Archives de catégorie : Analyses

La question du mariage sourd

Le 30 juin 2017 entrera en vigueur une disposition dans le code civil espagnol, dans l’article 56 qui régit la question du mariage. Il sera ajouté, à cette date suite à la loi Ley 15/2015 de Jurisdicción Voluntaria, qu’il sera nécessaire d’avoir une autorisation médical dans le cas où des sourds, des aveugles se marieraient.

Cette disposition souhaite disposer d’une vérification sur les capacités de comprendre les droits et les devoirs du mariage. Cela fait hurler l’association espagnole des sourds qui diffuse cette vidéo pour faire abroger cette loi avant son application.

En subtance, cette loi contrevient gravement aux droits des handicapés de se marier, droit garanti par le Code Civil depuis le XIXe siècle. La vidéo ci-dessous expliquera plus clairement de ce que risque pour les futurs mariés sourds : être exposés au bon vouloir du médecin, et donc devenir un citoyen de seconde zone.

Cela contrevient également avec la convention de l’ONU de 2006 sur les droits des personnes handicapées qui précise justement qu’ils ont exactement les mêmes droits que les valides.

Cette situation inquiétante, survenant dans un contexte troublé où la pensée eugéniste de la fin du XIXe siècle semble revenir en force, fait rappeler que le droit au mariage des personnes sourdes n’a jamais été mis en cause jusqu’à présent en Europe occidentale.

Le droit au mariage, en France

En France, le Code Napoléon de 1804 précise que les Sourds peuvent se marier entre-eux :

Le premier Consul dit que le mariage étant un contrat, et tout contrat se formant par le consentement, on conçoit que celui qui ne peut exprimer son consentement ne peut pas se marier; mais le sourd-muet de naissance, en voyant son père et sa mère, a connu la société du mariage; il est toujours capable de manifester la volonté de vivre comme eux; et alors, pourquoi aggraver son malheur en ajoutant des privations à celles que lui a imposées la nature ? Le consul Cambacérès dit que, puisque l’article n’a pour objet que d’exprimer que les sourds-muets ne peuvent se marier que lorsqu’ils peuvent consentir, sa disposition se confond avec celle de l’article 4. On peut donc se borner à ce dernier. M. Regnaud (de Saint-Jean d’Angely) dit que l’article est devenu encore plus inutile, depuis que l’on a découvert l’art de faire expliquer les sourds-muets. (P. Antoine FENET, Recueil complet des travaux préparatoires du Code civil, vol 9, Paris, Ducressois, 1827, p 9 – 11)

On voit ici que Napoléon Bonapâtre, le premier consul, considère que le consentement peut ne pas être vocal, cela ouvre la voie au mariage endogamique sourd. Cependant, tout au long du XIXe siècle, en dépit de la sensibilisation de la société française, les préjugés restent encore tenaces comme le témoigne ici Rémi Valade, un enseignant entendant :

Les tribunaux, je le sais, ne refusent plus d’admettre les sourds-muets en témoignage, les maires les marient, les notaires reçoivent leurs déclarations; ils peuvent acheter et vendre, tester, voter, contacter, exercer à peu près dans toute leur plénitude les droits de la vie civile… Mais n’existe-il plus à leur endroit aucun de ces préjugés qui sont à la fois pour celui qui en est l’objet, une injustice et une injure ? … Faute d’apprécier sainement l’influence qu’exerce sur les facultés de l’âme la privation de l’ouïe, ne leur dénie-t-on aucune qualité, ne leur attribue-t-on pas presque exclusivement des travers et des vices qui sont le lot commun de l’Humanité ? (Rémi VALADE, De quelques préjugés relatifs aux sourds-muets, Paris, Bocquin, 1856, p. 6)

Berthier, de son côté, conseille aux officiers de l’Etat-Civil d’accueillir les Sourds, et de préparer des dispositions pour leur accessibilité :

Voici, selon nous, de quelle manière, conformément à l’esprit de la loi, l’autorité civile devrait procéder dans les mariages de sourds-muets pour suppléer au prononcé de ce oui sacramentel qu’ont si fort à cœur tant de maires ! Les futurs prendraient d’abord connaissance, par eux-mêmes, ou par un interprète-assermenté, des chapitres du Code définissant les devoirs des époux (voir les chapitres V et VI du titre V), tandis que l’officier de l’état civil (voir les articles 39 et 76), en ferait lecture à haute voix. Ils inscriraient ensuite leur oui respectif au bas d’une déclaration en vertu de laquelle ils s’accepteraient réciproquement pour époux (Ferdinand BERTHIER, Le Code Civil, Paris, 1868, p. 220)

Ainsi, bien qu’au niveau législatif, tout est préparé à ce que les Sourds aient les mêmes droits que le reste de la société, les préjugés sociaux empêchent souvent les Sourds de se marier, d’avoir une vie de famille. Ces préjugés tournent essentiellement autour de leur capacité intellectuelle à comprendre l’importance du mariage.

Par quel motifs donc justifier le refus ? M. le procureur du roi craint que la sourde- muette ne comprenne pas les charges et les devoirs du mariage; mais qui prouve à ce magistrat que ses craintes sont fondées ? Il ne comprend pas le langage des gestes, personne ne le comprend dans l’audience, et le curé à qui l’on adresse demande un délai de trois mois pour se préparer.» … «On marie le premier rustre de village pourvu qu’il dise oui, et il faut presque un diplôme de docteur au sourd-muet qui veut se marier. (Ferdinand BERTHIER, « A Monsieur le rédacteur du journal Le Commerce », L’Ami des Sourds-Muets, n°9, Septembre 1842, pp. 142-144.)

Or, ce qui marque ici, c’est justement l’incapacité de certaines personnes à se mettre en contact avec les personnes sourdes, et à écouter leurs avis. La situation espagnole illustre cette volonté d’infantiliser les sourds. Or, au XVIIIe siècle, et même avant, qu’en est-il ?

Le mariage d’avant 1804 

Ainsi, avant qu’il y ait le Code Napoléon, la législation autour du mariage dépend des traditions locales, selon le droit coutumier ou le droit romain. Il y a donc une très grande variété de possibilités. Néanmoins, toutes dépendent de la relation entre la famille et la personne sourde.

Du côté du droit canonique, il n’y a pas de disposition qui interdisse aux sourds de se marier comme l’atteste ici :

Droit canon sur mariage sourd, 1774.

Droit canon sur mariage sourd, 1774.

Ce droit canon entre dans le droit fil des décrétales d’Innocent III et de ses successeurs, au milieu du Moyen-Age, qui ont organisé les droits des personnes sourdes dans la législation canonique. Ainsi, il y a de nombreux sourds qui se sont mariés, plus particulièrement au niveau de la noblesse, et aucune loi ne s’y oppose, à la différence de l’héritage qui est régi par le Code Justinien, de ce que je détaillerai dans un autre article.

Ce qui est intéressant, au niveau de la législation de l’ancien Régime, en France du moins, c’est que le Sourd dispose de droits, à la condition expresse qu’il puisse montrer son intelligence, sa volonté, son autonomie, ce qui dépend fortement de son éducation.

Avec l’importance des monastères à cette époque, la question de l’éducation de l’enfant sourd noble semble n’être pas un souci puisque les moines et les religieuses pratiquaient les Signes Monastiques. Or, l’éducation permet à la personne sourde d’avoir une autonomie, et donc au mariage.

L’impact de l’idéologie eugéniste

Ainsi, on peut remarquer que les attaques contre ce droit au mariage surviennent après les années 1890, où, dans la crainte de voir la société se dégénérer, il semble nécessaire d’apporter de nouvelles interdictions, afin d’empêcher certaines franges de la société de continuer à exister. Alexander Graham Bell, le fameux inventeur (plagiaire ?) du téléphone, a mené campagne aux Etats-Unis, jusqu’à sa mort, en 1922, pour tenter d’interdire le mariage sourd au nom de la pureté de la race.

A défaut d’interdire le mariage, on promeut la stérilisation des personnes sourdes pour empêcher le développement de la « race sourde ». Cela s’est survenu aux Etats-Unis (fin XIXe-Mi XXe), Allemagne (1933-1945), et en partie dans la Scandinavie. En France, cela n’a jamais été remis en cause, et il n’y aurait aucune stérilisation durant l’occupation allemande, sauf, probablement, en Alsace-Lorraine.

Conclusion

Pour faire court, le mariage sourd a été un droit indiscuté et indiscutable afin d’accorder à la personne sourde la possibilité d’avoir une famille, que ce soit pour sa propre protection, ou pour qu’il y ait une transmission de l’héritage.

C’est seulement avec la médicalisation croissante que l’on considère de plus en plus les personnes sourdes comme des individus à contrôler, à vouloir faire restreindre les droits. Certains pays y ont été influencés alors que d’autres non.

Ainsi, la situation espagnole où l’on se soucie de la question de l’intelligence de la personne sourde, et de sa compréhension du mariage est une illustration du débat de fond sur la question de l’éducation.

Sans instruction, le sourd devient tout simplement une personne, dans le vieux sens du terme, aliénée. Ainsi, on tente de vérifier le degré d’aliénation du sourd avant son mariage via un certificat médical, ce qui est du jamais vu jusqu’à présent dans ce pays… Assez inquiétant, et nouveau au plan historique.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le paradoxe de l’Oralisme…

Ce billet se concentre sur ce qui est l’un des plus grands paradoxes de l’éducation orale des enfants sourds. Loin d’être une charge contre ce qui est considéré par les militants sourds la source des difficultés sociales et éducatives des enfants sourds des XXe et XXIe siècle, je m’intéresse à ce qui a motivé les partisans d’une éducation orale à bannir la langue des signes, alors qu’elle a prouvé de son succès.

Or, sans aller dans le domaine philosophique ou des débats méthodologiques, deux éléments sont assez frappants, puisqu’ils étaient partis sur des intentions « d’aider » les sourds, et que ces éléments ont, au contraire, aggravé leur exclusion sociale : le téléphone et le cinéma parlant.

Bell et le téléphone

Le téléphone, l’une des plus incroyables inventions que le XIXe siècle a procurés, a facilité les échanges, et surtout accéléré la circulation des informations, car Internet s’est justement basé sur cette technologie !

Antonion Meucci (Source : Wikipedia)

Antonio Meucci (Source : Wikipedia)

En principe, la paternité de cette invention doit être attribuée à l’italien Antonio Meucci(1808-1889) qui s’est vu dévancer par Alexander Graham Bell (1847-1922), son cadet de 39 ans, dans le dépôt du brevet d’invention. Mais, c’est surtout l’intention première de Bell qui est surprenante. En effet, il escomptait l’utiliser pour parler à distance à son épouse sourde Mabel Gardiner Hubbard (1857-1923), dont le père sera le premier président de la compagnie téléphonique Bell.

La famille Bell (Source : wikipedia)

La famille Bell (Source : wikipedia)

En effet, partisan d’une éducation orale, et surtout influencé par les principes éducatifs de son père, Alexander Melville Bell (1819-1905), qui a lui-même également épousé une sourde, Alexander Graham escompte utiliser la technologie afin de faciliter l’éducation orale et ainsi discuter à distance avec sa femme, sans avoir recours aux gestes qu’il honnit.

Mais, l’application pratique semble être malaisé, et par conséquent, après quelques réflexions dont je ne vais pas exposer ici, on assiste à une évolution fulgurante du téléphone entre 1890 et 1920 où cette technologie devient rapidement incontournable.

Mais, il y a toujours un grand mais…

Les sourds se sont trouvés en butte face à un grand mur, quand les administrations adoptent de plus en plus cette technologie comme moyen principal de contact, de rendez-vous ou d’échanges. Dès les années 1950, on assiste à une généralisation de l’usage du téléphone, et de ses avatars : interphone, hauts-parleurs, radios…

Le son devient le principal moyen de communication au cours du XXe siècle, alors que l’écrit l’est au XIXe siècle. Face à cette généralisation du son, le sourd n’a plus aucun moyen de garder prise sur son parcours, et ainsi de faire les démarches lui-même. De plus en plus, le téléphone est exigé pour ces démarches. Par conséquent, le sourd est forcé d’avoir recours à un tiers, le plus souvent un proche de famille, pour faire ces démarches, et là, la notion de la vie privé disparaît pour les personnes sourdes, plus particulièrement quand il est question des affaires médicales.

Ainsi, le fil électrique qui véhicule le code du son, et de sa généralisation a fait complexifier la vie du sourd au quotidien. Quel sourd n’a pas été confronté à l’interphone, et ainsi, de ne pouvoir répondre à celui qui y parle ?

Bref, à vouloir appeler un sourd à distance, Bell a entraîné un mouvement inverse, et l’a exclu de la vie sociale, intention qu’il n’avait pas voulu.

Néanmoins, il faut savoir que la fortune qu’il a amassée grâce au brevet du téléphone lui a permis de financer les campagnes de la promotion pour l’éducation orale, mais également pour l’interdiction du mariage entre sourds, et de l’extinction du Noétomalalien,aux Etats-Unis. Il a également initié la notion de la stérilisation des sourds, afin d’empêcher le développement d’une Race sourde, source de ses cauchemars nocturnes.

Le court-métrage anglais est assez intéressant, il éclaire la vision de Bell sur les sourds : « Confession« . Ainsi, à force de vouloir faire du Sourd, un être comme les autres et donc, à de ne pas vouloir reconnaître sa spécificité, Bell a entraîné sa stigmatisation au cours du XXe siècle, dont le fait extrême a été la stérilisation des sourds issus de familles sourdes, en Allemagne, durant le IIIe Reich, mais également aux Etats-Unis, en Scandinavie, de l’interdiction du mariage entre Sourds en Finlande jusqu’aux années 1970…

D’autre part, l’idée de véhiculer le son à distance donne une certaine idée : faire du cinéma parlant.

Ainsi, comment synchroniser le son à l’image, ce qui est assez difficile. La solution technologique s’est généralisée qu’au cours des années 1920 et là s’ouvre une nouvelle période pour le cinéma, mais également pour la communauté sourde.

Le cinéma parlant, inaccessible pour les sourds…

Or, l’une des origines du cinéma parlant semblerait, d’après ce chapitre d’un ouvrage intéressant, édité par CNRS Editions, éclaire sur le processus qui a conduit à l’introduction du cinéma parlant. A l’origine, ce serait pour tenter de faire apprendre la parole aux enfants sourds, à l’aide de la technologie. Ce chapitre l’explique mieux que moi, mais, ce que l’on en tire, c’est que l’arrivée du son au cinéma a entrainé l’exclusion de nombreux comédiens sourds, de l’Hollywood puisque leurs pantomimes sont devenus inutiles. Il faut savoir que Charlie Chaplin s’est lié d’amitié avec un peintre sourd, Granville Redmond, plus connu pour ses oeuvres impressionnistes où il a été le premier peintre américain à l’adopter. Or, Granville est également comédien dans nombre de films de Charlot, et d’après les historiens, Charlie Chaplin connaîtrait l’Américan Sign Language (ou je dirais le Noétomalalien américain !)

Granville Redmond et Charlie Chaplin (source : http://www.granvilleredmondgallery.com/)

Granville Redmond et Charlie Chaplin (source : http://www.granvilleredmondgallery.com/)

Par conséquent, cette présence des comédiens sourds s’est fracassée face aux exigences du cinéma parlant, comme nombre de comédiens peu doué dans le contrôle de la voix…

Ainsi, avec le cinéma parlant disparaît l’une des distractions accessibles aux sourds. Le cinéma muet met les sourds et les entendants sur le pied d’égalité, avec l’image des comédiens bougeants, et des textes explicatifs qui s’y affichent. Or, avec le parlant, plus rien n’est accessible… C’est seulement par les sous-titres que c’est possible. MAIS, encore un mais…

C’est seulement avec les films étrangers, que l’on sous-titre volontiers, pas les films français, ce qui fait entrainer une « divorce » entre la communauté sourde et le cinéma français qui ne sous-titre pas ses films. (Seulement depuis deux ans, voire cinq, que c’est certains films le sont, au cinéma…)

Par la suite, tout au long du XXe siècle, les films deviennent tout simplement des images mouvantes, avec des lèvres qui bougent, mais dont le contenu ne passe pas…

De là, on assiste à une double exclusion sociale et culturelle des sourds par la technologie du son… alors qu’ils étaient à l’origine destinés à faire l’inverse…

Conclusion

Par conséquent, voyant s’accentuer ce phénomène d’exclusion, les spécialistes de la surdité se sont mis en tête d’ajouter d’autres technologies afin de faire entrer les sourds dans la société : appareils auditifs, implants cochléaires, afin de permettre aux sourds de pouvoir téléphoner et de pouvoir suivre les discussions à la télévision…

Or, qu’en est-ils concrètement ?

L’exclusion sociale des sourds reste toujours présente, mais, avec le retour de l’écrit, grâce aux SMS et l’email, cet exclusion devient moins forte. Le minitel, (dont j’ai fait un billet ici) et l’Internet qui accordent la priorité à l’écrit, apportent un contre-tendance, en encourageant l’écrit et la lecture. Et là, on remarque que les sourds se sentent moins exclus, et reprennent cette technologie à leur profit, avec les vidéos youtube noétomalaliées… Mais, ceci est une autre histoire !

Pour terminer, voici un film de Veditz qui est très prophétique : The préservation of the sign language

George Veditz (source : http://www.nad.org/news/2013/8/veditz-day-august-13th-2013)

George Veditz (source : http://www.nad.org/news/2013/8/veditz-day-august-13th-2013)

(Le film)

La traduction écrite, en anglais : http://www.rid.org/UserFiles/File/pdfs/veditz.pdf

La traduction (via google, et qui demande à être corrigée et améliorée) en français : https://www.facebook.com/notes/yann-cantin/traduction-du-discours-de-veditz-traduit-par-google-a-corriger-quand-jaurai-le-t/10201714833006689

Cet extrait est l’une des plus intéressantes qui soit, et qui est la conclusion de ce long billet (la traduction en français est de moi) :

« Aussi longtemps que nous avons le peuple sourd sur la Terre, nous aurons toujours les signes. Et aussi longtemps que nous aurons nos films, nous pourrons préserver les signes dans sa pureté originelle. Ceci est mon espoir sur le fait que nous aimerons tous et préserverons notre belle langue des signes comme le plus beau cadeau que Dieu a fait au peuple sourd. »

« As long as we have deaf people on earth, we will have signs. And as long as we have our films, we can preserve signs in their old purity. It is my hope that we will all love and guard our beautiful sign language as the noblest gift God has given to deaf people. » 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le discours militant sourd, en 1912

Après des semaines de silence, en voici le dernier billet « pré-été ». Il s’agit d’une analyse de texte, un texte assez fort et percutant dans son contenu, et si contemporain que l’on retrouve la plupart des arguments employés par les mouvements sourds en faveur des langues des signes et de l’éducation bilingue. Ce texte provient d’un rapport de travaux du Deuxième congrès national pour l’amélioration du sort des Sourds-Muets, organisé à Roubaix les 13-14-15 aoüt 1911. Ce congrès se concentre sur la question de l’éducation des enfants sourds, à une époque où l’éducation orale ne souffrait d’aucune contradiction, et semblait être indiscutable.

Ainsi, en ce jour où un groupe de sourds fait une marche depuis Paris, jusqu’à Milan où ils arriveront le 28 juin 2013, la principale revendication de cette marche est une reconnaissance des torts en ce qui concerne l’éducation des enfants sourds, où justement, un congrès organisé dans la ville italienne, en septembre 1880, préconisait fortement l’usage d’une méthode orale dans l’éducation des enfants sourds, et dont l’adoption de cette méthode entraîne de facto le bannissement de la langue des signes. Les revendications de la marche sourde sont consultables ici, mais, en tant qu’historien en premier lieu, ce qui est fascinant, c’est que le texte de Dusuzeau répond en écho aux revendications actuelles.

En voici le texte complet, la mise en page est personnelle pour illustrer les principales idées :

Ernest DUSUZEAU

Ernest Dusuzeau dans les années 1880

 

Rapport sur « la Méthode Orale et la Méthode des signes» (pp 66-69 du compte-rendu des travaux.)

Je maintiens mon opinion sur ces deux méthodes, et je ne ferai que répéter ce que j’ai dit au Congrès de 1896 à Genève et de 1889 et de 1900 à Paris.  Je ne ferai aucune objection à la méthode orale, je reconnais qu’elle peut rendre de grands services et j’approuve ceux qui cherchent sans cesse les moyens de la perfectionner. Mais pour le développement de l’intelligence du sourd-muet, cette méthode ne suffira jamais. Il lui faut un auxiliaire : la mimique.

Les partisans de la méthode orale sont eux-mêmes forcés d’avoir recours aux signes. Allez dans les écoles où elle est employée, vous verrez que le language mimique existe toujours. Cela n’a rien d’étonnant. 

Le maître, pour apprendre à l’enfant sourd-muet à prononcer une lettre, est toujours obligé d’employer un ou plusieurs signes pour lui expliquer la façon de prononcer cette lettre. Et il n’y parviendrait jamais en restant les bras derrière le dos. Plus tard, comment lui expliquer les nuances si nombreuses de la langue de son pays, tells que celles qui existent entre les verbres vouloir, désirer, souhaiter, etc… ?

Comment lui expliquer les idées abstraites ? Comment lui expliquer Dieu et son existence ? Comment lui expliquer les mathématiques, la physique, la chimie…

Messieurs les partisans de la méthode orale, vous n’hésiterez pas à avouer que vous ne pourrez jamais arriver à rien sans le concours de la méthode mimique.

J’estime que la parole pour le sourd-muet est un luxe, un supplément d’instruction qui facilite ses rapports journaliers avec l’extérieur. Quant au point de vue purement utilitaire, au point de vue de son instruction personnelle et morale, elle n’est en aucune façon d’une utilité immédiate. Il faut, pour l’éducation du sourd-muet, se mettre d’abord à sa portée en s’efforçant soi-même d’employer ses moyens naturels, et ce n’est qu’après lui avoir fait la concession de cet effort pour développer son intelligence et ses facultés, qu’on est en droit d’exiger de lui l’étude de la parole universellement répandu que Dieu lui a refusé : «la Parole».

Plaignons les parents !

Dès que leur enfant sourd-muet parvient à prononcer papa! Maman ! Ils deviennent fous de joie, pleurent de joie et courent crier dans la rue : «Mon enfant parle ! Mon dieu !»

Cruelle déception !

Plus tard, ils s’apercevront que non seulement leur enfant n’est pas suffisamment instruit, mais encore, qu’il est incapable de converser avec tout le monde, que sa voix devient étrange, rauque, criarde et difficile à comprendre.

Je demande donc avec instance, et j’emploierai toute mon énergie, toute l’expérience que j’ai acquise depuis longtemps, à réclamer les bienfaits de la méthode mixte pour l’enseignement des sourds-muets.

Outre que c’est déjà presque un crime de priver l’enfant sourd-muet de sa langue maternelle : ses signes, c’en est un encore de laisser dormir sa belle intelligence qu’il faut, au contraire, développer de bonne heure ! J’insiste sur ce fait, car l’avenir de l’enfant y est attaché, et vouloir concentrer toute l’attention du sourd-muet sur la parole, c’est la détourner du but qu’on doit atteindre.

De nombreux exemples pourraient être cité, à l’appui de ce que je dis. J’en choisirai quelques-uns seulement. 

Un jour, on me présente un enfant sourd-muet âgé de 14 ans, ne connaissant ni l’alphabet manuel ni les signes. Elevé par la méthode orale, il parle très bien et converse facilement avec son père et sa mère. Je prends mon crayon et lui pose cette question : «As-tu des frères et des soeurs ?»

Il ne peut me répondre et prie son père de l’aider. Son père lui explique verbalement ma question, mais il continue à ne pas répondre. Le père s’efforce de lui faire comprendre qu’il a une soeur âgée de 16 ans.  Enfin le jeune sourd-muet me répond par écrit : «Tu deux soeurs.»

Messieurs, n’est-ce pas triste ? La parole lui avait été donnée, c’est vrai mais elle avait absorbé les efforts du pauvre enfant, et l’intelligence était restée enfermée !

 Je vous demande quels résultats on a obtenus depuis l’établissement de la méthode orale pure et la suppression de la méthode mimique. Non, jamais ! Le language mimique ne disparaîtra ! 

Les Français, les Anglais, les Allemands, les Russes, les Chinois ont une langue à eux. Et nous en avons une aussi à nous, le langage des signes ! Et nous devons en être fiers et d’autant plus que c’est une langue universelle.

Je vous invite à lire le remarquable ouvrage de feu M. Chambellan, professeur honoraire de l’Institution nationale des sourds-muets de Paris, sur la vulgarisation du langage des signes, vous n’y verrez que des preuves incontestables de l’utilité de ce langage.

Dans certaines écoles, les enfants qui ne peuvent réussir à parler, sont considérés comme des idiots ou demi-idiots. N’est-ce pas une monstruosité, une injustice criante, contre laquelle nous devrions protester de toutes nos forces ? 

Joachim Ligot était considéré, dès son entrée à l’Institution des sourds-muets de Paris, comme un enfant idiot, parce qu’il ne pouvait pas suivre les cours avec ses camarades. Deux ans après, on décida de le renvoyer dans sa famille. Mais M. Ferdinand Berthier, l’un des plus illustres professeurs sourds-muets, insista auprès du Directeur pour que cet enfant fût confié à ses soins pendant une année encore. Après de longs et pénibles efforts qui lui valurent les les plus grands éloges, M. Berthier parvint à jeter la lumière dans le cerveau du jeune Ligot qui devint plus tard l’un des meilleurs écrivains. Comment M. Berthier est-il arrivé à un si brillant succès ?… En employant le langage mimique. 

En 1889, mon père a assisté à une réunion à laquelle l’avait convoqué M. D., notaire à Compiègne, pour servir d’interprète à une famille de sourds-muets. Il s’agissait d’un partage de bien après la mort du père; mais, comme la mère ne pouvait se faire comprendre de ses trois enfants sourds-muets, qui, cependant, avaient été élevés par la méthode orale, le notaire qui devait s’assurer que les termes de l’acte de donation étaient parfaitement compris a prié mon père de leur en faire l’explication. Mon père s’est servi du langage des signes. Sa tâche a été facile, car les enfants sourds-muets ayant parfaitement compris, l’affaire s’est promptement terminée.

Donc, je ne saurais assez le répéter : la méthode orale et la méthode mimique combinées sont nécessaires, indispensables.  Elles feront des sourds-muets des hommes instruits, capables de tenir une place honorable dans le monde, et qui, souvent même, deviendront des natures d’élite. En effet, moins exposés que les parlants aux distractions extérieures, ils se donnent en général plus sérieusement à leurs travaux et à leurs études. 

 Je m’adresse donc à tous les hommes de coeurs, et je demande à ceux qui, dans un but louable, ont voulu adopter la méthode orale pure, de reconnaître, en leur âme et conscience, qu’ils n’ont pas obtenu les résultats qu’ils espéraient. Je les prie aujourd’hui de s’unir à nous pour assurer le bonheur et le bien-être de ceux qui travaillent avec tant de courage et d’énergie à se créer leur place en ce monde.»

Ce texte, pour un non-initié aux tensions qui parcourent la question de l’éducation des enfants sourds, peut paraître obscur, mais Dusuzeau insiste sur un fait : éducation intellectuelle de l’enfant sourd.  Il l’a insisté en précisant de ce qui compte dans la vie, c’est le savoir, pas le fait de savoir ou de pouvoir parler. Il a cité l’exemple d’un enfant sourd incapable de répondre à une question simple.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

Victor-Gomer Chambellan, vers 1900.

D’autre part, il a cité l’ouvrage de Victor-Gomer Chambellan, Quelques morts sur la vulgarisation du langage des signes, consultable sur Gallica (avec De l’importance du langage mimique dans l’éducation de…) Or, une précision est nécessaire. Dusuzeau a eu Chambellan comme professeur, et est devenu son collègue après qu’il ait terminé sa dernière année d’étude. Et d’autre part, il a également obtenu le baccalauréat de mathématiques, unique fait historique en France, à une époque où les études supérieures étaient inaccessibles, et encore plus aux sourds. Le succès des études de Dusuzeau s’explique par le soutien fort de son père, universitaire dans les études mathématiques, à Compiègne, et qui a appris la langue des signes pour aider son fils. Ce soutien paternel a compté au point qu’il ait cité son père dans le texte.

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Joachim Ligot, vers 1870 (Photo INJS)

Ensuite, il cite également le cas de Joachim Ligot, cas étudié par Yves Delaporte dans son Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier, édité par le CLSFB (en vente ici). Ligot s’est révélé, effectivement, l’une des plus fines plumes sourdes des années 1870-1880, avant qu’il soit occulté par les écrits d’Henri Gaillard. Or, aucune étude détaillée des écrits de Ligot n’existe à ce jours, ni aucun d’autres auteurs sourds.

Enfin, la conclusion de l’auteur est intéressante. Il demande à ceux qui ont adopté et appliqué la méthode orale pure d’admettre leur erreur, et donc d’ouvrir la porte à la langue des signes. Cette demande, on la retrouve dans les revendications de l’OSS 2007 (Dont voici le site) ! On voit ainsi une constance dans les revendications des militants sourds : faire reconnaître l’erreur du choix du congrès de Milan de bannir la langue des signes. Il y a également un second point, remarqué par Dusuzeau : considérer comme incapables ceux qui n’ont pu parler. Ce point qui horrifie l’ancien professeur est également noté par les militants sourds, souvent victimes de telles considérations.

Par conséquent, il est intéressant de voir cette constance de revendications et de combat à un siècle de distance. Et donc apporte la nécessité d’étudier plus en profondeur les textes des auteurs sourds, sur leurs revendications, et donc, de comprendre la perception des sourds sur la société française, ce dont le format de ce billet ne permet d’entrevoir… On voit donc l’ampleur du travail à effectuer dans l’étude de l’histoire des sourds !

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Les sourds-muets et les anthropologistes », analyse d’un texte militant sourd de 1896.

Les sourds-muets et les anthropologistes, mémoire d’Eugène Née, lu au Congrès de Genève, en 1896. 26 p. (Lien direct)

Introduction

C’est le premier billet consacré à l’analyse d’un texte ou de mémoire écrit par un sourd. Il inaugure une ligne de réflexion sur les écrits des sourds de leur temps, et de l’analyse de leurs revendications. L’intérêt est de comprendre s’il y a une constance, et donc d’un fil rouge des actions des militants sourds pour leur égalité sociale, et donc de lutte contre les préjugés leur entourant.

Ainsi, le premier texte étudié est l’un des textes les plus percutants et surtout qui préfigurent les argumentations militantes de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle. C’est un texte qui peut sembler extrémiste au premier abord puisqu’il revendique le rejet de la médicalisation de la surdité, et du droit à la différence.

L’auteur

Eugène Née (1863-1907)
Source : Le journal des sourds-muets du 20 février 1895

Les sourds-muets et les anthropologistes est un texte fondamentalement revendicatif avec un ton si particulier à l’auteur qui a un parcours assez particulier, peu représentatif des sourds-muets de l’époque. C’est ainsi un personnage atypique, ayant été à l’Université royale de Gand où il a été parmi les 5 diplômés sur les 30 candidats. Ses voyages à travers la France et le Bénélux, par le métier de son père, directeur de théâtre, l’ont conduit à obtenir des informations et surtout une culture assez élevée.

A Reims, dans les années 1880, il collabore Le Petit Ardennais, et au journal Guêpe. Mais, jusqu’en 1893, il ne s’implique pas dans le mouvement silencieux, et c’est sa rencontre avec Henri Gaillard qui va l’inciter à s’investir dans les actions, et surtout à prêter sa plume. Sa réputation grandit rapidement au cours des années 1890, et plus particulièrement au Loiret, où il s’investit en faveur des sourds de ce département. Néanmoins, sa santé fragile ne lui laisse pas le temps de continuer le combat. Il meurt à l’hôpital Boucicaut, à Paris, vraisemblablement d’une tuberculose, après une retraite de trois ans à Bruxelles, en 1907. Sa mort laisse un grand vide, où, outre Gaillard, personne ne se trouve à la hauteur de ses écrits.

Son rapport Sourds-muets et anthropologistes est une réponse à un médecin danois, Holger Mygind (1855-1928) qui a proclamé, dans son article Die angeborene Taubheit. Beitrag zur Aetiologie und Pathogenese der Taubstummheit (La surdité de naissance. Article sur l’étiologie et la pathogénie de la surdi-mutité) en 1890 que les sourds-muets sont, en résumé, des êtres inférieurs à l’intelligence réduite par leur état. Il assimile ainsi les sourds aux aliénés mentaux ce qui a fait indigner Eugène Née, sourd diplômé universitaire…

Ainsi, son mémoire, présenté au congrès des sourds-muets de Genève, dont il existe un ouvrage numérisé sur Gallica, a suscité une forte adhésion aux arguments de Née. Ce succès a conduit à sa publication, aux frais de l’auteur en 1898.

La préface

Dans la préface, Henri Gaillard présente l’auteur comme un polémiste retoudable, par manque de moyens. Il dit : «A des gens méticuleux, coupeurs de cheveux en quatre et en huit comme les Anthropologistes, il faudrait certainement des répliques pied à pied, ligne à ligne, mot à mot.» Gaillard, dans cette phrase utilise le mot «Anthropologiste». Or, ce mot est à différencier d’Anthropologue, un métier scientifique. Dans le contexte de la fin du XIXe siècle et du scientisme, «Anthropologiste» désigne ceux qui réfléchissent sur l’être humain, et sur les tares de l’humanité, de l’application politiques des recommandations médicales.

Ainsi, pour Gaillard, la difficulté de répondre aux Anthropologistes, c’est de disposer d’une argumentation précise et détaillée, scientifique en soi, ce qui est difficilement à portée des sourds, non pour des raisons intellectuelles, mais matérielle, puisque la plupart entre eux sont «obligé de gagner son pain par le travail manuel. Eugène Née aux prises avec les difficulté de la vie était dans cette dure impossibilité.»

En conclusion,  Née a choisi d’être un polémiste pour s’attaquer aux conclusions du docteur Mygind, non par facilité, mais par manque de moyens financiers. Née a choisi de protéger «leur dignité insultée et méconnue par les parvenus de la fausse science, de la science à tapage et à chamarres, et du professorat intéressé, du professorat aux tintamarres de foire et à bourses pleines…».

Il s’agit donc d’une attaque contre une science détachée des faits et qui semblait méconnaitre la réalité de la vie du sourd.

Le Rapport

Née cite Mygind «Les trois-quarts des sourds-muets peuplent les asiles d’aliénés», une phrase provenant d’un travail «analysé et communiqué à l’Académie des Sciences» vers 1895.

Holger Mygind (1855-1928)
Source : Wikipedia

A partir de cette phrase, Née développe tout un argumentaire basée sur la dignité du sourd bafouée par les raccourcis sur la complaisance intellectuelle et sur l’incertitude de leurs recherches. Il déplore le fait que des scientifiques se réduisent à de tels raccourcis, et ainsi engendrent des difficultés auxquels se buttent les sourds dans leur lutte «contre la destinée».

Il dit : «nos efforts se débattent dans le vide, parce qu’un jour il a plu à des morticoles fin de siècle d’enfanter une brochure quelconque et qui traitent ce sujet comme ils auraient traité celui de la transmissibilité du virus d’un chien à un cobaye.» Cette phrase pointe un fait intéressant. En effet, de nos jours, les militants sourds déplorent le fait de séparer l’état physique du sourd : sa surdité, de son état social : sa vie de sourd. Cette séparation, et donc d’oublier l’être humain pour s’attacher à un fait purement médical. Or, la phrase de Née pointe un fait émergeant en 1896 : la médicalisation de la surdité, où des médecins interviennent de plus en plus sur la vie des sourds, et présentent des rapports sur la surdité.

Née déplore leur méconnaissance de la réalité, s’attachant uniquement à la surdité, et non à la vie du sourd. Il leur reproche de : «attacher à toute une humanité, cette étiquette infamante, ce relan de folie et d’incapacité?» Et il ajoute «Est-ce que pour éviter de reconnaître une erreur séculaire, est-ce que pour ne pas mentir quelqu’une de vos formules sacramentelles ?» C’est une reproche à leur dogmatisme quasiment religieux.

Une explication est nécessaire pour comprendre cette partie. Tout d’abord, traditionnellement, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le sourd-muet est souvent assimilé à l’aliéné. Cette confusion réside sur la méconnaissance du sourd, et de la difficulté de discuter avec lui sans autre moyen que des gestes vagues. Ainsi, en absence de discussion approfondie avec le sourd, l’entendant se tient aux impressions extérieures et donc assimile, par méconnaissance et par paresse, le sourd à l’aliéné. Or, l’effort et le combat des militants sourds a fait que cette assimilation disparaît au profit d’une différenciation.

Mais, l’article de Mygind semble ruiner les efforts de sensibilisation sur la spécificité des sourds, et c’est ce dont reproche Née. Il reproche Mygind de se livrer à des raccourcis intellectuels par facilité et par dogmatisme au lieu de tenter de discuter avec les sourds eux-mêmes. La crainte de Née va aux «petits, des humbles, des galvaudeux, de la masse, de la légion» qui se buttent aux préjugés, renforcés par les propos provenant  «des gens d’autant plus écoutés qu’ils parlent au nom de la science».

Le reproche est d’autant plus fort qu’il déplore le détournement de la science pour des motifs peu brillants, et surtout qui brisent des vies : «pour le commun de nous, les conditions du struggle for life sont bien plus difficiles que pour nos frères les entendants, et  combien tombent en route, de ces vaincus de sots préjugés». Par la suite, il revient sur la superficialité des recherches sur la surdité : «les médecins surtout, qui ont voulu s’occuper de nous, nous étudier, ne l’ont fait que très superficiellement et le plus souvent basé leurs hypothèses sur des apparences trompeuses qu’ils ne se donnaient même pas la peine de pénétrer, ces hommes si forts en auscultations et en analyses ne se sont jamais mêlés à notre vie intime, à notre langage si clair, si précis, toujours logique et sûr.»

Le reproche est fort, puisqu’il s’attaque à leurs méthodes de travail, qu’il considère comme non-scientifique. Ce reproche est une attaque directe sur les médecins qui avaient reproché aux sourds de discuter de leurs soins.  Née dresse tout un paysage de reproches où il pointe les légèretés de la réflexion du docteur Mygind, et de la néfaste proximité administrative entre les établissements éducatifs de sourds-muets et des hôpitaux psychiatrique. Donc, cette proximité administrative serait l’une des causes de la confusion entre le sourd-muet et l’aliéné.

Puis, il cite des exemples, avec Ronsard, fameux poète de la Pléiade et qui est devenu sourd à seize ans. Il cite ensuite le frère d’Auguste Blanqui qui est sourd et qui a gardé les archives de l’Enfermé durant sa captivité. Il cite aussi trois sourds militaires, engagés volontaires. L’auteur s’attache particulièrement sur l’exemple du sourd Amet, militaire en 1870, et de nombreux infirmiers et brancardiers durant la guerre franco-prussienne. Il dresse toute une liste sur les sens artistiques, littéraire, politique, de famille où il cite d’autres exemples.

Il termine la liste par : «je ne vois vraiment pas ce qui peut justifier l’opinion du Dr Mygind et de ses coreligionnaires à moins qu’ils n’aient basé leur jugement sur quelques individualités pour les appliquer à la généralité.». Il a utilisé le terme «coreligionnaires» pour leur reprocher leur dogmatisme, et de leur légèreté de méthode de recherche.

A l’approche de la fin de l’ouvrage, Née explique la nécessité de lutter contre ces préjugés par des actions de sensibilisation comme « un comité de vulgarisation de l’alphabet manuel, pour faciliter nos relations avec les entendants». Ce comité est une vraie révolution puisqu’il inverse les échelles. Il suppose le fait que c’est à l’entendant d’apprendre la langue des signes pour s’adapter aux sourds. Cet état d’esprit est une opposition aux positions en vigueur depuis 1880 : c’est au sourd de s’adapter à l’entendant par la parole.

Il appuie son argumentation par «Soyez logiques : ou vous êtes des professeurs sortis de l’Université et des Ecoles normales; ou vous êtes de simples aides-carbins, de garçons de salle d’hôpital pour idiots et crétins, il n’y a guère moyen de vous vanter alors : il n’y a pourtant pas de milieu». Cette phrase est une attaque directe sur le dogmatisme et l’absence de débat de fond, de réflexion réellement scientifique, il déplore ainsi le consensus autour du texte de Mygind, et qui ôte tout débat.

Il termine par une citation des propos de Paul Deschanel qui a été invité à un banquet, en 1896, dont en voici un extrait : «Si la parole est parfois inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur des grands sentiments et de grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité, et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens d’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la patrie, le noble tourment de la Justice.»

Née utilise les phrases de Deschanel en opposition aux mots de Mygind. Il montre deux visions sur les sourds, et donc deux positions antagonistes.

Il conclut par une adresse aux médecins plus particulièrement : «Qu’ils daignent descendre de leur piédestal, qu’ils viennent se mêler à nous, qu’ils nous analysent en connaissance de cause dans notre vie la plus intime, qu’ils scrutent nos pensées jusqu’au plus profond de leurs replis, nous ne demandons que cela, mais qu’ils ne s’en tiennent pas à de froides études de laboratoire…» Et «Ils trouveront leur chemin de Damas».

La conclusion est une demande d’abandon de dogmatisme, et de facilité intellectuelle, afin que les deux parties puissent s’entendre et se connaître mieux. Le terme «Chemin de Damas» est une expression intéressante à plus d’un titre puisque Née utilise les termes religieux pour reprocher aux Anthropologistes de transformer la Science en une espèce de religion.

Conclusion

Le texte de Née est intéressante à plus d’un titre, puisqu’il présente le point de vue d’un militant sourd sur les recherches conduites par des médecins pour évaluer l’intelligence des sourds.

Née déplore le fait que ces recherches ne reflètent pas la réalité et sont ainsi biaisées. Or, ces recherches parties sur des bases biaisées entraînent des conclusions dangereuses. Ces conclusions, pour Née, renforcent des préjugés séculaires, puisqu’ils sont alimentées par des hommes censés représenter la modernité.

Ce paradoxe est pointé par l’auteur qui remarque la paresse intellectuelle et surtout le dogmatisme pour ménager les susceptibilités. Il leur reproche ainsi de rester dans leurs tours d’ivoire, et donc de ne pas regarder la réalité.  Ce reproche se retrouve encore de nos jours, et ainsi, il est intéressant de voir, à plus d’un siècle de distance, les reproches des sourds adressés aux médecins restent équivalent : méconnaissance de la réalité et dogmatisme.

Il est frappant de voir cette constance, et donc de ce refus de la médicalisation de la surdité. Cette médicalisation, pour les sourds, est vue comme un déshumanisation du sourd, et donc de rabaisser le sourd à une «étude de laboratoire». Ce rejet, après une éclipse de 60 ans (suite à un abandon de la défense de la langue des signes entre 1920 et 1980 de la part des sourds fortement oralisés), revient en vigueur.

Pourquoi donc ? La déshumanisation du sourd équivaut pour à un déni de l’existence de l’aspect culturel, et linguistique du sourd, et donc, bien que l’auteur ne le dise pas directement, au déni de l’existence d’une «Culture sourde» présentée avec force de nos jours, et donc les racines se trouvent justement à la Belle Epoque, et où les militants de l’époque tentent de préserver la fierté d’utiliser la langue des signes. Fierté en voie de disparition en 1890…

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le Minitel et son impact sur la communauté sourde française

Le 30 juin 2012, le réseau Transparc, sur lequel le fameux minitel s’appuie s’éteint définitivement, après 30 ans de service. Un livre, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, écrit par Valérie SCHAFER et Benjamin G. THIERRY détaille la gestation du Minitel, avec des éléments expliquant les choix technologiques, et politiques, y compris les impasses jusqu’à sa conclusion, où il semble avoir une influence du Minitel sur l’Internet avec les services clé en main à la Apple. Un livre assez complet pour ceux qui souhaitent plonger dans les entrailles historiques du Minitel, et donc merci à Valérie SCHAFER de m’avoir envoyé ce livre qui m’a vraiment permis de comprendre les enjeux qui en découlent. Un colloque consacré au Minitel a lieu le 29 juin 2012 dont voici le programme ici.

D’aussi loin que je me souvienne, le minitel a une place de première importance dans la vie de la famille, permettant de contacter des proches et des amis sourds à distance. Il a représenté une vraie révolution culturelle chez les sourds. Pourquoi ? Il faudra avant tout remonter un siècle, à la Belle Epoque.

Les sourds et le téléphone, un siècle de mésentente

Le premier moyen de communication à distance, à part Chappe et ses poteaux communicatifs, qui puisse se faire en tous temps et en tous lieux est la communciation Morse, avec les points et les traits. Par la suite, arrive le téléphone qui se base sur l’intensité électrique pour moduler le son émis par les hauts-parleurs. Mais, ce que l’on sait moins, c’est que le téléphone a été mis au point par Alexander Graham Bell, un anglais installé aux Etats-Unis, et dont la mère est sourde.

Lui-même a épousé une sourde également. Mais, il est intéressant de préciser que le père de Bell était professeur d’éducation orale à Oxford, au Royaume-Uni, et que Bell lui-même est un propagateur ardent de l’éducation purement orale des enfants sourds. Il était fortement opposé à la langue des signes, et même au mariage entre sourds, souhaitant la stérilisation pour empêcher la contagion sourde.

Donc, Bell, pour tenter de communiquer avec sa femme qui se trouve de l’autre côté de son domicile, met au point un système de communication interne. Mais, il semble que cela n’a pas fonctionné. Il se tourne donc vers le grand public, voyant le potentiel important de ce marché. Et cela lui a rapporté énormément ce qui lui a permis justement de financer ses campagnes en faveur de l’éducation purement oraliste. C’est ce qui est à l’origine de l’association Alexander Graham Bell  qui s’oppose à l’Association Nationale des Sourds américaine depuis un siècle.

Mais, on ne va pas entrer dans le conflit des méthodes éducatifs, ou de la pertinence d’une éducation exclusivement orale. Le téléphone entre progressivement dans les moeurs, et beaucoup plus dans la seconde moitié du XXe siècle.

Comme l’ont souligné les auteurs du Minitel, la France était en retard technologiquement par rapport à leurs voisins. Néanmoins, dans les entreprises et les établissements administratifs, de plus en plus, le numéro de téléphone est mis en avant pour toute sollicitation ou demande de rendez-vous.

Ensuite, pour postuler à un emploi administratif, à une époque où le secteur tertiaire, celui des services, et où les fonctionnaires sont recrutés en masse, l’usage du téléphone devient de plus en prioritaire.

Quid des sourds alors ?

Ce que l’on remarque, à l’heure actuelle des recherches qui restent fortement embryonnaires, c’est que les sourds sont de plus en plus exclus de facto des postes exigeant l’usage du téléphone.

Parallèlement, le niveau du français écrit de la grande majorité des sourds décline au fil des décennies. Ce déclin de l’écrit remonte en fait dans les années 1880, où la décision a été prise, sur la base des recommandations d’un congrès international de représentants des écoles de sourds, de bannir l’usage de la langue des signes des écoles. Cette décision de bannir répond à un souhait de « moderniser l’éducation des enfants sourds ». Car la langue des signes y était en usage depuis un siècle, avec l’abbé de l’Epée dans les années 1760.

Donc, le bannissement de la langue des signes s’accompagne d’une exclusion du personnel enseignant et de service sourd. Et de là, suit de près une éducation purement orale, sur la base exclusive de la démutisation. Or, l’éducation intellectuelle devient moins prioritaire dans la nouvelle pédagogie, où tout est tourné autour de la parole.

Ainsi, la capacité d’écrire des sourds décline d’année en année…

Avec le téléphone, la situation ressemble à une double peine pour les sourds : incapables de téléphoner, de grandes peines pour écrire. Ils sont donc de plus en plus exclus de la société.

Or, deux nouvelles technologies, développées dans les années 1970-1980 vont bouleverser la situation.

Le Minitel et le Fax, deux facettes d’une révolution

Tout d’abord, le Minitel a été la première facette d’une révolution culturelle. En effet, il s’est installé dans les esprits qu’être sourd, c’est être irrémédiablement condamné à l’isolement, à moins d’imiter les entendants, et donc d’essayer d’être un ersatz d’entendant. C’est ce que j’ai remarqué dans les témoignages des sourds nés dans les années 1940-1960.

Or, aux Etats-Unis, une technologie s’est mise en place, le TTY (Telephone Typewriter) qui a été développée par un sourd américain, Robert Weitbrecht qui souhaite tenter de sortir les sourds de l’isolement. La situation étant moins pire aux Etats-Unis qu’en France dans les années 1960. Cette technologie s’est rapidement répandue aux Etat-Unis, au sein de la communauté sourde; plus particulièrement chez ceux qui ont une maîtrise nécessaire de l’écrit.

Des sourds français, découvrant ce matériel, vont l’importer en France vers 1980. Or, ce matériel a rencontré quelques résistances pour la simple raison que cela risque de priver les sourds des rencontres en vrai (Des rencontres « peau » comme diraient les Sourds). En fait, certains voient en cette technologie un nouvel étape dans l’inégalité entre ceux qui savent écrire des autres.

Ainsi, ceux qui ont acquis le TTY en France sont surtout ceux qui ont les moyens de l’acheter, et qui peuvent l’utiliser. D’ailleurs, c’est également le début de l’ouverture des lignes téléphoniques au domicile des sourds ce qui ne s’était jamais vu auparavant. De là s’est également développé tout une galaxie de matériel adaptés aux sourds : signaux lumineux, vibrants etc…

L'un rouspète sur la lenteur du "tapage de clavier" de l'autre... (DVD Deaf Pa What?)

L'affiche du DVD Deaf Pa What?

Néanmoins le TTY a des défauts assez rédhihiboires. Il exige, dans le cas d’une conversation, d’avoir les yeux rivés sur l’écran où défile le texte. Or, si l’on lève les yeux pour discuter avec une autre personne sourde, la conversation écrite se perd définitivement. D’autre part, il existe un élément qui est rapidement passé dans les blagues où le sourd qui maitrise avec peine l’écrit tape avec lenteur le texte, l’autre prend le temps de faire le ménage. On peut voir cette scène dans le DVD Deaf Pa What ?, une comédie illustrant tout ce qui est typique aux sourds, dans les années 80.

Le TTY semble ne pas avoir un succès important en France.

Néanmoins arrive le Minitel qui semble s’installer au sein de la communauté sourde à partir de 1985, avec surtout le « Minitel Dialogue ».

Il ne s’agit pas du « 36 15 quelquechose » mais une discussion en direct via le minitel. Quand on appelle quelqu’un, ce dernier décroche et allume le minitel, tout en appuyant sur Connexion/fin. Là s’instaure un dialogue comme l’illustre la photo tirée de l’émission Marche du siècle consacrée aux sourds, en 1992.

Dans l’image tirée de l’émission, on voit le signe que les sourds donnent au minitel, dite par l’interprète placée en haut et à droite de l’image. Ce signe provient du clignotement de l’écran noir, cerclé de blanc.

"Une révolution pour eux". Le minitel dans "Marche du siècle" (1992) Photo tiré d'un enregistrement personnel de l'auteur.

Comme l’illustre la photo, c’est en effet une révolution pour les sourds puisqu’il permet un dialogue à distance. Dans un premier temps, il s’est répandu chez les sourds maîtrisant l’écrit, puis par la suite, chez les autres. De là, un changement de mentalité s’instaure dans la communauté; en particulier le fait de dépendre de moins en moins d’entendants pour tout appel téléphonique.

Un centre relais a été mis en place dans les années 1990 par France Télécom afin de permettre aux sourds de passer des appels téléphoniques aux interlocuteurs entendants. Dans le centre relais, une personne se charge de relayer l’information entre le sourd et l’entendant, l’un via le téléphone et l’autre par le minitel. Là, un nouvel étape dans la révolution des moeurs sourds s’ouvre : pouvoir contacter son médecin directement, ou encore mieux, commander un pizza à midi !

Le début de l'indépendance téléphonique

 

Néanmoins, il existe d’importantes limitations à une utilisation plus massive du minitel. A l’heure actuelle, on ne sait à quel taux les sourds utilisent le minitel, ni même combien de familles de sourds l’ont…

La première entre toutes est celui du français écrit qui est un passage obligé. Certains sourds, ne voulant pas montrer leur niveau très faible, se dispensent de l’utiliser, et d’autres, ayant une capacité de dessin, utilisent de préférence le fax.

Ensuite, le minitel est purement franco-français, et il est donc inutilisable dans les contacts avec les sourds de l’étranger. Le TTY, lui, est toujours utilisé, jusqu’à l’heure de l’Internet, dans les discussions entre la France et les Etats-Unis, de façon ponctuelle.

Dans les années 90, à mesure que le fax se démocratise, il semble que de plus en plus de sourds utilisent plus le fax que le minitel, car il est beaucoup plus visuel, pouvant envoyer des dessins, des photos etc…

Cependant, le fax et le minitel semblent avoir ouvert un nouvel chapitre dans l’Histoire des sourds, celui de constituer des noeuds d’information. En effet, avec l’Info Fax qui prend le chemin de l’info en temps réel. D’autre part, il existe un messagerie dédié aux sourds, utilisant le 36 17. Ces noeuds d’information représentent un moyen nouveau pour les associations sourdes qui pouvaient ainsi mobiliser rapidement leurs membres dans les actions, ou même discuter rapidement de la marche à suivre. De nombreux sourds, membres de conseils d’administration, et vivant d’un bout à l’autre de la France, discutent ensemble de façon bilatérale. Personnellement, j’en ai vu qui ont passé des heures sur le minitel, discutant avec tel président ou sécretaire d’association, sur l’organisation d’une conférence. Non pas en français correct, mais la plupart du temps en « français sourd », c’est à dire du français écrit très fortement influencé par la langue des signes.

En voici un exemple du français sourd : « Moi aller salle réserve, tu peux voir comment payer. Ok ? »

Durant les années 1980 et 1990, les sourds prennent progressivement l’habitude de discuter à distance, avant que survient l’Internet. Mais, il s’instaure également une hiérarchisation entre ceux qui disposent le Minitel et ceux qui ne l’ont pas. Cette hiérarchisation s’est progressivement résorbé depuis une dizaine d’années grâce à Internet, et Facebook, en particulier, qui représente en quelque sorte « le Foyer sourd », où de nombreux discussions animées, à la fois textuel et filmé, ont cours.

Internet et la seconde révolution culturelle

Internet représente un nouvel étape dans la révolution culturelle, avec en particulier une utilisation de plus en plus accrue du webcam pour exprimer ses pensées. Mais, là, on quitte le domaine de l’Histoire pour passer dans la Sociologie et de l’Anthropologie…

Conclusion

Le Minitel est l’un des éléments clés du Réveil sourd des années 1980, et il a permis à une nouvelle génération de sourds de s’appropier les nouvelles technologies, et donc de s’habituer aux discussions à distance. D’une idée initialement prévue pour accéder aux services, comme le 36 15, le Minitel est devenu l’un des moteurs de la révolution culturelle sourde, et dont l’impact reste encore à déterminer, par son ampleur qui est encore peu comprise de nos jours.

Il est donc nécessaire de consacrer une longue recherche sur l’impact des technologies de la communication sur le Réveil sourd, qui me semble fortement sous-estimé. La question est donc : est-ce que le Réveil sourd a été facilité en partie par la technologie ? Ou est-ce que la technologie a été mis à profit dans les luttes en faveur de la langue des signes ? Avis aux Historiens !

 

Bibliographie indicative 

Valérie SCHAFER, Benjamin G. THIERRY, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Nuvis, Cigref, Paris, 2012, 230 p.

André MINGUY, Le Réveil sourd en France, L’Harmattan, Paris, 2009, 332 p.

Sylvain KERBOUC’H, Du mouvement sourd à la parole publique des sourds, Actes du Colloque EHESS Les Sourds dans la cité, EHESS, 15-16 novembre, Paris.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Analyse du film « Triumph over Deafness »

Le titre du film

Triumph over Deafness a été financé par le British CouncilLien ici, un organisme britannique qui subventionne des films, l’équivalent du Centre national de la cinématographie français. Ainsi, ce film, dont le titre montre clairement le sujet : Triomphe sur la surdité, ce qui indique un film expliquant les réalisations faites par les spécialistes de la lutte contre la surdité, afin de faire sortir les sourds du monde de silence.

Je me contenterai, faute de pouvoir analyser les discours audio, de faire des analyse des images qui sont très révélateurs quant à leur vision de la rééducation de l’enfant sourd. Ainsi, ce film indique clairement son orientation en faveur de l’éducation totalement orale, ce qui ne surprend pas vu l’année de sa réalisation qui date de 1946 qui ouvre une période de montée en puissance de l’éducation, non seulement orale, mais également orthophonique avec les instruments électroniques (casques, micros, etc…) qui sont très mis en avant dans ce film.

L’isolement social

Dans les premières minutes du film, les images présentent des auditeurs d’émissions radio de toutes les parties de l’Empire britannique, écoutant, et surtout s’échangeant. Et là, on voit une femme faire de la couture avec sa machine Singer, et qui dérange le mari et les fils. Puis, à la discussion du mari et des fils, le film montre, et insiste, sur l’isolement de la mère qui n’a pu participer aux discussions et donc, retourne à la couture, faute de mieux. (0’22 » – 1’29 »)

Le film passe ensuite vers le test audio de la mère en question, afin d’évaluer l’ampleur de la perte.(1’30 » – 3’00 »).

Les devenus-sourds.

Puis, la scène suivante montre une classe avec des devenus-sourds, avec une nette représentation féminine, et seulement deux hommes, l’un de 50 ans, et l’autre se rapprochant de 80 ans, et se concentrant fortement pour pouvoir suivre le cours d’articulation labiale. (3’05 » – 3’32 »).

L’éducation des enfants sourds

La grande partie du film se concentre beaucoup plus sur l’éducation des enfants sourds. Il insiste beaucoup plus sur l’éducation orale : corrections labiales, de tons, d’intensité… Les enfants semblent être heureux d’apprendre, et de participer aux leçons. Or, et surtout, c’est ce qui a attiré l’oeil, les leçons se font dans un cadre presque idéal : à la campagne, dans un manoir ancien, voire au milieu du jardin en plein soleil. (4’57 »)

Ce film semble insister sur l’importance du cadre pour l’éducation des enfants sourds qui y sont quasiment cajolés. Or, de nombreux témoignages noétomalaliés des sourds âgés contredisent ce film : maltraitance, lieux vraiment peu paradisiaques, personnel parfois peu qualifié, pour en citer quelqu’uns.

En voici un exemple qui m’a été conté, et dont la scène se situerait dans les années 1950, pas si éloigné donc du film. Je ne citerai pas de nom ici, puisque la personne n’a pas souhaité être citée : C’était à l’école, chez les petits. La maîtresse voulait nous faire apprendre à dire « a » de façon constante, sans fausse note. Les meilleurs étaient les demi-sourds qui sont toujours les premiers. Moi, je m’en sortais avec justesse, voulant éviter les sanctions. Mais d’autres n’ont pas ma chance, étant souvent punis pour avoir varié la note vocale : « AAAAAAAaAAaAaaa ». Ainsi, l’enseignante se décide de fesser ceux qui n’ont pas été capables d’êtres constants. Cette punition se fait au vu de toute la classe. » Un second témoignage indique également la maltraitance des enfants sourds : En sortie, on devrait se mettre à deux, en file. Mais, comme les sourds sont très visuels, et souvent se retournent d’instinct quand un camarade l’appelle par une tape sur l’épaule. Le surveillant, pour rappeler à l’ordre, frappe tout simplement sur la tête avec la chevalière qu’il avait sur le doigt.

Un autre témoignage montre de ce qui se passe dans les écoles de sourds, tenus par les religieux. Ces témoignages présentent des scènes datant des années 1910-1930 : On avait une religieuse qui était réputée d’avoir tendance à frapper, avec un bâton souple. On avait tous 6-8 ans, et on craignait ses sanctions. Or, quand elle sortait pour une affaire quelque chose, et comme j’étais la plus débrouillarde de toutes, je me décidais de dissimuler le bâton derrière le tableau noir, après l’avoir brisée en plusieurs morceaux. Les punitions pour avoir utilisé la langue des signes étaient fortes : mise au noir dans un placard, mains attachées dans le dos, moqueries.

Les douches étaient également redoutées par les jeunes filles sourdes de ces écoles, puisqu’elles n’y avaient quasiment peu d’intimité : Je n’aimais pas trop aller aux douches, même pour y brosser les dents, puisque certaines religieuses y allaient régulièrement pour nous « surveiller » avec un certain plaisir… Je m’y lavais le plus vite possible avant de sortir, car certaines peuvent aller jusqu’à nous laver, alors qu’on n’était plus petites… 

L'orthophonie

Les séances d’éducation orale (6’07 ») ressemblent à des jeux pour les enfants sourds ; mais il sont même parfois mal supportées, d’après des témoins, surtout quand il fallait sentir la bonne vibration vocale, en touchant de la main, le cou de l’orthophoniste ou de la religieuse : Je sentais piquer les epingles qui retenaient sa voile, et la crasse de la transpiration sur son cou, je ne retenais rien de ce qu’elle tentait de me faire comprendre, entièrement concentrée sur la sensation qui me faisait hausser le coeur. Ce genre de témoignages se retrouvent régulièrement auprès des sourds âgés. Ces craintes se confirment auprès des témoins, et encore maintenant, qui préfèraient se retenir afin que ce mauvais moment se passe rapidement.

D’autre part, ce film, insistant fortement sur l’éducation orale, présente des enfants sourds heureux de pouvoir parler, et de participer aux exercices. Est-ce que c’est le cas ? Il semble que les témoignages indiquent le contraire. On peut peut-être comprendre pourquoi il n’y a quasiment pas de scène d’orthophonie avec des sourds plus grands qui ressembleraient moins à des jeux.

Il y a un autre élément qui m’a fortement frappé dans ce film. L’absence quasi-totale du travail écrit de la part des élèves sourds, que ce soit sur cahier, ou sur tableau. Tout semble être complètement orienté sur l’éducation orale, et non intellectuelle, puisqu’il s’agit justement de soin. Ainsi, dans le film, une scène présente des élèves allant au tableau écrire une phrase, l’institutrice demande d’articuler la phrase, et corrige la vocalisation (13’09 » à 14’42 »).  Puis, les scènes suivantes présentent des adolescents apprendre des métiers. Mais, pas une seule scène présentant une classe avec des élèves écrivant sur un cahier ce qui indique que l’éducation orale est prioritaire par rapport au savoir, et donc, ce film s’inscrit dans une logique de soin de la surdité, d’où le titre Triumph over deafness.

Les détails

Ce que j’appelle ici les « détails », ce sont justement de ce que les enseignants ont recours, ou même tolèrent, en particulier chez les petits (8’08 » – 11’09 »). Des enfants sourds signent spontanément et brièvement, avant de se retenir.  (12’55 » à 12’57 »).  D’autre part, certains, en file, se retournent pour vérifier s’ils ne se sont pas trompés (12’39 » à 12’47). Parfois, ils se retournent, croyant être appelés par leurs camarades (13’11 » à 13’13 »).

Dans la partie où des filles écrivent au tableau, et oralisent par la suite, à la fin de la scène, on remarque que la fille tenait du bout de ses doigts sa tunique, essayant de réussir (14’32 »), dans une posture rigide. On peut dire que c’est un moyen pour s’empêcher de dresser des arabesques avec les mains, et donc s’éviter d’être puni. Et, il semble bien que de nombreux témoins ont eu recours à de tels solutions.

Les doigts sur le tissu.

La scène où les garçons sont mis en cercle, avec des casques aux oreilles, pour un test audio (14’43 ») , est assez parlant par le détail : le garçon blond à la gauche de la vidéo regardait l’enseignant, et ayant un doute, voyait par la suite un de ses camarades s’il y a eu le son, et lève la main par la suite (14’47 »). Ce détail est très révélateur puisque cela illustre la réalité de la situation qui aurait échappé aux réalisateurs du film : les enfants sourds comptent plus sur leurs camarades pour répondre à une situation, en cas de doute.

Au moment où le film présente des apprentis-tailleurs, on voit l’enseignant expliquer à l’élève la bonne position de l’aiguille. Il a recours aux gestes universels pour se faire comprendre de l’élève (15’57 » – 16’00 »). Et c’est effectivement ce qui se passe souvent dans les ateliers des institutions spécialisés, où ces enseignants, souvent d’anciens ouvriers, préfèrent y avoir recours afin de gagner du temps.

A la 16’24 », les apprenties-couturières sont montrées, en plein activité, or, l’enseignante, après avoir parlé, face à la perplexité de l’élève, lui fait signe de coudre.

Le malentendu.

La scène de la piscine, à la 17’53 », montre l’enseignant, tout en retenant l’élève, semble lui expliquer oralement comment nager. Or, l’élève s’est subitement retourné, surprenant l’enseignante, lui disant vouloir aller dans l’autre direction en langue des signes, et s’y attelle immédiatement, au déplaisir de l’enseignante qui a articulé « no » au moment où cette élève lui tournait déjà le dos.

A la scène suivante, lors d’une compétition de la natation, un jeune supporteur blond, assis sur le rebord, à la droite de l’image, s’est retourné vers son camarade et lui signait quelque chose se ressemblant à « regardez-le, du troisième, au quatrième » (18’09 » – 18’11 »).

Conclusion

Ce film est intéressant du point de vue historique, puisqu’il présente l’éducation des enfants sourds sous un angle idéal, voire de propagande à une époque où l’éducation orale était imposée à quasiment toutes les écoles d’Europe, et des autres continents. Or, seulement 80 ans plus tôt, ces écoles pratiquaient une autre éducation, nettement plus orienté sur l’instruction intellectuelle des enfants sourds. L’argumentaire visuel employé est plus dans le ton de la sauvegarde, de sauver les enfants sourds du monde de silence grâce à la technologie et à la science, avec la présentation du matériel.

Par conséquent, ce film, où tout est fait pour présenter le miracle de l’éducation orale, avec la présentation finale d’une ancienne élève de l’école en question, et qui parle parfaitement a été fait pour convaincre les parents de la pertinence de la méthode. Mais, est-ce qu’il a atteint ses objectifs ? On peut penser que non, au vu de la vigueur de la communauté sourde actuelle, où l’emploi de la langue des signes est encore plus visible qu’en 1947.

 

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter