Archives mensuelles : février 2016

A Guy

J’ai senti qu’il est nécessaire que je fasse un billet sur l’un des plus grands piliers de la communauté sourde.

Il est décédé hier, au moment où j’écris ce billet, le 21 février 2016 après avoir vécu 72 années sur notre planète. Il s’agit, comme vous l’avez deviné, de Guy Bouchauveau qui a été à l’origine de plusieurs évolutions voire même de révolutions au sein de la communauté sourde. Mais aussi au sein de la société française ET mondiale, si je l’ose dire !

Ainsi, au moment de sa naissance, la communauté semble être en plein déclin. Plusieurs des grandes personnalités qui ont mis en avant l’importance du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds, et dans la vie au quotidien, ont disparu durant la guerre, de vieillesse. Entre 1945 et 1955, la communauté sourde semblait être un navire sans gouvernail, sans objectifs, ni leaders.

A cette époque, justement, Rubens-Alcais était encore en vie, mais il était trop isolé, et discrédité à cause de ses ennuis financiers et de sa position très pro-noétomalalienne ce qui était mal vu à cette époque. Par conséquent, revendiquer cette position risque d’être mis au ban de la communauté, c’est ce qui est arrivé à Rubens-Alcais, en dépit de son apport au niveau associatif.

Guy entra à Saint-Jacques (l’institution des sourds située rue Saint-Jacques à Paris), et il y découvrira une forme de discrimination cruelle contre laquelle il se buta. Refusant de parler, pour laquelle il s’estimait incapable, et surtout inutile, il en rajouta par une capacité noétomalalienne incroyable : il faisait rire toute sa classe avec son humour si typique, si particulier à laquelle il est reconnu internationalement !

La chape de plomb (1955-1970)

Or, en 1955-1965, le fait d’employer une noétomalalie humoristique si iconique, si visuelle est une forme de rejet, de refus de la « norme », de « ce qu’il faut faire comme il faut ». A son insu, Guy était un militant avant l’heure, mettant en avant sa différence, sa particularité. Mais, la chape de plomb qui pesait sur les jeunes sourds de cette époque était si lourde que personne n’osait réellement la lever. D’autant que les vieux sourds, ceux qui ont été jeunes dans les années 1870-1900 n’existaient plus.

Dans les années 1960, la direction de la communauté sourde s’incarnait en deux personnalités : Suzanne Lavaud et André de Saint-Antoinin. Ces deux personnalités représentent la ligne associative sourde de cette époque, où la priorité est donné à : éducation orale avant tout. De plus, les associations qui incarnaient la ligne adverse disparaissaient les unes et les autres, absorbées par la nouvelle association nationale, la Confédération Nationale des Sourds de France.

La mort de Rubens-Alcais, en 1963 marque la fin finale de la résistance commencée dans les années 1870 contre la politique éducative oraliste. Ainsi, cette politique éducative dispose d’un grand boulevard pour imposer de nouvelles méthodes, encouragée en ceci par Saint-Antonin, tout particulièrement : intégration scolaire, éducation orthophonique.  De son côté, Saint-Antonin maintenait une chape de plomb, où il semble faire étouffer toute volonté de pensée indépendante.

C’est dans ce contexte que Guy passa sa jeunesse et sa jeune vie d’adulte entre 1965 et 1975. Le grand changement fondamental réside dans l’intérêt de Mottez sur la communauté sourde. La raison de cet intérêt fera l’objet d’un autre billet. Mais, « cela entraîne un fort coup de projecteur sur la communauté sourde, au point d’aveugler certains ».

Le militant

Ce coup de projecteur a permis de faire diluer la chape de plomb, et donc de libérer certaines personnalités de cette communauté dont Guy. De plus, sa rencontre avec Cuxac, et ses voyages à Gallaudet entre 1977 et 1979 ont fini de faire forger son armure de chevalier noétomalalien.

C’est à partir de 1979 qu’il a dégainé ses sulfateuses (dixit lui-même, à un entretien avec moi en 2011) pour abattre les préjugés, les refus, et surtout de la mauvaise image du sourd noétomalalien. Sa contribution au développement de l’IVT, puis, et essentiellement, de l’Académie de la Langue des Signes Française a été si cruciale qu’il a mis en place les base de l’enseignement du noétomalalien en France !

Il faudrait plusieurs volumes pour expliquer ce qu’il a réalisé au cours des années 1980, mais, de mon point de vue, son apport a été si central, si crucial que sans lui, le Réveil Sourd aurait pris un virage différent !

Son poids, sa volonté d’aller directement à l’essence des choses, et surtout son objectif : mettre fin aux préjugés et aux discrimination, font qu’il a été l’un des rouages essentiels de la communauté sourde. Son implication est très visible dans les plus grands débats du Réveil Sourd : Bilinguisme, implants cochléaires, accessibilité, égalité sociale. Il a servi de modèle aux nouvelles générations militantes, et sa disparition laisse un vide énorme par sa grande honnêteté intellectuelle dont les autres ne disposent pas…

Le guide-conférencier

C’est à partir de 1986 que sa carrière prend une nouvelle orientation. Au cours des réunions où l’on discutait de la fondation d’un nouveau musée, la Cité des Sciences et de l’Industrie, où était présent Guy, les discussions s’orientent sur la notion de l’accessibilité à l’handicap. Guy a sauté sur l’occasion en exigeant la présence d’un référent sourd dans l’équipe. Cette exigence a ouvert la voie d’un nouveau métier pour les Sourds : guide-conférencier.

Guy conférencier (Source : Yanous.com)

Guy conférencier (Source : Yanous.com)

Son rôle a été si important, si central, que son poste a servi de référence, de base à d’autres musées pour mettre en place la fonction du référent sourd. Ainsi, le fait que nous ayons pu visiter nombre de musées, et donc de pouvoir accéder à la culture, c’est grâce à Guy !

Durant l’année où je travaillais avec lui entre 2001 et 2002, il n’a jamais cessé d’insister sur la notion de la vulgarisation, de l’importance de s’adapter au public, et donc de discuter avec le public pour pouvoir évaluer le niveau général. C’est pourquoi tout conférencier sourd prend son temps dans les discussions afin de justement s’adapter au mieux à ce public. C’est l’une des contributions importantes.

J’ai été aussi très impressionné par sa capacité intellectuelle d’aller au-delà du français écrit. Il a su surpasser ses limites pour apporter à sa fonction toute sa noblesse : la vulgarisation des savoirs.

L’artiste humoristique

La facette la plus connue de Guy, celle que l’on voit dans toutes ses vidéos, c’est celui de l’humoriste au style si particulier, si visuel que le seul équivalent entendant est Charlie Chaplin, et encore, la comparaison est faible. Ainsi, le style de Guy toute autour de la description en mouvement des gestes les plus quotidiens, les plus usuels, et d’apporter sa dimension humoristique. Il a un regard si typique qu’il ne cesse de m’étonner, moi, un Sourd ! Les mots deviennent trop faibles pour pouvoir expliquer ce qu’il peut faire. Seule une vidéo peut le faire, donc en voici un exemple.

Comme vous le voyez, le style de Guy est si unique, si élaboré qu’il est irremplaçable. Il m’est clair que son style a servi d’exemples à d’autres styles du théatre sourd, comme le VV. Il a été le creuset, le catalyseur du mouvement artistique sourd purement visuel !

Conclusion

Il s’agit d’un billet d’hommage. J’espère juste que Guy sera ravi ce que j’ai écrit. Je peux dire qu’il a rejoint le panthéon des grandes personnalités de la communauté sourde, et de l’Humanité : Ferdinand Berthier, Henri Gaillard, Eugène Graff, et maintenant Guy Bouchauveau.

Que son parcours nous serve d’exemple aux générations futures !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter