Utiliser les témoignages des vivants ? L’exemple du foyer des sourds-muets de Paris.

Pour le grand public, la recherche historique, c’est se contenter des sources écrites, et rien de plus.

Or, à mesure que ma thèse avance, j’ai remarqué tout un aspect qui a été peu abordé, ou est-ce que j’aie mal suivi les cours lors de mes premières années à l’université ? Il s’agit de recueillir les témoignages des vivants sur des événements passés, ou même récolter des traditions, à défaut orales ici que je dirais noétomalaliées, afin de les confronter aux faits écrits.

Par plusieurs fois, je me suis buté sur des éléments dont nul texte ne peut apporter un élément de réponse. Et c’est les témoignages qui ont justement donné un aspect qui a pu faire débloquer la recherche sur tel ou tel élément. J’ai découvert, en particulier dans le domaine de recherche dont je me trouve, les Sourds-Muets de la Belle Epoque, que les histoires transmises de génération en génération devraient être étudiées puisqu’ils apportent justement un élément de réponse.

Je citerai un exemple concrêt : le foyer des sourds-muets de Paris.

L’histoire du foyer a été souvent racontée par les sourds les plus âgés dans les années 1980, en particulier quand on souhaite connaître Eugène Graff (1864-1935). Son histoire est intimement liée avec la vie de Graff. L’idée de constituer le foyer a émergé dans les années 1890 sur le modèle des Cercles de sourds-muets à Londres. En 1897 est fondée une association, le Sou du Cercle des sourds-muets du département de la Seine. L’argent est récolté auprès de la communauté sourde durant presque trente ans, pour acheter un terrain, et dix années supplémentaires seront nécessaire pour faire commencer les travaux en 1933.

Mais, la mort de Graff, en 1935 fera échouer le grand projet. Pourquoi cet échec donc ? Les textes existants et connus ne disent que peu d’éléments : faillite financière, et rien de plus. Or, les témoins rencontrés me font état de la personnalité du successeur de Graff, René Baligrand (1893-1968)  bien que sourd, aurait pris de haut les autres sourds ce qui a provoqué des conflits avec les autres associations qui avaient soutenu financièrement le projet. Et là, c’est à ce moment-là que l’on prend toute la mesure de la valeur de ces témoignages, et dont les textes restent absolument muets : la rivalité entre les sourds parlants et les sourds-muets. En effet, la rivalité entre les sourds-muets et les sourds parlants est légendaire au sein de la communauté, nombre d’anecdotes de rivalités, de batailles rangées dans les écoles, de la direction des associations qui serait trustée par les parlants, et bien d’autres choses encore sont racontées par les Anciens. Or, ces éléments n’ont pas été récoltés, ni transcrits. Et pourtant, ces éléments apportent un éclairage nouveau sur l’histoire de la communauté sourde, et apportent quelques explications supplémentaires dont les textes restent quasiment muets.

Et donc, cela apporterait une explication supplémentaire à l’échec du projet du Foyer des sourds-muets de Paris qui trouverait son origine dans cette rivalité.

Bref, les témoignages des vivants sont un trésor qu’il faudrait recueillir !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion au sujet de « Utiliser les témoignages des vivants ? L’exemple du foyer des sourds-muets de Paris. »

  1. huot de saint-albin frédéric

    Bonjour,

    Je vis depuis quelques années avec une femme sourde profonde qui a été scolarisée à Nogent le rotrou à la bonne période, celle ou la langue des signes était enseignée en parallèle avec l’oralisation, la lecture de votre thèse tombe au bon moment pour moi. Je travail sur un projet associatif depuis plus d’un an pour venir en aide aux « personnes fragilisées » dont mon élément déclencheur est ma profonde empathie pour les sourds…mais il est vrai que je ne m’étais jamais posé la question de savoir si il pouvait exister une rivalité entre sourds, j’ai lu le livre de jean Grémion que je trouve admirable, l’histoire de Marie Heurtin (dont le film de JP Améris est prévu pour octobre) et l’histoire de Hélène Keller ainsi que bien d’autre m’ont profondément touché MAIS jamais il n’est fait cas de cet ENORME rivalité qui fait « toute la différence », toute la complexité de ce monde que l’on ne voit pas, il est vrai qu la rivalité entre peuple de même origine est dans la nature même de l’homme, mais je ne pensais pas qu’entre sourds elle pouvait être aussi forte. Je me demande même si existe une personne capable de les unifier, de leur apprendre la tolérence, l’amour et le respect de leur semblable…il aurait fallu que Marthin luther king, Gandhi et tous les autres soient né sourds, alors là peut être qu’on aurait atteint l’universalité…dommage ce sera pour plus tard, enfin j’espère.
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *