Archives mensuelles : août 2012

La communauté sourde avant l’abbé de l’Épée, vu par Pierre Desloges

Texte présenté au séminaire Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques le 21 novembre 2012, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. 

(Contenu non modifié, resté en état.)

(Pour consulter l’ouvrage, voici le lien direct vers Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k749465.r=pierre+desloges.langFR )

Ouvrage de Pierre Desloges

Introduction

De nos jours, on parle souvent de communauté sourde, de culture sourde, et même de langue des signes, dont certains revendiquent comme une langue sourde.

Cela peut paraître étonnant pour celui qui est à l’extérieur de voir associés deux mots en apparence antagonistes : «culture» et «sourde».

Or, à y voir de plus près, on peut remarquer que le fait d’être né sourd lui procure une vision assez particulière du monde. Cette particularité semble être unique dans les sociétés humaines, puisque il associe la culture à un état physique dont les critères médicales attribuent à un handicap.

Or, pour ceux qui vivent dans la communauté, cette vision de l’handicap n’est pas admise, ni même acceptée, puisqu’ils ne s’y retrouvent pas. Cette vision extérieure a cependant varié au fil des temps, partant d’une vision d’un état vers une vision médicalisée.

Néanmoins, les sourds eux-mêmes ne se considèrent pas handicapés, pour la plupart entre eux, car ils se considèrent autonomes, indépendants. Cette volonté d’être libres semble être inhérent en eux. Ainsi, la question est de comprendre si cette volonté est typique à cette culture, ou bien, qu’elle ait été influencée ?

En premier, qu’est-ce qui définit la communauté sourde ? De bien nombreuses théories en font débat, passant par le fait de ne pas entendre, jusqu’à avoir une vie basée sur la vision. La plupart de ces théories sont l’équivalent de voir un verre a moitié plein ou vide.

Une communauté sourde ?

En fait, de ce qui caractéristique la communauté sourde, c’est justement la langue des signes, qui est en fait à la fois le ciment et le pilier de cette communauté. Il est frappant de voir qu’une langue permet d’avoir unevision particulière du monde, et cette langue permet ainsi de faire construire une communauté avec ses traditions, ses us et coutumes.

Tout ceci peut rester à l’état d’hypothèses, de théories abstraites si l’on n’a pas eu le livre de Pierre Desloges : Observations d’un sourd et muèt, écrit en 1779, en réponse à un ouvrage d’un abbé d’Orléans, l’abbé Deschamps, qui critiquait l’action de l’abbé de l’Epée qui s’est basée sur les Signes.

C’était la première fois qu’un sourd écrive et publie un livre, et ce livre est précieux à plus d’un titre !

Tout d’abord, outre l’aspect des débats sur l’éducation des sourds-muets, cet ouvrage nous donne une fenêtre précieuse sur la communauté sourde- muette d’avant la Révolution.

Mais, avant d’essayer de comprendre cette communauté, voyons ce que c’est la société à Paris, à cette époque.

La société de l’Ancien Régime

Avant la Révolution Française, cette société se repose surtout sur la répartition des tâches héritée du Moyen-Age. De façon simplifiée, il s’agit d’une société à trois ordres : Noblesse, Eglise, et Tiers-Etat.

La Noblesse a pour fonction, à l’origine, de protéger la population, et donc, il est destiné à donner son sang, à se sacrifier, lors des guerres.

L’Eglise a la charge de gérer le salut des âmes, et donc, à la spiritualité.

Le reste de la population se charge de tout ce qui a trait aux activités ni religieuses, ni militaires.

Cette organisation se base essentiellement sur la naissance. On naît, on vit et on meurt dans sa catégorie sociale. Mais, en réalité, c’est beaucoup plus nuancé, puisque de nombreuses familles font tout pour s’éléver et ainsi devenir nobles, leurs objectifs ultimes. Cette progression sociale se font en plusieurs générations, par le biais des alliances, des mariages. Cette volonté de progresser socialement par les mariages, les alliances est typique de cette société, contrairement à la notre où tout peut changer en une seule génération, par le travail, par la fortune amassée.

Les différents sourds-muets…

Néanmoins, il semble bien, d’après les archives analysées, en particulier par Maryse Begazu-Deluy, que les sourds-muets, dans cette course à la progression sociale, en soient bloqués. Comme cette volonté de progresser socialement repose sur une fortune personnelle servant à l’achat de charges, dans l’administration royale (juge, officier, notaires, etc…), cette fortune fait l’objet de soins particuliers, et quand un sourd-muet naît dans une famille fortunée. Il semble bien que cela varie fortement en fonction de la place de ce sourd-muet. Les informations manquent, donc, il faut éviter toute généralisation. Néanmoins, dans le cas où ce sourd-muet est enfant unique, il fait l’objet d’attentions intenses de la part de leurs parents. Par contre, s’il naît dans une fratrie nombreuse, il semble être plus ou moins mis de côté, voire mis en tutelle. Cette contrôle de la famille sur le sourd-muet est très important, mais, il semble être absente chez les sourdes-muettes… Manque de sources, manque de recherches ? Il semble bien, cela reste encore à l’état d’hypothèses, qu’elles connaissent des situations diverses, d’être internées dans des couvents jusqu’aux mariages arrangés dont elles n’ont pas mot à dire.

Tout ceci montre bien qu’il reste encore beaucoup à faire dans l’étude des sourds-muets avant la Révolution. Les archives existent, mais il faut les explorer…

Mais, ce n’est pas le sujet de la présentation ici. Le sujet, c’est les sourds- muets issus des catégories sociales non fortunées, qui ne se trouvent pas dans la partie supérieure du Tiers-Etat (Bourgeoisie, future noblesse etc…)

Desloges, lui, il fait partie des catégories les plus basses de la société. Il semble bien que la majorité des sourds-muets s’y trouvent. Et, comme la fortune n’existe pas dans cette catégorie, il semble bien que la vie des sourds-muets soit relativement libre. Le fait d’être sous tutelle ou être enfermé dans des monastères ou des couvents implique justement d’avoir des moyens de payer ces décisions.

Ainsi, de ce que j’appelle «les sourds-muets de base», on peut dire qu’ils sont à l’origine de la plupart des communautés sourdes du monde, par l’exportation de la langue des signes entre 1760 et 1880. Ainsi, l’origine de toutes ces communautés se retrouve à Paris, dont la naissance reste

difficile à situer, et dont le développement suit de très près les évolutions de Paris.

Comment entrer dans la communauté ?

Dans l’ouvrage de Desloges, il est intéressant de constater que cette communauté est assez invisible, puisqu’il lui a fallu neuf ans avant de rencontrer un autre sourd-muet, et que ce dernier l’introduise dans la communauté.

Ce mode d’introduction, par connaissance, est assez intéressante, puisque c’est la base de l’existence même de la communauté. En effet, de nos jours, c’est par le biais des écoles que les enfants sourds entrent dans la communauté. Or, à cette époque, ce n’était pas du tout le cas…

Comment faisaient-ils alors ?

Par le repérage de sourds-muets dans les rues, par hasard etc.. C’est ce qui arrive souvent, de nos jours, quand on voyage dans des villes inconnues, par un croisement, on se repère et une conversation s’engage. Ainsi, cela devrait se faire à cette époque.

Le second élément intéressant, c’est que la langue des signes se transmet également entre pairs, comme de nos jours.

Ceci semble d’être rien d’étonnant, à priori. Mais, en y creusant, on peut s’interroger sur la taille de cette communauté, sur le mode de transmission, et même, sur la vie.

D’ailleurs, dans son livre, Desloges utilise régulièrement «Nous», afin de désigner les sourds-muets. Cette utilisation régulière est une indication supplémentaire de l’existence historique d’une communauté de sourds.

Analyse dans le texte

On arrive au coeur du sujet d’étude. Desloges en mentionne peu, mais, il est clair que la communauté sourde-muette se repose fortement sur l’usage de la langue des signes. C’est ce qui en fait sa spécificité et sa force face aux difficultés du temps. Cet usage permet ainsi une solidarité accrue. Le

fait que Desloges utilise régulièrement «nous» dans son ouvrage est une indication de cette solidarité.

Profession

«Le premier qui m’a enseigné cet art si utile est un sourd et muet de naissance, Italien de nation, qui ne sait ni lire ni écrire; il était domestique chez un acteur de la Comédie italienne. Il a servi ensuite en plusieurs grandes maisons, et notamment chez Mr le Prince de Nassau.»

Cet extrait, avec l’anecdote de la canne de la baleine, où un client essaie de faire comprendre à Pierre Desloges de quelle matière est fait la canne, avant l’arrivée d’un collègue sourd qui a «sauvé» le client, en reconnaissant que c’est de la baleine, un poisson monstrueux.

Ces deux extraits sont éclairants sur les conditions de vie des sourds. Ils montrent bien que les sourds-muets de cette époque ne sont pas du tout isolés, et de plus, ils exercent des professions diverses, du domestique, jusqu’à l’ouvrier. D’ailleurs, Desloges insiste sur ce point, sur la différence entre les villes et la campagne quant à l’éducation, et la culture des sourds- muets.

Education, culture

« Cela est vrai à ceux qui sont privés de la société d’autres sourds et muet, ou qui sont abandonnés dans des hôpitaux, ou isolés dans le coin d’une province.Cela prouve en même temps sans réplique, que ce n’est pas des personnes qui entendent et qui parlent que nous apprenons communément le langage des signes. Mais il en est tout autrement des sourds et muets qui vivent en société dans une grande ville, dans Paris par exemple, qu’on peut appeler avec raison l’abrégé des merveilles de l’univers. Sur un pareil théâtre , nos idées se développent et s’étendent, par les occasions que nous avons de voir et d’observer sans cesse des objets nouveaux et intéressants.»

Il explique, dans cet extrait, que Paris, de même que dans les autres villes, sont des lieux idéaux pour les sourds-muets, puisqu’ils n’y sont pas isolés, et en plus, des nouvelles arrivent tout le temps. Ainsi, on voit bien que les communautés de sourds-muets sont essentiellement urbaines, à la différence des sourds-muets des campagnes qui sont fortement isolés, et donc, n’ont pas l’occasion de rencontrer leurs pairs.

Or, les grandes villes ont un pouvoir d’attraction important, au point que des sourds-muets comme Desloges s’y s’installent, dès 19 ans !

Ainsi, comme Desloges, il est important de faire la distinction entre la campagne et la ville. On peut ainsi dire que la communauté sourde est une communauté essentiellement urbaine.

«Il y a de ces sourds et muets de naissances, ouvriers à Paris, qui ne savent ni lire, ni écrire et qui n’ont jamais assisté aux leçons de Mr Abbé de l’Epée, lesquels ont été trouvés si bien instruits de leur religion par la seule voie des signes, qu’on les a jugé dignes d’être admis aux sacrements de l’Eglise, même à ceux de l’eucharistie et du mariage. Il ne se passe aucun événement à Paris, en France et dans les quatre parties du monde, qui ne fasse la matière de nos entretiens. Nous nous exprimons sur tous les sujets avec autant d’ordre, de précision et de célérité que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre.»

On voit bien, dans ce passage, que les sourds-muets urbains sont au courant de tout, et sont même instruits. Et, détail intéressant, l’abbé de l’Epée n’est pas le premier à donner une éducation aux sourds, puisque d’autres l’ont déjà fait, et même des sourds, éventuellement. Et d’ailleurs, ils sont admis aux mariages à l’église. On peut facilement penser qu’il y ait des mariages avec des curés qui signent, des curés qui se rendent au chevet des mourants, d’accorder le baptême aux enfants du père ou de la mère sourd. Cependant, je ne peux aller plus loin en disant qu’il y aurait des couples de sourds, aucun mot ne peut le dire…

Société

«Nous avons deux signes différents pour désigner la noblesse, c’est-à-dire que nous la distinguons en deux classes, la haute et la petite.»… «Pour faire connaître ensuite la personne de l’une de ces classes dont il s’agit, nous employons des signes tirés de son emploi, de ses armoiries, de sa livrée, etc.. Ou enfin le signe le plus naturel qui la caractéristique.»

