L’inconnue du Congrès de Paris de 1889

Dans mes recherches, je suis souvent amené à consulter des photographies jaunies, à tenter d’identifier les personnes qui y sont présentes, car les photos sont un complément précieux des textes. Ils peuvent attester de la présence de tel ou tel personnage historique, et en même temps, de voir qui sont à côté de lui, car cela laisse supposer des liens d’amitié, de proximité. On peut également voir si des adversaires sont côte-à-côte ou aux deux bouts de la photo ce qui montrerait le degré de l’adversité.

Le Congrès de Paris, en 1889.

Mais, il y  a également ceux qui ne sont pas identifiables, et qui ne le seront sans doute jamais, à moins que la descendance en dispose de quelques photographies, et me contacte ce qui serait un miracle !

Ainsi, de ces nombreux inconnus dans les photographies, il y en a une qui m’a particulièrement frappé par son intensité et sa jeunesse. C’est une photographie tirée d’un photo de groupe du premier Congrès de Sourds-Muets organisé à Paris en 1889 par l’Association Amicale des Sourds-Muets. Cette photographie, après enquête, a été faite sur les marches du château de Versailles, en juillet 1889.

Congrès de Paris en 1889.
(Source : Archives Université Gallaudet) 

 

 

Le lieu de la photographie en 1889
(Merci Google pour la vue de haut !)

Ce congrès a été organisé dans l’objectif de discuter des effets du fameux congrès de Milan, auquel j’évoquerai que brièvement. A Milan en 1880 a été organisé un congrès d’enseignants, de directeurs d’écoles et de personnalités que l’on qualifierait plus de hauts fonctionnaires qui sont en charge de l’éducation de sourds-muets. Ainsi, le congrès de Milan a fortement préconisé l’abolition de la langue des signes dans l’éducation des enfants sourds. Les effets de cette abolition sont encore mesurables de nos jours avec une situation éducative que l’on qualifierait de désastreuse, mais dont je ne vais pas détailler ici. Or, ce désastre a été rapidement remarqué dans les années 1880, plus particulièrement de la part des anciens professeurs sourds renvoyés par le fait de leur surdité et non de leur compétence pédagogique.

Ainsi, le congrès de Paris a été organisé par d’anciens enseignants : Victor-Gomer Chambellan, Ernest Dusuzeau, Joseph Théobald (l’un des trois sourds présent au congrès de Milan), Claudius Forestier (l’un des trois sourds de Milan) et Benjamin Dubois qui a la particularité d’enseigner la parole tout en étant sourd (il n’a jamais préconisé l’abolition de la langue des signes). Ces professeurs étaient des personnalités de premier plan des années 1870-1890 après la disparition de Ferdinand Berthier (auquel on ne présente plus).

Ce congrès international s’inquiète des conséquences de Milan, et de l’avenir des différentes communauté sourdes. Le texte des débats existe dans de nombreuses bibliothèques comme celui de l’INJS ou de la Bibliothèque Nationale de France, mais, aucune en version numérisée. Le congrès conclut, je résume, par une demande formelle de la restauration de la langue des signes au sein des écoles de sourds-muets. Ceci est le premier congrès qui sera suivi d’autres.

Or, qu’en est-il de l’inconnue dont j’ai évoqué ?

L’inconnue

L’inconnue du congrès de Paris de 1889. 

Voici la personne en question qui se trouve à la droite de la photo de groupe du congrès. De nombreuses questions fusent quant à sa présence. Tout d’abord, est-elle sourde ou entendante ? Difficile de déterminer.

Tout d’abord, dans la liste des participants au congrès, il existe un grand nombre de femmes. La plupart sont françaises, et quelques belges et autrichiennes. Mais, seulement trois sont des mademoiselles ce qui correspond, à l’heure actuelle des connaissances, à la jeune fille de la photographie : les françaises Marie et Félicie Hennequin, et l’autrichienne Emma Warak.

Ainsi, déterminer laquelle est celle de la photographie est très difficile. Tout d’abord, l’autrichienne reste inconnue. Néanmoins les filles Hennequin, plus particulièrement Félicie, ont une destinée très liée avec la communauté sourde de France.

Félicie et Marie ont pour père Gustave Hennequin, sculpteur reconnu avec de nombreuses oeuvres disséminées partout en France et à Paris. On peut en voir deux de ses créations dans le Quartier Latin : la façade de l’Institut Océanographique, et un monument sur la place Paul Painlevé, en face du « Vieux Campeur ». Hennequin a été l’un des premiers sculpteurs sourds à participer au Salon des artistes qui réunit les meilleurs des artistes mondiaux tels que Rodin, Manet, Monet etc…

C’est également l’un des personnalités de premier plan de la communauté sourde française.

Or, Félicie Hennequin épousera quelques années après cette photo Emile Mercier qui est aussi présent à ce congrès, dont le père  a été le fondateur des Champagnes Mercier. Ainsi, Félicie, fille et épouse de sourd, va avoir un rôle important au sein de la communauté sourde de Reims.

Gardons à l’esprit que la probabilité que cette jeune fille soit sourde est plus que réduite. Ceci pour  deux raisons : les enfants sourds issus de parents sourds sont très minoritaires. Ensuite, la plupart des parents entendants, sur les conseils des éducateurs des écoles de sourds-muets, essaient de garder à l’écart leurs enfants des contacts avec les aînés sourds, de peur que la langue des signes leur contamine, et donc, fasse gâcher l’apprentissage de la parole.

Ainsi, les femmes mariées présentes à ce congrès sont presque toutes sourdes, ayant suivi leurs époux. Pourquoi toutes sourdes ? Car le mariage entre sourds est souvent la règle, et le mariage entre sourds et entendants plutôt l’exception. Mais, le « presque » indique la présence de quelques entendantes mariées, surtout une : « Mme Vve Braquehais » de la liste des participants.

Il s’agit de l’épouse de Bruno Braquehais, le fameux photographe sourd durant la Commune. Elle est une entendante, certes, mais fille de sourd, et donc faisant partie de la communauté sourde depuis sa naissance, son père, Gouin, a été l’un des fondateurs de l’ancêtre de L’Association Amicale des Sourds-Muets, La Société Universelle des Sourds-Muets, et l’un des premiers photographes…

Conclusion

A partir d’une simple photo d’une inconnue, on peut vite partir dans tous les sens, en émettant de multiples hypothèses et théories. Néanmoins, au final, il n’y a que trois noms possibles, et pour l’instant, impossible de déterminer laquelle des trois jeunes filles. Et il y a encore une grande incertitude. Serait-elle mariée ? Et ainsi, elle ne serait pas l’une des trois demoiselles, mais bien l’une des sourdes mariées ?

Dans ce cas, toute la théorie développée dans ce billet serait mis à bas, et il faudra recommencer… C’est toute l’incertitude de l’identification d’une ancienne photographie dans la recherche historique qui rend intéressant toute la réflexion et le travail.

Il reste encore beaucoup à développer et à travailler à partir de cette simple photo, et c’est tant mieux, à mon grand plaisir !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

3 réflexions au sujet de « L’inconnue du Congrès de Paris de 1889 »

  1. RUCHOT Thierry

    Cher Yann, je te joins mon article assez précieux mais pas inventif.

    “Mme Vve Braquehais” de la liste des participants au congrès international de 1889 à Paris et à Versailles.

    Oui, elle s’appelle Laure Mathilde GOUIN(née en 1829)et l’épouse de Bruno Braquehais, le fameux photographe sourd durant la Commune (1870-1871). Elle est exactement une entendante et a un frère sourd, Arthur, plus âgé qu’elle(né à la Guadeloupe)qui a été, bien sûr comme Bruno, ancien élève de l’Institut de Paris. Marié en 1856 avec Laure, Bruno devient le beau-père,Alexis Gouin (photographe et entendant)de parents aux Etats-Unis.
    Arthur a été l’un des co-fondateurs du Comité des Sourds-Muets(de 1836)(je ne sais pas encore qu’Arthur qui y a été réellement comme l’un des premiers membres de bureau) puis de La Société Centrale des Sourds-Muets de Paris (1838),l’ancêtre de l’Association Amicale des Sourds-Muets de Saint-Jacques (depuis 1937 à nos jours).

    1834 BANQUETS (Première activité des sourds)
    1836 COMITE DES SOURDS-MUETS (activité des sourds)
    1838 SOCIETE CENTRALE des SOURDS-MUETS de PARIS (jusqu’en 1848)(activité des sourds)
    1850 Société Centrale d’Education et d’Asistance pour les Sourds-Muets en France (activité des entendants (personnalités, mécènes) pour les sourds)
    1867 Reprise de cette association de 1838(fermée en 1848), devenant alors SOCIETE UNIVERSELLE des SOURDS-MUETS (activité des sourds)

    Cher Yann, je partage mes recherches avec toi. Bonne chance

    Répondre
  2. Ping : L’inconnue du Congrès de Paris de 1889 | La Noétomalalie Historique | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *