Le discours militant sourd, en 1912

Après des semaines de silence, en voici le dernier billet « pré-été ». Il s’agit d’une analyse de texte, un texte assez fort et percutant dans son contenu, et si contemporain que l’on retrouve la plupart des arguments employés par les mouvements sourds en faveur des langues des signes et de l’éducation bilingue. Ce texte provient d’un rapport de travaux du Deuxième congrès national pour l’amélioration du sort des Sourds-Muets, organisé à Roubaix les 13-14-15 aoüt 1911. Ce congrès se concentre sur la question de l’éducation des enfants sourds, à une époque où l’éducation orale ne souffrait d’aucune contradiction, et semblait être indiscutable.

Ainsi, en ce jour où un groupe de sourds fait une marche depuis Paris, jusqu’à Milan où ils arriveront le 28 juin 2013, la principale revendication de cette marche est une reconnaissance des torts en ce qui concerne l’éducation des enfants sourds, où justement, un congrès organisé dans la ville italienne, en septembre 1880, préconisait fortement l’usage d’une méthode orale dans l’éducation des enfants sourds, et dont l’adoption de cette méthode entraîne de facto le bannissement de la langue des signes. Les revendications de la marche sourde sont consultables ici, mais, en tant qu’historien en premier lieu, ce qui est fascinant, c’est que le texte de Dusuzeau répond en écho aux revendications actuelles.

En voici le texte complet, la mise en page est personnelle pour illustrer les principales idées :

Ernest DUSUZEAU

Ernest Dusuzeau dans les années 1880

 

Rapport sur « la Méthode Orale et la Méthode des signes» (pp 66-69 du compte-rendu des travaux.)

Je maintiens mon opinion sur ces deux méthodes, et je ne ferai que répéter ce que j’ai dit au Congrès de 1896 à Genève et de 1889 et de 1900 à Paris.  Je ne ferai aucune objection à la méthode orale, je reconnais qu’elle peut rendre de grands services et j’approuve ceux qui cherchent sans cesse les moyens de la perfectionner. Mais pour le développement de l’intelligence du sourd-muet, cette méthode ne suffira jamais. Il lui faut un auxiliaire : la mimique.

Les partisans de la méthode orale sont eux-mêmes forcés d’avoir recours aux signes. Allez dans les écoles où elle est employée, vous verrez que le language mimique existe toujours. Cela n’a rien d’étonnant. 

Le maître, pour apprendre à l’enfant sourd-muet à prononcer une lettre, est toujours obligé d’employer un ou plusieurs signes pour lui expliquer la façon de prononcer cette lettre. Et il n’y parviendrait jamais en restant les bras derrière le dos. Plus tard, comment lui expliquer les nuances si nombreuses de la langue de son pays, tells que celles qui existent entre les verbres vouloir, désirer, souhaiter, etc… ?

Comment lui expliquer les idées abstraites ? Comment lui expliquer Dieu et son existence ? Comment lui expliquer les mathématiques, la physique, la chimie…

Messieurs les partisans de la méthode orale, vous n’hésiterez pas à avouer que vous ne pourrez jamais arriver à rien sans le concours de la méthode mimique.

J’estime que la parole pour le sourd-muet est un luxe, un supplément d’instruction qui facilite ses rapports journaliers avec l’extérieur. Quant au point de vue purement utilitaire, au point de vue de son instruction personnelle et morale, elle n’est en aucune façon d’une utilité immédiate. Il faut, pour l’éducation du sourd-muet, se mettre d’abord à sa portée en s’efforçant soi-même d’employer ses moyens naturels, et ce n’est qu’après lui avoir fait la concession de cet effort pour développer son intelligence et ses facultés, qu’on est en droit d’exiger de lui l’étude de la parole universellement répandu que Dieu lui a refusé : «la Parole».

Plaignons les parents !

Dès que leur enfant sourd-muet parvient à prononcer papa! Maman ! Ils deviennent fous de joie, pleurent de joie et courent crier dans la rue : «Mon enfant parle ! Mon dieu !»

Cruelle déception !

Plus tard, ils s’apercevront que non seulement leur enfant n’est pas suffisamment instruit, mais encore, qu’il est incapable de converser avec tout le monde, que sa voix devient étrange, rauque, criarde et difficile à comprendre.

Je demande donc avec instance, et j’emploierai toute mon énergie, toute l’expérience que j’ai acquise depuis longtemps, à réclamer les bienfaits de la méthode mixte pour l’enseignement des sourds-muets.

Outre que c’est déjà presque un crime de priver l’enfant sourd-muet de sa langue maternelle : ses signes, c’en est un encore de laisser dormir sa belle intelligence qu’il faut, au contraire, développer de bonne heure ! J’insiste sur ce fait, car l’avenir de l’enfant y est attaché, et vouloir concentrer toute l’attention du sourd-muet sur la parole, c’est la détourner du but qu’on doit atteindre.

De nombreux exemples pourraient être cité, à l’appui de ce que je dis. J’en choisirai quelques-uns seulement. 

Un jour, on me présente un enfant sourd-muet âgé de 14 ans, ne connaissant ni l’alphabet manuel ni les signes. Elevé par la méthode orale, il parle très bien et converse facilement avec son père et sa mère. Je prends mon crayon et lui pose cette question : «As-tu des frères et des soeurs ?»

Il ne peut me répondre et prie son père de l’aider. Son père lui explique verbalement ma question, mais il continue à ne pas répondre. Le père s’efforce de lui faire comprendre qu’il a une soeur âgée de 16 ans.  Enfin le jeune sourd-muet me répond par écrit : «Tu deux soeurs.»

Messieurs, n’est-ce pas triste ? La parole lui avait été donnée, c’est vrai mais elle avait absorbé les efforts du pauvre enfant, et l’intelligence était restée enfermée !

 Je vous demande quels résultats on a obtenus depuis l’établissement de la méthode orale pure et la suppression de la méthode mimique. Non, jamais ! Le language mimique ne disparaîtra ! 

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Je vous invite à lire le remarquable ouvrage de feu M. Chambellan, professeur honoraire de l’Institution nationale des sourds-muets de Paris, sur la vulgarisation du langage des signes, vous n’y verrez que des preuves incontestables de l’utilité de ce langage.

Dans certaines écoles, les enfants qui ne peuvent réussir à parler, sont considérés comme des idiots ou demi-idiots. N’est-ce pas une monstruosité, une injustice criante, contre laquelle nous devrions protester de toutes nos forces ? 

Joachim Ligot était considéré, dès son entrée à l’Institution des sourds-muets de Paris, comme un enfant idiot, parce qu’il ne pouvait pas suivre les cours avec ses camarades. Deux ans après, on décida de le renvoyer dans sa famille. Mais M. Ferdinand Berthier, l’un des plus illustres professeurs sourds-muets, insista auprès du Directeur pour que cet enfant fût confié à ses soins pendant une année encore. Après de longs et pénibles efforts qui lui valurent les les plus grands éloges, M. Berthier parvint à jeter la lumière dans le cerveau du jeune Ligot qui devint plus tard l’un des meilleurs écrivains. Comment M. Berthier est-il arrivé à un si brillant succès ?… En employant le langage mimique. 

En 1889, mon père a assisté à une réunion à laquelle l’avait convoqué M. D., notaire à Compiègne, pour servir d’interprète à une famille de sourds-muets. Il s’agissait d’un partage de bien après la mort du père; mais, comme la mère ne pouvait se faire comprendre de ses trois enfants sourds-muets, qui, cependant, avaient été élevés par la méthode orale, le notaire qui devait s’assurer que les termes de l’acte de donation étaient parfaitement compris a prié mon père de leur en faire l’explication. Mon père s’est servi du langage des signes. Sa tâche a été facile, car les enfants sourds-muets ayant parfaitement compris, l’affaire s’est promptement terminée.

Donc, je ne saurais assez le répéter : la méthode orale et la méthode mimique combinées sont nécessaires, indispensables.  Elles feront des sourds-muets des hommes instruits, capables de tenir une place honorable dans le monde, et qui, souvent même, deviendront des natures d’élite. En effet, moins exposés que les parlants aux distractions extérieures, ils se donnent en général plus sérieusement à leurs travaux et à leurs études. 

 Je m’adresse donc à tous les hommes de coeurs, et je demande à ceux qui, dans un but louable, ont voulu adopter la méthode orale pure, de reconnaître, en leur âme et conscience, qu’ils n’ont pas obtenu les résultats qu’ils espéraient. Je les prie aujourd’hui de s’unir à nous pour assurer le bonheur et le bien-être de ceux qui travaillent avec tant de courage et d’énergie à se créer leur place en ce monde.»

Ce texte, pour un non-initié aux tensions qui parcourent la question de l’éducation des enfants sourds, peut paraître obscur, mais Dusuzeau insiste sur un fait : éducation intellectuelle de l’enfant sourd.  Il l’a insisté en précisant de ce qui compte dans la vie, c’est le savoir, pas le fait de savoir ou de pouvoir parler. Il a cité l’exemple d’un enfant sourd incapable de répondre à une question simple.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

D’autre part, il a cité l’ouvrage de Victor-Gomer Chambellan, Quelques morts sur la vulgarisation du langage des signes, consultable sur Gallica (avec De l’importance du langage mimique dans l’éducation de…) Or, une précision est nécessaire. Dusuzeau a eu Chambellan comme professeur, et est devenu son collègue après qu’il ait terminé sa dernière année d’étude. Et d’autre part, il a également obtenu le baccalauréat de mathématiques, unique fait historique en France, à une époque où les études supérieures étaient inaccessibles, et encore plus aux sourds. Le succès des études de Dusuzeau s’explique par le soutien fort de son père, universitaire dans les études mathématiques, à Compiègne, et qui a appris la langue des signes pour aider son fils. Ce soutien paternel a compté au point qu’il ait cité son père dans le texte.

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Ensuite, il cite également le cas de Joachim Ligot, cas étudié par Yves Delaporte dans son Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier, édité par le CLSFB (en vente ici). Ligot s’est révélé, effectivement, l’une des plus fines plumes sourdes des années 1870-1880, avant qu’il soit occulté par les écrits d’Henri Gaillard. Or, aucune étude détaillée des écrits de Ligot n’existe à ce jours, ni aucun d’autres auteurs sourds.

Enfin, la conclusion de l’auteur est intéressante. Il demande à ceux qui ont adopté et appliqué la méthode orale pure d’admettre leur erreur, et donc d’ouvrir la porte à la langue des signes. Cette demande, on la retrouve dans les revendications de l’OSS 2007 (Dont voici le site) ! On voit ainsi une constance dans les revendications des militants sourds : faire reconnaître l’erreur du choix du congrès de Milan de bannir la langue des signes. Il y a également un second point, remarqué par Dusuzeau : considérer comme incapables ceux qui n’ont pu parler. Ce point qui horrifie l’ancien professeur est également noté par les militants sourds, souvent victimes de telles considérations.

Par conséquent, il est intéressant de voir cette constance de revendications et de combat à un siècle de distance. Et donc apporte la nécessité d’étudier plus en profondeur les textes des auteurs sourds, sur leurs revendications, et donc, de comprendre la perception des sourds sur la société française, ce dont le format de ce billet ne permet d’entrevoir… On voit donc l’ampleur du travail à effectuer dans l’étude de l’histoire des sourds !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Le discours militant sourd, en 1912 »

  1. Ping : Le discours militant sourd, en 1912 | Les enfan...

  2. Nicyuz

    C’est juste magnifique, cet article explique tout ce que je pense sur l’éducation et l’apprentissage des enfants sourds-muets et mieux encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *