Archives mensuelles : avril 2013

Designer les « Sourds », les évolutions de l’Histoire…

Dans la recherche historique sur la Surdité, il y a eu de nombreuses évolutions dans l’utilisation pour désigner, en français, ce groupe de personnes. Il est intéressant de faire remarquer que depuis quasiment deux siècle, les Sourds se désignent par ce signe :

"Sourd-Muet"

 

Ce signe, « Sourd-Muet« , désigne en premier l’oreille puis la bouche. Ce dessin date des années 1850, et est issu d’un dictionnaire fait par un enseignant sourd, et poète, Pierre Pélissier, dont les oeuvres sont accessible sur Gallica,  ici  et ses poèmes, consultables dans Google Books,  .

Bref, cet auteur, dont on en découvrira plus tard le parcours, a utilisé un signe qui n’a guère évolué jusqu’à nos jours.

Mais, qu’en est-il en français ? Eh bien, accrochez-vous !

Les évolutions depuis le XVIIIe siècle

Ainsi, pour désigner les Sourds, il y a eu de nombreuses évolutions qui reflètent le regard de la société sur ce groupe de personnes. Par conséquent jusqu’aux années 1920, on utilise invariablement « sourd-muet« , alors que les Sourds, eux, utilisent surtout « Sourds-Muets » avec les majuscules pour ainsi se différencier de ceux qui sont devenus sourds sur le tard.

Néanmoins, vers les années 1890 apparait un nouveau terme : « sourd-parlant » afin de différencier du « Sourd-Muet » qui n’a jamais eu une éducation purement orale, imposée dès 1881, dans la suite du Congrès de Milan, en 1880, qui préconise, après débats, l’utilisation d’une méthode d’éducation orale extrême : la Méthode Orale pure (qui impose une éducation orale, les deux premières années, sans support visuel, et encore moins écrit, ni dessins non plus).

Ainsi, avec l’apparition d’un nouveau groupe de personnes éduquées oralement, la naissance du terme « sourd-parlant » marque une nouvelle évolution qui sera également brève, puisque c’est à partir des années 1920, 40 années après le congrès de Milan, qu’un nouveau terme apparaît : « sourd », plus souvent sans majuscule.

Ce terme désigne invariablement le sourd qui peut parler ou celui qui ne le peut pas. La disparition du terme « sourd-muet », plus particulièrement dans les écrits de ce petit monde, car il faut le rappeler, actuellement encore, les journalistes écrivent « sourd-muet » ce qui a le don de faire énerver ceux qui veulent uniquement « sourd », les sourds eux-mêmes.

Or, la guerre de 1914-1918 a apporté un nouveau terme : « Les sourds de guerre » pour désigner ceux qui sont devenus sourds par la suite de bombardements. Il a été très utilisé jusqu’aux années 1950.

L’influence de la médicalisation des moeurs

Par la suite, avec les progrès de la médecine et de l’ORL, la médicalisation de l’éducation des enfants sourds entraîne l’apparition d’un nouveau terme : « malentendant« , ce qui signifie « celui qui entend mal ».

Or, ce mot est souvent source de confusions et d’incompréhensions, car il est loin de réfléter ce qui existe réellement dans le monde sourd. La naissance de ce mot marque en fait l’apparition d’une nouvelle technologie : les appareils auditifs, et d’un nouvel courant de pensée : celui du politiquement correct, où utiliser le mot « sourd » peut faire choquer. C’est pourquoi, actuellement, de plus en plus d’administrations utilisent plutôt le terme « malentendant » afin de choquer le moins possible.

Il existe également d’autres avatars sémantiques comme « Déficient auditif« , « handicapé auditif« , et le pire : « porteur de l’handicap auditif« .

Ces évolutions sont les marqueurs des changements de pensée de la Société vis-à-vis des sourds. Et donc, là, la petite communauté sourde réagit en utilisant le vieux terme « sourd » et en ajoutant le majuscule « S » : Sourd, comme pour désigner une différence qui fait sa fierté.

De là, on voit une opposition de pensées entre le regard sur la déficience, et le regard sur la différence. Mais, ceci fera l’objet d’un autre billet !

Conclusion

Alors, en cette année de 2013, quel terme adopter ? Comment dire sans énerver l’en-face ? Si vous vous adressez à un Sourd (membre d’une communauté), il vaut mieux utiliser le terme Sourd, néanmoins, si vous vous adressez à un devenu sourd, le plus sûr est d’utiliser malentendant, et surtout, lui demander si le terme lui convient. En tout cas, sourd-muet ne semble pas être apprécié par tous, sauf des journalistes qui ne sont justement pas au fait des complexes évolutions culturelles de la petite communauté sourde.

Votre serviteur sourd-muet !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’inauguration du Musée Sourd de Louhans, le compte-rendu !

L’ouverture d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds est un événement assez rare, encore plus quand cela se situe en France, dans la belle ville de Louhans qui a désormais un autre élément touristique que ses 157 arcades : le Musée Sourd. (La page facebook du Musée Sourd est ici)

Ainsi, son inauguration, survenu le 9 mars dernier, a attiré un grand nombre de personnes, la plupart venus des territoires des Ducs de Bourgogne, mais également d’Allemagne avec le vice-président du Deaf History International, Helmut Vogel, et quelques parisiens. La présence du maire de Louhans, et des personnalités locales a été également remarquée.

L'inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration commence par quelques discours tournant sur le long travail de 12 années par Armand et Yvette Pelletier, du rôle de ce couple dans le développement associatif sourd en Bresse, et surtout, de la redécouverte du tombeau de Ferdinand Berthier, oublié depuis un siècle.

Les fondateurs, Armand et Yvette Pelettier, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Les fondateurs, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Un livetweet a été réalisé de ma part : #MSourds 

Un élément intéressant qui indique la prise de conscience des autorités en ce qui concerne la spécificité des Sourds. Ainsi, il est admis à reconnaître que les Sourds ne sont pas que des personnes handicapées, mais qu’ils aient une histoire, une langue, et une culture spécifiques qu’il faille faire reconnaître à travers un musée qui leur soit consacré.

Par la suite, l’intervention du vice-président de Deaf History International a été l’une des plus

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

appréciées. Venu de Francfort, Helmut Vogel montre son plaisir de voir se créer un Musée dans l’un des pays les plus riches en Histoire des Sourds, et de sucroît dans la région natale de Ferdinand Berthier, l’une des personnalités sourdes les plus connues mondialement !

Puis, une présentation de l’équipe du musée, la plupart constituée de bénévoles est faite.

 

Puis, en terminant, le Musée demande à ceux qui disposent des vieilles archives, des photographies anciennes, et tout ce qui relie à l’Histoire des Sourds, en fassent don au Musée. On pense particulièrement aux descendants des dirigeants associatifs sourds qui ont gardé ces archives et qui apporterait un grand intérêt aux chercheurs et étudiants !

D’ailleurs, les archives conservées par le Musée sont ouverts aux chercheurs et aux étudiants, et recherche des volontés pour les classifier, avis aux amateurs !

L'équipe du Musée, entourant les Pelletier.

L’équipe du Musée, entourant les Pelletier.

Après les discours, un pot est ouvert aux assistants, mais le monde était tel qu’il est difficile de se frayer un chemin vers les tables !

L’après-midi est organisé un circuit de visite sur les traces de Ferdinand Berthier, en commençant par le buste, sculpté par le Sourd Jean-Pierre Maussaléna,pour finir sur le tombeau de Ferdinand Berthier, dans le village de Sagy où il est né.

Le circuit a permis de découvrir le village natal de Ferdinand Berthier, où une rue lui a été attribué, le premier en France, mais le second qui ait été donné à un Sourd. Le premier a été celui de Frédéric Peyson, fameux peintre sourd de Montpellier.

Conclusion

L’inauguration du Musée comble un grand vide dans le paysage culturel sourd. En effet, dan les années 1970, un musée Sourd a existé à l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, jusqu’à ce qu’un adminsitrateur de l’époque décide de faire table rase de ces « vieilleries », et où de nombreuses oeuvres réalisées par de nombreux artistes Sourds ont été perdues. Par conséquent, le Musée louhannais a comblé ce vide, en permettant aux Sourds d’avoir un lieu de mémoire et de préservation d’archives.

Néanmoins, ce lieu nécessite de plus de reconnaissance et d’appui financier pour pouvoir exister. Ainsi, ceux qui souhaitent soutenir, aider, ou même apporter une contribution sont appréciés.

La tombe de Ferdinand Berthier.

La tombe de Ferdinand Berthier.

—-

Le lien direct du site du Musée sera en ligne très prochainement !

Les photos proviennent de la page facebook Histoire des Sourds de France

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter