Archives mensuelles : septembre 2013

Childéric et l’ouvrier sourd-muet

Quelques bijoux du trésor (Chifflet, 1655, p 97)

Voici 360 ans que l’on a découvert le tombeau du roi franc Childéric, le père de Clovis, et l’un des principaux dirigeants de l’Empire Romain d’Occident finissant. Le trésor de cette tombe a été volé et fondu dans les années 1830, et on ne dispose que quelques pièces épars et des gravures de ce trésor (Consultable ici, mais en latin !). Or, ce n’est pas le principal sujet de ce (court) billet. En effet, ce qui nous intéresse plus, ce n’est ni la tumultueuse vie de Childéric, non plus les origines de la royauté franque, mais bel et bien de comprendre qui est le « découvreur » de ce trésor.

Ainsi, il semblerait, jusqu’à preuve du contraire, que le découvreur serait un sourd-muet du nom d’Adrien Quinquin. De lui, on ne sait rien du tout sauf qu’il serait ouvrier, chargé de démolir une maison. Le 27 mai 1653, en cassant quelques pierres, il tombe ainsi sur le trésor franc, et est entré par hasard dans l’Histoire. Mais, quelle a été sa vie, comment sait-on son nom, et surtout, quelle a été sa réaction au moment de la découverte ?

Qui est Adrien Quinquin ?

Cette question, simple en soi, est ardue à répondre, vu que l’époque n’est guère propice aux archives, et la région de Tournai était à cette époque une localité des Pays-Bas espagnols, et donc, non encore soumis à l’ordonnance de Villers-Coterêts de François Ier qui a institué, un siècle plus tôt, l’obligation de tenir des registres de population pour chaque paroisse du royaume de France, en français, et non en Latin.

Cependant, de nombreuses sources font état de sa situation.

Dans le La religion des Gaulois, tirée des plus pures sources de l’antiquité, volume 2, du Bénédictin Jacques Martin, écrit en 1701, soit 50 ans après la découverte de la tombe, l’auteur mentionne : « Le Curé de S. Brice de la Ville de Tournai ayant fait creuser proche du Cimetiere de la Paroisse, à la hauteur de quelque sept pieds ou un peu plus, quand on fut venu jusqu’à la pierre vive, un nommé Adrien Quinquin, Tailleur de pierre, trouva d’abord une boucle d’argent et un moment après un bourse ronde de cuir ou de peau pourrie, contenant plus de cent pièces d’or. Cette découverte produisit dans Quinquin un si grande surprise, que tout sourd et muet de naissance qu’il étoit, il ne laissa pas de pousser de cris confus, qui fire accourir bien du monde. » (P 337)  (Consultable directement ici) D’autres sources anciennes reprennent la même information, (ici et ), et une plus récente n’en fait pas mieux (là encore)

Ce que l’on sait de ce sourd-muet, c’est qu’il est considéré comme sourd-muet de naissance, ce qui est un élément d’importance, puisque cela à un grand impact sur son éducation. En effet, être sourd de naissance, ou être devenu sourd sur le tard entraîne une situation différente. Dans son cas, on voit bien qu’il est arrivé à une situation relativement intéressante : ouvrier tailleur de pierre. D’autres sources disent qu’il est terrassier… Dans le cas de l’ouvrage de Jacques Martin, il est précisé « tailleur de pierre ».

Cette précision est intéressante, d’autant plus que l’on l’a chargé de creuser des fondations d’une hospice. Cette confiance envers d’un sourd-muet contredit une légende sans cesse reprise depuis le XIXe siècle qui dit que les sourds-muets sont des malheureux rejetés par la sociétés, et dissimulés au fond des couvents. Or, le métier d’Adrien Quinquin est à plus d’un titre intéressant. En effet, à cette époque, il fallait faire un long apprentissage pour exercer cette profession. Le fait qu’il soit considéré comme tailleur de pierre, et non simple ouvrier, montre la reconnaissance de ce sourd-muet de la part de la corporation des tailleurs de pierre, et par conséquent, le fait que son maître tailleur de pierre l’ait engagé est une autre indication de sa possible compétence.

Est-ce que l’on l’ait engagé par charité ? Si l’on regarde l’exemple de Pierre Desloges, un siècle plus tard, on peut dire que non, puisque Desloges, de son côté est relieur, et il a déclaré dans sa lettre publiée dans Le Mercure de France, du 18 décembre 1779 : « venu à Paris à vingt et un ans, mis en apprentissage contre l’avis de mes parents qui me jugeaient incapable de rien apprendre; obligé de chercher de l’ouvrage pour subsister; sans appui, sans protection, sans ressource, réduit deux fois à l’hôpital faute d’ouvrage.. »

Par conséquent, à cette époque, les sourds-muets ne vivent pas nécessairement de la charité, mais sont obligés de travailler pour pouvoir vivre. Et donc, dans le cas d’Adrien Quinquin, le fait qu’il ait le titre de tailleur de pierre permet d’envisager qu’il puisse être officiellement ouvrier tailleur de pierre sous les ordres d’un maitre. Il se peut que dans les registres de l’église de Saint-Brice qui avait financé la construction de l’hospice, on trouve la mention du maître de construction, chargé de démolir et de construire l’hospice.

Où est ce que ce sourd-muet ait résidé ? Si l’on considère qu’il fasse partie de la corporation des tailleurs de pierre, il se peut qu’il ait résidé sur la paroisse de Saint-Piat, sur la rue actuelle du Quai Taille-Pierre. (Informations complémentaires ici) D’autre part, si l’on poursuit cette réflexion. Le fait d’être mis en apprentissage exige une signature d’un contrat où les deux parties (le maître et l’apprenti) s’engage à respecter leurs obligations respectives. Cela peut montrer que l’on s’est soucié, durant la jeunesse d’Adrien Quinquin, de son avenir et que l’on lui a permis d’avoir un métier. Il se peut également qu’il soit issu d’une famille de tailleurs de pierre, ce qui n’est pas rare à cette époque. (Comme Claude-André Deseine, sculpteur sourd de la fin du XVIIIe siècle, qui est issu d’une famille d’artistes et de sculpteurs).

5380470-8028114

Bannière de la corporation des maçons et des tailleurs de pierre
(Source : http://www.lesamisdetournai.be)

 

Conclusion

A travers cette analyse se met en relief les conditions de vie des sourds à cette époque, dans les grandes villes d’Europe du nord et de l’ouest. Son cas, et celui de Pierre Desloges, illustrent la nécessité de la part des sourds, de se débrouiller pour pouvoir vivre, mais, qui peuvent également compter sur des relations pour avoir une situation meilleure.

Mais, la réflexion ne peut aller plus loin sans trouver des documents attestant clairement le placement des sourds-muets en apprentissage. Par conséquent, il est plus que nécessaire de retrouver la trace, dans les archives de telles mentions, et donc de conduire à leurs analyses pour comprendre justement la place qui est accordée à ces sourds dans la société. Cette analyse apporte une nouvelle lumière sur le regard de la société envers ces sourds, et donc, de comprendre l’évolution au cours des siècles de ce regard.

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter