désigne la nouvelle catégorie des Sourds instruits, et qui agissent au nom de toute la communauté. Ferdinand Berthier est le représentant de cette génération. Le terme “émergence” incarne le fait que les Sourds deviennent nettement visibles durant cette période avec la constitution d’un regroupement représentatif. Les actions de cette société centrale de sourds-muets font entrer la communauté sourde dans la société, et surtout, les sources dites sourdes deviennent de plus en plus nombreuses.

L’ère des Luttes  (1880-1920)

Après le congrès de Milan, période de grand développement associatif sourd, et structuration de l’argumentaire sourd vis-à-vis au rejet du noétomalalien. Cependant, le combat associatif a été le catalyseur d’un développement artistique et culturel important, depuis les années 1870, dans un climat particulier de la Belle Epoque, très favorable aux Arts et aux Lettres. C’est dans ce climat, que se développe toute la pensée du combat militant sourde : Egalité et Humanité.

L’ère du Déni  (1920-1975) 

Après les échecs des congrès internationaux Sourds, (Liège en 1925), on constate un abandon progressif du mouvement militant Sourd traditionnel. En effet, cette période correspond avec le climat pesant du milieu du XXe siècle : Eugénisme, guerres mondiales, rejet de la différence. Les Sourds connaissent donc un fort repli sur soi, avec un oubli progressif des réalisations de la Belle Epoque. Ce repli entraîne un développement de l’Oralisme Sourd (années 1950-1970), incarné par les dirigeants associatifs très favorables à l’oralisme, et qui tentent de faire oublier l’identité Sourde au travers d’un rejet de la langue des Signes, vue comme un obstacle important dans l’intégration de la personne sourde au sein de la société. Les années 1950-1970 constituent une sous-période : La Chape de Plomb, où la pression est forte sur les nouvelles générations afin qu’elles se conforment à la norme sociale : ne pas gesticuler, parler. 

Le Réveil Sourd  (1975-2005)

En réaction vis-à-vis de l’Oralisme Sourd, les nouvelles générations, influencées par Mai 68, reprennent en main leurs destinées en restaurant le mouvement traditionnel pré-milanais. Et surtout en revendiquant leur droit  à la différence linguistique. La langue des signes est désormais vue comme un outil formidable dans l’émancipation sociale du Sourd, au travers d’un combat pour le bilinguisme éducatif (langue des signes française – français écrit). Cette période est souvent vue comme une Renaissance Sourde et en effet, on constate une reprise de l’argumentaire, et de tout un système de pensée existante avant les années 1920. Cette reprise entraîne une refonte du mouvement associatif Sourd.

L’affirmation (Depuis 2005)

Cette période s’ouvre le 11 février 2005, où un article, dans la loi d’égalité des chances, reconnait formellement la langue des signes française comme une langue à part entière. Cette reconnaissance légale est une grande victoire pour la petite communauté sourde qui est désormais reconnue, et qui prend sa place au sein de la société. Certes, il reste encore des combats, comme sur le front éducatif, mais, l’Affirmation est une concrétisation des combats du Réveil Sourd.

Avec cette chronologie qui englobe les recherches portée sur l’histoire de l’éducation sourd, et celle de l’histoire sociale (où je travaille le plus), on pourra ainsi pouvoir travailler avec une vision plus claire des évolutions de l’histoire. Cette chronologie pourra aussi permettre aux linguiste de comprendre les évolutions de la langue des signes, et donc, de mieux reconstituer l’histoire de la LSF de façon encore plus fine. Espérons donc que ce billet puisse ouvrir un nouveau débat, et de riches échanges ! 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.