«Prince de sang….Je prendrais mes signes dans le degré de parenté qui approche le prince du monarque».

Ces deux extraits sont très éclairants. Ils prouvent que la communauté sourde-muette est très intégrée dans la société, au point d’être au courant

de la situation monarchique, en attribuant des signes aux membres de l’aristocratie ! J’aurais bien aimé leurs signes concernant les rois de France, puisqu’ils ont existé.

Ainsi, avec la partie précédente sur la culture, on peut facilement imaginer les furieux débats dans les tavernes sur des question politiques et autres choses. Or, comment savent-ils de ces questions puisqu’ils ne savent pas lire et écrire ?

C’est qu’il faut avant tout éviter de généraliser. Le fait que des sourds comme Desloges ont existé, ce qui fait qu’il pourrait avoir des sourds lettrés, qui se chargent de traduire les journaux, les affiches, et même, pourquoi pas, être des écrivains publics pour sourds ! Ces extraits montrent bien l’ampleur de l’intégration des sourds dans la société, et de l’importance de la solidarité communauté qui ont permis aux sourds de s’en sortir…

Famille

«C’est par de semblables procédés que dans une famille où il y aura une dizaine d’enfants, nous n’aurons besoin que de deux ou trois signes pour désigner l’un de ces enfants.»

Ce dernier extrait est très frappant. Tout d’abord, par le fait qu’il y ait un «nom-signe» pour chaque personne de la famille, ce qui indique que le père ou la mère sourde converse avec ses enfants en signes. Or, le fait qu’il y ait la langue des signes dans une famille montre bien le degré d’intégration du sourd dans la famille. Il est loin d’être exclu, ou même mis de côté. Il semble bien qu’il est partie-prenante.

Conclusion

Le temps est trop court pour en dire plus. Néanmoins, il est temps de changer la vision sur les sourds avant l’Abbé de l’Epée. Ils sont loin d’être isolés, brimés, oubliés, méprisés. On voit bien, à travers ces extraits, qu’il y a une joie de vie, une solidarité importante, à travers les échanges d’informations.

Et, on a du mal à imaginer de nos jours, ils se mariaient, et ont des enfants. Or, le fait d’avoir une nombreuse progéniture force a avoir une sacré imagination pour donner des signes à chacun des enfants.

Desloges est un témoin précieux par son ouvrage. Le fait qu’il écrive régulièrement «nous», au lieu de «je», est une importante indication de la solidarité sourde dans la communauté.

Or, dans la société de l’Ancien Régime, la solidarité est un élément important pour pouvoir vivre dans une ville comme Paris. Cette solidarité a permis aux sourds de surnager, et donc, de pouvoir vivre. Et, on peut voir que cette solidarité a entraîné la naissance de la première société sourde en 1836. Cette naissance s’est fait sur la base existante qui existe depuis des siècles.

Ainsi, les sourds-muets ne sont ni exclus, ni isolés. Leur solidarité communautaire leur a permis d’être de plein pied dans la société. Cela explique pourquoi Desloges s’est décidé à écrire un ouvrage au nom de tous ceux «qui ne savent lire, ni écrire».

 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Olympiades sourdes, les origines.

En ces temps des olympiades à Londres, dont des textes ayant un lien fusent. On ne va pas déroger à la « mode olympique ». Ainsi, on va expliquer les origines, et surtout le pourquoi les sourds ont leur propre olympiades depuis 1924.

En ce moment, en 2012, il existe une fédération olympique sourde, le Comité international du sport sourd, l’ICSD. Dans le site en question, il existe une page sur l’histoire des Olympiades sourdes dont les deux fondateurs ont été Eugène Rubens-Alcais, et Antoine Dresse, respectivement français et belge.

Ce qui est intéressant, c’est que ces deux personnes ont été des militants reconnus à leur époque, et ont énormément agi en faveur de leurs communautés sourdes respectives. On en arrive à la raison première de la naissance des Olympiades sourdes en 1924.

Origines

Le sport sourd s’est développé en France à partir des années 1890, avec en particulier le vélo. Patrice Gicquel a étudié les origines et le développement du sport cycliste sourd, dans son livre Un siècle de vélo au pays des sourds, où il explique clairement la fascination des sourds pour le vélo, en particulier à l’époque quand le permis de conduire leur a été interdit pour des raisons médicales (1911, début du permis de conduite jusqu’en 1959). Ainsi, le vélo représente une liberté de mouvement, mais également de réussite sociale, car les revenus, en particulier de la part des ouvriers sourds, étaient plutôt bas.

Les cyclistes sourds (Photo de l'auteur)

Liberté, car le vélo représente justement un symbole de rébellion vis-à-vis les obstacles sociales sur la capacité du sourd à être autonome. A cette époque, dans la première moitié du XXe siècle, de nombreux sourds se sont confrontés aux refus des parents quand ils souhaitaient investir dans un vélo. Les parents craignaient qu’ils ne puissent entendre les bruits, et donc des accidents.

Donc, le vélo représente la liberté vis-à-vis de la famille entendante, et de la réussite sociale, puisqu’il montre que le sourd a un métier permettant d’acheter ce vélo. Une première association de sportifs s’est constituée à la fin des années 1890. Cependant, cela va évoluer vers d’autres sports, plus particulièrement le football.

Les CSSMP (photo de l'auteur)

La naissance du Club Sportif des Sourds-Muets de Paris (CSSMP) en 1911 représente le second acte vers les Olympiades sourdes. Le CSSMP, à sa fondation était constituée des sourds parisiens, et de province. Mais, une scission s’est faite en 1915 avec l’Etoile Sportive des Sourds-Muets de Paris, quasiment constituée de provinciaux, lassés de l’attitude parisienne. Ajoutons que durant la Première Guerre Mondiale, de nombreux sourds de Province se sont installés à Paris, afin d’y trouver du travail, plus particulièrement dans l’aéronautique.

Dans le texte de la fondation du CSSMP, il est intéressant de faire remarquer une phrase : « Leur but est de procurer la joie de vivre aux jeunes déshérités de l’ouïe et de la parole, déclassés socialement par la pratique saine du sport en plein air. »

Le terme « déclassés » est assez fort, mais il montre une indication où les nouvelles générations éduquées selon la méthode préconisée par le Congrès de Milan, la méthode orale pure, semblaient avoir perdu pied dans la société de la Belle Epoque : isolement social, manque de compétences, absence d’autonomie etc…

Donc, il est intéressant de voir que les clubs sportifs ont été fondés avec deux objectifs : offrir des loisirs accessibles, et briser l’isolement social. Les fondateurs ont été aidés par la génération pré-milan qui s’est souciée de garder le contact avec les nouvelles générations, et donc, de transmettre la langue des signes, à une période où elle a été sévèrement bannie des écoles depuis 1880.

Avec le temps, les deux clubs se sont identifiés aux deux principales écoles de sourds : Asnières et Saint-jacques. Le CSSMP s’est assimilé à Asnières, plus vue comme un club d’ouvriers et de classes populaires, alors que l’ESSMP s’est fondue en Saint-Jacques, perçu comme un groupe de bourgeois.

Les ESSMP (photo de l'auteur)

La division, à l’origine géographique, s’est muée en une division sociale, pour la simple raison que d’autres clubs sportifs sourds se sont constitués en Province.

En 1924, à l’occasion des Olympiades à Paris, en 1924, les sourds, réunis autour de Rubens-Alcais (co-fondateur du CSSMP et ESSMP), et d’Antoine Dresse, organisent les Olympiades sourdes dans la même ville.

Eugène Rubens-Alcais (Source : ICDS)

 

Antoine Dresse (Source : ICDS)

Ces Olympiades étaient organisées avec peu de moyens. Les participants payaient de leur poches, et donc, ceux qui en avaient les moyens pouvaient donc participer. Seuls neuf pays étaient présents au stade Pershing, à Paris.

Pourquoi des olympiades séparés ?

On ne fera pas d’histoire des Olympiades sourdes ici. Mais d’essayer de comprendre pourquoi les Sourds ont choisi d’avoir leur propres Olympiades, quasiment un demi-siècle avant l’Handisport.

Tout d’abord, il faut comprendre la dimension culturelle du Sourd, non pas dans le sens de l’handicap, mais de la différence. Bien qu’ils se considèrent « infirmes », ou comme dirait un auteur sourd allemand, Albin-Marie Watzulik, au congrès de Genève : les « quatre-sens », ils se sentent différents par l’usage de la langue des signes. L’utilisation de cette langue leur procurent un sentiment de différence, mais surtout, le fait de se réunir entre eux leur permet de pouvoir sentir d’être eux-mêmes.

Et d’autre part, cela permet, aux sourd, d’avoir leurs champions olympiques, et donc de construire leurs histoires, à l’écart du monde entendant où l’accès est ardu. Cette volonté de se différencier ne signifie pas de se séparer des entendants, mais justement, de respirer un bon coup, d’être réellement eux-mêmes.

C’est pourquoi beaucoup de sourds ne se reconnaissent pas en l’Handisport, puisqu’il manque justement la dimension culturelle. Et ceci a conduit, depuis une dizaine d’années à des débats et des polémiques sur la question du patrimoine sportif sourd, et de sa place ou « non-place » dans l’handisport.

Conclusion

Ce court texte n’a pas la prétention d’apporter des explications complètes. Mais, il est clair qu’il y a la nécessité de comprendre pourquoi les Sourds, avec un grand S, ont toujours eu la volonté de constituer leurs événements à eux (festivals, olympiades, banquets…), parce qu’ils souhaitent montrer leur différence, et par conséquent d’être visibles.

Les Olympiades sourds semblent être le premier jalon d’échanges internationales entre les sourds. Mais, il a été en fait la conséquence du déclin intellectuel des communautés consécutive à l’interdiction de la langue des signes dans les écoles. Ce déclin a entraîné l’obsolecence des Congrès internationaux de sourds-muets qui se réunissaient depuis 1889, afin de débattre du sort des communauté sourdes.

Le déclin des Congrès a donc entraîné l’ouverture d’une nouvelle voie de transmission et d’échanges : les rencontres sportives, où la langue des signes a pu continuer à être transmise.

Le dévoppement des Olympiades sourdes coincide avec la disparition des éléments les plus instruits de la communauté. Le sport représente donc une nouvelle voie, à une période où le militantisme sourd entrait dans sa phase de déclin profond, jusqu’aux années 1970 où les nouveaux militants sourds venaient pour la plupart du sport sourd justement, où ils avaient appris le fonctionnement associatif, et où ils avaient découvert la situation des communautés sourdes des autres pays et plus particulièrement des Etats-Unis.

Mais, ceci est une autre histoire !

 

Bibliographie indicative :

Patrice Gicquel, Un siècle de vélo au pays des sourds, L’Harmattan, Paris, 2002, 252 pages.

Didier Séguillon  – « Du langage des Signes à l’apprentissage de la parole ou l’échec d’une réforme »,Staps 2/2002 (no 58), p. 21-34.
URL : www.cairn.info/revue-staps-2002-2-page-21.htm.

–   De la gysmatique amorosienne au sport silencieux : le corps du jeune sourd entre orthopédie et intégration ou l’histoire d’une éducation ‘à corps et à cri’, 1822-1837, thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, Université Bordeaux II, 1998.

Quelques informations en ligne complémentaires : 

http://websourd.nnx.com/gestes/public_html/article.php3?id_article=32

http://sentendre1880.blogspot.fr/2007/02/limportance-du-sport-dans-la-vie-dune.html

http://www.rubens-alcais.org/histoire/fssf/accueil_fssf.htm

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter