Archives de catégorie : Actualités / News

Les Sourds et le monde politique

Aujourd’hui, le 27 janvier a eu lieu la prise de serment au parlement espagnol.

Le leader de Podemos, Pablo Inglesia, a prêté serment en espagnol, et en noétomalalien espagnol ! Cela m’a étonné, puisque rien ne le contraint à le faire. C’est sans savoir que parmi les Podemos élus compte une sourde. Cette dernière, enseignante en langue des signes, a été élue sénatrice de la région de Valence, et elle vient de prêter serment au sénat espagnol.

Pila Lima (Source : Podemos)

Pilar Lima (Source : Podemos)

A ma connaissance, et j’espère que les historiens espagnols spécialisés dans l’histoire des Sourds ajouteront leur précision, cela n’a jamais été fait auparavant, et c’est donc une première en Espagne. Cela apporte un vent nouveau dans le monde politique si monolithique.

Cependant, ce n’est pas une première européenne. Un autre Sourd a été élu député européen, il s’agit d’Adam Kosa, Sourd hongrois. On voit ici sa première intervention dans le parlement européen, en 2009. Il a été réélu en 2015. On peut lire ici un interview sur son parcours.

 

Dr. Ádám Kósa – Deaf MEP addresses European Union Parliament from Alison B on Vimeo.

[Mise-à-Jour, suite aux dernières informations fournies par une lectrice, Christelle Balard] Deux autres députés Sourds ont également été élus dans leurs pays respectifs : Gergely Tapolczai au parlement hongrois (élu en 2010, et réelu en 2014), et Helga Stevens, élue au parlement flamand, en Belgique.

Or, ce n’est pas une première mondiale, avant lui, un canadien a été élu député, Gary Malkowski, au parlement d’Ontario en 1990. Il a été le sujet d’un reportage par l’émission l’Oeil et la Main.

Est-ce que c’est tout ? Il faudrait organiser un séminaire de recherche afin de récolter les informations historiques sur les Sourds ayant participé au monde politique, pour que l’on ait un aperçu de la situation. Cependant, il semble certain que c’est un phénomène qui va en s’accroissant depuis une dizaine d’années. Je fais mention ici des Sourds élus députés, aux premiers rangs de la vie politique. En France, il y a eu un assistant parlementaire Jeremy Boroy, et un suppléant à l’Assemblée Nationale, actuellement en poste, Raphaël Bouton.

Au niveau historique, la première tentative archivée d’une réelle participation à la vie politique de la part des Sourds semble être celui de Ferdinand Berthier, aux élections de 1848. Cette première tentative ne s’est pas concrétisée, mais cela a entraîné à une participation à la vie municipale de nombreux Sourds, à la Belle Epoque, et depuis une trentaine d’années.

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS - tous droits réservés)

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS – tous droits réservés)

Ainsi, on constate une augmentation régulière de la présence des Sourds dans la vie politique. Quels ont été les éléments facilitateurs de ce phénomène ? J’en vois deux : l’accès aux interprètes, et à la qualité de travail de ces interprètes. L’accent mis sur la qualité de formation, et donc, de la compétence bilingue noétomalalien-langue orale, fait que les candidats Sourds ont plus de facilité à convaincre (avec un travail de préparation au préalable).

Et d’autre part, un troisième élément doit être aussi pris en compte. Je sais clairement que cela déclencherait une polémique, et ceci n’est pas mon intention. Il s’agit de l’accès aux études. Ainsi, on peut remarquer que plus de Sourds ont accès aux études supérieures (que ce soit universitaires ou non), et qu’ils ont plus de moyens intellectuels pour avoir l’audace de candidater aux élections. Le fait que des Sourds noétomalaliens incite également à la question de la place du noétomalalien dans l’éducation de l’enfant Sourd, et donc, encore, du renforcement intellectuel de l’enfant Sourd grâce au noétomalalien.

En tout cas, il y a matière à réflexion sur l’histoire de la participation politique des Sourds.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Sourds en Colère, un aperçu…

Connaissez-vous les Sourds en Colère  ? Reconnaissez-vous ce logo ?

Le logo de Sourds en Colère

Le logo de Sourds en Colère

 

A une certaine époque, cette association représente une vraie révolution dans les moeurs associatives, et dans le regard de la communauté. Or, c’est le 16 octobre 1993 que cette association est fondée, constituée dans le but de clarifier une situation obscure, confuse.

Un phénomène inquiétant (1989-1993)

A l’origine composée d’enseignants sourds, de professeurs de langue de signes française (ou de la noétomalalie, si vous préférez), inquiets de voir un phénomène apparaître et s’enfler tel qu’une épidémie, sans qu’aucune explication rationnelle ne soit fournie. Ce phénomène, qui a surpris les Sourds des années 1989-1993, prend des proportions incroyables et surtout, que les demandes d’informations de ces enseignants se buttent souvent face à une fin de non-recevoir de la part des directions des institutions spécialisées.

Or, face à ce mur de silence, les enseignants, souvent se connaissent entre-eux, vu la petite taille de la communauté sourde que l’on peut comparer comme un petit village, ont décidé de se rencontrer et de s’échanger d’informations face à ce phénomène. Ainsi, cette réunion a donné lieu à des découvertes étonnantes d’un fait qui a été occulté depuis trente ans : des expérimentations de l’implantation cochléaire sur des êtres humains.

La rencontre avec un sourd qui a participé à ces expérimentations a déclenché une sorte d’indignation. En effet, on assiste à une forte augmentation d’enfants implantés, mais, un détail fait que les enseignants sourds ont rejeté cette technologie. Il s’agit du fait que c’est une technologie encore en expérimentation, et par conséquent, les enfants sourds sont considérés comme des cobayes, et où l’on fait signer aux parents une décharge de responsabilité légale de la part des chirurgiens en cas d’échec de l’expérimentation.

La naissance d’une colère (1993)

Ainsi, face à cette masse d’informations, et surtout, face au refus de voir les associations de Sourds comme des associations de défense d’une particularité linguistique et culturelle, la colère s’accumule, et il est décidé de se constituer en une nouvelle association, sur le modèle d’Act-Up, où les actions choc permettent d’interpeller la société sur ce qui cloche au niveau des informations médicales.

C’est également une lutte contre la médicalisation croissante et lourde de l’éducation de l’enfant sourd où tout est orienté vers la chirurgie comme la solution ultime de la surdité. C’est là, le premier choc direct et frontal entre deux conceptions opposées du fait d’être sourd :

La surdité comme un handicap

Le fait d’être sourd comme une différence

Cette opposition de conceptions, existante depuis des dizaine d’années, prend là toute son ampleur, et surtout, ce clash est assez unique dans le monde. Puisque c’est surtout en France que la colère a entraîné la création d’une association activiste de la défense des droits des sourds, et des enfants sourds à choisir leur avenir. L’inquiétude des enseignants sourds est de voir les enfants se faire imposer une chirurgie non vitale, et dont il existe d’autres solutions moins invasives, et surtout qui mettent moins en jeu la vie des enfants.

A l’origine prévue pour des adultes qui ont fait le choix en conscience (bien que des faits laissent penser le contraire, comme le cas d’un sourd, dont je tairai pour l’instant le nom, qui a fait l’objet de 16 opérations, 7 d’une oreille et 8 de l’autre oreille !), les déclarations des médecins, souhaitant faire abaisser l’âge de l’opération, ont soulevé l’indignation. Il est vrai qu’il y a une forte concurrence internationale entre les équipes de recherches pour la mise au point de cette technologie, et dès le début des années 1990, on préconise, en Allemagne, l’opération dès un-deux ans.

Le choix d’un logo

Le logo, que vous voyez en haut de ce billet, est un logo éclairant sur plusieurs points. Sur le modèle du triangle rose sur fond noir d’Act-Up, les membres du SEC se sont inspirés du triangle bleu que l’on donnait aux sourds dans les camps de concentration. La référence aux traitements réservés aux sourds sous le IIIe Reich est très forte, puisque plus de 13 000 sourds ont été stérilisés entre 1933 et 1945, et dont 5000, principalement de confession israélite, ont été tués dans les camps. Le traitement des sourds par les nazis a fait l’objet de nombreuses études, principalement américaines et allemandes (Ici et ).

Le triangle bleu, à l’origine avait sa pointe vers le bas. Et donc Sourds en colère la fait dresser par le haut, en symbole de la dignité, et du refus de la résignation. Et pour rejeter cette stigmate, un poing rageur la fracasse.

Cette référence à ce que certains considère comme une Holocauste Sourde a fortement choqué de nombreux observateurs, surtout médecins qui ne se considèrent pas comme des êtres sans coeurs, cherchant délibérément à faire disparaître une communauté. Or, les déclarations sur la future disparition de la surdité ont été vécues par les Sourds comme une volonté de « génocide ». Ce clash verbal s’est accompagné de nombreuses actions fracassantes, toujours sur le modèle d’Act-Up.

Les actions avant-gardistes

Or, en France, la création de Sourds en Colère s’est rapidement suivie d’une action des membres de la communauté sourde contre un colloque sur l’implant cochléaire, à Lyon, en 1994. Cette manifestation, qui a été qualifiée de  folkloriques (en perturbant certaines réunions scientifiques), a été vue par la communauté comme une première, avec des actions de perturbation de présentation des recherches, de blocage de portes, à la manière des actions Act-Up :

Vidéo 1ere partie     Vidéo 2eme partie

Or, c’est aussi le moment où la communauté sourde prend conscience qu’elle est plus que fragile, et que les acquis obtenus depuis 1977 (où le noétomalalien, par un décret, n’est plus prohibé dans les établissements), les écoles bilingues, les progrès de la langue des signes, l’acceptation sociale de cette langue.

La prise de conscience de la fragilité de la communauté incite certains membres à aller plus en avant dans leurs actions, et surtout, à ne pas laisser s’éteindre cette indignation. D’autres actions rapides, appelées « ZAP » ont eu lieu, visant principalement les colloques, mais également un concert organisée dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris, où six Sourds, en t-shirt blanc frappé du logo « SEC », s’étaient installés dans le choeur, en attendant l’arrivée des auditeurs. Ayant été pris pour des chanteurs de choeur, ils n’ont pas été inquiétés, et au commencement du concert de musique classique, des sifflets ont été utilisés.

Perturbant par le son, accentué par les ogives de la cathédrale, l’assistance préfère fuir, et quitter le lieu. Cette action représente l’une des plus mémorables de la part des militants SEC. Or, on remarque là l’ironie de l’histoire. C’est par le son qu’ils ont fait sortir ceux qui voulaient faire entendre les sourds.

Il y a eu un autre événement, au cours de l’années 1995-1996 : l’occupation des locaux ORL de l’hôpital de Saint-Antoine, à Paris. Cette occupation a été faite dans un esprit pacifique,

Un intérêt des médias peu important

La presse s’y s’est progressivement intéressée. Le dossier dont la revue Vacarme a consacré au mouvement Sourds en colère, dossier essentiel dans la compréhension de cette indignation, pose la question de la place du sourd adulte dans l’éducation de l’enfant sourd, des choix opérés, et surtout, de comprendre le regard du sourd sur le « traitement de la surdité ».

L’interview que les journalistes de Vacarme ont faite éclaire en quoi ce regard démontre : une obsession de faire entendre, alors que l’urgence est justement d’avoir une meilleure éducation. Cette opposition de vue entre le traitement médical, et une éducation par la langue des signes est une opposition ancienne entre le docteur Gaspard Itard qui cherche à soigner par la chirurgie, et Roch-Ambroise Bébian qui considère le Noétomalalien le meilleur vecteur éducatif de l’enfant sourd, au début du XIXe siècle.

Néanmoins, cet intérêt reste fortement minoritaire, car le refus du soin reste fortement peu compris de la part de la société qui voit la surdité comme un manque, une déficience, alors que les Sourds veulent au contraire en faire comme un avantage, une différence.

Une désolidarisation des associations conventionnelles

Or, bien que le mouvement Sourds en Colère ait fortement perturbé tout au long des années 1990 la course aux implantations en France, la faisant reculer dans le classement des pays, les promoteurs de cette technologie considèrent « La notion de « monde des sourds » est le fruit tardif des efforts de l’abbé de l’Epée pour insérer les sourds profonds dans le monde des bien-entendants. Jusqu’à l’arrivée de l’implant cochléaire, appartenir au monde des sourds, avec sa langue propre, était dans bien des cas un traitement palliatif de ce handicap, permettant l’épanouissement de l’individu qui en était atteint. » (source)

L’institution d’un comité ethnique, composé de médecins et de représentants d’associations sourdes commence à faire calmer les choses, et surtout diminué le rythme des implantations. Ainsi, dès 1995, le mouvement Sourds en Colère semble être moins suivi par les principales associations de la communauté, inquiète de voir se prolonger le mouvement de l’indignation, et donc craignent d’être débordées par celle-ci.

L’inquiétude semble se porter sur le regard des autorités sur la communauté sourde, où la crainte, de la part de ces associations, d’être considérés comme des individus sauvages, peu respectueux des conventions sociales. Et surtout sur la crainte, sur des fondements non prouvés, de perdre des subventions si ce mouvement se prolongeait.

Le « zap » contre Matignon, en 1997, semble avoir consommé cette rupture. En effet, après l’institution du comité d’ethnique, l’objectif des Sourds en Colère a été de cesser la médicalisation de l’éducation des enfants sourds, et de promouvoir une éducation bilingue. Les méthodes inspirées d’Act-Up semblent ne pas être partagées par les dirigeants de ces associations. En effet, la rupture est aussi celle d’une rupture entre deux générations, celle qui a participé au Réveil Sourd des années 1970, et celle, née au début des années 1970, qui voit le mouvement du Réveil sourd se ralentir, et donc se scléroser.

L’entrée en sommeil (1999-2013)

Exposés à l’isolement de la part de leurs « alliés » qui se sont désolidarisés, les membres de Sourds en Colère peinent à atteindre leurs objectifs, et tentent de ranimer la flamme de l’indignation. Mais, cinq ans après, l’énergie qui l’animait était épuisée, et surtout, l’institution du comité d’ethnique donne un faux sentiment de sécurité aux dirigeants des principales associations sourdes.

Par une discussion interne, il est décidé à ce que l’association entre dans un sommeil, jusqu’à ce que les conditions s’y prêtent. Ainsi, l’association Sourds en Colère n’a jamais été fermée, ni dissoute. Elle existe encore de nos jours. Entre temps, OSS2007 est fondé, prenant quasiment les mêmes actions, et les mêmes objectifs : par des actions spectaculaires, interpeller l’opinion sur la situation catastrophique de l’éducation des enfants sourds.

Et d’autre part, les difficultés de la principale association de la communauté sourde française entraine une absence croissante de la représentation des sourds auprès du comité d’ethnique, et par conséquent, en France, l’implantation cochléaire connaît un fort rebond.

Conclusion

La question de la surdité, et du regard posé sur elle (culturelle ou médicale) reste encore actuelle. Surtout avec le décret du dépistage précoce de la surdité, à +3 jours de la naissance, décision qui a été vue comme une promotion directe de l’implantation très précoce des enfants sourds, et des possibles dérives de cette politique. Ce décret, mis au Journal Officiel, a été fait lors de l’entre-deux tours de la présidentielle de 2012, en catimini, après qu’un projet de loi, et un d’amendement de dépistage précoce aient été rejetés par le conseil d’état.

D’autre part, la question de la classification de la surdité dans la catégorie « maladie » (dont le terme doit être vérifié à l’heure de l’écriture de ce billet), et non plus dans la catégorie « état physique » entraîne toute une machinerie visant à traiter cette « maladie » par tous les moyens dont la promotion de l’implantation cochléaire.

Pour la communauté sourde, après les acquis sociaux et culturels des années 1970-1990, on assiste là à un coup d’accélérateur de la médicalisation de la surdité et du déni croissant de l’existence même de la communauté sourde, à l’heure où de nombreuses études universitaires attestent de leur existence.

Cette opposition entre deux visions ne semble pas avoir de solution, en ce moment-même, et qu’un mouvement international d’opposition à l’implant cochléaire semble monter. L’inquiétude des Sourds provient justement de la difficulté de trouver des informations claires, précis sur cette technologie, de ses taux d’échec et de succès, d’une étude qui prenne du recul sur ce que ce « traitement » porte. On ne dispose pas d’étude qui en fasse le bilan, et c’est ce que pointent la plupart des associations de Sourds… Et cet article de Rue89 éclaire un débat encore chaud : Pourquoi les sourds ne veulent pas entendre ? qui a eu une réponse de l’autre côté.

Qu’en arrivera-t-il ? Ceci n’est plus de l’histoire… Cependant, les années 1990-2010 représentent une période d’affrontement entre les médecins qui veulent soigner, et les Sourds qui veulent promouvoir la langue des signes française. Un affrontement entre deux conceptions inconciliables de la surdité…

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Childéric et l’ouvrier sourd-muet

Quelques bijoux du trésor (Chifflet, 1655, p 97)

Voici 360 ans que l’on a découvert le tombeau du roi franc Childéric, le père de Clovis, et l’un des principaux dirigeants de l’Empire Romain d’Occident finissant. Le trésor de cette tombe a été volé et fondu dans les années 1830, et on ne dispose que quelques pièces épars et des gravures de ce trésor (Consultable ici, mais en latin !). Or, ce n’est pas le principal sujet de ce (court) billet. En effet, ce qui nous intéresse plus, ce n’est ni la tumultueuse vie de Childéric, non plus les origines de la royauté franque, mais bel et bien de comprendre qui est le « découvreur » de ce trésor.

Ainsi, il semblerait, jusqu’à preuve du contraire, que le découvreur serait un sourd-muet du nom d’Adrien Quinquin. De lui, on ne sait rien du tout sauf qu’il serait ouvrier, chargé de démolir une maison. Le 27 mai 1653, en cassant quelques pierres, il tombe ainsi sur le trésor franc, et est entré par hasard dans l’Histoire. Mais, quelle a été sa vie, comment sait-on son nom, et surtout, quelle a été sa réaction au moment de la découverte ?

Qui est Adrien Quinquin ?

Cette question, simple en soi, est ardue à répondre, vu que l’époque n’est guère propice aux archives, et la région de Tournai était à cette époque une localité des Pays-Bas espagnols, et donc, non encore soumis à l’ordonnance de Villers-Coterêts de François Ier qui a institué, un siècle plus tôt, l’obligation de tenir des registres de population pour chaque paroisse du royaume de France, en français, et non en Latin.

Cependant, de nombreuses sources font état de sa situation.

Dans le La religion des Gaulois, tirée des plus pures sources de l’antiquité, volume 2, du Bénédictin Jacques Martin, écrit en 1701, soit 50 ans après la découverte de la tombe, l’auteur mentionne : « Le Curé de S. Brice de la Ville de Tournai ayant fait creuser proche du Cimetiere de la Paroisse, à la hauteur de quelque sept pieds ou un peu plus, quand on fut venu jusqu’à la pierre vive, un nommé Adrien Quinquin, Tailleur de pierre, trouva d’abord une boucle d’argent et un moment après un bourse ronde de cuir ou de peau pourrie, contenant plus de cent pièces d’or. Cette découverte produisit dans Quinquin un si grande surprise, que tout sourd et muet de naissance qu’il étoit, il ne laissa pas de pousser de cris confus, qui fire accourir bien du monde. » (P 337)  (Consultable directement ici) D’autres sources anciennes reprennent la même information, (ici et ), et une plus récente n’en fait pas mieux (là encore)

Ce que l’on sait de ce sourd-muet, c’est qu’il est considéré comme sourd-muet de naissance, ce qui est un élément d’importance, puisque cela à un grand impact sur son éducation. En effet, être sourd de naissance, ou être devenu sourd sur le tard entraîne une situation différente. Dans son cas, on voit bien qu’il est arrivé à une situation relativement intéressante : ouvrier tailleur de pierre. D’autres sources disent qu’il est terrassier… Dans le cas de l’ouvrage de Jacques Martin, il est précisé « tailleur de pierre ».

Cette précision est intéressante, d’autant plus que l’on l’a chargé de creuser des fondations d’une hospice. Cette confiance envers d’un sourd-muet contredit une légende sans cesse reprise depuis le XIXe siècle qui dit que les sourds-muets sont des malheureux rejetés par la sociétés, et dissimulés au fond des couvents. Or, le métier d’Adrien Quinquin est à plus d’un titre intéressant. En effet, à cette époque, il fallait faire un long apprentissage pour exercer cette profession. Le fait qu’il soit considéré comme tailleur de pierre, et non simple ouvrier, montre la reconnaissance de ce sourd-muet de la part de la corporation des tailleurs de pierre, et par conséquent, le fait que son maître tailleur de pierre l’ait engagé est une autre indication de sa possible compétence.

Est-ce que l’on l’ait engagé par charité ? Si l’on regarde l’exemple de Pierre Desloges, un siècle plus tard, on peut dire que non, puisque Desloges, de son côté est relieur, et il a déclaré dans sa lettre publiée dans Le Mercure de France, du 18 décembre 1779 : « venu à Paris à vingt et un ans, mis en apprentissage contre l’avis de mes parents qui me jugeaient incapable de rien apprendre; obligé de chercher de l’ouvrage pour subsister; sans appui, sans protection, sans ressource, réduit deux fois à l’hôpital faute d’ouvrage.. »

Par conséquent, à cette époque, les sourds-muets ne vivent pas nécessairement de la charité, mais sont obligés de travailler pour pouvoir vivre. Et donc, dans le cas d’Adrien Quinquin, le fait qu’il ait le titre de tailleur de pierre permet d’envisager qu’il puisse être officiellement ouvrier tailleur de pierre sous les ordres d’un maitre. Il se peut que dans les registres de l’église de Saint-Brice qui avait financé la construction de l’hospice, on trouve la mention du maître de construction, chargé de démolir et de construire l’hospice.

Où est ce que ce sourd-muet ait résidé ? Si l’on considère qu’il fasse partie de la corporation des tailleurs de pierre, il se peut qu’il ait résidé sur la paroisse de Saint-Piat, sur la rue actuelle du Quai Taille-Pierre. (Informations complémentaires ici) D’autre part, si l’on poursuit cette réflexion. Le fait d’être mis en apprentissage exige une signature d’un contrat où les deux parties (le maître et l’apprenti) s’engage à respecter leurs obligations respectives. Cela peut montrer que l’on s’est soucié, durant la jeunesse d’Adrien Quinquin, de son avenir et que l’on lui a permis d’avoir un métier. Il se peut également qu’il soit issu d’une famille de tailleurs de pierre, ce qui n’est pas rare à cette époque. (Comme Claude-André Deseine, sculpteur sourd de la fin du XVIIIe siècle, qui est issu d’une famille d’artistes et de sculpteurs).

5380470-8028114

Bannière de la corporation des maçons et des tailleurs de pierre
(Source : http://www.lesamisdetournai.be)

 

Conclusion

A travers cette analyse se met en relief les conditions de vie des sourds à cette époque, dans les grandes villes d’Europe du nord et de l’ouest. Son cas, et celui de Pierre Desloges, illustrent la nécessité de la part des sourds, de se débrouiller pour pouvoir vivre, mais, qui peuvent également compter sur des relations pour avoir une situation meilleure.

Mais, la réflexion ne peut aller plus loin sans trouver des documents attestant clairement le placement des sourds-muets en apprentissage. Par conséquent, il est plus que nécessaire de retrouver la trace, dans les archives de telles mentions, et donc de conduire à leurs analyses pour comprendre justement la place qui est accordée à ces sourds dans la société. Cette analyse apporte une nouvelle lumière sur le regard de la société envers ces sourds, et donc, de comprendre l’évolution au cours des siècles de ce regard.

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

L’inauguration du Musée Sourd de Louhans, le compte-rendu !

L’ouverture d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds est un événement assez rare, encore plus quand cela se situe en France, dans la belle ville de Louhans qui a désormais un autre élément touristique que ses 157 arcades : le Musée Sourd. (La page facebook du Musée Sourd est ici)

Ainsi, son inauguration, survenu le 9 mars dernier, a attiré un grand nombre de personnes, la plupart venus des territoires des Ducs de Bourgogne, mais également d’Allemagne avec le vice-président du Deaf History International, Helmut Vogel, et quelques parisiens. La présence du maire de Louhans, et des personnalités locales a été également remarquée.

L'inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration avec les personnalités locales.

L’inauguration commence par quelques discours tournant sur le long travail de 12 années par Armand et Yvette Pelletier, du rôle de ce couple dans le développement associatif sourd en Bresse, et surtout, de la redécouverte du tombeau de Ferdinand Berthier, oublié depuis un siècle.

Les fondateurs, Armand et Yvette Pelettier, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Les fondateurs, avec Yves Delaporte, du Musée Sourd.

Un livetweet a été réalisé de ma part : #MSourds 

Un élément intéressant qui indique la prise de conscience des autorités en ce qui concerne la spécificité des Sourds. Ainsi, il est admis à reconnaître que les Sourds ne sont pas que des personnes handicapées, mais qu’ils aient une histoire, une langue, et une culture spécifiques qu’il faille faire reconnaître à travers un musée qui leur soit consacré.

Par la suite, l’intervention du vice-président de Deaf History International a été l’une des plus

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

Helmut Vogel, vice-président du Deaf History International

appréciées. Venu de Francfort, Helmut Vogel montre son plaisir de voir se créer un Musée dans l’un des pays les plus riches en Histoire des Sourds, et de sucroît dans la région natale de Ferdinand Berthier, l’une des personnalités sourdes les plus connues mondialement !

Puis, une présentation de l’équipe du musée, la plupart constituée de bénévoles est faite.

 

Puis, en terminant, le Musée demande à ceux qui disposent des vieilles archives, des photographies anciennes, et tout ce qui relie à l’Histoire des Sourds, en fassent don au Musée. On pense particulièrement aux descendants des dirigeants associatifs sourds qui ont gardé ces archives et qui apporterait un grand intérêt aux chercheurs et étudiants !

D’ailleurs, les archives conservées par le Musée sont ouverts aux chercheurs et aux étudiants, et recherche des volontés pour les classifier, avis aux amateurs !

L'équipe du Musée, entourant les Pelletier.

L’équipe du Musée, entourant les Pelletier.

Après les discours, un pot est ouvert aux assistants, mais le monde était tel qu’il est difficile de se frayer un chemin vers les tables !

L’après-midi est organisé un circuit de visite sur les traces de Ferdinand Berthier, en commençant par le buste, sculpté par le Sourd Jean-Pierre Maussaléna,pour finir sur le tombeau de Ferdinand Berthier, dans le village de Sagy où il est né.

Le circuit a permis de découvrir le village natal de Ferdinand Berthier, où une rue lui a été attribué, le premier en France, mais le second qui ait été donné à un Sourd. Le premier a été celui de Frédéric Peyson, fameux peintre sourd de Montpellier.

Conclusion

L’inauguration du Musée comble un grand vide dans le paysage culturel sourd. En effet, dan les années 1970, un musée Sourd a existé à l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, jusqu’à ce qu’un adminsitrateur de l’époque décide de faire table rase de ces « vieilleries », et où de nombreuses oeuvres réalisées par de nombreux artistes Sourds ont été perdues. Par conséquent, le Musée louhannais a comblé ce vide, en permettant aux Sourds d’avoir un lieu de mémoire et de préservation d’archives.

Néanmoins, ce lieu nécessite de plus de reconnaissance et d’appui financier pour pouvoir exister. Ainsi, ceux qui souhaitent soutenir, aider, ou même apporter une contribution sont appréciés.

La tombe de Ferdinand Berthier.

La tombe de Ferdinand Berthier.

—-

Le lien direct du site du Musée sera en ligne très prochainement !

Les photos proviennent de la page facebook Histoire des Sourds de France

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Inauguration d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds

Ce carnet à pour vocation de faire connaître les travaux de recherche sur l’Histoire des Sourds. C’est également le meilleur vecteur de diffusion des derniers événements ayant un lien avec la recherche. Par conséquent, j’ai le plaisir de vous faire partager l’information suivante : l’ouverture d’un musée consacré à l’Histoire des Sourds. 
 
Ce musée, je le précise, comporte des archives qui peuvent intéresser les chercheurs comme vous, et ainsi, espérons que ce musée deviendra l’un des lieux incontournables de la recherche historique ! 
 
Voici ci-dessous la lettre de l’équipe du musée : 
L’association Culture et Langue des Signes Ferdinand Berthier, le comité du Musée et la municipalité de Louhans sont très heureux de vous annoncer l’ouverture du musée de l’Histoire et de la Culture des Sourds à Louhans lors de son inauguration le samedi 9 mars 2013 à 10h.
 
Une conférence aura lieu au musée à 14h30 et sera suivie d’une visite à Sagy où se trouvent la tombe de Ferdinand Berthier et sa maison familiale. Cette visite prendra fin aux alentours de 18h.
 
Le musée se trouve dans les dépendances de l’Hôtel-Dieu, 14 rue Edgar Guigot 71500 Louhans.
 
Le déjeuner est libre.
 
Si vous souhaitez participer à cet évènement, merci de confirmer votre présence par retour de mail à l’association CLSFB : association.clsfberthier@live.fr, par fax : 03 85 74 96 48 ou par tél : 03 85 75 55 81 avant le 25 février 2013.
 
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter directement par mail :museesourds.louhans@yahoo.fr
 
Notre site étant en cours de réalisation, et en attendant le jour J, voici une info pour mieux connaitre l’histoire du musée :
 
A très bientôt!
L’équipe du musée
En version anglaise (English Version)

The Association of Sign Language and Culture Ferdinand Berthier, the Museum Committee and the Municipality of Louhans are very pleased to announce the opening of the Museum of History and Culture of the Deaf Louhans at its inauguration on Saturday 9 March 2013 at 10am.

A conference will be held at the museum at 14:30 and will be followed by a visit to Sagy where the tomb of Ferdinand Berthier and his family home. This tour will end at around 18h.

The museum is located in the outbuildings of the Hôtel-Dieu, 14 Rue Edgar Guigot 71500 Louhans.

Lunch is free.

If you want to participate in this event, thank you to confirm your attendance by return mail to the association CLSFB: association.clsfberthier @ live.fr, fax: 03 85 74 96 48 or by phone: 03 85 75 55 81 before February 25, 2013.

For further information, you can contact us directly by mail: museesourds.louhans@yahoo.fr

Our site is under construction and pending on the day, here is an info to learn more about the history of the museum:

http://www.lejsl.com/bresse/2012/09/04/pour-faire-entendre-leur-voix

See you soon!
The museum team

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Olympiades sourdes, les origines.

En ces temps des olympiades à Londres, dont des textes ayant un lien fusent. On ne va pas déroger à la « mode olympique ». Ainsi, on va expliquer les origines, et surtout le pourquoi les sourds ont leur propre olympiades depuis 1924.

En ce moment, en 2012, il existe une fédération olympique sourde, le Comité international du sport sourd, l’ICSD. Dans le site en question, il existe une page sur l’histoire des Olympiades sourdes dont les deux fondateurs ont été Eugène Rubens-Alcais, et Antoine Dresse, respectivement français et belge.

Ce qui est intéressant, c’est que ces deux personnes ont été des militants reconnus à leur époque, et ont énormément agi en faveur de leurs communautés sourdes respectives. On en arrive à la raison première de la naissance des Olympiades sourdes en 1924.

Origines

Le sport sourd s’est développé en France à partir des années 1890, avec en particulier le vélo. Patrice Gicquel a étudié les origines et le développement du sport cycliste sourd, dans son livre Un siècle de vélo au pays des sourds, où il explique clairement la fascination des sourds pour le vélo, en particulier à l’époque quand le permis de conduire leur a été interdit pour des raisons médicales (1911, début du permis de conduite jusqu’en 1959). Ainsi, le vélo représente une liberté de mouvement, mais également de réussite sociale, car les revenus, en particulier de la part des ouvriers sourds, étaient plutôt bas.

Les cyclistes sourds (Photo de l'auteur)

Liberté, car le vélo représente justement un symbole de rébellion vis-à-vis les obstacles sociales sur la capacité du sourd à être autonome. A cette époque, dans la première moitié du XXe siècle, de nombreux sourds se sont confrontés aux refus des parents quand ils souhaitaient investir dans un vélo. Les parents craignaient qu’ils ne puissent entendre les bruits, et donc des accidents.

Donc, le vélo représente la liberté vis-à-vis de la famille entendante, et de la réussite sociale, puisqu’il montre que le sourd a un métier permettant d’acheter ce vélo. Une première association de sportifs s’est constituée à la fin des années 1890. Cependant, cela va évoluer vers d’autres sports, plus particulièrement le football.

Les CSSMP (photo de l'auteur)

La naissance du Club Sportif des Sourds-Muets de Paris (CSSMP) en 1911 représente le second acte vers les Olympiades sourdes. Le CSSMP, à sa fondation était constituée des sourds parisiens, et de province. Mais, une scission s’est faite en 1915 avec l’Etoile Sportive des Sourds-Muets de Paris, quasiment constituée de provinciaux, lassés de l’attitude parisienne. Ajoutons que durant la Première Guerre Mondiale, de nombreux sourds de Province se sont installés à Paris, afin d’y trouver du travail, plus particulièrement dans l’aéronautique.

Dans le texte de la fondation du CSSMP, il est intéressant de faire remarquer une phrase : « Leur but est de procurer la joie de vivre aux jeunes déshérités de l’ouïe et de la parole, déclassés socialement par la pratique saine du sport en plein air. »

Le terme « déclassés » est assez fort, mais il montre une indication où les nouvelles générations éduquées selon la méthode préconisée par le Congrès de Milan, la méthode orale pure, semblaient avoir perdu pied dans la société de la Belle Epoque : isolement social, manque de compétences, absence d’autonomie etc…

Donc, il est intéressant de voir que les clubs sportifs ont été fondés avec deux objectifs : offrir des loisirs accessibles, et briser l’isolement social. Les fondateurs ont été aidés par la génération pré-milan qui s’est souciée de garder le contact avec les nouvelles générations, et donc, de transmettre la langue des signes, à une période où elle a été sévèrement bannie des écoles depuis 1880.

Avec le temps, les deux clubs se sont identifiés aux deux principales écoles de sourds : Asnières et Saint-jacques. Le CSSMP s’est assimilé à Asnières, plus vue comme un club d’ouvriers et de classes populaires, alors que l’ESSMP s’est fondue en Saint-Jacques, perçu comme un groupe de bourgeois.

Les ESSMP (photo de l'auteur)

La division, à l’origine géographique, s’est muée en une division sociale, pour la simple raison que d’autres clubs sportifs sourds se sont constitués en Province.

En 1924, à l’occasion des Olympiades à Paris, en 1924, les sourds, réunis autour de Rubens-Alcais (co-fondateur du CSSMP et ESSMP), et d’Antoine Dresse, organisent les Olympiades sourdes dans la même ville.

Eugène Rubens-Alcais (Source : ICDS)

 

Antoine Dresse (Source : ICDS)

Ces Olympiades étaient organisées avec peu de moyens. Les participants payaient de leur poches, et donc, ceux qui en avaient les moyens pouvaient donc participer. Seuls neuf pays étaient présents au stade Pershing, à Paris.

Pourquoi des olympiades séparés ?

On ne fera pas d’histoire des Olympiades sourdes ici. Mais d’essayer de comprendre pourquoi les Sourds ont choisi d’avoir leur propres Olympiades, quasiment un demi-siècle avant l’Handisport.

Tout d’abord, il faut comprendre la dimension culturelle du Sourd, non pas dans le sens de l’handicap, mais de la différence. Bien qu’ils se considèrent « infirmes », ou comme dirait un auteur sourd allemand, Albin-Marie Watzulik, au congrès de Genève : les « quatre-sens », ils se sentent différents par l’usage de la langue des signes. L’utilisation de cette langue leur procurent un sentiment de différence, mais surtout, le fait de se réunir entre eux leur permet de pouvoir sentir d’être eux-mêmes.

Et d’autre part, cela permet, aux sourd, d’avoir leurs champions olympiques, et donc de construire leurs histoires, à l’écart du monde entendant où l’accès est ardu. Cette volonté de se différencier ne signifie pas de se séparer des entendants, mais justement, de respirer un bon coup, d’être réellement eux-mêmes.

C’est pourquoi beaucoup de sourds ne se reconnaissent pas en l’Handisport, puisqu’il manque justement la dimension culturelle. Et ceci a conduit, depuis une dizaine d’années à des débats et des polémiques sur la question du patrimoine sportif sourd, et de sa place ou « non-place » dans l’handisport.

Conclusion

Ce court texte n’a pas la prétention d’apporter des explications complètes. Mais, il est clair qu’il y a la nécessité de comprendre pourquoi les Sourds, avec un grand S, ont toujours eu la volonté de constituer leurs événements à eux (festivals, olympiades, banquets…), parce qu’ils souhaitent montrer leur différence, et par conséquent d’être visibles.

Les Olympiades sourds semblent être le premier jalon d’échanges internationales entre les sourds. Mais, il a été en fait la conséquence du déclin intellectuel des communautés consécutive à l’interdiction de la langue des signes dans les écoles. Ce déclin a entraîné l’obsolecence des Congrès internationaux de sourds-muets qui se réunissaient depuis 1889, afin de débattre du sort des communauté sourdes.

Le déclin des Congrès a donc entraîné l’ouverture d’une nouvelle voie de transmission et d’échanges : les rencontres sportives, où la langue des signes a pu continuer à être transmise.

Le dévoppement des Olympiades sourdes coincide avec la disparition des éléments les plus instruits de la communauté. Le sport représente donc une nouvelle voie, à une période où le militantisme sourd entrait dans sa phase de déclin profond, jusqu’aux années 1970 où les nouveaux militants sourds venaient pour la plupart du sport sourd justement, où ils avaient appris le fonctionnement associatif, et où ils avaient découvert la situation des communautés sourdes des autres pays et plus particulièrement des Etats-Unis.

Mais, ceci est une autre histoire !

 

Bibliographie indicative :

Patrice Gicquel, Un siècle de vélo au pays des sourds, L’Harmattan, Paris, 2002, 252 pages.

Didier Séguillon  – « Du langage des Signes à l’apprentissage de la parole ou l’échec d’une réforme »,Staps 2/2002 (no 58), p. 21-34.
URL : www.cairn.info/revue-staps-2002-2-page-21.htm.

–   De la gysmatique amorosienne au sport silencieux : le corps du jeune sourd entre orthopédie et intégration ou l’histoire d’une éducation ‘à corps et à cri’, 1822-1837, thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, Université Bordeaux II, 1998.

Quelques informations en ligne complémentaires : 

http://websourd.nnx.com/gestes/public_html/article.php3?id_article=32

http://sentendre1880.blogspot.fr/2007/02/limportance-du-sport-dans-la-vie-dune.html

http://www.rubens-alcais.org/histoire/fssf/accueil_fssf.htm

 

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Quelques colloques à venir…

Durant le second semestre 2012 aura lieu plusieurs colloques et congrès ayant trait à l’histoire des sourds.

Le premier aura lieu au Canada, à Toronto (Lien ici) va réunir tous les historiens, professionnels ou bénévoles, spécialistes de l’histoire des sourds. Le thème de ce congrès sera les biographies des personnalités sourdes. Il s’agit de la 8eme édition de la Deaf History International. La prochaine sera organisée à Edimbourg, au Royaume-Uni en 2015.

Le second, c’est celui du congrès européen ALTER qui sera organisé les 5 et 6 juillet 2012 dans les locaux de l’EHESS, à Paris. Voici le lien direct, et, en ce qui concerne l’histoire des sourds, le sujet concernera la disparition des professeurs sourds à la fin du XIXe siècle.

Ensuite, les 21 et 22 aout, à Cologne, un colloque d’historiens de l’altérité sera réuni, organisé par l’université de Cologne, « The Imperfect Historian » (Lien direct), une seule intervention aura trait aux sourds, sur la présentation des sourds de la Belle Epoque.

Ensuite, en Novembre 2012, une grande conférence, avec pour lien le tricentenaire de l’abbé de l’Epée, aura lieu à l’université de Nanterre, organisé par la Fédération Nationale des Sourds. Ainsi, il y aura plusieurs interventions en lien avec l’histoire des sourds. (Lien)

Les 11 et 12 décembre, l’Institut Max Planck organise une conférence d’histoire des sourds, avec pour sujet les liens entre le monde sourd et le monde entendant. Les demandes de contributions restent ouvertes jusqu’au 3 juillet, donc ne manquez pas. (Lien)

D’autres devraient survenir, ainsi, je ne manquerai pas de relayer l’information.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La Noétomalalie Historique

Ce carnet a pour objectif de rendre compte des avancées dans la recherche historique sur la Communauté Sourde en France, et par extension, des articles, des conférences, des colloques concernant l’Histoire des Sourds en France, et dans le monde.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter