Archives mensuelles : mars 2012

Un sourd-muet centenaire en 1896, qu’a-t-il vu ?

<p>Le sourd-muet centenaire en 1896</p>

En recherchant dans les vieux journaux de sourds-muets, comme La Gazette des sourds-muets, l’Abbé de l’Epée etc… Je suis tombé sur un article du Journal des sourds-muets, de février 1896, écrit par Henri Gaillard, alors âgé de 29 ans à cette époque.

Le mieux est de citer l’auteur, pour voir son émotion : « Le samedi 15 février, nous apprenions au Journal que la commune de Deuil fêterait le lendemain dimanche le centenaire d’un sourd-muet. C’était vraiment une occasion rare. Un sourd-muet centenaire, cela ne se rencontre pas souvent. Passe pour les sourds-muets octogénaires. Nous en connaissons beaucoup. Et leur nombre, et en plus, ce sourd-muet de cent ans, existant là-bas, aux environs de Paris, suffit, assez à démontrer le mal fondé des écrits de certains médecins affirmant que la surdi-mutité ne permet pas de vivre longtemps ».

Bref, cet extrait, outre une pique contre les préjugés sur la longueviété des sourds-muets, montre la fierté de l’auteur de rencontrer un centenaire sourd-muet. Ainsi, il est allé sur place, avec René Hirsch le rencontrer. Et là, la partie de la rencontre est émouvante au possible. En voici l’extrait : « … en gestes clairs et lents de pantomime, je lui explique qui je suis, lui montre un exemplaire du journal, lui fait savoir que son portrait y sera, que tous les sourds-muets le verront et  battront les mains pour lui; je le félicite d’être si robuste et si âgé. Il prononce quelques mots. Sa nièce le kes traduit. C’est mon âge qu’il veut savoir. J’écris le chiffre 29 et il sourit avec un regard encourageant. Vraiment, sous son masque, glabe et gras, contourné de rides rares et terreux, au petit nez fin, légèrement aquilin, sa figure étincelle d’intelligence avec ses petits yeux perçants et fouilleurs comme des vrilles. On voit qu’il sut vivre, parce qu’il sut comprendre, grâce au sens de devination que Dieu a mis en tout sourd-muet intelligent. Peut-être qu’on ne le comprit pas toujours, et cela à cause de son manque d’instruction. Mais s’il avait été mis à l’école, il aurait certainement fait plus qu’il n’avait fait, et il aurait pu me conter ses souvenirs passés. » (pp 71-72)

Puis  » Tout à coup, on va ouvrir la porte, et Hirsch avec l’aisance et la suprême politesse qui le caractérise entre. Il va d’enthousiasme vers Baudoin, lui gesticule de chaleureuses, et très compréhensibles félicitations. Cette fois, Baudoin est devenu complètement joyeux. Ce sont des sourds-muets qui viennent l’honorer. Il en est bien sûr. Il suit notre conversation sans trop comprendre nos signes conventionnels. Mais les allusions fréquentes en pantomime que nous faisons sur lui le ragaillardissent tout-à-fait. Il manifeste sa joie à ses deux aimables nièces. » (p 73)

L’article continue sur la cérémonie, et les remises de fleurs en présence des personnalités locales. Mais, c’est surtout les passages cités qui sont révélateurs. Tout d’abord, l’isolement des sourds-muets de la campagne, souvent seuls, et dont bien peu peuvent converser avec leurs proches. Il est intéressant de voir que le centenaire n’a jamais été à l’école, et pourtant, est en mesure de comprendre les chiffres.

Ce qui est frappant, c’est le plaisir manifesté par Baudoin quand il rencontre un second sourd-muet. Il devrait être très surpris, après un siècle, de rencontrer ses pairs. Qu’a-t-il donc vu en un siècle, de 1796 à 1896 ?

A plus d’un siècle d’écart, en 2012, le fait de voir un centenaire en 1896 est plus que frappant, puisqu’il  a vécu des événements majeurs : le premier Empire, la Restauration, 1848, Napoléon III, la guerre de 1870. Mais, de l’autre côté, le fait qu’il soit isolé fait qu’il est resté à l’écart de ces événements majeurs, comme un fantôme de l’histoire.

Néanmoins, il est également intéressant de penser que Baudoin est l’un de ces sourds-muets qui n’ont jamais été à l’école, comme la très grande majorité d’entre eux, avant 1880. C’est seulement avec le grand développement des écoles de sourds-muets, et surtout le choix d’éduquer en masse, avec une méthode dont l’efficacité a été très critiquée, qui a fait que ceux qui n’ont jamais été éduqués deviennent de plus en plus minoritaires après 1890.

De l’autre côté, il y a également des sourds-muets instruits, et qui se sont rapprochés du centenaire : Claude Richardin et Victor-Gomer Chambellan, morts respectivement en 1900 et vers 1910 à l’âge de 90 ans tous les deux, le premier à Nancy et l’autre à Paris.

Ces nonagénaires ont été des personnages de premier plan à leur époque. Claude Richardin a permis à l’école des sourds-muets de Nancy de pouvoir se développer, son fondateur, Joseph Piroux s’est fortement appuyé sur lui !

Chambellan a été l’un des derniers professeurs sourds-muets avant que la profession ne soit interdite aux sourds, par la réforme éducative de 1880. Or, Chambellan, bien qu’il soit relativement oublié de nos jours, a organisé le Congrès de Paris, en 1889, afin de lancer une réflexion, et donc de faire un bilan de la réforme éducative. Et détail intéressant, son métier de professeur a permis à son fils de pouvoir devenir médecin, alors que lui-même est issu de parents modestes.

Ces deux personnes ont vécu les débuts de l’enseignement utilisant la langue des signes, vingt ans après la mort de l’abbé de l’Epée. Et ils ont également vécu les premiers mouvements, actions, réactions pour la préservation de la langue des signes comme moyen d’instruction. Ils ont également vécu le bannissement de la langue des signes des écoles.

Cette parallèle entre le centenaire isolé dans sa campagne, et les nonagénaires impliqués dans la vie de la communauté permet de faire comprendre, entre ces deux extrêmes, il y a de nombreuses situations variées et contrastées, et ainsi, nous faire montrer qu’il n’y a pas de modèle, ni de standard.

Cette variété de situations, de vies, de vécus incite ainsi à éviter toute généralisation, et donc, de devoir analyser, dans la mesure du possible, les vécus de chacun.

Néanmoins, ces deux extrêmes se retrouvent encore de nos jours. Il en existe des extrêmement isolés, et d’autres qui sont fortement impliqués dans la vie « sourde ». Il y  a cependant une certaine permanence humaine qui est à souligner, et c’est cette permanence qu’il faut essayer de voir, comme les difficultés rencontrés par les sourds au contact des entendants dans la vie, difficultés racontées dans la presse, et qui restent fortement à jour. C’est ce qui incite à faire développer la recherche historique sur les sourds-muets, afin de voir ce qui relie le présent au passé, à travers de ces personnes.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter