L’impact du XXe siècle sur les Sourds

L’usage de la chronologie et des périodes est cruciale en Histoire. Mais, certaines périodes ont tendance à occulter d’autres par leur importance, leur impact, ou par leur proximité. Ainsi, Daniel Halévy, dans son livre la fin des notables a écrit :

La Grande Guerre arrête, occupe d’abord leurs regards, masse opaque qui de toutes parts accumule les ombres. Avant la Grande Guerre, qu’est-il arrivé ?

Qu’a-t-il voulu dire par là ? Que tout simplement, la première Guerre Mondiale, dont la conclusion arrivera en novembre prochain, il y a exactement un siècle, semble avoir occulté tout ce qui a précédé avant elle.

En effet, par son ampleur, elle a profondément bouleversé la planète, en impliquant la planète. Et donc, le XXe siècle, au lieu de commencer en 1901, commence effectivement en 1914 dans l’esprit des gens. Cependant, ce choix chronologique marque fortement tout le siècle en l’illustrant ainsi par le siècle des guerres mondiales, et des transformations profondes dans la société européenne.

Dans nos pensées actuelles, il est difficile de se représenter la vie avant cette guerre, de se visualiser une société où le quotitien peut sembler assez différente, un Paris dont les artistes et les auteurs en font des représentations où ils nous est difficile, nous qui avons vécu bien après, de comprendre de ce que cela représente : les salons mondains, les fêtes au Moulin Rouge, l’espoir en le progrès, la science qui peut tout résoudre. De l’autre côté, il nous est aussi difficile de représenter une société dont le pays dispose des colonies outre-mer, dont les frontières sont bien plus étendues que jamais. Il est bien plus facile de connaître que de comprendre la Belle Epoque, en somme.

Or, c’est encore plus difficile dans la recherche historique de la communauté sourde dans la mesure où l’éducation des enfants sourds s’est fortement médicalisée au cours du XXe siècle, avec le développement du « traitement de l’handicap » consécutif aux guerres de ce siècle. Représenter une société où l’enfant sourd peut espérer d’être respecté à sa juste valeur comment l’écrivent de nombreux auteurs sourds du XIXe siècle. Avec l’exemple du peintre René Princeteau qui est souvent invité dans de soirées mondaines du duc d’Aumale, comment peut-on imaginer ainsi de nos jours être invité dans des soirées du Jet Set ? Inimaginable !

René Princeteau

D’ailleurs, les correspondances entre Ferdinand Berthier et des personnalités de son temps, comme Victor Hugo, ou encore Chateaubriand nous montrent une sorte de proximité que l’on peine à comprendre. La distance entre les personnalités sourdes du XIXe siècle et de leurs équivalents est beaucoup moins forte que de nos jours. Par conséquent, il semble être bien plus difficile pour un sourd du XXIe siècle d’avoir un contact direct avec un écrivain de renom que Berthier avec Hugo ! Certes, la société d’alors est moins précipitée, sur un rythme moins rapide que de nos jours. Mais, on mesure aussi le degré d’audace plus fort des Sourds du XIXe siècle, où ils entrent quasiment partout, se font accueillir partout. Je cite ainsi une anecdote sur la remise de la légion d’honneur de Ferdinand Berthier, publié en 1897, par Louis Rémond :

Louis Rémond

En 1849 ou 1850, je ne me rappelle plus bien au juste, mon ami Pélissier, professeur à l’institution des sourds-muets de Paris et poète à ses heures, que je voyais assez souvent, me dit un jour : Le Prince Louis Napoléon, (alors président de la République de 1848) vient demain faire visite à notre institution. Par ordre supérieure, tout le monde de la maison doit être sur le pont en grand uniforme et au grand complet, donc, tu déjeunes avec moi demain atin et après je t’emmène à l’école.
Etant en ce temps-là professeur libre de sourds-muets riches, c’est-à-dire donnant des leçons en viles aux sourds-muets à tant par mois et me trouvant toujours maître d mon temps, je fus exact au rendez-vous indiqué.

En arrivant à la salle des séances publiques de l’institution, le Prince président, se hâta de se diriger vers le fauteuil doré qui lui était destiné et où il se laissa choir plutôt qu’il ne s’assit.
Il paraissait fatigué, vanné, et le coude appuyé sur son genou, la tête dans sa main, il assista dans cette attitude aux exercices, toujours les mêmes, des élèves comme vous savez. 
…
Quand tout fut fini, Pélissier qui, au cours de la séance n’avait cessé d’écrire sur son inséparable petite ardoise, se détachant brusquement du groupe des professeurs vint, au mépris de toute étiquette, mettre cette ardoise sous les yeux du Prince Président affaissé, qui releva aussitôt la tête d’un air effaré. Mais M. de Falloux, le ministre de l’intérieur, comme c’était son devoir, s’empara prestement de l’ardoise et en lût lui-meme tout haut le contenu.
C’était avec des considérants, très subtils ma fois, une invocation à Louis Napoléon d’illustrer une fois de plus l’éclatant et prestigieux nom de Napoléon en décorant crânement Berthier, quoique Sourd-Muet, en sa qualité de doyen des Professeurs de l’école.
Incontinent M. de Lanneau, alors Directeur qui, jusqu’à ce moment s’était tenu coi, avec l’espérance sans doute, d’être nimmé officier de la Légion d’Honneur, ayant déjà été fait chevalier sous Louis-Philippe, galvanisé par un beau zèle, alla prendre Berthier par la main et le présenta à Louis-Napoléon président de la deuxième République en France.
Le mot attendu fut dit.
Et c’est ainsi que Berthier a été promu chevalier de la Légion d’honneur.

Cette anecdote nous éclaire sur un point important : le degré d’audace manifeste de la part de ce groupe de sourds qui se nomment parfois Sourds-Muets d’Élite où ils se considèrent en charge de la destinée de la communauté sourde, représentant celles et ceux qui ne peuvent se défendre.

L’impact du congrès de Milan, en 1880, qui bannit l’éducation noétomalalienne (par la langue des signes), est très profonde, puisqu’il ouvre la porte à la médicalisation de l’éducation de l’enfant sourd, au lieu de son instruction intellectuelle et sociale. On découvre ainsi que tout au long du XXe siècle, l’écart entre la communauté sourde et la société française va en s’accroissant alors qu’il s’est fortement réduit tout au long du XIXe siècle. Cet accroissement s’explique par la dégradation de la qualité d’enseignement de l’enfant sourd au profit d’une logique de soins et de rééducation. Ce que les Sourds du XIXe siècle ont réalisé sont devenus inimaginables au XXe siècle, et qui sont désormais mythiques au XXIe siècle.

C’est pourquoi, pour celui du XXIe siècle, assister à de telles scènes dans les écrits du XIXe siècle, cela s’apparente à une redécouverte, à une sorte de révolution intellectuelle, à un bouleversement de la classification des valeurs. Cela souligne bien de l’importance de comprendre et d’étudier l’histoire des Sourds, et d’insister sur l’enjeu éducatif.

C’est pourquoi tout mon travail consiste justement à connaître, surtout de comprendre, et à se séparer des mythes véhiculés tout au long du XXe siècle, et qui sont très fortement teintés de préjugés : le sourd ne peut rien faire, il ne peut aller haut et loin. Alors que nos aïeux silencieux du XIXe siècle l’ont déjà faite.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Cette entrée a été publiée dans Analyses, Réflexions le par .

À propos Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, Scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux", et co-auteur du "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.