Archives de catégorie : Colloques/Séminaires

Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque

Journées d’étude Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?
EHESS – 26 et 27 novembre 2012

Présenté le 27 novembre 2012.

 La recherche en Histoire peut réserver des surprises. De ce que l’on suppose d’une communauté soi-disant isolée, et ayant peu d’attaches avec les hautes sphères de la société, on finit par découvrir des ramifications qui plongent au plus profond de la société française.

Ainsi, contrairement à ce que la tradition disait à propos des sourds qui est en résumé un groupe de personnes isolées, repliés sur eux-mêmes, et surtout dont les grands de la société s’y s’intéressent peu, la découverte des relations entre Paul Deschanel, l’une des personnalités politiques de la IIIe république et d’Henri Gaillard, le sourd littéraire de la Belle Epoque semble briser avec fracas cette croyance en l’isolement sourd, et donc au fait que le sourd soit un fantôme de l’histoire et non un acteur.

L’implication de Paul Deschanel dans la vie associative sourde reste encore à mesurer. Néanmoins, elle semble être grande, bien plus que l’on soupçonne jusqu’à présent. Mais, avant d’aller plus loin, voyons qui est Paul Deschanel ?

Paul Deschanel
(Source : Assemblée Nationale)

L’Homme politique

Président de la République Française en 1920, devançant Clémenceau, il finit par démissionner six mois plus tard, ne supportant pas la pression de la fonction présidentielle. Or, c’est ce que l’on retient le plus de cette personnalité avec l’affaire du train présidentiel où il aurait sauté en marche, dans une crise de panique.

Mais, qui est-il exactement ? Il n’existe pas de biographie complète sur cette personne comme bon nombre de personnalités de la IIIe république. Derrière l’homme politique, il y a également l’homme de lettres, érudit, et surtout fils de républicain exilé en Belgique durant le Second Empire.

Son père, Emile Deschanel, a été exilé lors du coup d’état du 2 décembre 1851, mais revient en France après l’amnistie, en 1859. Paul passa ses études au Lycée Bonaparte (actuellement lycée Condorcet). Littéraire de formation, il prit la voie de la Haute administration française. Il est nommé sous-préfet en 1877, et par la suite commence sa carrière politique en 1885, élu député d’Eure-et-Loir jusqu’à devenir président en 1920.

L’ami d’Henri Gaillard

Henri Gaillard
(Photo de l’auteur)

Membre de la société des Gens de Lettres, Paul Deschanel y aurait rencontré Henri Gaillard qui y est entré en 1889. Or, cette rencontre va donner une relation particulière. En effet, Gaillard, devenu sourd suite à un bombardement en 1871, exerce le métier de correcteur à l’Imprimerie Nationale, tout en étant directeur de la Gazette des Sourds-Muets.

Rien ne destinait à ce que ces deux hommes se rencontrent, le seul dénominateur commun est la Société des Gens de Lettres.

L’influence de Paul Deschanel auprès de la communauté sourde semble avoir été importante, bien que très mal connue, et dont l’ampleur reste encore à mesurer. C’est sur son conseil que les Sociétésde sourds-muets se sont réunies en une Fédération de Sociétés de Sourds-Muets afin de mettre fin à un climat de divisions et de rivalités régnant depuis 1880, plus particulièrement entre l’Association Amicale et la Société Fraternelle des Sourds-Muets.

Ainsi, à travers d’Henri Gaillard, Deschanel a conseillé à Ernest Dusuzeau et Joseph Cochefer, présidents des sociétés respectives, de se réunir en un comité en 1894. Ce comité de sociétés de sourds-muets devient une fédération en 1897 avant de disparaître dans les années 1960.

Or, ce qui est intéressant, c’est que l’influence de Deschanel ne se limite pas à conseiller aux sourds-muets. Il participe également aux banquets, dont l’un, où il reste très peu de traces, organisé près du lac de Saint-Fargeau, dans le 20e arrondissement, où il déclare en ces termes : «Si la parole est parfois l’inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur de grands sentiments et des grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens de l’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la Patrie, le noble tourment de la Justice.» 28 juin 1893.

Cet extrait d’un discours bien plus long non encore trouvé à ce jour est une indication intéressante de l’interpénétration entre la communauté sourde et la société française par le biais de ses éléments les plus instruits.

L’influence

Il a également appuyé la décoration par deux fois Eugène Graff, de la médaille d’officier de l’instruction publique en 1910, et de la médaille d’or de première classe de l’assistance publique en 1920 ! Ainsi, quarante ans après le banquet de Saint-Fargeau, organisé par Graff lui-même, Deschanel, deux ans avant sa mort, a d’ailleurs demandé la médaille pour le «Sourd du Foyer» ce qui montre une incroyable longévité de relations. D’ailleurs, Deschanel est également membre d’honneur du Foyer des Sourds-Muets de Paris qui reçoit de surcroit une subvention de la part de la présidence de la République !

Le cas de Paul Deschanel semble ne pas être unique, ni même exceptionnel. Il est d’autant plus frappant de constater que de nombreuses personnalités ont apporté leur concours dans le combat pour l’égalité sociale des sourds comme Francisque Sarcey, fameux auteur et critique de théâtre qui a rencontré Gaillard au Moulin Rouge où ce dernier faisait une représentation de sourds-muets mimes dans les années 1890.

Ces deux exemples parmi d’autres indique une chose : que la communauté sourde, plus particulièrement au cours du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, aient des relations aussi importantes dans les hautes sphères de la société française montre un intérêt supplémentaire dans la recherche historique sur les sourds qui peuvent avoir des ramifications surprenantes dans l’histoire dite «générale».

Jules Imbert
(Photo de l’auteur, archives INJS)

On peut également citer l’exemple d’Henri Giraud, chevalier de la Légion d’Honneur et directeur des travaux de Paris, qui est fils et petit-fils de sourds. Son grand-père n’est autre que Jules Imbert, rival de Ferdinand Berthier et l’un des fondateurs de la Société Centrale d’Assistance des Sourds- Muets.

Conclusion : l’intérêt de l’histoire des sourds

On arrive, à la lumière des exemples cités, à la question de l’intérêt de la recherche historique sur les sourds, et par conséquent de ce qu’elle peut apporter à la recherche historique générale. Tout d’abord, il ne faut pas s’attendre à une révolution qui bouleverserait toute la recherche. Mais, cette nouvelle voie de recherches ouvre tout un champ d’archives inexplorés et surtout négligés depuis un siècle. Ces archives consacrés aux sourds, vus comme un domaine médical ou de l’handicap, peuvent apporter des éclairages sur l’histoire générale, ou sur la compréhension du parcours des personnalités. Ils peuvent également permettre de comprendre la place de la personne sourde au sein de la société française, des actions que peuvent entreprendre les sourds pour trouver leur place, et de l’accueil qui leur est accordé.

L’exemple de Deschanel montre que la recherche historique est loin d’être achevé, même sur les plus éminentes personnalités politiques. La recherche sur les sourds peuvent ouvrir des voies de traverse surprenantes vers d’autres champs de recherche et par conséquent compléter l’Histoire.

Ainsi, en conclusion, la recherche historique des sourds n’est pas seulement une recherche sur un handicap, encore moins sur les méthodes éducatives, mais également sur des aspects qui peuvent sembler ponctuels : les relations entre les sourds et les entendants qui représentent un domaine de recherche quasiment pas exploré, et qui nous informent sur la mentalité de la société d’alors, en dehors du milieu des «spécialistes de l’éducation» des sourds.

D’autre part, les recherches généalogiques des personnalités sourdes conduisent à des personnalités de premier rang de la société française, et il s’est avéré, comme dans le cas d’Henri Giraud, que la communauté sourde a eu un impact important dans leurs vies.

Il est donc intéressant de prendre en compte les recherches historiques sourdes et de les considérer comme complémentaires à la recherche historique générale. Cette complémentarité permet de mieux appréhender certains faits, événements, parcours, actions, choix, et donc de comprendre la dimension sociale de la communauté sourde, et non uniquement la dimension médicale de la surdité.

Le dernier mot de la fin : 

René Princeteau

Toulouse-Lautrec serait-il toujours Toulouse-Lautrec sans son mentor Princeteau ?  

Toulouse-Lautrec

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Programme des journées d’étude « Deaf Studies, Deaf History, quelles épistémologies ? »



Journées d’étude

Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

EHESS – 26 et 27 novembre 2012
(rectificatif du 21 novembre 2012) 

 

Deaf Studies et Deaf History constituent des champs de recherche dont la « traduction » est difficile dans l’espace de la recherche française. En effet, la quête de leurs équivalences conceptuelles, épistémologiques ou institutionnelles interroge les pratiques et théories des chercheurs qui s’intéressent aux communautés sourdes et à leur histoire. Bien plus qu’un état des lieux, ces journées d’étude ont pour enjeu la diffusion de ces champs méconnus en France tout en ouvrant d’une manière inédite la discussion autour de leurs bases théoriques. Afin de mesurer leurs apports effectifs et potentiels, les chercheurs seront ainsi réunis afin d’identifier les points de consensus et de divergences, il s’agira donc de discuter et d’expliciter leur appropriation critique. Au delà d’un découpage en apparence «thématique», de quelle manière Deaf Studies et Deaf History ont-elles et peuvent-elles contribuer à construire des épistémologies particulières et pertinentes pour l’analyse des objets, sujets et phénomènes qu’elles isolent ? En apportant une visibilité et un cadre public à des réseaux éparpillés, ces journées d’étude ont pour double objectif de valoriser et faire dialoguer les recherches déjà menées et d’apporter un espace d’échange et de partage inédit aux doctorants.

 

Deaf Studies: émergence, objets, méthodes

Lundi 26 novembre 2012

(Salle Lombard. 96 boulevard Raspail. 75006 Paris)

9h – Accueil – café
9h15 – Ouverture : Pierre SCHMITT, Yann CANTIN et Olivier SCHETTRIT (EHESS)

 

Modération : Didier SEGUILLON (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

9h30 – 10h30 – Pierre SCHMITT (EHESS, LAHIC) – Sciences sociales, sourds et langue des signes. D’un champ d’expérience-s a un champ d’étude ?
10h30 – 11h30 – Diane BEDOIN (Université de Rouen) – Perspectives autour des « multicultural » Deaf Studies.
11h30 – 11h45 – Pause
11h45 – 12h45 – Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8) – Études autour de la culture, la langue et l’histoire de la communauté sourde en France.
12h45 – 14h – Pause déjeuner

 

Modération : Brigitte GARCIA (Université Paris 8)

14h – 15h – Olivier SCHETRIT (EHESS, LAS) – Écrire et éditer : l’International Visual Théâtre et ses éditions autour de la langue des signes française
15h – 16h – Dennis BLITZ (Université d’Hambourg) – Approche pluridisciplinaire des études autour de la Langue des Signes à Hambourg (Allemagne)
16h – 16h15 – Pause
16h15 – 17h15 – Christian CUXAC (Université Paris 8) – Quelles épistémologies pour quelle langue des signes?
17h15 – 18h30 – Pot


Deaf Studies, Deaf History: quelles épistémologies ?

Mardi 27 novembre 2012

(Amphithéâtre F. Furet. 105 boulevard Raspail. 75006 Paris)

Modération : Alexis KARACOSTAS (Hôpital La Salpêtrière)

9h30 – 10h30 – Yann CANTIN (EHESS, CRH) – Les sourds sous l’emprise de l’histoire: Paul Deschanel (1855-1922) et ses relations avec la communauté sourde parisienne à la Belle Époque
10h30 – 11h30 – Florence ENCREVE (Université Paris 8) – Les enjeux de l’écriture de l’histoire des sourds du début du XIXe siècle à nos jours
11h30 – 11h45 – Pause
11h45 – 12h45 – Loreleï BOURCHEIX (Université Lyon 2) – Eléments de réponse sur la condition sourde au Burkina Faso
12h45 – 14h – Pause déjeuner

Modération : Andrea BENVENUTO (MSSH, Université Paris 8)

14h – 15h – Isabelle DAGNEAUX (Université de Louvain) – Surdité et normativité. De la médicalisation de la surdité à la culture sourde
15h – 16h –
 Mathilde VILLECHEVROLLE (Université Paris-Descartes) – Rendre la parole aux médecins. Pour une histoire du discours médical sur la surdité
16h – 16h15 – Pause

Deaf Studies/Deaf History et l’espace académique français

Modération : Pierre SCHMITT et Yann CANTIN (EHESS)

16h15– 18h15 – Table ronde avec la participation des intervenants: Deaf Studies/Deaf History et l’espace académique français.
18h15 – 18h45 – Synthèse de la rencontre

 

Comité d’organisation:
Yann CANTIN, doctorant en histoire, CRH-EHESS
Olivier SCHETRIT, doctorant en anthropologie, LAS-EHESS
Pierre SCHMITT, doctorant en anthropologie, LAHIC-EHESS
Andrea BENVENUTO, Chargée de Mission, MSSH, Université Paris 8


Entrée libre dans la limite des places disponibles (pas d’inscriptions) 

Journées interprétées en LSF/français par SILS-Interprétation.


Informations
:
Pierre Schmitt <schmittpierre@alumni.purdue.edu>
Yann Cantin <yann.cantin@ehess.fr>
Olivier Schetrit <olivierschetrit@free.fr>

Journées organisées avec le soutien de l’École Doctorale de Sciences Sociales (ED 286) et le Programme Handicap et Sciences sociales de l’EHESS, en collaboration avec leséminaire Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Lecture bilingue des lettre de l’abbé de l’Epée, et Table Ronde.

Il y aura une présentation des écrits de l’abbé de l’Epée le 9 novembre 2012 à Versailles, ville de naissance de l’abbé. Ainsi, les lectures seront suivies d’une table ronde avec des spécialistes où ils exposent leurs points de vues.

Il y aura des interprètes.

http://artsign.blogspot.fr/2012/10/lecture-bilingue-des-lettres-de-labbe.html

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Appel à contribution 1ères journées d’étude Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

(Lien vers le fichier PDF)

(Lien Calenda)

Alors que les Disability Studies ont progressivement émergé en tant qu’« études sur le handicap » dans l’espace de la recherche française, Deaf Studies et Deaf History constituent d’autres champs dont la « traduction » semble difficile. En effet, la quête de leurs équivalences conceptuelles, épistémologiques ou institutionnelles interroge les pratiques et théories des chercheurs qui s’intéressent aux communautés sourdes et à leur histoire.

 

Deaf Studies, Deaf History

Les domaines de recherche Deaf Studies et Deaf history ont émergé aux Etats-Unis dans les années 1980 à la suite des mouvements de contestation sourde comme le « Deaf Power », inspiré du « Black Power », ou comme le « Deaf President Now », qui aboutit à la nomination du premier président d’université sourd. Financées par des universités ou des institutions, ces recherches se sont répandues, au fil des colloques, dans d’autres pays, plus particulièrement en Allemagne, à Hambourg et au Royaume-Uni à Bristol.

Les Deaf Studies se consacrent plus particulièrement à la question de la place des sourds, de la langue des signes et de la culture sourde dans les sociétés, mais également à la représentation du sourd. Quant à la Deaf History que l’on peut traduire, avec difficulté, en français par « histoire des Sourds », ou « histoire Sourde », peu d’universités, à part l’université Gallaudet, accueillent ce domaine de recherche plus spécifique. Elle est le plus souvent englobée dans les Deaf Studies et peu d’historiens ou de doctorants travaillent dans ce domaine de recherche. Néanmoins, il semble être en progression depuis une dizaine d’années. Il est d’ailleurs plus répandu dans les milieux associatifs, rendu dynamique par Deaf History International, une association internationale qui, depuis douze ans, organise tous les trois ans un congrès, où des universitaires et des chercheurs bénévoles échangent autour de leurs travaux dans ce domaine.

 

 

L’EHESS et les « études sourdes » 

Bien qu’il soit complexe de situer de telles approches dans le paysage de l’enseignement supérieur en France, l’EHESS représente un lieu unique en ce qui concerne l’établissement et la poursuite d’une réflexion et d’un dialogue autour de ces constructions intellectuelles. Des travaux de Bernard Mottez à l’actuel séminaire « Surdité et langue des signes », animé par Andrea Benvenuto et Alexis Karacostas, du colloque « Les Sourds dans la cité » (novembre 2006) à la journée d’étude « Langue des signes dans la ville, écriture(s) et création » (novembre 2011), les initiatives scientifiques des chercheurs et doctorants de l’école en ont fait, de facto, un « centre de(s) recherches » en ce qui concerne l’étude des langues des signes et de leurs locuteurs. Entre jeunes docteurs et doctorants, les réseaux principalement informels dont l’EHESS est l’hôte représentent une ressource désormais incontournable par l’émulation, l’accumulation et le partage de connaissance qu’ils permettent.

 

Le tricentenaire de l’abbé de l’Épée

Le mois de novembre 2012 sera l’occasion de la célébration du 300e anniversaire de la naissance de Charles-Michel de L’Épée au sein de diverses institutions artistiques et muséographiques. Établissant le principe d’éducabilité des sourds au moyen de la langue des signes en ouvrant l’école de la rue Saint-Jacques, devenue aujourd’hui l’actuel Institut National de Jeunes Sourds, le personnage historique est devenu légende au sein des communautés sourdes du monde entier, tandis que ses initiatives constituent à bien des égards le point de départ de l’historiographie sourde. Il s’agit donc d’un moment propice à l’évaluation des chemins explorés et des pistes ouvertes par les travaux et chercheurs interrogeant les limites des champs des Deaf Studies et Deaf History – en s’y inscrivant ou en s’y confrontant. C’est l’enjeu de ces journées doctorales « Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ? ».

 

Deaf Studies, Deaf History : quelles épistémologies ?

Bien plus qu’un état des lieux, ces journées d’étude ont pour enjeu la diffusion de ces champs méconnus en France tout en ouvrant d’une manière inédite la discussion autour de leurs bases théoriques. Au delà d’un découpage en apparence « thématique », de quelle manière Deaf Studies et Deaf History ont-elles et peuvent-elles contribuer à construire des épistémologies particulières et pertinentes pour l’analyse des objets, sujets et phénomènes qu’elles isolent ? Quelles en seraient l’histoire, les spécificités théoriques et les paradigmes ? Dans quelle mesure les connaissances et savoirs qu’elles construisent diffèrent-ils d’autres approches ? En Angleterre et aux Etats-Unis, Paddy Ladd

, Carol Padden et Tom Humphries

sont reconnus parmi les fondateurs des Deaf Studies tandis que leurs travaux font figure de manifestes, explicitant la création de nouvelles approches. En France, de plus en plus de travaux semblent bel et bien relever implicitement de tels champs. Cependant, la question des épistémologies est rarement soulevée. Alors que Bernard Mottez

ou Yves Delaporte

constituent des pionniers sans successeurs reconnus ou proclamés, les réponses morcelées et les tentatives isolées contribuent à l’incertitude quant aux apports effectifs et potentiels des Deaf Studies. Les intervenants et participants seront donc réunis afin d’expliciter et discuter les positionnements, les approches méthodologiques et les cadres conceptuels qui pourraient permettre d’identifier et de définir « quelles épistémologies » sont à l’œuvre à la fois dans les Deaf Studies et Deaf History telles qu’elles ont pu être développées initialement dans l’espace anglo-saxon, et dans leurs échos et leurs appropriations critiques dans l’espace de la recherche française contemporaine.

 

Public-s

Ces journées d’étude ont donc pour double objectif de valoriser et faire dialoguer les recherches déjà menées d’une part, et d’apporter un espace d’échange et de partage inédit aux doctorants d’autre part. La forme de ces deux journées reflète ce double objectif, encourageant activement une rencontre entre chercheurs confirmés et apprentis, notamment entre les différentes générations de doctorants et docteurs. Le dialogue et la réflexion commune seront privilégiés (tables rondes, ateliers, discussions collectives…).

Enfin, en questionnant la construction d’approches scientifiques autour de l’étude pluridisciplinaire de faisceaux de phénomènes liées à des groupes ou identités déterminés – concrétisées par l’émergence de diplômes, départements et centres de recherche dans le monde anglo-saxon (Women Studies, Chicano Studies, Disabitity Studies…) – plutôt qu’autour de disciplines (histoire, anthropologie linguistique, géographie, sociologie…), ces journées d’étude invoqueront les « miroirs transatlantiques » (L’Homme, n° 187-188) et s’adresseront potentiellement à l’ensemble de la communauté scientifique.

 

Axes

Les communications proposées pourront relever des diverses disciplines des sciences humaines et sociales. Qu’il s’agisse d’études de cas, de discussions théoriques ou méthodologiques, de commentaires ou de travaux originaux, de contributions documentaires ou historiques, elles devront contribuer à l’identification et à la compréhension des spécificités épistémologiques  des champs des Deaf Studies et Deaf History, en éclairant de manière réflexive et critique leur intérêt, leurs apports ou leurs limites, et/ou en documentant leur développement (bibliographique, historique, scientifique). Les propositions de communication pourront notamment s’inscrire dans les axes suivants :

 

Deaf Studies/Deaf History et l’espace académique français : développement et transposition des Deaf Studies/Deaf History en France (enjeux scientifiques, institutionnels, sociopolitiques);  documentation des échanges entre la France et les États-Unis (ex : échanges transatlantiques des voyages d’études à Gallaudet au colloque franco-américain de 1991) ; développement de l’enseignement et de la recherche en France (ex : enseignement de la « culture sourde » dans les formations universitaires ; Paris 8 et les recherches linguistiques) ;

 

Deaf Studies/Deaf History et l’espace international de la recherche : publications, départements et centres de recherches à l’étranger (ex : Bristol, Hambourg); discussions autour d’auteurs, recherches et ouvrages méconnus et/ou non traduits en français (ex : Amérique du Sud, Asie ; espagnol, portugais, japonais) ; les réseaux de recherches internationaux (ex : collaborations et projets de recherches internationaux);

 

Deaf History, une histoire à part ? : écriture de l’histoire des Sourds en France (ex : l’écriture de l’histoire sourde du Réveil Sourd à aujourd’hui); l’histoire des sourds et ses relations à l’histoire sociale, à l’histoire politique (ex : histoire des sourds et histoire des minorités); spécificités de la recherche (ex : sources, méthode) ; historiographie et ouvrages majeurs (ex : apports et limites des premières publications dans le champ) ;

 

« Quelles épistémologies ? » : épistémologies contemporaines pour l’étude des sourds et de la langue des signes ; relations à d’autres champs et disciplines (ex : accords et conflits entre Deaf Studies et Disability Studies, Deaf Studies et Cultural Studies, Deaf Studies et ethnographie) ; paradigmes explicites ou implicites à l’œuvre dans les Deaf Studies ; discussion de concepts originaux des Deaf Studies (ex : Deafhood, Deaf Gain, la distinction d/Deaf…) ;

Conditions de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé, 300 à 500 mots) sont à envoyer pour le 

1er octobre aux adresses suivantes. 

Deaf Studies 

Pierre Schmitt : schmittpierre@alumni.purdue.edu

Olivier Schetritolivier.schetrit@college-de-france.fr

Deaf History

Yann Cantinyann.cantin@ehess.fr 

Les journées d’étude auront lieu le lundi 26 et le mardi 27 novembre 2012 à l’ EHESS, Paris – 105 boulevard Raspail. Les résultats de la sélection seront communiqués courant octobre 2012.

L’interprétation en langue des signes est assurée. 

Ces journées sont organisées par

Yann Cantin, Olivier Schetrit, Pierre Schmitt, Andrea Benvenuto,

et le Programme Handicap et Sciences sociales :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/62/

en collaboration avec le séminaire « Surdité et Langue des signes » :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/centre/187/ 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La communauté sourde avant l’abbé de l’Épée, vu par Pierre Desloges

Texte présenté au séminaire Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques le 21 novembre 2012, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. 

(Contenu non modifié, resté en état.)

(Pour consulter l’ouvrage, voici le lien direct vers Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k749465.r=pierre+desloges.langFR )

Ouvrage de Pierre Desloges

Introduction

De nos jours, on parle souvent de communauté sourde, de culture sourde, et même de langue des signes, dont certains revendiquent comme une langue sourde.

Cela peut paraître étonnant pour celui qui est à l’extérieur de voir associés deux mots en apparence antagonistes : «culture» et «sourde».

Or, à y voir de plus près, on peut remarquer que le fait d’être né sourd lui procure une vision assez particulière du monde. Cette particularité semble être unique dans les sociétés humaines, puisque il associe la culture à un état physique dont les critères médicales attribuent à un handicap.

Or, pour ceux qui vivent dans la communauté, cette vision de l’handicap n’est pas admise, ni même acceptée, puisqu’ils ne s’y retrouvent pas. Cette vision extérieure a cependant varié au fil des temps, partant d’une vision d’un état vers une vision médicalisée.

Néanmoins, les sourds eux-mêmes ne se considèrent pas handicapés, pour la plupart entre eux, car ils se considèrent autonomes, indépendants. Cette volonté d’être libres semble être inhérent en eux. Ainsi, la question est de comprendre si cette volonté est typique à cette culture, ou bien, qu’elle ait été influencée ?

En premier, qu’est-ce qui définit la communauté sourde ? De bien nombreuses théories en font débat, passant par le fait de ne pas entendre, jusqu’à avoir une vie basée sur la vision. La plupart de ces théories sont l’équivalent de voir un verre a moitié plein ou vide.

Une communauté sourde ?

En fait, de ce qui caractéristique la communauté sourde, c’est justement la langue des signes, qui est en fait à la fois le ciment et le pilier de cette communauté. Il est frappant de voir qu’une langue permet d’avoir unevision particulière du monde, et cette langue permet ainsi de faire construire une communauté avec ses traditions, ses us et coutumes.

Tout ceci peut rester à l’état d’hypothèses, de théories abstraites si l’on n’a pas eu le livre de Pierre Desloges : Observations d’un sourd et muèt, écrit en 1779, en réponse à un ouvrage d’un abbé d’Orléans, l’abbé Deschamps, qui critiquait l’action de l’abbé de l’Epée qui s’est basée sur les Signes.

C’était la première fois qu’un sourd écrive et publie un livre, et ce livre est précieux à plus d’un titre !

Tout d’abord, outre l’aspect des débats sur l’éducation des sourds-muets, cet ouvrage nous donne une fenêtre précieuse sur la communauté sourde- muette d’avant la Révolution.

Mais, avant d’essayer de comprendre cette communauté, voyons ce que c’est la société à Paris, à cette époque.

La société de l’Ancien Régime

Avant la Révolution Française, cette société se repose surtout sur la répartition des tâches héritée du Moyen-Age. De façon simplifiée, il s’agit d’une société à trois ordres : Noblesse, Eglise, et Tiers-Etat.

La Noblesse a pour fonction, à l’origine, de protéger la population, et donc, il est destiné à donner son sang, à se sacrifier, lors des guerres.

L’Eglise a la charge de gérer le salut des âmes, et donc, à la spiritualité.

Le reste de la population se charge de tout ce qui a trait aux activités ni religieuses, ni militaires.

Cette organisation se base essentiellement sur la naissance. On naît, on vit et on meurt dans sa catégorie sociale. Mais, en réalité, c’est beaucoup plus nuancé, puisque de nombreuses familles font tout pour s’éléver et ainsi devenir nobles, leurs objectifs ultimes. Cette progression sociale se font en plusieurs générations, par le biais des alliances, des mariages. Cette volonté de progresser socialement par les mariages, les alliances est typique de cette société, contrairement à la notre où tout peut changer en une seule génération, par le travail, par la fortune amassée.

Les différents sourds-muets…

Néanmoins, il semble bien, d’après les archives analysées, en particulier par Maryse Begazu-Deluy, que les sourds-muets, dans cette course à la progression sociale, en soient bloqués. Comme cette volonté de progresser socialement repose sur une fortune personnelle servant à l’achat de charges, dans l’administration royale (juge, officier, notaires, etc…), cette fortune fait l’objet de soins particuliers, et quand un sourd-muet naît dans une famille fortunée. Il semble bien que cela varie fortement en fonction de la place de ce sourd-muet. Les informations manquent, donc, il faut éviter toute généralisation. Néanmoins, dans le cas où ce sourd-muet est enfant unique, il fait l’objet d’attentions intenses de la part de leurs parents. Par contre, s’il naît dans une fratrie nombreuse, il semble être plus ou moins mis de côté, voire mis en tutelle. Cette contrôle de la famille sur le sourd-muet est très important, mais, il semble être absente chez les sourdes-muettes… Manque de sources, manque de recherches ? Il semble bien, cela reste encore à l’état d’hypothèses, qu’elles connaissent des situations diverses, d’être internées dans des couvents jusqu’aux mariages arrangés dont elles n’ont pas mot à dire.

Tout ceci montre bien qu’il reste encore beaucoup à faire dans l’étude des sourds-muets avant la Révolution. Les archives existent, mais il faut les explorer…

Mais, ce n’est pas le sujet de la présentation ici. Le sujet, c’est les sourds- muets issus des catégories sociales non fortunées, qui ne se trouvent pas dans la partie supérieure du Tiers-Etat (Bourgeoisie, future noblesse etc…)

Desloges, lui, il fait partie des catégories les plus basses de la société. Il semble bien que la majorité des sourds-muets s’y trouvent. Et, comme la fortune n’existe pas dans cette catégorie, il semble bien que la vie des sourds-muets soit relativement libre. Le fait d’être sous tutelle ou être enfermé dans des monastères ou des couvents implique justement d’avoir des moyens de payer ces décisions.

Ainsi, de ce que j’appelle «les sourds-muets de base», on peut dire qu’ils sont à l’origine de la plupart des communautés sourdes du monde, par l’exportation de la langue des signes entre 1760 et 1880. Ainsi, l’origine de toutes ces communautés se retrouve à Paris, dont la naissance reste

difficile à situer, et dont le développement suit de très près les évolutions de Paris.

Comment entrer dans la communauté ?

Dans l’ouvrage de Desloges, il est intéressant de constater que cette communauté est assez invisible, puisqu’il lui a fallu neuf ans avant de rencontrer un autre sourd-muet, et que ce dernier l’introduise dans la communauté.

Ce mode d’introduction, par connaissance, est assez intéressante, puisque c’est la base de l’existence même de la communauté. En effet, de nos jours, c’est par le biais des écoles que les enfants sourds entrent dans la communauté. Or, à cette époque, ce n’était pas du tout le cas…

Comment faisaient-ils alors ?

Par le repérage de sourds-muets dans les rues, par hasard etc.. C’est ce qui arrive souvent, de nos jours, quand on voyage dans des villes inconnues, par un croisement, on se repère et une conversation s’engage. Ainsi, cela devrait se faire à cette époque.

Le second élément intéressant, c’est que la langue des signes se transmet également entre pairs, comme de nos jours.

Ceci semble d’être rien d’étonnant, à priori. Mais, en y creusant, on peut s’interroger sur la taille de cette communauté, sur le mode de transmission, et même, sur la vie.

D’ailleurs, dans son livre, Desloges utilise régulièrement «Nous», afin de désigner les sourds-muets. Cette utilisation régulière est une indication supplémentaire de l’existence historique d’une communauté de sourds.

Analyse dans le texte

On arrive au coeur du sujet d’étude. Desloges en mentionne peu, mais, il est clair que la communauté sourde-muette se repose fortement sur l’usage de la langue des signes. C’est ce qui en fait sa spécificité et sa force face aux difficultés du temps. Cet usage permet ainsi une solidarité accrue. Le

fait que Desloges utilise régulièrement «nous» dans son ouvrage est une indication de cette solidarité.

Profession

«Le premier qui m’a enseigné cet art si utile est un sourd et muet de naissance, Italien de nation, qui ne sait ni lire ni écrire; il était domestique chez un acteur de la Comédie italienne. Il a servi ensuite en plusieurs grandes maisons, et notamment chez Mr le Prince de Nassau.»

Cet extrait, avec l’anecdote de la canne de la baleine, où un client essaie de faire comprendre à Pierre Desloges de quelle matière est fait la canne, avant l’arrivée d’un collègue sourd qui a «sauvé» le client, en reconnaissant que c’est de la baleine, un poisson monstrueux.

Ces deux extraits sont éclairants sur les conditions de vie des sourds. Ils montrent bien que les sourds-muets de cette époque ne sont pas du tout isolés, et de plus, ils exercent des professions diverses, du domestique, jusqu’à l’ouvrier. D’ailleurs, Desloges insiste sur ce point, sur la différence entre les villes et la campagne quant à l’éducation, et la culture des sourds- muets.

Education, culture

« Cela est vrai à ceux qui sont privés de la société d’autres sourds et muet, ou qui sont abandonnés dans des hôpitaux, ou isolés dans le coin d’une province.Cela prouve en même temps sans réplique, que ce n’est pas des personnes qui entendent et qui parlent que nous apprenons communément le langage des signes. Mais il en est tout autrement des sourds et muets qui vivent en société dans une grande ville, dans Paris par exemple, qu’on peut appeler avec raison l’abrégé des merveilles de l’univers. Sur un pareil théâtre , nos idées se développent et s’étendent, par les occasions que nous avons de voir et d’observer sans cesse des objets nouveaux et intéressants.»

Il explique, dans cet extrait, que Paris, de même que dans les autres villes, sont des lieux idéaux pour les sourds-muets, puisqu’ils n’y sont pas isolés, et en plus, des nouvelles arrivent tout le temps. Ainsi, on voit bien que les communautés de sourds-muets sont essentiellement urbaines, à la différence des sourds-muets des campagnes qui sont fortement isolés, et donc, n’ont pas l’occasion de rencontrer leurs pairs.

Or, les grandes villes ont un pouvoir d’attraction important, au point que des sourds-muets comme Desloges s’y s’installent, dès 19 ans !

Ainsi, comme Desloges, il est important de faire la distinction entre la campagne et la ville. On peut ainsi dire que la communauté sourde est une communauté essentiellement urbaine.

«Il y a de ces sourds et muets de naissances, ouvriers à Paris, qui ne savent ni lire, ni écrire et qui n’ont jamais assisté aux leçons de Mr Abbé de l’Epée, lesquels ont été trouvés si bien instruits de leur religion par la seule voie des signes, qu’on les a jugé dignes d’être admis aux sacrements de l’Eglise, même à ceux de l’eucharistie et du mariage. Il ne se passe aucun événement à Paris, en France et dans les quatre parties du monde, qui ne fasse la matière de nos entretiens. Nous nous exprimons sur tous les sujets avec autant d’ordre, de précision et de célérité que si nous jouissions de la faculté de parler et d’entendre.»

On voit bien, dans ce passage, que les sourds-muets urbains sont au courant de tout, et sont même instruits. Et, détail intéressant, l’abbé de l’Epée n’est pas le premier à donner une éducation aux sourds, puisque d’autres l’ont déjà fait, et même des sourds, éventuellement. Et d’ailleurs, ils sont admis aux mariages à l’église. On peut facilement penser qu’il y ait des mariages avec des curés qui signent, des curés qui se rendent au chevet des mourants, d’accorder le baptême aux enfants du père ou de la mère sourd. Cependant, je ne peux aller plus loin en disant qu’il y aurait des couples de sourds, aucun mot ne peut le dire…

Société

«Nous avons deux signes différents pour désigner la noblesse, c’est-à-dire que nous la distinguons en deux classes, la haute et la petite.»… «Pour faire connaître ensuite la personne de l’une de ces classes dont il s’agit, nous employons des signes tirés de son emploi, de ses armoiries, de sa livrée, etc.. Ou enfin le signe le plus naturel qui la caractéristique.»

«Prince de sang….Je prendrais mes signes dans le degré de parenté qui approche le prince du monarque».

Ces deux extraits sont très éclairants. Ils prouvent que la communauté sourde-muette est très intégrée dans la société, au point d’être au courant

de la situation monarchique, en attribuant des signes aux membres de l’aristocratie ! J’aurais bien aimé leurs signes concernant les rois de France, puisqu’ils ont existé.

Ainsi, avec la partie précédente sur la culture, on peut facilement imaginer les furieux débats dans les tavernes sur des question politiques et autres choses. Or, comment savent-ils de ces questions puisqu’ils ne savent pas lire et écrire ?

C’est qu’il faut avant tout éviter de généraliser. Le fait que des sourds comme Desloges ont existé, ce qui fait qu’il pourrait avoir des sourds lettrés, qui se chargent de traduire les journaux, les affiches, et même, pourquoi pas, être des écrivains publics pour sourds ! Ces extraits montrent bien l’ampleur de l’intégration des sourds dans la société, et de l’importance de la solidarité communauté qui ont permis aux sourds de s’en sortir…

Famille

«C’est par de semblables procédés que dans une famille où il y aura une dizaine d’enfants, nous n’aurons besoin que de deux ou trois signes pour désigner l’un de ces enfants.»

Ce dernier extrait est très frappant. Tout d’abord, par le fait qu’il y ait un «nom-signe» pour chaque personne de la famille, ce qui indique que le père ou la mère sourde converse avec ses enfants en signes. Or, le fait qu’il y ait la langue des signes dans une famille montre bien le degré d’intégration du sourd dans la famille. Il est loin d’être exclu, ou même mis de côté. Il semble bien qu’il est partie-prenante.

Conclusion

Le temps est trop court pour en dire plus. Néanmoins, il est temps de changer la vision sur les sourds avant l’Abbé de l’Epée. Ils sont loin d’être isolés, brimés, oubliés, méprisés. On voit bien, à travers ces extraits, qu’il y a une joie de vie, une solidarité importante, à travers les échanges d’informations.

Et, on a du mal à imaginer de nos jours, ils se mariaient, et ont des enfants. Or, le fait d’avoir une nombreuse progéniture force a avoir une sacré imagination pour donner des signes à chacun des enfants.

Desloges est un témoin précieux par son ouvrage. Le fait qu’il écrive régulièrement «nous», au lieu de «je», est une importante indication de la solidarité sourde dans la communauté.

Or, dans la société de l’Ancien Régime, la solidarité est un élément important pour pouvoir vivre dans une ville comme Paris. Cette solidarité a permis aux sourds de surnager, et donc, de pouvoir vivre. Et, on peut voir que cette solidarité a entraîné la naissance de la première société sourde en 1836. Cette naissance s’est fait sur la base existante qui existe depuis des siècles.

Ainsi, les sourds-muets ne sont ni exclus, ni isolés. Leur solidarité communautaire leur a permis d’être de plein pied dans la société. Cela explique pourquoi Desloges s’est décidé à écrire un ouvrage au nom de tous ceux «qui ne savent lire, ni écrire».

 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter