Archives mensuelles : janvier 2012

Existe-t-il une communauté sourde ?

Conversation, Transmission ? Source : Gallica.Bnf.fr

Cette question, je me la suis souvent posée, car c’est justement le point central de ma thèse portant sur la communauté sourde de la Belle Epoque.

Médicalement parlant, il n’existe pas de communauté sourde, puisqu’un handicap n’est pas un fait culturel. Or, si l’on lit l’article de Jean-Louis Siran (Lien direct), et des recherches de Yves Delaporte, et même des écrits de Bernard Mottez, on peut douter du critère purement médical. Ainsi, les recherches sociologiques et anthropologiques indiquent l’existence d’une communauté sourde. Or, qu’est-ce qui fait sa spécificité ? Il semble bien que ce n’est pas le fait de ne pas entendre, mais justement d’utiliser une langue totalement spécifique, voire unique.

En effet, la langue des signes, dont il existe des milliers de spécificités locales et nationales, chaque pays a le sien, se repose sur le canal visio-gestuel, et non pas le canal audio-vocal. Ainsi, cette spécificité fait toute la différence, et c’est ce qui constitue  le point central de l’existence d’une communauté. Je ne vais pas détailler sur la question linguistique ou sociologique qui ne sont pas réellement mes domaines de compétence, mais sur le domaine historique. Je vous recommande fortement la lecture de cet article : Andrea Benvenuto « De quoi parlons-nous quand nous parlons de “sourds” ? », Le Télémaque1/2004 (n° 25), p. 73-86. 

Ainsi la principale question est : Depuis quand alors cette communauté existe ?

Pour tout répondre, on ne le sait pas faute de recherches approfondies. Il existe des recherches faites par des bénévoles partout dans le monde entier. Mais, les recherches de niveau universitaire sont très rares et concernent principalement deux questions : l’éducation des sourds-muets, et l’intervention de l’Etat sur la communauté sourde.

Que savons-nous donc sur la communauté dans le passé ? Avant les années 1970, on ne sait quasiment rien. On connaît quelques noms, des actions associatives, des événements fondateurs : la naissance de la Société Centrale des Sourds-Muets en 1836 et le Congrès de Milan en 1880 entre autres… Mais, ce n’est que la partie visible de l’iceberg historique. Car, qu’en est-il de la vie au quotidien ? Des familles ? De la transmission de la langue des signes ? De l’emploi ? Et même des liens entre les personnalités sourdes ? De tout cela, il semble bien qu’il y ait même une jungle amazonienne à défricher !

Or, l’un des plus grands écueils, quand on souhaite faire de l’histoire sociale, ou même l’histoire d’une communauté, c’est de trouver des sources. Le plus simple serait d’aller consulter les archives, de regarder les sources écrites. Mais, la communauté sourde a une particularité que l’on peut dire unique dans les pays occidentaux : une transmission de la mémoire qui n’est pas écrite.

Cette transmission non écrite, basée sur la langue des signes, que l’on peut dire « transmission noétomalalienne » s’est faite au sein des associations, dans des lieux de rencontres réguliers. Or, de nos jours, il semble bien que cette transmission même fonctionne mal, parce qu’il n’y a plus de vraie rencontre entre les jeunes et les ainés. Je ne détaillerai pas les raisons de ce disfonctionnement, mais, pour la recherche historique, cela est très problématique, puisque il y a une perte d’une grande partie de la mémoire de la communauté.

C’est pourquoi, actuellement, il est assez difficile de dire qu’il existe une communauté sourde puisqu’elle se base, entre autres, sur une tradition « noétomalalienne » de la transmission de la mémoire. Et donc, le chercheur, il est nécessaire qu’il sache la langue des signes pour pouvoir aller au devant de ces ainés sourds…

On en revient toujours à la question des sources. Faut-il se contenter des sources écrites, ou alors aller rencontrer les témoins et recueillir leurs histoires vécues, et par conséquent, garder la trace de leurs mémoires ?

Comment accorder la valeur à ces témoignages ?

Je pense qu’il faut leur accorder la même valeur, que l’on a fait avec les sources écrites. Ces témoignages me sont vraiment précieux puisqu’ils relèvent des détails, et surtout, du vécu, du « sel de la vie » que l’on a du mal à trouver dans l’écrit…

Ainsi, la spécificité de la « transmission noétomalalienne » devrait être prise en compte par ceux qui souhaitent étudier cette communauté, afin de s’approcher le plus possible de la réalité, et donc, de regarder l’Iceberg dans son ensemble, et non seulement la partie visible… Ce qui est loin d’être aisé !

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter