Archives de catégorie : Réflexions

Les Sourds et le monde politique

Aujourd’hui, le 27 janvier a eu lieu la prise de serment au parlement espagnol.

Le leader de Podemos, Pablo Inglesia, a prêté serment en espagnol, et en noétomalalien espagnol ! Cela m’a étonné, puisque rien ne le contraint à le faire. C’est sans savoir que parmi les Podemos élus compte une sourde. Cette dernière, enseignante en langue des signes, a été élue sénatrice de la région de Valence, et elle vient de prêter serment au sénat espagnol.

Pila Lima (Source : Podemos)

Pilar Lima (Source : Podemos)

A ma connaissance, et j’espère que les historiens espagnols spécialisés dans l’histoire des Sourds ajouteront leur précision, cela n’a jamais été fait auparavant, et c’est donc une première en Espagne. Cela apporte un vent nouveau dans le monde politique si monolithique.

Cependant, ce n’est pas une première européenne. Un autre Sourd a été élu député européen, il s’agit d’Adam Kosa, Sourd hongrois. On voit ici sa première intervention dans le parlement européen, en 2009. Il a été réélu en 2015. On peut lire ici un interview sur son parcours.

 

Dr. Ádám Kósa – Deaf MEP addresses European Union Parliament from Alison B on Vimeo.

[Mise-à-Jour, suite aux dernières informations fournies par une lectrice, Christelle Balard] Deux autres députés Sourds ont également été élus dans leurs pays respectifs : Gergely Tapolczai au parlement hongrois (élu en 2010, et réelu en 2014), et Helga Stevens, élue au parlement flamand, en Belgique.

Or, ce n’est pas une première mondiale, avant lui, un canadien a été élu député, Gary Malkowski, au parlement d’Ontario en 1990. Il a été le sujet d’un reportage par l’émission l’Oeil et la Main.

Est-ce que c’est tout ? Il faudrait organiser un séminaire de recherche afin de récolter les informations historiques sur les Sourds ayant participé au monde politique, pour que l’on ait un aperçu de la situation. Cependant, il semble certain que c’est un phénomène qui va en s’accroissant depuis une dizaine d’années. Je fais mention ici des Sourds élus députés, aux premiers rangs de la vie politique. En France, il y a eu un assistant parlementaire Jeremy Boroy, et un suppléant à l’Assemblée Nationale, actuellement en poste, Raphaël Bouton.

Au niveau historique, la première tentative archivée d’une réelle participation à la vie politique de la part des Sourds semble être celui de Ferdinand Berthier, aux élections de 1848. Cette première tentative ne s’est pas concrétisée, mais cela a entraîné à une participation à la vie municipale de nombreux Sourds, à la Belle Epoque, et depuis une trentaine d’années.

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS - tous droits réservés)

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS – tous droits réservés)

Ainsi, on constate une augmentation régulière de la présence des Sourds dans la vie politique. Quels ont été les éléments facilitateurs de ce phénomène ? J’en vois deux : l’accès aux interprètes, et à la qualité de travail de ces interprètes. L’accent mis sur la qualité de formation, et donc, de la compétence bilingue noétomalalien-langue orale, fait que les candidats Sourds ont plus de facilité à convaincre (avec un travail de préparation au préalable).

Et d’autre part, un troisième élément doit être aussi pris en compte. Je sais clairement que cela déclencherait une polémique, et ceci n’est pas mon intention. Il s’agit de l’accès aux études. Ainsi, on peut remarquer que plus de Sourds ont accès aux études supérieures (que ce soit universitaires ou non), et qu’ils ont plus de moyens intellectuels pour avoir l’audace de candidater aux élections. Le fait que des Sourds noétomalaliens incite également à la question de la place du noétomalalien dans l’éducation de l’enfant Sourd, et donc, encore, du renforcement intellectuel de l’enfant Sourd grâce au noétomalalien.

En tout cas, il y a matière à réflexion sur l’histoire de la participation politique des Sourds.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sourd-muet au théâtre

« Un sourd-muet au théâtre cela semblera chose extraordinaire. C’est pourtant un fait de la vie. Il n’est pas rare que l’on rencontre dans tous les lieux de spectacles des Silencieux. Ici c’est le prestige de la féerie, là l’imprévu du cirque, ailleurs la curiosité du décor et du costume, la troublante des mouvements féminins, l’attirance de la danse, et souvent ce stimulant de la devination qu’est le jeu de l’acteur lorsque sa déclamation ou son chant s’éclaire de l’enveloppent superbe du geste et de l’expression intelligente de la physionomie. Toute cette joie des yeux fait donc venir le Sourd-Muet. Les pièces les plus discutées gagneraient donc à être soumises en dernier appel à son jugement. Nous irons voir et étudier dans les théâtres et les concerts chaque fois que leurs directeurs voudront bien faire le service de deux places au moins. 

Mais ce qui méritera le plus notre attention, c’est le théâtre dans un fauteuil, c’est le théâtre lu, le théâtre écrit : comédie, tragédie, drame. C’est là que nous vivrons le mieux avec les personnages. C’est là que nous comprendrons en ses plus insaisissables nuances la pensée de l’auteur, l’idée maîtresse de son oeuvre, et si elle nous émeut, perce que vivante, humaine et martelée de langue belle et vraie, nous le dirons en toute franchise. 

Qu’on nous envie donc le théâtre imprimé. »

Henri Gaillard, Le Jugement du Silence, « Sourd-Muet au théâtre »,
Paris, Edition de la « République de Demain », 1899, pp 35-38

Que signifie donc cet article tiré de l’ouvrage de Henri Gaillard, consultable sur Gallica ? (Ouvrage à lire ici)

Tout d’abord, l’ouvrage en question est un recueil de réflexions et d’observation d’un Sourd sur la situation politique, sociale et culturelle de la France de la Belle Epoque. On y remarque les orientation de Henri Gaillard qui est à la fois Dreyfusard, Républicain, moderne, féministe, etc… On constate également la position d’un Sourd, d’un regard fortement visuel où le mouvement des orateurs, des comédiens, de la scène publique est plus décrite, alors que d’autres auteurs se contenteraient d’expliquer les propos. On comprend mieux, à la lecture de cet ouvrage, le titre en question Le Jugement du Silence qui est une analyse d’un Silencieux en 1899, à un moment où la Belle Epoque se trouve au sommet, avec l’exposition universelle prévue en 1900, et où la IIIe République se trouve à l’aune de sa gloire.

Or, l’article tirée ici montre toute la volonté d’un Silencieux de participer à la vie culturelle parisienne, et même de contribuer à cette vie culturelle. Il est intéressant de voir que l’importance est portée sur le regard, sur l’observation visuelle, sur l’émotion de l’image, sur le mouvement visible. Ce texte est une marque de volonté de la part de Henri Gaillard de faire participer les Sourds, souvent exclus de la scène culturelle parisienne, à cette vie, et ainsi, de faire contribuer leur spécificité à la société française.

Qu’est-ce donc leur spécificité ? Il s’agit avant tout du regard, de l’observation, de la vue. Par conséquent, il est intéressant de voir que la société de la Belle Epoque est une société nettement orientée sur l’audition, sur l’ouïe et la parole, et donc, Gaillard souhaite ajouter un zeste de la vue afin de la rendre plus accessible aux Sourds.

Mais surtout, dans le dernier paragraphe, c’est une demande d’accessibilité, afin de pouvoir participer à la crème de la crème du théâtre parisien, celui d’assister aux plus grandes représentations théâtrales, comme celles de la Comédie Française, entre autres. C’est celui où le Sourd amateur du théâtre et du roman puisse s’émouvoir de plain-pied avec l’entendant.

C’est une demande d’accessibilité et d’égalité face à la culture que l’on assiste, avec ce texte, vieux de 116 ans !

Or, ce texte fait suite à un long combat en faveur de la participation des Sourds dans le monde de la culture, avec le comité des Sourds-Muets mimes, mis en place en 1893, afin d’inciter les metteurs en scène d’engager des comédiens Sourds au lieu des entendants, dans leurs représentations, pour jouer des personnages Sourds.

Pour finir, en voici une photographie d’une pièce de théâtre de 1912, mise en scène lors du bicentenaire de l’abbé de l’Epée, et tirée de l’ouvrage Compte-rendu des fêtes du Bicentenaire de l’abbé de l’Epée, édité par Henri Gaillard.

géné

Représentation noétomalaliée (Source : Compte-rendu des fêtes du bicentenaire de l’abbé de l’Epée, 1912)

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La question de l’éducation des Sourds-aveugles, Marie Heurtin.

Marie et Marthe Heurtin (Années 1920 ?)

Marie et Marthe Heurtin (Années 1910 ?)

Le film Marie Heurtin, réalisé par Jean-Pierre Améris, met en scène l’histoire d’une jeune sourde-aveugle qui découvre le monde grâce à la langue des signes.

Sans faire d’éloge de ce film qui est déjà magnifique, l’intérêt historique de Marie Heurtin est de comprendre comment, dans une période difficile pour la communauté sourde, l’usage de la langue des signes permet aux sourds-aveugles de pouvoir accéder au monde, et au savoir.

En effet, Marie Heurtin naît le 13 avril 1885, et à sa naissance, l’éducation par le noétomalalien est bannie de la plupart des écoles de sourds. Celui de l’Institution Nationales des Sourds-Muets de Paris prend fin en mai 1886, avec la mise à la retraite d’office des derniers professeurs sourds, comme Ernest Dusuzeau.

Ce que l’on assiste dans les années 1890, c’est un décalage profond entre l’éducation des sourds, et celui des sourds-aveugles où de l’un, on insiste à tout prix l’éducation orale pure, et de l’autre, avec l’exemple de Marie Heurtin, on admet que l’éducation par la langue des signes est une clé essentielle dans l’émancipation intellectuelle des sourds-aveugles.

Deux mondes séparés

D’autre part, alors que l’éducation des sourds-aveugles se met en place lentement, dans la foulée de Marie Heurtin, dans l’école de Launay, la communauté sourde est en ébullition dans les années 1890-1910 avec les débats sur la place du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds.

N’étant pas un spécialiste de l’éducation des sourds-aveugles et de leur histoire à Larnay, je vais surtout m’interroge sur ce qui est frappant : l’absence de l’exemple de Larnay dans les écrits des militants sourds, et même des promoteurs de l’éducation oraliste. Cet absence ne signifie pas qu’ils ignoraient leur existence. Ce qui est probable, c’est la particularité du sourd-aveugle qui fait que les militants sourds ne savent pas comment les intégrer dans leur combat militant.

Cette incapacité de faire intégrer les sourds-aveugles dans la vie de la communauté sourde est un fait qui s’observe tout au long du XXe siècle, et encore de nos jours. La thèse de Sandrine Schwartz s’est intéressée sur cette absence de relation, et sur la question des méthodes de communication avec les sourds-aveugles.

D’autre part, on constate également une extrême rareté des recherches historiques concernant la vie des sourds-aveugles, y compris dans les citations. C’est pourquoi ce document est fortement précieux, puisque c’est un témoignage direct. Il s’agit d’un texte fait par la soeur de Marie Heurtin, Marthe, qui apporte un témoignage important sur la situation des sourds-aveugles du début du XXe siècle, ce texte est ici.

Ainsi, ce film apporte un complément essentiel sur la question historique, mais éclaire également sur un fait historique oublié, occulté par la situation particulière d’Helen Keller.

On voit, avec ce film, que la recherche historique doit concerner tous les domaines, y compris les plus particuliers, afin de comprendre la société française dans son ensemble. Et d’ailleurs, on voit avec l’exemple de Marie Heurtin, que le bannissement de la langue des signes est loin d’être intégral, qu’il existe des situations particulières qui font exception à la règle.

Pour plus d’informations sur la surdi-cécité, ce billet dispose des informations complémentaires intéressantes !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le découpage temporel en Histoire des Sourds

Avec « Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?« , le médiéviste Jacques Le Goff, récemment décédé le 1er avril 2014, s’est interrogé sur la pertinence du découpage historique traditionnel. Il se demande si ce découpage doit-il être préservé ou rediscuté afin de mieux rendre en compte la variabilité des jalons temporels.

En médiéviste, il s’interroge sur le choix de la date du début de la Renaissance, et donc, se demande s’il ne vaut mieux pas la placer en 1789, date à laquelle le système monarchique, construit au début du Moyen-Age, prend véritablement fin. Je ne vais pas discuter de l’opportunité de placer tel ou tel jalon temporel avec un fameux médiéviste. Cependant, sa réflexion m’amène à regarder sur mon domaine de spécialisation : l’histoire des Sourds.

Ainsi, dans cette optique, quels bornes temporels opter pour structurer, ou « découper », l’Histoire ? Cette problématique, qui peut sembler banal au premier abord, amène son lot de réflexions et de débats qui risque d’agiter le petit monde des historiens des Sourds. En effet, traditionnellement, deux dates-charnières sont communément admises : la rencontre entre l’abbé de l’Epée et les sœurs sourdes, et le congrès de Milan.

La Rencontre

Plaque de la Rencontre, Statue de l'abbé de l'Epée, cour d'honneur à l'INJS de Paris

Plaque de la Rencontre, Statue de l’abbé de l’Epée, cour d’honneur à l’INJS de Paris 

Dans quasiment tous les ouvrages spécialisé sur la question de l’éducation ou de l’histoire des sourds, omettre de mentionner la fameuse rencontre entre l’abbé de l’Epée et les sœurs sourdes équivaut à ignorer la découverte de Christophe Colomb du continent américain !

Ainsi, en ce qui concerne cette fameuse rencontre, laissons s’exprimer Ferdinand Berthier, l’un de ceux qui ont fait connaître l’histoire :

« Ce fut vers l’année 1753, suivant toutes les probabilités, qu’une affaire de peu d’importance amena l’abbé de l’Epée dans une maison de la rue des Fossés-St-Victor, qui faisait face à celle des frères de la doctrine chrétienne. La maîtresse du logis étant absente, on l’introduisit dans une pièce où se tenaient ses deux filles, soeurs jumelles, le regard attentivement fixé sur leurs travaux d’aiguille. En attentant le retour de leur mère, il voulut leur adresser quelques paroles; mais quel fut son étonnement de ne recevoir d’elles aucune réponse ! Il eut beau élever la voix à plusieurs reprises, s’approcher d’elles avec douceur, tout fut inutile. A quelle cause attribuer ce silence opiniâtre ? Le bon ecclésiastique s’y perdait. Enfin la mère arrive. Le vénérable visiteur est au fait de tout. LEs deux pauvres enfants sont sourdes-muettes. Elle viennent de perdre leur maître, le vénérable R. P. Vanin ou Fanin, prêtre de la doctrine chrétienne de St-Julien-des-Ménétriers, à Paris. Il avait entrepris charitablement leur éducation au moyen d’estampes  […] A partir de ce jour, il remplira auprès de ces infortunées la place que le père Vanin laisse vide. »1

Cet extrait se rapproche le plus de ce que l’on qualifierait d’une légende fondatrice de l’éducation des Sourds. Ainsi, la rencontre représente une date charnière, où la « Préhistoire Sourde » entre enfin dans « l’Histoire Sourde », où l’on assiste à un commencement d’un regard sur une communauté qui se retrouve désormais à la lumière, et non plus dans l’ombre, jusqu’alors.

Cette date, dont des études tendent à déterminer dans l’année 1759-1760, représente effectivement une révolution, où désormais, les Sourds issus des milieux les plus modestes peuvent enfin accéder à l’éducation, et ainsi espérer de sortir de leur condition sociale. L’abbé de l’Epée apporte une révolution dans le système éducatif, en permettant à la gratuité de l’éducation, basée sur la langue des signes (ou le noétomalalien). La vraie révolution, c’est ainsi la gratuité éducative des enfants sourds, mais, ce que l’on retient davantage de cette rencontre, c’est l’emploi du noétomalalien dans l’éducation comme s’il n’y a jamais eu de tentatives auparavant… Ainsi, cette borne temporelle devient plus comme un mur temporel, apportant une vision dualiste de l’Histoire, centré sur 1759 : avant, il n’y avait rien, et après, tout est là !

Par conséquent, on assiste à un grand nombre de recherches historiques commençant sur 1760, et très rarement sur les périodes antérieures, tout d’abord, faute d’archives disponibles. Mais, le choix de cette date occulte justement de tout un processus qui a commencé au Moyen-Age avec la règle monastique de Saint-Benoît qui impose le silence à leurs moines. De cette obligation émerge tout un système gestuel basé sur des signes. Ce système gestuel, à différencier avec le noétomalalien qui est une langue à part entière, a conduit à un développement d’une classe consacrée à l’éducation des enfants sourds, certes issus des milieux fortunés, dont la seule connue est celle du moine sourd Etienne de Fay, de l’abbaye de Saint-Jean des Prémontrés.

Ainsi, il y a peu d’études, pour ne pas dire aucune, sur ce processus qui a conduit à l’adoption de l’abbé de l’Epée, non pas des Signes monastiques, mais du noétomalalien parisien dans l’éducation des enfants sourds des milieux défavorisés. Par conséquent, et c’est ce que semble s’interroger Le Goff, la date occulte tout un processus de transition, et qu’elle est un choix abritaire qui risque justement d’apporter une vision biaisée de l’Histoire.

Le Congrès de Milan

Sac de Rome 410 Par JN_Sylvestre  1847-1926

Sac de Rome 410
Par JN_Sylvestre
1847-1926

L’autre date-jalon de l’Histoire des Sourds est celui du Congrès de Milan, organisé les 7-8-9 septembre 1880. Cette date représente pour les Historiens des sourds du monde, mais aussi pour toutes les communautés sourdes comme une date à marquer d’un noir de deuil, celui de la mort de l’éducation par la langue des signes. En effet, Milan représente un moment où la langue des signes représente le passé, et la méthode orale, l’avenir où il est fortement préconisé de tout faire pour empêcher le sourd de gesticuler.

Par conséquent, son adoption marque la fin d’une période, que certains nomment l’Age d’Or. Ainsi, pour la plupart des Sourds, après-Milan représente une période sombre, de déclins, d’oubli, à l’image des Temps Barbares qui ont suivi la chute de Rome.

La Sac de Rome de 410, c’est l’équivalent de ce que les Sourds considérent le Congrès de Milan. En effet, pour la plupart des militants, et certains historiens, il s’agit tout simplement d’une attaque barbare, sacageant les magnifiques réalisations de la civilisation noétomalalienne. Néanmoins, ce que l’on oublie, c’est que le Sac de 410 ne marque pas la mort de l’Empire Romain qui a continué à exister encore 86 ans, en Europe de l’Ouest, et plus de 1000 ans, dans de ce que l’on nomme ultérieurement l’Empire Byzantin.

C’est exactement la même chose, avec l’Histoire des sourds. Milan représente certes un choc, mais, à l’époque, les effets se sont longuement ressentir, plus durement qu’au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, avec la disparition de la dernière génération éduquée selon « l’ancienne méthode »; soit autour de 80-90 ans après Milan. Ce que l’on a oublié, c’est qu’il y a tout un processus de transition qui prend du temps, et dont les effets ne sont réellement ressentis que des dizaines d’années plus tard…

Le mythe de « l’Age d’Or Sourd »…

Ruines de Corinthe

Ruines de Corinthe

Idem, ici, où, entre 1760 et 1880, cette période représente un moment brillant, avec de magnifiques réalisations artistiques et culturelles. Il s’agit en fait d’un mythe développé dans les années 1970, où les premiers historiens étaient frappés par le décalage entre les écrits de cette période avec l’absence d’œuvres artistiques et littéraires de la période 1950-1970, comme si l’on compare entre l’art Romain avec celui des Temps Barbares. Là encore, le mythe de l’Age d’Or se repose sur les premières études et impressions qui se sont vues infirmées par des recherches ultérieures. Mais, le mythe est resté au sein de la communauté sourde, comme d’une période regrettée où l’éducation par la langue des signes était respectée, il s’agit plus d’une nostalgie d’une période révolue que d’un fait historique. Mais cet exemple démontre d’un effet à double tranchant d’un choix des dates, où, face à une méconnaissance de la période antérieure, la date constitue ainsi comme un mur, où il sera nécessaire de faire un travail de fond pour faire écrouler ce mur…

Une histoire nettement plus courte

La limite de cette réflexion est que l’histoire des Sourds, à l’heure actuelle, se concentre principalement sur une période de trois siècles, du XVIIIe au XXe siècles, ce qui est nettement court alors que la réflexion de Le Goff porte sur une dizaine de siècles, entre la « Chute » de Rome, en 496 et la fin de la monarchie en France, en 1792. Ainsi, on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable. Cependant, cette réflexion démontre que tout reste encore à faire, après 40 années de recherches historiques sur les sourds, comme celui de faire un aperçu général de ce domaine de recherches, d’une infinie diversité des situations historiques en fonction des pays, comme celui de la complexité d’une étude historique des Sourds en Allemagne qui n’a qu’une histoire que depuis 1870, et des histoires, avant cette date…

Conclusion

L’ouvrage de Le Goff démontre bien que les dates dépendent des interprétations et des consensus entre les chercheurs, mais également de la compréhension du grand public. L’exemple de la Rencontre et du Congrès de Milan démontre que dans le cas d’une méconnaissance, on risque d’être au devant de l’équivalent d’un regard des « Temps Barbares » au lieu d’une étude détaillée.
Par conséquent, la nécessité d’un travail global, mettant en scène les différentes perspectives sur l’histoire des Sourds est nécessaire pour mettre fin à l’impression d’être au devant des escalier, sans marches de transition. Par conséquent, étant donné de la jeunesse de la recherche historique sur les Sourds, et de la diversité des situations selon les pays, une discussion claire sur les jalons temporels s’avère nécessaire afin de permettre à une analyse plus fine des bornes temporels au lieu de l’actuel découpage qui laisse peu de place à des périodes de transitions.

———

1 Ferdinand Berthier, L’abbé de l’Epée, Paris, 1852, pp 20-21

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Childéric et l’ouvrier sourd-muet

Quelques bijoux du trésor (Chifflet, 1655, p 97)

Voici 360 ans que l’on a découvert le tombeau du roi franc Childéric, le père de Clovis, et l’un des principaux dirigeants de l’Empire Romain d’Occident finissant. Le trésor de cette tombe a été volé et fondu dans les années 1830, et on ne dispose que quelques pièces épars et des gravures de ce trésor (Consultable ici, mais en latin !). Or, ce n’est pas le principal sujet de ce (court) billet. En effet, ce qui nous intéresse plus, ce n’est ni la tumultueuse vie de Childéric, non plus les origines de la royauté franque, mais bel et bien de comprendre qui est le « découvreur » de ce trésor.

Ainsi, il semblerait, jusqu’à preuve du contraire, que le découvreur serait un sourd-muet du nom d’Adrien Quinquin. De lui, on ne sait rien du tout sauf qu’il serait ouvrier, chargé de démolir une maison. Le 27 mai 1653, en cassant quelques pierres, il tombe ainsi sur le trésor franc, et est entré par hasard dans l’Histoire. Mais, quelle a été sa vie, comment sait-on son nom, et surtout, quelle a été sa réaction au moment de la découverte ?

Qui est Adrien Quinquin ?

Cette question, simple en soi, est ardue à répondre, vu que l’époque n’est guère propice aux archives, et la région de Tournai était à cette époque une localité des Pays-Bas espagnols, et donc, non encore soumis à l’ordonnance de Villers-Coterêts de François Ier qui a institué, un siècle plus tôt, l’obligation de tenir des registres de population pour chaque paroisse du royaume de France, en français, et non en Latin.

Cependant, de nombreuses sources font état de sa situation.

Dans le La religion des Gaulois, tirée des plus pures sources de l’antiquité, volume 2, du Bénédictin Jacques Martin, écrit en 1701, soit 50 ans après la découverte de la tombe, l’auteur mentionne : « Le Curé de S. Brice de la Ville de Tournai ayant fait creuser proche du Cimetiere de la Paroisse, à la hauteur de quelque sept pieds ou un peu plus, quand on fut venu jusqu’à la pierre vive, un nommé Adrien Quinquin, Tailleur de pierre, trouva d’abord une boucle d’argent et un moment après un bourse ronde de cuir ou de peau pourrie, contenant plus de cent pièces d’or. Cette découverte produisit dans Quinquin un si grande surprise, que tout sourd et muet de naissance qu’il étoit, il ne laissa pas de pousser de cris confus, qui fire accourir bien du monde. » (P 337)  (Consultable directement ici) D’autres sources anciennes reprennent la même information, (ici et ), et une plus récente n’en fait pas mieux (là encore)

Ce que l’on sait de ce sourd-muet, c’est qu’il est considéré comme sourd-muet de naissance, ce qui est un élément d’importance, puisque cela à un grand impact sur son éducation. En effet, être sourd de naissance, ou être devenu sourd sur le tard entraîne une situation différente. Dans son cas, on voit bien qu’il est arrivé à une situation relativement intéressante : ouvrier tailleur de pierre. D’autres sources disent qu’il est terrassier… Dans le cas de l’ouvrage de Jacques Martin, il est précisé « tailleur de pierre ».

Cette précision est intéressante, d’autant plus que l’on l’a chargé de creuser des fondations d’une hospice. Cette confiance envers d’un sourd-muet contredit une légende sans cesse reprise depuis le XIXe siècle qui dit que les sourds-muets sont des malheureux rejetés par la sociétés, et dissimulés au fond des couvents. Or, le métier d’Adrien Quinquin est à plus d’un titre intéressant. En effet, à cette époque, il fallait faire un long apprentissage pour exercer cette profession. Le fait qu’il soit considéré comme tailleur de pierre, et non simple ouvrier, montre la reconnaissance de ce sourd-muet de la part de la corporation des tailleurs de pierre, et par conséquent, le fait que son maître tailleur de pierre l’ait engagé est une autre indication de sa possible compétence.

Est-ce que l’on l’ait engagé par charité ? Si l’on regarde l’exemple de Pierre Desloges, un siècle plus tard, on peut dire que non, puisque Desloges, de son côté est relieur, et il a déclaré dans sa lettre publiée dans Le Mercure de France, du 18 décembre 1779 : « venu à Paris à vingt et un ans, mis en apprentissage contre l’avis de mes parents qui me jugeaient incapable de rien apprendre; obligé de chercher de l’ouvrage pour subsister; sans appui, sans protection, sans ressource, réduit deux fois à l’hôpital faute d’ouvrage.. »

Par conséquent, à cette époque, les sourds-muets ne vivent pas nécessairement de la charité, mais sont obligés de travailler pour pouvoir vivre. Et donc, dans le cas d’Adrien Quinquin, le fait qu’il ait le titre de tailleur de pierre permet d’envisager qu’il puisse être officiellement ouvrier tailleur de pierre sous les ordres d’un maitre. Il se peut que dans les registres de l’église de Saint-Brice qui avait financé la construction de l’hospice, on trouve la mention du maître de construction, chargé de démolir et de construire l’hospice.

Où est ce que ce sourd-muet ait résidé ? Si l’on considère qu’il fasse partie de la corporation des tailleurs de pierre, il se peut qu’il ait résidé sur la paroisse de Saint-Piat, sur la rue actuelle du Quai Taille-Pierre. (Informations complémentaires ici) D’autre part, si l’on poursuit cette réflexion. Le fait d’être mis en apprentissage exige une signature d’un contrat où les deux parties (le maître et l’apprenti) s’engage à respecter leurs obligations respectives. Cela peut montrer que l’on s’est soucié, durant la jeunesse d’Adrien Quinquin, de son avenir et que l’on lui a permis d’avoir un métier. Il se peut également qu’il soit issu d’une famille de tailleurs de pierre, ce qui n’est pas rare à cette époque. (Comme Claude-André Deseine, sculpteur sourd de la fin du XVIIIe siècle, qui est issu d’une famille d’artistes et de sculpteurs).

5380470-8028114

Bannière de la corporation des maçons et des tailleurs de pierre
(Source : http://www.lesamisdetournai.be)

 

Conclusion

A travers cette analyse se met en relief les conditions de vie des sourds à cette époque, dans les grandes villes d’Europe du nord et de l’ouest. Son cas, et celui de Pierre Desloges, illustrent la nécessité de la part des sourds, de se débrouiller pour pouvoir vivre, mais, qui peuvent également compter sur des relations pour avoir une situation meilleure.

Mais, la réflexion ne peut aller plus loin sans trouver des documents attestant clairement le placement des sourds-muets en apprentissage. Par conséquent, il est plus que nécessaire de retrouver la trace, dans les archives de telles mentions, et donc de conduire à leurs analyses pour comprendre justement la place qui est accordée à ces sourds dans la société. Cette analyse apporte une nouvelle lumière sur le regard de la société envers ces sourds, et donc, de comprendre l’évolution au cours des siècles de ce regard.

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le discours militant sourd, en 1912

Après des semaines de silence, en voici le dernier billet « pré-été ». Il s’agit d’une analyse de texte, un texte assez fort et percutant dans son contenu, et si contemporain que l’on retrouve la plupart des arguments employés par les mouvements sourds en faveur des langues des signes et de l’éducation bilingue. Ce texte provient d’un rapport de travaux du Deuxième congrès national pour l’amélioration du sort des Sourds-Muets, organisé à Roubaix les 13-14-15 aoüt 1911. Ce congrès se concentre sur la question de l’éducation des enfants sourds, à une époque où l’éducation orale ne souffrait d’aucune contradiction, et semblait être indiscutable.

Ainsi, en ce jour où un groupe de sourds fait une marche depuis Paris, jusqu’à Milan où ils arriveront le 28 juin 2013, la principale revendication de cette marche est une reconnaissance des torts en ce qui concerne l’éducation des enfants sourds, où justement, un congrès organisé dans la ville italienne, en septembre 1880, préconisait fortement l’usage d’une méthode orale dans l’éducation des enfants sourds, et dont l’adoption de cette méthode entraîne de facto le bannissement de la langue des signes. Les revendications de la marche sourde sont consultables ici, mais, en tant qu’historien en premier lieu, ce qui est fascinant, c’est que le texte de Dusuzeau répond en écho aux revendications actuelles.

En voici le texte complet, la mise en page est personnelle pour illustrer les principales idées :

Ernest DUSUZEAU

Ernest Dusuzeau dans les années 1880

 

Rapport sur « la Méthode Orale et la Méthode des signes» (pp 66-69 du compte-rendu des travaux.)

Je maintiens mon opinion sur ces deux méthodes, et je ne ferai que répéter ce que j’ai dit au Congrès de 1896 à Genève et de 1889 et de 1900 à Paris.  Je ne ferai aucune objection à la méthode orale, je reconnais qu’elle peut rendre de grands services et j’approuve ceux qui cherchent sans cesse les moyens de la perfectionner. Mais pour le développement de l’intelligence du sourd-muet, cette méthode ne suffira jamais. Il lui faut un auxiliaire : la mimique.

Les partisans de la méthode orale sont eux-mêmes forcés d’avoir recours aux signes. Allez dans les écoles où elle est employée, vous verrez que le language mimique existe toujours. Cela n’a rien d’étonnant. 

Le maître, pour apprendre à l’enfant sourd-muet à prononcer une lettre, est toujours obligé d’employer un ou plusieurs signes pour lui expliquer la façon de prononcer cette lettre. Et il n’y parviendrait jamais en restant les bras derrière le dos. Plus tard, comment lui expliquer les nuances si nombreuses de la langue de son pays, tells que celles qui existent entre les verbres vouloir, désirer, souhaiter, etc… ?

Comment lui expliquer les idées abstraites ? Comment lui expliquer Dieu et son existence ? Comment lui expliquer les mathématiques, la physique, la chimie…

Messieurs les partisans de la méthode orale, vous n’hésiterez pas à avouer que vous ne pourrez jamais arriver à rien sans le concours de la méthode mimique.

J’estime que la parole pour le sourd-muet est un luxe, un supplément d’instruction qui facilite ses rapports journaliers avec l’extérieur. Quant au point de vue purement utilitaire, au point de vue de son instruction personnelle et morale, elle n’est en aucune façon d’une utilité immédiate. Il faut, pour l’éducation du sourd-muet, se mettre d’abord à sa portée en s’efforçant soi-même d’employer ses moyens naturels, et ce n’est qu’après lui avoir fait la concession de cet effort pour développer son intelligence et ses facultés, qu’on est en droit d’exiger de lui l’étude de la parole universellement répandu que Dieu lui a refusé : «la Parole».

Plaignons les parents !

Dès que leur enfant sourd-muet parvient à prononcer papa! Maman ! Ils deviennent fous de joie, pleurent de joie et courent crier dans la rue : «Mon enfant parle ! Mon dieu !»

Cruelle déception !

Plus tard, ils s’apercevront que non seulement leur enfant n’est pas suffisamment instruit, mais encore, qu’il est incapable de converser avec tout le monde, que sa voix devient étrange, rauque, criarde et difficile à comprendre.

Je demande donc avec instance, et j’emploierai toute mon énergie, toute l’expérience que j’ai acquise depuis longtemps, à réclamer les bienfaits de la méthode mixte pour l’enseignement des sourds-muets.

Outre que c’est déjà presque un crime de priver l’enfant sourd-muet de sa langue maternelle : ses signes, c’en est un encore de laisser dormir sa belle intelligence qu’il faut, au contraire, développer de bonne heure ! J’insiste sur ce fait, car l’avenir de l’enfant y est attaché, et vouloir concentrer toute l’attention du sourd-muet sur la parole, c’est la détourner du but qu’on doit atteindre.

De nombreux exemples pourraient être cité, à l’appui de ce que je dis. J’en choisirai quelques-uns seulement. 

Un jour, on me présente un enfant sourd-muet âgé de 14 ans, ne connaissant ni l’alphabet manuel ni les signes. Elevé par la méthode orale, il parle très bien et converse facilement avec son père et sa mère. Je prends mon crayon et lui pose cette question : «As-tu des frères et des soeurs ?»

Il ne peut me répondre et prie son père de l’aider. Son père lui explique verbalement ma question, mais il continue à ne pas répondre. Le père s’efforce de lui faire comprendre qu’il a une soeur âgée de 16 ans.  Enfin le jeune sourd-muet me répond par écrit : «Tu deux soeurs.»

Messieurs, n’est-ce pas triste ? La parole lui avait été donnée, c’est vrai mais elle avait absorbé les efforts du pauvre enfant, et l’intelligence était restée enfermée !

 Je vous demande quels résultats on a obtenus depuis l’établissement de la méthode orale pure et la suppression de la méthode mimique. Non, jamais ! Le language mimique ne disparaîtra ! 

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Je vous invite à lire le remarquable ouvrage de feu M. Chambellan, professeur honoraire de l’Institution nationale des sourds-muets de Paris, sur la vulgarisation du langage des signes, vous n’y verrez que des preuves incontestables de l’utilité de ce langage.

Dans certaines écoles, les enfants qui ne peuvent réussir à parler, sont considérés comme des idiots ou demi-idiots. N’est-ce pas une monstruosité, une injustice criante, contre laquelle nous devrions protester de toutes nos forces ? 

Joachim Ligot était considéré, dès son entrée à l’Institution des sourds-muets de Paris, comme un enfant idiot, parce qu’il ne pouvait pas suivre les cours avec ses camarades. Deux ans après, on décida de le renvoyer dans sa famille. Mais M. Ferdinand Berthier, l’un des plus illustres professeurs sourds-muets, insista auprès du Directeur pour que cet enfant fût confié à ses soins pendant une année encore. Après de longs et pénibles efforts qui lui valurent les les plus grands éloges, M. Berthier parvint à jeter la lumière dans le cerveau du jeune Ligot qui devint plus tard l’un des meilleurs écrivains. Comment M. Berthier est-il arrivé à un si brillant succès ?… En employant le langage mimique. 

En 1889, mon père a assisté à une réunion à laquelle l’avait convoqué M. D., notaire à Compiègne, pour servir d’interprète à une famille de sourds-muets. Il s’agissait d’un partage de bien après la mort du père; mais, comme la mère ne pouvait se faire comprendre de ses trois enfants sourds-muets, qui, cependant, avaient été élevés par la méthode orale, le notaire qui devait s’assurer que les termes de l’acte de donation étaient parfaitement compris a prié mon père de leur en faire l’explication. Mon père s’est servi du langage des signes. Sa tâche a été facile, car les enfants sourds-muets ayant parfaitement compris, l’affaire s’est promptement terminée.

Donc, je ne saurais assez le répéter : la méthode orale et la méthode mimique combinées sont nécessaires, indispensables.  Elles feront des sourds-muets des hommes instruits, capables de tenir une place honorable dans le monde, et qui, souvent même, deviendront des natures d’élite. En effet, moins exposés que les parlants aux distractions extérieures, ils se donnent en général plus sérieusement à leurs travaux et à leurs études. 

 Je m’adresse donc à tous les hommes de coeurs, et je demande à ceux qui, dans un but louable, ont voulu adopter la méthode orale pure, de reconnaître, en leur âme et conscience, qu’ils n’ont pas obtenu les résultats qu’ils espéraient. Je les prie aujourd’hui de s’unir à nous pour assurer le bonheur et le bien-être de ceux qui travaillent avec tant de courage et d’énergie à se créer leur place en ce monde.»

Ce texte, pour un non-initié aux tensions qui parcourent la question de l’éducation des enfants sourds, peut paraître obscur, mais Dusuzeau insiste sur un fait : éducation intellectuelle de l’enfant sourd.  Il l’a insisté en précisant de ce qui compte dans la vie, c’est le savoir, pas le fait de savoir ou de pouvoir parler. Il a cité l’exemple d’un enfant sourd incapable de répondre à une question simple.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

D’autre part, il a cité l’ouvrage de Victor-Gomer Chambellan, Quelques morts sur la vulgarisation du langage des signes, consultable sur Gallica (avec De l’importance du langage mimique dans l’éducation de…) Or, une précision est nécessaire. Dusuzeau a eu Chambellan comme professeur, et est devenu son collègue après qu’il ait terminé sa dernière année d’étude. Et d’autre part, il a également obtenu le baccalauréat de mathématiques, unique fait historique en France, à une époque où les études supérieures étaient inaccessibles, et encore plus aux sourds. Le succès des études de Dusuzeau s’explique par le soutien fort de son père, universitaire dans les études mathématiques, à Compiègne, et qui a appris la langue des signes pour aider son fils. Ce soutien paternel a compté au point qu’il ait cité son père dans le texte.

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Ensuite, il cite également le cas de Joachim Ligot, cas étudié par Yves Delaporte dans son Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier, édité par le CLSFB (en vente ici). Ligot s’est révélé, effectivement, l’une des plus fines plumes sourdes des années 1870-1880, avant qu’il soit occulté par les écrits d’Henri Gaillard. Or, aucune étude détaillée des écrits de Ligot n’existe à ce jours, ni aucun d’autres auteurs sourds.

Enfin, la conclusion de l’auteur est intéressante. Il demande à ceux qui ont adopté et appliqué la méthode orale pure d’admettre leur erreur, et donc d’ouvrir la porte à la langue des signes. Cette demande, on la retrouve dans les revendications de l’OSS 2007 (Dont voici le site) ! On voit ainsi une constance dans les revendications des militants sourds : faire reconnaître l’erreur du choix du congrès de Milan de bannir la langue des signes. Il y a également un second point, remarqué par Dusuzeau : considérer comme incapables ceux qui n’ont pu parler. Ce point qui horrifie l’ancien professeur est également noté par les militants sourds, souvent victimes de telles considérations.

Par conséquent, il est intéressant de voir cette constance de revendications et de combat à un siècle de distance. Et donc apporte la nécessité d’étudier plus en profondeur les textes des auteurs sourds, sur leurs revendications, et donc, de comprendre la perception des sourds sur la société française, ce dont le format de ce billet ne permet d’entrevoir… On voit donc l’ampleur du travail à effectuer dans l’étude de l’histoire des sourds !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Designer les « Sourds », les évolutions de l’Histoire…

Dans la recherche historique sur la Surdité, il y a eu de nombreuses évolutions dans l’utilisation pour désigner, en français, ce groupe de personnes. Il est intéressant de faire remarquer que depuis quasiment deux siècle, les Sourds se désignent par ce signe :

"Sourd-Muet"

 

Ce signe, « Sourd-Muet« , désigne en premier l’oreille puis la bouche. Ce dessin date des années 1850, et est issu d’un dictionnaire fait par un enseignant sourd, et poète, Pierre Pélissier, dont les oeuvres sont accessible sur Gallica,  ici  et ses poèmes, consultables dans Google Books,  .

Bref, cet auteur, dont on en découvrira plus tard le parcours, a utilisé un signe qui n’a guère évolué jusqu’à nos jours.

Mais, qu’en est-il en français ? Eh bien, accrochez-vous !

Les évolutions depuis le XVIIIe siècle

Ainsi, pour désigner les Sourds, il y a eu de nombreuses évolutions qui reflètent le regard de la société sur ce groupe de personnes. Par conséquent jusqu’aux années 1920, on utilise invariablement « sourd-muet« , alors que les Sourds, eux, utilisent surtout « Sourds-Muets » avec les majuscules pour ainsi se différencier de ceux qui sont devenus sourds sur le tard.

Néanmoins, vers les années 1890 apparait un nouveau terme : « sourd-parlant » afin de différencier du « Sourd-Muet » qui n’a jamais eu une éducation purement orale, imposée dès 1881, dans la suite du Congrès de Milan, en 1880, qui préconise, après débats, l’utilisation d’une méthode d’éducation orale extrême : la Méthode Orale pure (qui impose une éducation orale, les deux premières années, sans support visuel, et encore moins écrit, ni dessins non plus).

Ainsi, avec l’apparition d’un nouveau groupe de personnes éduquées oralement, la naissance du terme « sourd-parlant » marque une nouvelle évolution qui sera également brève, puisque c’est à partir des années 1920, 40 années après le congrès de Milan, qu’un nouveau terme apparaît : « sourd », plus souvent sans majuscule.

Ce terme désigne invariablement le sourd qui peut parler ou celui qui ne le peut pas. La disparition du terme « sourd-muet », plus particulièrement dans les écrits de ce petit monde, car il faut le rappeler, actuellement encore, les journalistes écrivent « sourd-muet » ce qui a le don de faire énerver ceux qui veulent uniquement « sourd », les sourds eux-mêmes.

Or, la guerre de 1914-1918 a apporté un nouveau terme : « Les sourds de guerre » pour désigner ceux qui sont devenus sourds par la suite de bombardements. Il a été très utilisé jusqu’aux années 1950.

L’influence de la médicalisation des moeurs

Par la suite, avec les progrès de la médecine et de l’ORL, la médicalisation de l’éducation des enfants sourds entraîne l’apparition d’un nouveau terme : « malentendant« , ce qui signifie « celui qui entend mal ».

Or, ce mot est souvent source de confusions et d’incompréhensions, car il est loin de réfléter ce qui existe réellement dans le monde sourd. La naissance de ce mot marque en fait l’apparition d’une nouvelle technologie : les appareils auditifs, et d’un nouvel courant de pensée : celui du politiquement correct, où utiliser le mot « sourd » peut faire choquer. C’est pourquoi, actuellement, de plus en plus d’administrations utilisent plutôt le terme « malentendant » afin de choquer le moins possible.

Il existe également d’autres avatars sémantiques comme « Déficient auditif« , « handicapé auditif« , et le pire : « porteur de l’handicap auditif« .

Ces évolutions sont les marqueurs des changements de pensée de la Société vis-à-vis des sourds. Et donc, là, la petite communauté sourde réagit en utilisant le vieux terme « sourd » et en ajoutant le majuscule « S » : Sourd, comme pour désigner une différence qui fait sa fierté.

De là, on voit une opposition de pensées entre le regard sur la déficience, et le regard sur la différence. Mais, ceci fera l’objet d’un autre billet !

Conclusion

Alors, en cette année de 2013, quel terme adopter ? Comment dire sans énerver l’en-face ? Si vous vous adressez à un Sourd (membre d’une communauté), il vaut mieux utiliser le terme Sourd, néanmoins, si vous vous adressez à un devenu sourd, le plus sûr est d’utiliser malentendant, et surtout, lui demander si le terme lui convient. En tout cas, sourd-muet ne semble pas être apprécié par tous, sauf des journalistes qui ne sont justement pas au fait des complexes évolutions culturelles de la petite communauté sourde.

Votre serviteur sourd-muet !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’inconnue du Congrès de Paris de 1889

Dans mes recherches, je suis souvent amené à consulter des photographies jaunies, à tenter d’identifier les personnes qui y sont présentes, car les photos sont un complément précieux des textes. Ils peuvent attester de la présence de tel ou tel personnage historique, et en même temps, de voir qui sont à côté de lui, car cela laisse supposer des liens d’amitié, de proximité. On peut également voir si des adversaires sont côte-à-côte ou aux deux bouts de la photo ce qui montrerait le degré de l’adversité.

Le Congrès de Paris, en 1889.

Mais, il y  a également ceux qui ne sont pas identifiables, et qui ne le seront sans doute jamais, à moins que la descendance en dispose de quelques photographies, et me contacte ce qui serait un miracle !

Ainsi, de ces nombreux inconnus dans les photographies, il y en a une qui m’a particulièrement frappé par son intensité et sa jeunesse. C’est une photographie tirée d’un photo de groupe du premier Congrès de Sourds-Muets organisé à Paris en 1889 par l’Association Amicale des Sourds-Muets. Cette photographie, après enquête, a été faite sur les marches du château de Versailles, en juillet 1889.

Congrès de Paris en 1889.
(Source : Archives Université Gallaudet) 

 

 

Le lieu de la photographie en 1889
(Merci Google pour la vue de haut !)

Ce congrès a été organisé dans l’objectif de discuter des effets du fameux congrès de Milan, auquel j’évoquerai que brièvement. A Milan en 1880 a été organisé un congrès d’enseignants, de directeurs d’écoles et de personnalités que l’on qualifierait plus de hauts fonctionnaires qui sont en charge de l’éducation de sourds-muets. Ainsi, le congrès de Milan a fortement préconisé l’abolition de la langue des signes dans l’éducation des enfants sourds. Les effets de cette abolition sont encore mesurables de nos jours avec une situation éducative que l’on qualifierait de désastreuse, mais dont je ne vais pas détailler ici. Or, ce désastre a été rapidement remarqué dans les années 1880, plus particulièrement de la part des anciens professeurs sourds renvoyés par le fait de leur surdité et non de leur compétence pédagogique.

Ainsi, le congrès de Paris a été organisé par d’anciens enseignants : Victor-Gomer Chambellan, Ernest Dusuzeau, Joseph Théobald (l’un des trois sourds présent au congrès de Milan), Claudius Forestier (l’un des trois sourds de Milan) et Benjamin Dubois qui a la particularité d’enseigner la parole tout en étant sourd (il n’a jamais préconisé l’abolition de la langue des signes). Ces professeurs étaient des personnalités de premier plan des années 1870-1890 après la disparition de Ferdinand Berthier (auquel on ne présente plus).

Ce congrès international s’inquiète des conséquences de Milan, et de l’avenir des différentes communauté sourdes. Le texte des débats existe dans de nombreuses bibliothèques comme celui de l’INJS ou de la Bibliothèque Nationale de France, mais, aucune en version numérisée. Le congrès conclut, je résume, par une demande formelle de la restauration de la langue des signes au sein des écoles de sourds-muets. Ceci est le premier congrès qui sera suivi d’autres.

Or, qu’en est-il de l’inconnue dont j’ai évoqué ?

L’inconnue

L’inconnue du congrès de Paris de 1889. 

Voici la personne en question qui se trouve à la droite de la photo de groupe du congrès. De nombreuses questions fusent quant à sa présence. Tout d’abord, est-elle sourde ou entendante ? Difficile de déterminer.

Tout d’abord, dans la liste des participants au congrès, il existe un grand nombre de femmes. La plupart sont françaises, et quelques belges et autrichiennes. Mais, seulement trois sont des mademoiselles ce qui correspond, à l’heure actuelle des connaissances, à la jeune fille de la photographie : les françaises Marie et Félicie Hennequin, et l’autrichienne Emma Warak.

Ainsi, déterminer laquelle est celle de la photographie est très difficile. Tout d’abord, l’autrichienne reste inconnue. Néanmoins les filles Hennequin, plus particulièrement Félicie, ont une destinée très liée avec la communauté sourde de France.

Félicie et Marie ont pour père Gustave Hennequin, sculpteur reconnu avec de nombreuses oeuvres disséminées partout en France et à Paris. On peut en voir deux de ses créations dans le Quartier Latin : la façade de l’Institut Océanographique, et un monument sur la place Paul Painlevé, en face du « Vieux Campeur ». Hennequin a été l’un des premiers sculpteurs sourds à participer au Salon des artistes qui réunit les meilleurs des artistes mondiaux tels que Rodin, Manet, Monet etc…

C’est également l’un des personnalités de premier plan de la communauté sourde française.

Or, Félicie Hennequin épousera quelques années après cette photo Emile Mercier qui est aussi présent à ce congrès, dont le père  a été le fondateur des Champagnes Mercier. Ainsi, Félicie, fille et épouse de sourd, va avoir un rôle important au sein de la communauté sourde de Reims.

Gardons à l’esprit que la probabilité que cette jeune fille soit sourde est plus que réduite. Ceci pour  deux raisons : les enfants sourds issus de parents sourds sont très minoritaires. Ensuite, la plupart des parents entendants, sur les conseils des éducateurs des écoles de sourds-muets, essaient de garder à l’écart leurs enfants des contacts avec les aînés sourds, de peur que la langue des signes leur contamine, et donc, fasse gâcher l’apprentissage de la parole.

Ainsi, les femmes mariées présentes à ce congrès sont presque toutes sourdes, ayant suivi leurs époux. Pourquoi toutes sourdes ? Car le mariage entre sourds est souvent la règle, et le mariage entre sourds et entendants plutôt l’exception. Mais, le « presque » indique la présence de quelques entendantes mariées, surtout une : « Mme Vve Braquehais » de la liste des participants.

Il s’agit de l’épouse de Bruno Braquehais, le fameux photographe sourd durant la Commune. Elle est une entendante, certes, mais fille de sourd, et donc faisant partie de la communauté sourde depuis sa naissance, son père, Gouin, a été l’un des fondateurs de l’ancêtre de L’Association Amicale des Sourds-Muets, La Société Universelle des Sourds-Muets, et l’un des premiers photographes…

Conclusion

A partir d’une simple photo d’une inconnue, on peut vite partir dans tous les sens, en émettant de multiples hypothèses et théories. Néanmoins, au final, il n’y a que trois noms possibles, et pour l’instant, impossible de déterminer laquelle des trois jeunes filles. Et il y a encore une grande incertitude. Serait-elle mariée ? Et ainsi, elle ne serait pas l’une des trois demoiselles, mais bien l’une des sourdes mariées ?

Dans ce cas, toute la théorie développée dans ce billet serait mis à bas, et il faudra recommencer… C’est toute l’incertitude de l’identification d’une ancienne photographie dans la recherche historique qui rend intéressant toute la réflexion et le travail.

Il reste encore beaucoup à développer et à travailler à partir de cette simple photo, et c’est tant mieux, à mon grand plaisir !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Un sourd-muet centenaire en 1896, qu’a-t-il vu ?

<p>Le sourd-muet centenaire en 1896</p>

En recherchant dans les vieux journaux de sourds-muets, comme La Gazette des sourds-muets, l’Abbé de l’Epée etc… Je suis tombé sur un article du Journal des sourds-muets, de février 1896, écrit par Henri Gaillard, alors âgé de 29 ans à cette époque.

Le mieux est de citer l’auteur, pour voir son émotion : « Le samedi 15 février, nous apprenions au Journal que la commune de Deuil fêterait le lendemain dimanche le centenaire d’un sourd-muet. C’était vraiment une occasion rare. Un sourd-muet centenaire, cela ne se rencontre pas souvent. Passe pour les sourds-muets octogénaires. Nous en connaissons beaucoup. Et leur nombre, et en plus, ce sourd-muet de cent ans, existant là-bas, aux environs de Paris, suffit, assez à démontrer le mal fondé des écrits de certains médecins affirmant que la surdi-mutité ne permet pas de vivre longtemps ».

Bref, cet extrait, outre une pique contre les préjugés sur la longueviété des sourds-muets, montre la fierté de l’auteur de rencontrer un centenaire sourd-muet. Ainsi, il est allé sur place, avec René Hirsch le rencontrer. Et là, la partie de la rencontre est émouvante au possible. En voici l’extrait : « … en gestes clairs et lents de pantomime, je lui explique qui je suis, lui montre un exemplaire du journal, lui fait savoir que son portrait y sera, que tous les sourds-muets le verront et  battront les mains pour lui; je le félicite d’être si robuste et si âgé. Il prononce quelques mots. Sa nièce le kes traduit. C’est mon âge qu’il veut savoir. J’écris le chiffre 29 et il sourit avec un regard encourageant. Vraiment, sous son masque, glabe et gras, contourné de rides rares et terreux, au petit nez fin, légèrement aquilin, sa figure étincelle d’intelligence avec ses petits yeux perçants et fouilleurs comme des vrilles. On voit qu’il sut vivre, parce qu’il sut comprendre, grâce au sens de devination que Dieu a mis en tout sourd-muet intelligent. Peut-être qu’on ne le comprit pas toujours, et cela à cause de son manque d’instruction. Mais s’il avait été mis à l’école, il aurait certainement fait plus qu’il n’avait fait, et il aurait pu me conter ses souvenirs passés. » (pp 71-72)

Puis  » Tout à coup, on va ouvrir la porte, et Hirsch avec l’aisance et la suprême politesse qui le caractérise entre. Il va d’enthousiasme vers Baudoin, lui gesticule de chaleureuses, et très compréhensibles félicitations. Cette fois, Baudoin est devenu complètement joyeux. Ce sont des sourds-muets qui viennent l’honorer. Il en est bien sûr. Il suit notre conversation sans trop comprendre nos signes conventionnels. Mais les allusions fréquentes en pantomime que nous faisons sur lui le ragaillardissent tout-à-fait. Il manifeste sa joie à ses deux aimables nièces. » (p 73)

L’article continue sur la cérémonie, et les remises de fleurs en présence des personnalités locales. Mais, c’est surtout les passages cités qui sont révélateurs. Tout d’abord, l’isolement des sourds-muets de la campagne, souvent seuls, et dont bien peu peuvent converser avec leurs proches. Il est intéressant de voir que le centenaire n’a jamais été à l’école, et pourtant, est en mesure de comprendre les chiffres.

Ce qui est frappant, c’est le plaisir manifesté par Baudoin quand il rencontre un second sourd-muet. Il devrait être très surpris, après un siècle, de rencontrer ses pairs. Qu’a-t-il donc vu en un siècle, de 1796 à 1896 ?

A plus d’un siècle d’écart, en 2012, le fait de voir un centenaire en 1896 est plus que frappant, puisqu’il  a vécu des événements majeurs : le premier Empire, la Restauration, 1848, Napoléon III, la guerre de 1870. Mais, de l’autre côté, le fait qu’il soit isolé fait qu’il est resté à l’écart de ces événements majeurs, comme un fantôme de l’histoire.

Néanmoins, il est également intéressant de penser que Baudoin est l’un de ces sourds-muets qui n’ont jamais été à l’école, comme la très grande majorité d’entre eux, avant 1880. C’est seulement avec le grand développement des écoles de sourds-muets, et surtout le choix d’éduquer en masse, avec une méthode dont l’efficacité a été très critiquée, qui a fait que ceux qui n’ont jamais été éduqués deviennent de plus en plus minoritaires après 1890.

De l’autre côté, il y a également des sourds-muets instruits, et qui se sont rapprochés du centenaire : Claude Richardin et Victor-Gomer Chambellan, morts respectivement en 1900 et vers 1910 à l’âge de 90 ans tous les deux, le premier à Nancy et l’autre à Paris.

Ces nonagénaires ont été des personnages de premier plan à leur époque. Claude Richardin a permis à l’école des sourds-muets de Nancy de pouvoir se développer, son fondateur, Joseph Piroux s’est fortement appuyé sur lui !

Chambellan a été l’un des derniers professeurs sourds-muets avant que la profession ne soit interdite aux sourds, par la réforme éducative de 1880. Or, Chambellan, bien qu’il soit relativement oublié de nos jours, a organisé le Congrès de Paris, en 1889, afin de lancer une réflexion, et donc de faire un bilan de la réforme éducative. Et détail intéressant, son métier de professeur a permis à son fils de pouvoir devenir médecin, alors que lui-même est issu de parents modestes.

Ces deux personnes ont vécu les débuts de l’enseignement utilisant la langue des signes, vingt ans après la mort de l’abbé de l’Epée. Et ils ont également vécu les premiers mouvements, actions, réactions pour la préservation de la langue des signes comme moyen d’instruction. Ils ont également vécu le bannissement de la langue des signes des écoles.

Cette parallèle entre le centenaire isolé dans sa campagne, et les nonagénaires impliqués dans la vie de la communauté permet de faire comprendre, entre ces deux extrêmes, il y a de nombreuses situations variées et contrastées, et ainsi, nous faire montrer qu’il n’y a pas de modèle, ni de standard.

Cette variété de situations, de vies, de vécus incite ainsi à éviter toute généralisation, et donc, de devoir analyser, dans la mesure du possible, les vécus de chacun.

Néanmoins, ces deux extrêmes se retrouvent encore de nos jours. Il en existe des extrêmement isolés, et d’autres qui sont fortement impliqués dans la vie « sourde ». Il y  a cependant une certaine permanence humaine qui est à souligner, et c’est cette permanence qu’il faut essayer de voir, comme les difficultés rencontrés par les sourds au contact des entendants dans la vie, difficultés racontées dans la presse, et qui restent fortement à jour. C’est ce qui incite à faire développer la recherche historique sur les sourds-muets, afin de voir ce qui relie le présent au passé, à travers de ces personnes.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Existe-t-il une communauté sourde ?

Conversation, Transmission ? Source : Gallica.Bnf.fr

Cette question, je me la suis souvent posée, car c’est justement le point central de ma thèse portant sur la communauté sourde de la Belle Epoque.

Médicalement parlant, il n’existe pas de communauté sourde, puisqu’un handicap n’est pas un fait culturel. Or, si l’on lit l’article de Jean-Louis Siran (Lien direct), et des recherches de Yves Delaporte, et même des écrits de Bernard Mottez, on peut douter du critère purement médical. Ainsi, les recherches sociologiques et anthropologiques indiquent l’existence d’une communauté sourde. Or, qu’est-ce qui fait sa spécificité ? Il semble bien que ce n’est pas le fait de ne pas entendre, mais justement d’utiliser une langue totalement spécifique, voire unique.

En effet, la langue des signes, dont il existe des milliers de spécificités locales et nationales, chaque pays a le sien, se repose sur le canal visio-gestuel, et non pas le canal audio-vocal. Ainsi, cette spécificité fait toute la différence, et c’est ce qui constitue  le point central de l’existence d’une communauté. Je ne vais pas détailler sur la question linguistique ou sociologique qui ne sont pas réellement mes domaines de compétence, mais sur le domaine historique. Je vous recommande fortement la lecture de cet article : Andrea Benvenuto « De quoi parlons-nous quand nous parlons de “sourds” ? », Le Télémaque1/2004 (n° 25), p. 73-86. 

Ainsi la principale question est : Depuis quand alors cette communauté existe ?

Pour tout répondre, on ne le sait pas faute de recherches approfondies. Il existe des recherches faites par des bénévoles partout dans le monde entier. Mais, les recherches de niveau universitaire sont très rares et concernent principalement deux questions : l’éducation des sourds-muets, et l’intervention de l’Etat sur la communauté sourde.

Que savons-nous donc sur la communauté dans le passé ? Avant les années 1970, on ne sait quasiment rien. On connaît quelques noms, des actions associatives, des événements fondateurs : la naissance de la Société Centrale des Sourds-Muets en 1836 et le Congrès de Milan en 1880 entre autres… Mais, ce n’est que la partie visible de l’iceberg historique. Car, qu’en est-il de la vie au quotidien ? Des familles ? De la transmission de la langue des signes ? De l’emploi ? Et même des liens entre les personnalités sourdes ? De tout cela, il semble bien qu’il y ait même une jungle amazonienne à défricher !

Or, l’un des plus grands écueils, quand on souhaite faire de l’histoire sociale, ou même l’histoire d’une communauté, c’est de trouver des sources. Le plus simple serait d’aller consulter les archives, de regarder les sources écrites. Mais, la communauté sourde a une particularité que l’on peut dire unique dans les pays occidentaux : une transmission de la mémoire qui n’est pas écrite.

Cette transmission non écrite, basée sur la langue des signes, que l’on peut dire « transmission noétomalalienne » s’est faite au sein des associations, dans des lieux de rencontres réguliers. Or, de nos jours, il semble bien que cette transmission même fonctionne mal, parce qu’il n’y a plus de vraie rencontre entre les jeunes et les ainés. Je ne détaillerai pas les raisons de ce disfonctionnement, mais, pour la recherche historique, cela est très problématique, puisque il y a une perte d’une grande partie de la mémoire de la communauté.

C’est pourquoi, actuellement, il est assez difficile de dire qu’il existe une communauté sourde puisqu’elle se base, entre autres, sur une tradition « noétomalalienne » de la transmission de la mémoire. Et donc, le chercheur, il est nécessaire qu’il sache la langue des signes pour pouvoir aller au devant de ces ainés sourds…

On en revient toujours à la question des sources. Faut-il se contenter des sources écrites, ou alors aller rencontrer les témoins et recueillir leurs histoires vécues, et par conséquent, garder la trace de leurs mémoires ?

Comment accorder la valeur à ces témoignages ?

Je pense qu’il faut leur accorder la même valeur, que l’on a fait avec les sources écrites. Ces témoignages me sont vraiment précieux puisqu’ils relèvent des détails, et surtout, du vécu, du « sel de la vie » que l’on a du mal à trouver dans l’écrit…

Ainsi, la spécificité de la « transmission noétomalalienne » devrait être prise en compte par ceux qui souhaitent étudier cette communauté, afin de s’approcher le plus possible de la réalité, et donc, de regarder l’Iceberg dans son ensemble, et non seulement la partie visible… Ce qui est loin d’être aisé !

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

De l’utilité de la recherche historique sur la communauté sourde

Pourquoi faire des recherches historiques sur les sourds ?

C’est la question dont se posent les moins avertis. En effet, pourquoi étudier les sourds ? Il ne devrait pas y avoir de gros changements, et on le sait tous, c’est l’abbé de l’Epée qui a inventé le langage des signes, et c’est tout.

C’est souvent la réaction la plus répandue. Et, c’est une simplification, voire une totale méconnaissance de l’histoire des sourds. En effet, la réalité est loin d’être entièrement comprise, et, il y a énormément de travail, en particulier dans l’histoire sociale pour comprendre ce qui a conduit à l’existence de la communauté sourde actuelle.

« Une communauté sourde, qu’est-ce que c’est cela ? » diraient certains. Et oui, il existe bel et bien une communauté sourde, non dans le sens médical, mais dans le sens culturel. De même, il existe une « culture sourde », un « patrimoine sourde », une « langue sourde », et même une « identité sourde ».

Ces associations de mots, troublantes à première vue, sont régulièrement utilisées au sein de la communauté sourde même. Et, il est intéressant de comprendre qu’elle se définit par rapport à la société française qu’elle nomme « la société entendante ». Cette catégorisation établie sur la base de l’audition se retrouve dans tous les pays du monde, et on pourrait penser que c’est ainsi depuis des siècles.

Qu’est-ce que donc une culture sourde ? C’est contradictoire qu’un handicap soit associé à une culture. Or, essayons de voir au delà des critères purement médicaux.

Une culture sourde

D’après les médecins, être sourd, c’est de ne pas pouvoir entendre, de ne pas avoir l’audition fonctionnelle. De nouveaux mots se sont forgés dans les années 1950-1970 : malentendant, déficient auditif, handicapé auditif. Ces nouveaux mots semblent marquer un phénomène nouveau qui n’existerait pas avant les Trente Glorieuses, la médicalisation de la surdité où les médecins ont de plus en plus d’influence sur le traitement de la surdité, avec l’arrivée d’une nouvelle technologie, l’implant cochléaire, conçue dans les années 1950-1960 justement.

Mais, cette médicalisation masque en fait une réalité dérangeante pour les non-avertis. Il existe une culture chez les sourds, centrée autour, non de l’absence d’audition, mais de la langue des signes.

C’est ce qui est intéressant. On voit que les sourds ont une culture, non sur l’audition, mais sur une langue basée sur le canal visio-gestuel. Or, cette langue qu’Henri Gaillard, un des éminents auteurs sourds nommerait « Noétomalalien », trouverait son origine des siècles avant l’abbé de l’Epée, et donc aurait une histoire aussi ancienne que celui du français !

Mais, ces imprécisions n’indiquent pas une absence de structure culturel, mais, justement une absence de recherche scientifique sur cette communauté si originale, en dehors des critères médicaux.

Ainsi, quelle est donc l’histoire de cette culture sourde ? Il est clair que de nombreuses années de recherches seront nécessaires pour comprendre de ce qui caractéristique cette culture par rapport aux autres cultures. Est-ce que c’est une culture territoriale ? Est-ce que c’est une culture éphémère ? Est-ce que c’est une culture de circonstance ?

Tant de questions qui exigent justement une analyse, et surtout, une distance par rapport aux débats sur le lien entre la culture et l’handicap, puisque la notion d’handicap est très récent et ne peut s’appliquer dans les périodes antérieures aux années 1950-1960.

Ainsi, la recherche historique entre en jeu, afin de comprendre quelles sont donc les relations entre les sourds et la société française, en fonction des périodes étudiées. En effet, ces relations semblent être évolutives, passant de la tolérance jusqu’au rejet total. Et donc, de comprendre ce que représente le sourd vis-à-vis des autres : un miroir humain.

Le miroir de l’autre.

Il est clair qu’il est nécessaire de sortir des sentiers battus pour étudier cette communauté. Depuis la trentaine d’années d’études sur les sourds-muets, il existe un très grand nombre de recherches sur les institutions, sur les méthodes éducatives, sur la langue des signes. Or, il n’y a quasiment pas de recherches sur les sourds eux-mêmes.

Cette quasi-absence commence à être comblé par les « Deaf Studies » aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne avec l’Université d’Hambourg. Mais, en France, la plupart des recherches sont le fait des bénévoles, ayant une petite influence au sein de la communauté et dont les travaux ne sont guère connus.

Il faut mentionner le travail important fait par les membres de l’association Etienne de Fay, en particulier Bernard Truffaut. En effet, leur travail se concentre plus sur le dépouillement des archives, et donc sortir de l’ombre des noms comme Henri Gaillard, Ferdinand Berthier, Claudius Forestier et bien d’autres encore. Mais, surtout, cette association a ouvert la voie à d’autres recherches, essentiellement locales.

Mais, il est frappant que la recherche universitaire se concentre plus sur l’Institutionnel, avec des études sur les méthodes éducatives, ou sur l’évolution des écoles de sourds-muets. Or, l’Institutionnel ne doit son existence qu’aux intéressés : les sourds-muets…

De la difficulté des recherches sur les sourds-muets

Les difficultés sont multiples. Tout d’abord, les écrits faits par les sourds-muets sont relativement rares et se concentrent sur un petit nombre de personnes en deux siècles. Et surtout, la culture sourde est une culture essentiellement « orale », c’est-à-dire qu’elle se transmet non pas par écrit, mais par la langue des signes, de génération en génération. Ce mode de transmission ne laisse que peu de traces écrites, et accentue donc encore la difficulté de la recherche historique.

Or, il existe tout un pan de sources qui ne semble n’avoir jamais été étudiés : les témoins. Il est frappant que ces témoins, ayant d’énormes informations, n’ait été sollicités pour les recherches. Et, au fil de mes recherches pour ma thèse, je suis de plus en plus frappé par la précision de ces témoignages qui se sont vus confirmés par les sources « papier ».

Ainsi, il est plus que nécessaire d’avoir recours à ces témoins, d’autant que leur nombre diminue d’année en année, et que la transmission inter-générationnelle est beaucoup moins fonctionnelle de nous jours par la séparation entre générations ( intégration d’enfants sourds en milieu ordinaire, médicalisation etc…). Et demande aux chercheurs une compétence essentielle : une connaissance profonde de la langue des signes. Car, avoir recours aux interprètes en langue des signes ne suffit pas. Les interprètes peuvent avoir des difficultés avec les signes locaux qu’utilisent les sourds âgés…

Ces témoignages sont d’autant plus précieux qu’ils se font par la langue des signes. Or ces personnes âgées gardent des signes anciens, trésors pour les linguistes, et surtout pour l’archéo-linguistique. Ainsi, la recherche historique sur les sourds peut recouvrir un large éventail de champs de recherches, ce qui exige une implication de nombreuses sciences humaines : linguistique, histoire, sociologie, anthropologie, philosophie, etc…

En conclusion, étudier l’histoire de la communauté, c’est aussi étudier les relations de la société française vis-à-vis d’une de ses composantes. Mais, c’est également essayer de comprendre le degré de tolérance par rapport à ceux qui sont vus comme différents, ou au pire étranges.

Je termine ici ce long billet qui n’en est qu’une introduction d’entrée à un vaste monde complexe dont je suis loin d’en avoir vu le bout !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter