Archives mensuelles : novembre 2014

La question de l’éducation des Sourds-aveugles, Marie Heurtin.

Marie et Marthe Heurtin (Années 1920 ?)

Marie et Marthe Heurtin (Années 1910 ?)

Le film Marie Heurtin, réalisé par Jean-Pierre Améris, met en scène l’histoire d’une jeune sourde-aveugle qui découvre le monde grâce à la langue des signes.

Sans faire d’éloge de ce film qui est déjà magnifique, l’intérêt historique de Marie Heurtin est de comprendre comment, dans une période difficile pour la communauté sourde, l’usage de la langue des signes permet aux sourds-aveugles de pouvoir accéder au monde, et au savoir.

En effet, Marie Heurtin naît le 13 avril 1885, et à sa naissance, l’éducation par le noétomalalien est bannie de la plupart des écoles de sourds. Celui de l’Institution Nationales des Sourds-Muets de Paris prend fin en mai 1886, avec la mise à la retraite d’office des derniers professeurs sourds, comme Ernest Dusuzeau.

Ce que l’on assiste dans les années 1890, c’est un décalage profond entre l’éducation des sourds, et celui des sourds-aveugles où de l’un, on insiste à tout prix l’éducation orale pure, et de l’autre, avec l’exemple de Marie Heurtin, on admet que l’éducation par la langue des signes est une clé essentielle dans l’émancipation intellectuelle des sourds-aveugles.

Deux mondes séparés

D’autre part, alors que l’éducation des sourds-aveugles se met en place lentement, dans la foulée de Marie Heurtin, dans l’école de Launay, la communauté sourde est en ébullition dans les années 1890-1910 avec les débats sur la place du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds.

N’étant pas un spécialiste de l’éducation des sourds-aveugles et de leur histoire à Larnay, je vais surtout m’interroge sur ce qui est frappant : l’absence de l’exemple de Larnay dans les écrits des militants sourds, et même des promoteurs de l’éducation oraliste. Cet absence ne signifie pas qu’ils ignoraient leur existence. Ce qui est probable, c’est la particularité du sourd-aveugle qui fait que les militants sourds ne savent pas comment les intégrer dans leur combat militant.

Cette incapacité de faire intégrer les sourds-aveugles dans la vie de la communauté sourde est un fait qui s’observe tout au long du XXe siècle, et encore de nos jours. La thèse de Sandrine Schwartz s’est intéressée sur cette absence de relation, et sur la question des méthodes de communication avec les sourds-aveugles.

D’autre part, on constate également une extrême rareté des recherches historiques concernant la vie des sourds-aveugles, y compris dans les citations. C’est pourquoi ce document est fortement précieux, puisque c’est un témoignage direct. Il s’agit d’un texte fait par la soeur de Marie Heurtin, Marthe, qui apporte un témoignage important sur la situation des sourds-aveugles du début du XXe siècle, ce texte est ici.

Ainsi, ce film apporte un complément essentiel sur la question historique, mais éclaire également sur un fait historique oublié, occulté par la situation particulière d’Helen Keller.

On voit, avec ce film, que la recherche historique doit concerner tous les domaines, y compris les plus particuliers, afin de comprendre la société française dans son ensemble. Et d’ailleurs, on voit avec l’exemple de Marie Heurtin, que le bannissement de la langue des signes est loin d’être intégral, qu’il existe des situations particulières qui font exception à la règle.

Pour plus d’informations sur la surdi-cécité, ce billet dispose des informations complémentaires intéressantes !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le discours de Paul Deschanel du 26 mai 1896


Le 26 mai 1896, un événement d’importance marque la communauté sourde de Paris. Une personnalité politique de premier rang accepte de participer au banquet annuel de la communauté, et d’y faire un discours. 

Ce discours représente un jalon historique dans l’Histoire des Sourds. Ce jalon, oublié de nos jours, représente un marqueur historique dans les relations associatives sourdes. Voici donc l’intégralité de ce discours. L’analyse de ce discours viendra par la suite.

Paul Deschanel (Source : Assemblée Nationale)

Paul Deschanel
(Source : Assemblée Nationale)

Discours de Paul Deschanel au Lac Saint Fargeau, 26 mai 1896 (Journal des sourds-Muets, 12 aout 1896)

Mesdames,

Messieurs et chers concitoyens

Je suis très touché et très fier de l’honneur que vous m’avez fait en me conviant à ce banquet fraternel. J’apporte ici les félicitations de mes collègues de la Chambre à ceux d’entre vous qui ont honoré la France par leurs travaux dans les lettres, les sciences et les arts, et parmi eux, au président de cette fête, M. René Hirsch, dont nous avons, depuis plusieurs années, admiré le talent original et fin au Salon des Champs Elysées, et dont les paroles, si cordiales m’ont profondément ému. Et en même temps, j’apporte à ceux, moins heureux et moins armés, pour lesquels la vie est plus dure, le concours dévoué des représentants de la nation.

C’est une joie vive pour un membre du Parlement français, de venir célébrer avec vous la mémoire de vos immortels bienfaiteurs : l’abbé de l’Epée, dont la grande âme a arraché le monde silencieux à la solitude de l’esprit : et nos glorieux pères de la Révolution, les constituants, qui, le 21 et 26 juillet 1791, déclarèrent que l’abbé de l’Epée avait bien mérité de la patrie et de l’humanité, et décrétèrent que son humble école de la rue des Moulins serait transformée en institution nationale, et les Conventionnels, qui, le 28 juin 1793, adoptèrent les sourds-mues comme enfants de la France, et ordonnèrent la création de six écoles nationales pour leur instruction. que ce dates françaises et ces noms français soient à jamais bénis, et qu’ils demeurent inséparables dans notre reconnaissance et notre amour.

Mais, mesdames et messieurs, ces pieuses commémorations seraient stériles, si elles n’étaient pas un enseignement. Le plus sûr moyen d’honorer la mémoire de vos émancipateurs, c’est de continuer et de compléter leur oeuvre.

Dans son éloquent discours, M. Henri Gaillard, auquel je suis heureux de rendre hommage pour son infatigable apostolat et pour toutes les hautes qualités de coeur et d’intelligence qu’il y dépense chaque jour sans compter, M. Gaillard vient d’exposer avec sa compétence, sa lucidité et sa verve habituelles, quelques-unes de vos aspirations (Applaudissements). Soyez sûrs que je les transmettrai exactement à qui de droit, notamment la question du transfert de vos institutions d’enseignement du ministère de l’intérieur à celui de l’Instruction publique, transfert en faveur duquel s’était prononcé le rapporteur du budget en 1838, et que Jules Ferry avait commencé de mettre à l’étude en 1882.

Parmi les autres points que M. Gaillard a touchés, il en est où je suis obligé, vous le comprenez, de m’en rapporter à vous , parce que je n’ai aucune compétence, et où je devrai naturellement me borner à être votre interprète fidèle : par exemple, le grave problème des diverses méthodes d’enseignement. Je ne suis pas en mesure de juger si le système mixte, le système combiné des signes et de la parole, le mélange de l’alphabet manuel et de l’articulation, système qui fleurit aux Etats-Unis  et qui a triomphé en 1893 au congrès international de Chicago, vaut mieux que la méthode orale pure, qui avait prévalu dans les précédents Congrès, notamment à Milan. Vous me pardonnerez, j’en suis sûr, de ne pas m’aventurer sur ce domaine et de ne pas émettre un avis que, seule, une longue expérience pourrait donner le droit d’exprimer. sur le point j’exposerai donc simplement vos arguments et vos voeux à ceux sans le concours desquelles les réformes que vous souhaitez ne sauraient aboutir.

Mais, à côté de ces questions sur lesquelles je n’aurais pas la témérité de me prononcer, il en est d’autres, au contraire, dont je puis ce me semble parler librement sans trop de présomption; car ce sont des questions d’organisation où le bon sens suffit. J’ajoute que, le jour où celles-ci seraient résolues, vous auriez autrement de force pour faire prévaloir vos idées sur les autres.

Et d’abord, un premier fait m’a frappé :

Vous avez, à Paris, trois Associations excellentes qui ont en vue des objets différents :

En premier lieu, « l’Association amicale » qui a à sa tête M. Genis, dont vous connaissez le jugement ferme et droit, la brillante culture intellectuelle et le dévouement toujours prêt. (applaudissements); 

En second lieu, la « Société d’Appui fraternel », qui, dans l’espace de dix ans, est arrivée avec le seul argent des sociétaires, a réunir un capital de 25,000 francs. Vous demandez pour cette association la reconnaissance d’utilité publique : vous pouvez compter que je ne négligerai rien pour vous faire obtenir satisfaction. Vous demandez aussi le ruban de la Légion-d’honneur pour l’homme de grande énergie et de grand talent qui la dirige, l’honorable M. Cochefer : je vous promets de faire tous mes efforts pour que le gouvernement de la République mette sur ce brave coeur la croix qui y serait bien placée (Applaudissements répétés);

En troisième lieu, « l’Alliance silencieuse », présidée par M. Graff, qui met, lui aussi, tant d’ardeur au service de votre cause (applaudissements); 

Voilà pour Paris.

Dans les départements, vous avez déjà quelques Associations notables; celle de la Normandie, avec M. Louis Capon; celle de Champagne, qui, en deux ans , a réuni 12,000 francs, grâce au dévouement de MM. Mercier et Pron; celle de Franche Compté; la société des secours mutuels de Marseille, fondée par un simple ouvrier cordonnier, M. Henri Richard. D’autre part, la « Société d’Appui fraternel » a, à Bordeaux et à Tours, des succursales qui sont en bonne voie, grâce aux efforts de M. Wilmouth et de M. Gilibert. (applaudissements) 

Tel est à peu près l’état actuel de vos forces.

C’est déjà beaucoup, assurément, et nous devons remercier et féliciter les hommes d’initiative, les citoyens excellents qui ont obtenu de tels résultats. Mais eux-mêmes, j’en suis sûr, ne me contrediront pas, si je constate que ce n’est pas assez, et qu’il reste encore beaucoup à faire. en somme, vous associations parisiennes ne comptent, à elles trois, que 450 membres environ; et il y a des régions de la France, fertiles en ressources, qui devraient, elles aussi, avoir leurs groupements, et qui n’ont rien, ou qui n’ont qu’une organisation rudimentaire.

Eh bien, de même que , au point de vue de l’enseignement, la Révolution avait conçu le projet de fonder dix-huit écoles régionales, projet que le gouvernement avait repris en 1891 et qui, je l’espère ressuscitera quel jours, de même, ne serait-il pas à souhaiter que vous eussiez des associations régionales rayonnant sur toute la France ? Et surtout, ne serait-il pas possible d’établir entre toutes ces associations un lien, une fédération, un centre commun, une sorte de comité ou d’office central, non pour se substituer à elles, non pour empiéter sur leurs droits, non pour affaiblir en quoi que ce soit leur indépendance et leur autonomie, mais au contraire pour les fortifier par une entente générale, et pour multiplier leur puissance en régularisant leurs efforts ?

Il me semble que, le jour où votre grande famille, cette famille de 35,000 membres, concentrerait et ferait converger ainsi tous ses efforts, tous ses desseins, toutes ses volontés en un même point, ce jour-là, vos forces seraient centuplées, et l’on ne pourrait pas disposer de votre sort sans vous (Triple slave d’applaudissements).

C’est ce que font vos frères des Etats-Unis. M. Gaillard a vu ces choses de près, lorsqu’il est allé vous représenter avec tant d’éclat au Congrès de Chicago; il les a relatées dans un remarquable rapport, que j’ai lu avec le plus vif intérêt; j’ai étudié, moi-même là-bas ces choses sur place, et j’en puis parler en connaissance de cause: c’est par des fédérations d’associations superposées – à trois étages, en quelque sorte, d’abord, ç la base, dans la ville, puis au-dessus, dans l’Etat, enfin, en haut, dans l’Union, c’est par ce triple étage d’associations superposées, issues les unes des autres par l’élection et fortement reliées entre elles, c’est par cette organisation savante, que l’élite des travailleurs américains, et vos frères comme les autres, sont arrivés à conquérir chaque jour plus d’influence de bien-être et de liberté.

Vous vous plaignez qu’on ne vous consulte pas assez, qu’on ne tienne pas assez comte de votre opinion, soit au point de vue scolaire, soit au point de vue  administratif ou législatif: eh bien, ne pensez-vous pas que, le jour où vous seriez ainsi disciplinés, unis où 35,000 citoyens français auraient une sorte de représentation comprenant à la fois toutes les régions du pays, tous les corps de métiers, toutes les professions, et aussi les rangs sociaux les plus divers (car un tel changement aurait bientôt pour effet d’associer les riches aux pauvres, et les vainqueurs aux vaincus de la vie), ne pensez-vous pas que ce jour-là, vous seriez mieux écoutés et vous défendriez plus efficacement vos intérêts et vos droits ? (Applaudissements prolongés)

J’ajoute, messieurs, que cette organisation vous donnerait les moyens de combler une lacune très grave qui, dès que j’ai commencé d’étudier ces questions, m’a tout de suite sauté aux yeux : je veux dire l’absence de comités de patronage et de placement au sortir des maisons d’éducation.

Cette lacune a été aperçue par le Conseil supérieur de l’Assistance publique en 1891; mais il ne l’a pas comblée. D’autre part, la « société centrale d’éducation et d’assistance » à laquelle se sont dévouées avec un si noble zèle l’éminent docteur Ladreit de Lacharrière et le très distingué censeur des études à l’institution nationale, M. Dubranle, dont je suis heureux de saluer la présence à notre table (applaudissements), cette Société, dis-je, a réussi à placer quelques ouvriers sans travail. Mais ce n’est là qu’un faible germe de l’institution que je voudrais voir créer, et dont l’absence se fait cruellement sentir.

Une fois leurs études finies, les élèves sont remis à leurs familles : ils doivent se débrouiller comme ils peuvent; le lien entre les maitres et les élèves est rompu. N’y aurait-il pas lieu de ménager la transition des ateliers de l’école à ceux de l’extérieur; d’établir un lien entre l’enseignement et la profession, un trait d’union entre la vie du collège et la vie du monde ?

Si un comité, un bureau, une agence, peu importe le nom ! ne tient pas au courant, jour par jour , des progrès de la science, des transformations de l’industrie, des changements de la mode et du goût, des débouchés qui s’ouvrent qui se ferment à la main d’oeuvre et à l’art, il peut arriver que l’enseignement professionnel devienne routinier et insuffisant; et l’on risque de former pendant six ou huit ans des élèves pour des carrières qu’ils trouveront encombrées, pour des métiers où l’on ne voudra plus d’eux, pour des professions où ils se heurteront, soit à l’envahissement des femmes, soit au développement de la concurrence (Applaudissements).

Par conséquent, des bureaux de renseignements et des comités de patronage, formés avec le concours de l’Etat, qui seraient en grand ce que l’agence de la rue Furstenberg est en petit; qui seraient, su je puis dire comme des petits consulats à l’intérieur; qui suivraient avec soin le mouvement du travail et des affaires de la France et à l’étranger; qui mettraient vos maisons d’enseignement et vos associations en communication constante avec les patrons, avec les chefs d’ateliers, avec les artistes, avec les syndicats patronaux et ouvriers, les Bourses du travail et les bureaux de placement municipaux; qui surveilleraient et faciliteraient les débouchés pour les élèves et assureraient aux jeunes apprentis un emploi rémunérateur de leur travail et de leurs facultés; voilà l’instrument qui vous manque, qui vous est indispensable, et que vous pourrez contribuer à forger le jour où, groupés d’un bout de la France à l’autre, en un faisceau compact, vous aurez vraiment voix au chapitre; et vous serez, non plus seulement les protégés, mais les collaborateurs de l’Etat (Triple salve d’applaudissements).

En un mot, pour préciser et pour résumer ma pensée, je voudrais un lien entre toutes les Associations de France, et des relations suivies entre ces Associations et les maisons d’enseignement. Et je voudrais en même temps un lien permanent entre les élèves et leurs anciens maitres, entre les riches et les pauvres, entre ceux qui réussissent et ceux pour lesquels la lutte est plus difficile. Le pire de vos maux, je ne parle pas de rivalités : elles seraient coupables ! le pire de vos maux, c’est la dispersion (Applaudissements, mouvements divers).

Pour arriver graduellement à cette organisation rationnelle, scientifique, de l’ensemble de vos forces, il vous faut apporter à l’Etat le concours de votre expérience, le tribut de vos observations personnelles, le stimulant de votre activité civique.

Et, de son côté, pourquoi le gouvernement de la République, qui subventionne les sociétés de secours mutuels, ne subventionnerait-il pas vos sociétés à vous ?

Pourquoi la loi que nous avons votée, cette loi bienfaisante qui prélève sur le plaisir, sur le produit des paris de courses, une part pour l’amélioration de l’hygiène et de la santé publique ne servirait-elle pas à créer les oeuvres nécessaires dont je viens de Parler ?

Or, le concours de l’Etat, vous ne l’obtiendrez qu’autant que vous serez forts et uni. Aide-toi, l’Etat t’aidera ! Nous nous dompterons définitivement les injustices et les brutalités de la nature que par l’union des coeurs et par l’amour (Applaudissements prolongés).

Messieurs, je disais récemment à la chambre, et si je rappelle ces paroles, c’est que c’est un peu à elles, je le crois bien, que je dois le plaisir d’être aujourd’hui au milieu de vous, je disais, partant de la question sociale (approbation générale) :

« Nous sommes et nous resterons les fils dévoués et fidèles de la Révolution française. Et nous entendons perfectionner, couronner son oeuvre, en donnant au principe de la liberté, du travail, qui a été sa conquête essentielle dans l’ordre économique, ce qui est son complément nécessaire, c’est-à-dire le principe d’association sous des formes de plus en plus variées et de plus en plus savantes; et, quand l’individu est encore trop isolé, ou trop sacrifié, en lui apportant la collaboration du législateur non pour gêner,  pour entraver l’initiative individuelle, mais pour l’aider, au contraire, comme le tuteur soutient la plante qui s’élève » (Salves d’applaudissements).

Et j’ajoutais :

« Telles sont les idées, les maximes directrices qui nous guident, d’une manière générale, dans tous cet ordre de questions, et dans l’examen de la question sociale. »

Eh bien oui, messieurs, je soupçonne que ce sont ces idées-là qui m’ont valu l’honneur d’être aujourd’hui votre hôte. C’est qu’en effet, elles sont précisément celles qui, à mon sens, doivent prévaloir dans l’étude des problèmes qui vous intéressent. Oui, nous avons à poursuivre et à compléter l’oeuvre de l’abbé de l’Epée et de la Révolution; et cette tâche ne pourra être accomplie que par la collaboration de l’Etat et du citoyen, de l’action publique et de l’initiative privée, du gouvernement et de l’association libre (applaudissements prolongés)

Quant à moi, vous avez raison de penser que je serai désormais pour vous, dans le Parlement, un défenseur de plus. Et non seulement un défenseur; mais si vous me permettre, de le dire un ami. considérez-moi, je vous en prie, comme de la famille. Sachez qu’il y a ici un coeur qui bat avec les vôtres, une parole qui sera toujours prête à vous servir; et que quand vous aurez besoin de parler au pays, la tribune vous est ouverte (Acclamations mimiques nombreuses)

Mesdames et messieurs, si la parole est parfois l’inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur des grands sentiments et des grandes pensées, il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continus où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées doivent ajouter de pénétration, d’intensité et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens de l’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes, les affections de la famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la patrie, le noble tourment de la justice. (applaudissements nourris)

Je lève mon verre pour boire à la mémoire de vos libérateurs et à la continuation de leur oeuvre; à vos 35,000 frères et soeurs; aux succès et à l’union toujours plus intime de vos associations parisiennes et départementales; à vos victoire et à vos conquêtes futures; à votre ascension continue dans la justice et dans le bonheur !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter