De l’utilité de la recherche historique sur la communauté sourde

Pourquoi faire des recherches historiques sur les sourds ?

C’est la question dont se posent les moins avertis. En effet, pourquoi étudier les sourds ? Il ne devrait pas y avoir de gros changements, et on le sait tous, c’est l’abbé de l’Epée qui a inventé le langage des signes, et c’est tout.

C’est souvent la réaction la plus répandue. Et, c’est une simplification, voire une totale méconnaissance de l’histoire des sourds. En effet, la réalité est loin d’être entièrement comprise, et, il y a énormément de travail, en particulier dans l’histoire sociale pour comprendre ce qui a conduit à l’existence de la communauté sourde actuelle.

« Une communauté sourde, qu’est-ce que c’est cela ? » diraient certains. Et oui, il existe bel et bien une communauté sourde, non dans le sens médical, mais dans le sens culturel. De même, il existe une « culture sourde », un « patrimoine sourde », une « langue sourde », et même une « identité sourde ».

Ces associations de mots, troublantes à première vue, sont régulièrement utilisées au sein de la communauté sourde même. Et, il est intéressant de comprendre qu’elle se définit par rapport à la société française qu’elle nomme « la société entendante ». Cette catégorisation établie sur la base de l’audition se retrouve dans tous les pays du monde, et on pourrait penser que c’est ainsi depuis des siècles.

Qu’est-ce que donc une culture sourde ? C’est contradictoire qu’un handicap soit associé à une culture. Or, essayons de voir au delà des critères purement médicaux.

Une culture sourde

D’après les médecins, être sourd, c’est de ne pas pouvoir entendre, de ne pas avoir l’audition fonctionnelle. De nouveaux mots se sont forgés dans les années 1950-1970 : malentendant, déficient auditif, handicapé auditif. Ces nouveaux mots semblent marquer un phénomène nouveau qui n’existerait pas avant les Trente Glorieuses, la médicalisation de la surdité où les médecins ont de plus en plus d’influence sur le traitement de la surdité, avec l’arrivée d’une nouvelle technologie, l’implant cochléaire, conçue dans les années 1950-1960 justement.

Mais, cette médicalisation masque en fait une réalité dérangeante pour les non-avertis. Il existe une culture chez les sourds, centrée autour, non de l’absence d’audition, mais de la langue des signes.

C’est ce qui est intéressant. On voit que les sourds ont une culture, non sur l’audition, mais sur une langue basée sur le canal visio-gestuel. Or, cette langue qu’Henri Gaillard, un des éminents auteurs sourds nommerait « Noétomalalien », trouverait son origine des siècles avant l’abbé de l’Epée, et donc aurait une histoire aussi ancienne que celui du français !

Mais, ces imprécisions n’indiquent pas une absence de structure culturel, mais, justement une absence de recherche scientifique sur cette communauté si originale, en dehors des critères médicaux.

Ainsi, quelle est donc l’histoire de cette culture sourde ? Il est clair que de nombreuses années de recherches seront nécessaires pour comprendre de ce qui caractéristique cette culture par rapport aux autres cultures. Est-ce que c’est une culture territoriale ? Est-ce que c’est une culture éphémère ? Est-ce que c’est une culture de circonstance ?

Tant de questions qui exigent justement une analyse, et surtout, une distance par rapport aux débats sur le lien entre la culture et l’handicap, puisque la notion d’handicap est très récent et ne peut s’appliquer dans les périodes antérieures aux années 1950-1960.

Ainsi, la recherche historique entre en jeu, afin de comprendre quelles sont donc les relations entre les sourds et la société française, en fonction des périodes étudiées. En effet, ces relations semblent être évolutives, passant de la tolérance jusqu’au rejet total. Et donc, de comprendre ce que représente le sourd vis-à-vis des autres : un miroir humain.

Le miroir de l’autre.

Il est clair qu’il est nécessaire de sortir des sentiers battus pour étudier cette communauté. Depuis la trentaine d’années d’études sur les sourds-muets, il existe un très grand nombre de recherches sur les institutions, sur les méthodes éducatives, sur la langue des signes. Or, il n’y a quasiment pas de recherches sur les sourds eux-mêmes.

Cette quasi-absence commence à être comblé par les « Deaf Studies » aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne avec l’Université d’Hambourg. Mais, en France, la plupart des recherches sont le fait des bénévoles, ayant une petite influence au sein de la communauté et dont les travaux ne sont guère connus.

Il faut mentionner le travail important fait par les membres de l’association Etienne de Fay, en particulier Bernard Truffaut. En effet, leur travail se concentre plus sur le dépouillement des archives, et donc sortir de l’ombre des noms comme Henri Gaillard, Ferdinand Berthier, Claudius Forestier et bien d’autres encore. Mais, surtout, cette association a ouvert la voie à d’autres recherches, essentiellement locales.

Mais, il est frappant que la recherche universitaire se concentre plus sur l’Institutionnel, avec des études sur les méthodes éducatives, ou sur l’évolution des écoles de sourds-muets. Or, l’Institutionnel ne doit son existence qu’aux intéressés : les sourds-muets…

De la difficulté des recherches sur les sourds-muets

Les difficultés sont multiples. Tout d’abord, les écrits faits par les sourds-muets sont relativement rares et se concentrent sur un petit nombre de personnes en deux siècles. Et surtout, la culture sourde est une culture essentiellement « orale », c’est-à-dire qu’elle se transmet non pas par écrit, mais par la langue des signes, de génération en génération. Ce mode de transmission ne laisse que peu de traces écrites, et accentue donc encore la difficulté de la recherche historique.

Or, il existe tout un pan de sources qui ne semble n’avoir jamais été étudiés : les témoins. Il est frappant que ces témoins, ayant d’énormes informations, n’ait été sollicités pour les recherches. Et, au fil de mes recherches pour ma thèse, je suis de plus en plus frappé par la précision de ces témoignages qui se sont vus confirmés par les sources « papier ».

Ainsi, il est plus que nécessaire d’avoir recours à ces témoins, d’autant que leur nombre diminue d’année en année, et que la transmission inter-générationnelle est beaucoup moins fonctionnelle de nous jours par la séparation entre générations ( intégration d’enfants sourds en milieu ordinaire, médicalisation etc…). Et demande aux chercheurs une compétence essentielle : une connaissance profonde de la langue des signes. Car, avoir recours aux interprètes en langue des signes ne suffit pas. Les interprètes peuvent avoir des difficultés avec les signes locaux qu’utilisent les sourds âgés…

Ces témoignages sont d’autant plus précieux qu’ils se font par la langue des signes. Or ces personnes âgées gardent des signes anciens, trésors pour les linguistes, et surtout pour l’archéo-linguistique. Ainsi, la recherche historique sur les sourds peut recouvrir un large éventail de champs de recherches, ce qui exige une implication de nombreuses sciences humaines : linguistique, histoire, sociologie, anthropologie, philosophie, etc…

En conclusion, étudier l’histoire de la communauté, c’est aussi étudier les relations de la société française vis-à-vis d’une de ses composantes. Mais, c’est également essayer de comprendre le degré de tolérance par rapport à ceux qui sont vus comme différents, ou au pire étranges.

Je termine ici ce long billet qui n’en est qu’une introduction d’entrée à un vaste monde complexe dont je suis loin d’en avoir vu le bout !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

4 réflexions au sujet de « De l’utilité de la recherche historique sur la communauté sourde »

  1. Mathias

    à propos de l’Abbé de l’Epée, je peux fournir une autre information : L’abbé enseignait avec des gestes et une méthode de son invention, les « signes méthodiques ». On peut porter à son crédit d’avoir reconnu l’importance du gestuel pour l’éducation des sourds, mais aussi d’avoir offert une place pour les sourds et les signes, grâce à ses démonstrations publiques, jusque devant le roi. Et enfin, presque involontairement, il a réuni de jeunes sourds, autrefois isolés, qui ont ainsi pu développer et perfectionner la langue des signes…

    Voilà-voilou ! Et promis, j’arrête de t’embêter ! ;-D

    Répondre
  2. Mathias

    à garder pour toi, Yann et n’affiche pas mes commentaires, s’il te plaît ! 😉

    Et surtout, la culture sourde est une culture essentiellement “orale” –(plutôt mettre « gestuel », non ?)–, c’est-à-dire qu’elle se transmet non pas par écrit, mais par la langue des signes, de génération en génération.

    Or, il existe tout un pan de sources qui [ne] (à supprimer le « ne ») semble n’avoir jamais été étudié[s] (à supprimer le « s » du mot étudiés] : les témoins. SINON : Or, il existe tout un pan de sources qui semblent n’avoir jamais été étudiées (si on accorde avec le mot « sources ») : les témoins.

    Voilà, bien à toi, Yann, toujours admiratif à ton colossal travail! 😉 – Roger Saïhtam.

    Ainsi, il est plus que nécessaire d’avoir recours à ces témoins, d’autant que leur nombre diminue d’année en année, et que la transmission inter-générationnelle est beaucoup moins fonctionnelle de nous –(nos)– jours par la séparation entre générations ( intégration d’enfants sourds en milieu ordinaire, médicalisation etc…).

    Répondre
  3. Mathias

    J’ai vu deux p’tites fautes de frappe, rien de grave… Sinon, très bel article intéressant ! Merci de nous avoir fait partagé ce ticket, Sourdialement, Anchio. 😉

    Répondre
  4. Mathias

    « c’est l’abbé de l’Epée qui a inventé le langage des signes » – Et non, il a favorisé la langue des signes en réunissant des sourds dans son enseigne, involontairement, mais n’a pas inventé le langage des sourds : il a créé la première institution éducative gratuite pour les sourds de France à Paris. Bien qu’il réalise que la langue des signes peut être utilisée dans l’éducation des jeunes sourds, L’Épée ne se rend pas compte que la langue des signes employée par les sourds qu’il rencontre est un langage vraiment développé, avec une grammaire propre, mais différente de celle du français parlé, tout simplement parce ce sont deux langues différentes. Il va donc transformer le langage signé qu’il apprend de ses élèves et met au point des « signes méthodiques » pour représenter, par exemple, toutes les terminaisons de verbes, articles, prépositions et auxiliaires présents dans le français parlé, décomposant les mots en associant un signe à chaque morphème.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *