Archives mensuelles : décembre 2012

Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque

Journées d’étude Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?
EHESS – 26 et 27 novembre 2012

Présenté le 27 novembre 2012.

 La recherche en Histoire peut réserver des surprises. De ce que l’on suppose d’une communauté soi-disant isolée, et ayant peu d’attaches avec les hautes sphères de la société, on finit par découvrir des ramifications qui plongent au plus profond de la société française.

Ainsi, contrairement à ce que la tradition disait à propos des sourds qui est en résumé un groupe de personnes isolées, repliés sur eux-mêmes, et surtout dont les grands de la société s’y s’intéressent peu, la découverte des relations entre Paul Deschanel, l’une des personnalités politiques de la IIIe république et d’Henri Gaillard, le sourd littéraire de la Belle Epoque semble briser avec fracas cette croyance en l’isolement sourd, et donc au fait que le sourd soit un fantôme de l’histoire et non un acteur.

L’implication de Paul Deschanel dans la vie associative sourde reste encore à mesurer. Néanmoins, elle semble être grande, bien plus que l’on soupçonne jusqu’à présent. Mais, avant d’aller plus loin, voyons qui est Paul Deschanel ?

Paul Deschanel
(Source : Assemblée Nationale)

L’Homme politique

Président de la République Française en 1920, devançant Clémenceau, il finit par démissionner six mois plus tard, ne supportant pas la pression de la fonction présidentielle. Or, c’est ce que l’on retient le plus de cette personnalité avec l’affaire du train présidentiel où il aurait sauté en marche, dans une crise de panique.

Mais, qui est-il exactement ? Il n’existe pas de biographie complète sur cette personne comme bon nombre de personnalités de la IIIe république. Derrière l’homme politique, il y a également l’homme de lettres, érudit, et surtout fils de républicain exilé en Belgique durant le Second Empire.

Son père, Emile Deschanel, a été exilé lors du coup d’état du 2 décembre 1851, mais revient en France après l’amnistie, en 1859. Paul passa ses études au Lycée Bonaparte (actuellement lycée Condorcet). Littéraire de formation, il prit la voie de la Haute administration française. Il est nommé sous-préfet en 1877, et par la suite commence sa carrière politique en 1885, élu député d’Eure-et-Loir jusqu’à devenir président en 1920.

L’ami d’Henri Gaillard

Henri Gaillard
(Photo de l’auteur)

Membre de la société des Gens de Lettres, Paul Deschanel y aurait rencontré Henri Gaillard qui y est entré en 1889. Or, cette rencontre va donner une relation particulière. En effet, Gaillard, devenu sourd suite à un bombardement en 1871, exerce le métier de correcteur à l’Imprimerie Nationale, tout en étant directeur de la Gazette des Sourds-Muets.

Rien ne destinait à ce que ces deux hommes se rencontrent, le seul dénominateur commun est la Société des Gens de Lettres.

L’influence de Paul Deschanel auprès de la communauté sourde semble avoir été importante, bien que très mal connue, et dont l’ampleur reste encore à mesurer. C’est sur son conseil que les Sociétésde sourds-muets se sont réunies en une Fédération de Sociétés de Sourds-Muets afin de mettre fin à un climat de divisions et de rivalités régnant depuis 1880, plus particulièrement entre l’Association Amicale et la Société Fraternelle des Sourds-Muets.

Ainsi, à travers d’Henri Gaillard, Deschanel a conseillé à Ernest Dusuzeau et Joseph Cochefer, présidents des sociétés respectives, de se réunir en un comité en 1894. Ce comité de sociétés de sourds-muets devient une fédération en 1897 avant de disparaître dans les années 1960.

Or, ce qui est intéressant, c’est que l’influence de Deschanel ne se limite pas à conseiller aux sourds-muets. Il participe également aux banquets, dont l’un, où il reste très peu de traces, organisé près du lac de Saint-Fargeau, dans le 20e arrondissement, où il déclare en ces termes : «Si la parole est parfois l’inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur de grands sentiments et des grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens de l’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la Patrie, le noble tourment de la Justice.» 28 juin 1893.

Cet extrait d’un discours bien plus long non encore trouvé à ce jour est une indication intéressante de l’interpénétration entre la communauté sourde et la société française par le biais de ses éléments les plus instruits.

L’influence

Il a également appuyé la décoration par deux fois Eugène Graff, de la médaille d’officier de l’instruction publique en 1910, et de la médaille d’or de première classe de l’assistance publique en 1920 ! Ainsi, quarante ans après le banquet de Saint-Fargeau, organisé par Graff lui-même, Deschanel, deux ans avant sa mort, a d’ailleurs demandé la médaille pour le «Sourd du Foyer» ce qui montre une incroyable longévité de relations. D’ailleurs, Deschanel est également membre d’honneur du Foyer des Sourds-Muets de Paris qui reçoit de surcroit une subvention de la part de la présidence de la République !

Le cas de Paul Deschanel semble ne pas être unique, ni même exceptionnel. Il est d’autant plus frappant de constater que de nombreuses personnalités ont apporté leur concours dans le combat pour l’égalité sociale des sourds comme Francisque Sarcey, fameux auteur et critique de théâtre qui a rencontré Gaillard au Moulin Rouge où ce dernier faisait une représentation de sourds-muets mimes dans les années 1890.

Ces deux exemples parmi d’autres indique une chose : que la communauté sourde, plus particulièrement au cours du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, aient des relations aussi importantes dans les hautes sphères de la société française montre un intérêt supplémentaire dans la recherche historique sur les sourds qui peuvent avoir des ramifications surprenantes dans l’histoire dite «générale».

Jules Imbert
(Photo de l’auteur, archives INJS)

On peut également citer l’exemple d’Henri Giraud, chevalier de la Légion d’Honneur et directeur des travaux de Paris, qui est fils et petit-fils de sourds. Son grand-père n’est autre que Jules Imbert, rival de Ferdinand Berthier et l’un des fondateurs de la Société Centrale d’Assistance des Sourds- Muets.

Conclusion : l’intérêt de l’histoire des sourds

On arrive, à la lumière des exemples cités, à la question de l’intérêt de la recherche historique sur les sourds, et par conséquent de ce qu’elle peut apporter à la recherche historique générale. Tout d’abord, il ne faut pas s’attendre à une révolution qui bouleverserait toute la recherche. Mais, cette nouvelle voie de recherches ouvre tout un champ d’archives inexplorés et surtout négligés depuis un siècle. Ces archives consacrés aux sourds, vus comme un domaine médical ou de l’handicap, peuvent apporter des éclairages sur l’histoire générale, ou sur la compréhension du parcours des personnalités. Ils peuvent également permettre de comprendre la place de la personne sourde au sein de la société française, des actions que peuvent entreprendre les sourds pour trouver leur place, et de l’accueil qui leur est accordé.

L’exemple de Deschanel montre que la recherche historique est loin d’être achevé, même sur les plus éminentes personnalités politiques. La recherche sur les sourds peuvent ouvrir des voies de traverse surprenantes vers d’autres champs de recherche et par conséquent compléter l’Histoire.

Ainsi, en conclusion, la recherche historique des sourds n’est pas seulement une recherche sur un handicap, encore moins sur les méthodes éducatives, mais également sur des aspects qui peuvent sembler ponctuels : les relations entre les sourds et les entendants qui représentent un domaine de recherche quasiment pas exploré, et qui nous informent sur la mentalité de la société d’alors, en dehors du milieu des «spécialistes de l’éducation» des sourds.

D’autre part, les recherches généalogiques des personnalités sourdes conduisent à des personnalités de premier rang de la société française, et il s’est avéré, comme dans le cas d’Henri Giraud, que la communauté sourde a eu un impact important dans leurs vies.

Il est donc intéressant de prendre en compte les recherches historiques sourdes et de les considérer comme complémentaires à la recherche historique générale. Cette complémentarité permet de mieux appréhender certains faits, événements, parcours, actions, choix, et donc de comprendre la dimension sociale de la communauté sourde, et non uniquement la dimension médicale de la surdité.

Le dernier mot de la fin : 

René Princeteau

Toulouse-Lautrec serait-il toujours Toulouse-Lautrec sans son mentor Princeteau ?  

Toulouse-Lautrec

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter