Le Minitel et son impact sur la communauté sourde française

Le 30 juin 2012, le réseau Transparc, sur lequel le fameux minitel s’appuie s’éteint définitivement, après 30 ans de service. Un livre, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, écrit par Valérie SCHAFER et Benjamin G. THIERRY détaille la gestation du Minitel, avec des éléments expliquant les choix technologiques, et politiques, y compris les impasses jusqu’à sa conclusion, où il semble avoir une influence du Minitel sur l’Internet avec les services clé en main à la Apple. Un livre assez complet pour ceux qui souhaitent plonger dans les entrailles historiques du Minitel, et donc merci à Valérie SCHAFER de m’avoir envoyé ce livre qui m’a vraiment permis de comprendre les enjeux qui en découlent. Un colloque consacré au Minitel a lieu le 29 juin 2012 dont voici le programme ici.

D’aussi loin que je me souvienne, le minitel a une place de première importance dans la vie de la famille, permettant de contacter des proches et des amis sourds à distance. Il a représenté une vraie révolution culturelle chez les sourds. Pourquoi ? Il faudra avant tout remonter un siècle, à la Belle Epoque.

Les sourds et le téléphone, un siècle de mésentente

Le premier moyen de communication à distance, à part Chappe et ses poteaux communicatifs, qui puisse se faire en tous temps et en tous lieux est la communciation Morse, avec les points et les traits. Par la suite, arrive le téléphone qui se base sur l’intensité électrique pour moduler le son émis par les hauts-parleurs. Mais, ce que l’on sait moins, c’est que le téléphone a été mis au point par Alexander Graham Bell, un anglais installé aux Etats-Unis, et dont la mère est sourde.

Lui-même a épousé une sourde également. Mais, il est intéressant de préciser que le père de Bell était professeur d’éducation orale à Oxford, au Royaume-Uni, et que Bell lui-même est un propagateur ardent de l’éducation purement orale des enfants sourds. Il était fortement opposé à la langue des signes, et même au mariage entre sourds, souhaitant la stérilisation pour empêcher la contagion sourde.

Donc, Bell, pour tenter de communiquer avec sa femme qui se trouve de l’autre côté de son domicile, met au point un système de communication interne. Mais, il semble que cela n’a pas fonctionné. Il se tourne donc vers le grand public, voyant le potentiel important de ce marché. Et cela lui a rapporté énormément ce qui lui a permis justement de financer ses campagnes en faveur de l’éducation purement oraliste. C’est ce qui est à l’origine de l’association Alexander Graham Bell  qui s’oppose à l’Association Nationale des Sourds américaine depuis un siècle.

Mais, on ne va pas entrer dans le conflit des méthodes éducatifs, ou de la pertinence d’une éducation exclusivement orale. Le téléphone entre progressivement dans les moeurs, et beaucoup plus dans la seconde moitié du XXe siècle.

Comme l’ont souligné les auteurs du Minitel, la France était en retard technologiquement par rapport à leurs voisins. Néanmoins, dans les entreprises et les établissements administratifs, de plus en plus, le numéro de téléphone est mis en avant pour toute sollicitation ou demande de rendez-vous.

Ensuite, pour postuler à un emploi administratif, à une époque où le secteur tertiaire, celui des services, et où les fonctionnaires sont recrutés en masse, l’usage du téléphone devient de plus en prioritaire.

Quid des sourds alors ?

Ce que l’on remarque, à l’heure actuelle des recherches qui restent fortement embryonnaires, c’est que les sourds sont de plus en plus exclus de facto des postes exigeant l’usage du téléphone.

Parallèlement, le niveau du français écrit de la grande majorité des sourds décline au fil des décennies. Ce déclin de l’écrit remonte en fait dans les années 1880, où la décision a été prise, sur la base des recommandations d’un congrès international de représentants des écoles de sourds, de bannir l’usage de la langue des signes des écoles. Cette décision de bannir répond à un souhait de « moderniser l’éducation des enfants sourds ». Car la langue des signes y était en usage depuis un siècle, avec l’abbé de l’Epée dans les années 1760.

Donc, le bannissement de la langue des signes s’accompagne d’une exclusion du personnel enseignant et de service sourd. Et de là, suit de près une éducation purement orale, sur la base exclusive de la démutisation. Or, l’éducation intellectuelle devient moins prioritaire dans la nouvelle pédagogie, où tout est tourné autour de la parole.

Ainsi, la capacité d’écrire des sourds décline d’année en année…

Avec le téléphone, la situation ressemble à une double peine pour les sourds : incapables de téléphoner, de grandes peines pour écrire. Ils sont donc de plus en plus exclus de la société.

Or, deux nouvelles technologies, développées dans les années 1970-1980 vont bouleverser la situation.

Le Minitel et le Fax, deux facettes d’une révolution

Tout d’abord, le Minitel a été la première facette d’une révolution culturelle. En effet, il s’est installé dans les esprits qu’être sourd, c’est être irrémédiablement condamné à l’isolement, à moins d’imiter les entendants, et donc d’essayer d’être un ersatz d’entendant. C’est ce que j’ai remarqué dans les témoignages des sourds nés dans les années 1940-1960.

Or, aux Etats-Unis, une technologie s’est mise en place, le TTY (Telephone Typewriter) qui a été développée par un sourd américain, Robert Weitbrecht qui souhaite tenter de sortir les sourds de l’isolement. La situation étant moins pire aux Etats-Unis qu’en France dans les années 1960. Cette technologie s’est rapidement répandue aux Etat-Unis, au sein de la communauté sourde; plus particulièrement chez ceux qui ont une maîtrise nécessaire de l’écrit.

Des sourds français, découvrant ce matériel, vont l’importer en France vers 1980. Or, ce matériel a rencontré quelques résistances pour la simple raison que cela risque de priver les sourds des rencontres en vrai (Des rencontres « peau » comme diraient les Sourds). En fait, certains voient en cette technologie un nouvel étape dans l’inégalité entre ceux qui savent écrire des autres.

Ainsi, ceux qui ont acquis le TTY en France sont surtout ceux qui ont les moyens de l’acheter, et qui peuvent l’utiliser. D’ailleurs, c’est également le début de l’ouverture des lignes téléphoniques au domicile des sourds ce qui ne s’était jamais vu auparavant. De là s’est également développé tout une galaxie de matériel adaptés aux sourds : signaux lumineux, vibrants etc…

L'un rouspète sur la lenteur du "tapage de clavier" de l'autre... (DVD Deaf Pa What?)

L'affiche du DVD Deaf Pa What?

Néanmoins le TTY a des défauts assez rédhihiboires. Il exige, dans le cas d’une conversation, d’avoir les yeux rivés sur l’écran où défile le texte. Or, si l’on lève les yeux pour discuter avec une autre personne sourde, la conversation écrite se perd définitivement. D’autre part, il existe un élément qui est rapidement passé dans les blagues où le sourd qui maitrise avec peine l’écrit tape avec lenteur le texte, l’autre prend le temps de faire le ménage. On peut voir cette scène dans le DVD Deaf Pa What ?, une comédie illustrant tout ce qui est typique aux sourds, dans les années 80.

Le TTY semble ne pas avoir un succès important en France.

Néanmoins arrive le Minitel qui semble s’installer au sein de la communauté sourde à partir de 1985, avec surtout le « Minitel Dialogue ».

Il ne s’agit pas du « 36 15 quelquechose » mais une discussion en direct via le minitel. Quand on appelle quelqu’un, ce dernier décroche et allume le minitel, tout en appuyant sur Connexion/fin. Là s’instaure un dialogue comme l’illustre la photo tirée de l’émission Marche du siècle consacrée aux sourds, en 1992.

Dans l’image tirée de l’émission, on voit le signe que les sourds donnent au minitel, dite par l’interprète placée en haut et à droite de l’image. Ce signe provient du clignotement de l’écran noir, cerclé de blanc.

"Une révolution pour eux". Le minitel dans "Marche du siècle" (1992) Photo tiré d'un enregistrement personnel de l'auteur.

Comme l’illustre la photo, c’est en effet une révolution pour les sourds puisqu’il permet un dialogue à distance. Dans un premier temps, il s’est répandu chez les sourds maîtrisant l’écrit, puis par la suite, chez les autres. De là, un changement de mentalité s’instaure dans la communauté; en particulier le fait de dépendre de moins en moins d’entendants pour tout appel téléphonique.

Un centre relais a été mis en place dans les années 1990 par France Télécom afin de permettre aux sourds de passer des appels téléphoniques aux interlocuteurs entendants. Dans le centre relais, une personne se charge de relayer l’information entre le sourd et l’entendant, l’un via le téléphone et l’autre par le minitel. Là, un nouvel étape dans la révolution des moeurs sourds s’ouvre : pouvoir contacter son médecin directement, ou encore mieux, commander un pizza à midi !

Le début de l'indépendance téléphonique

 

Néanmoins, il existe d’importantes limitations à une utilisation plus massive du minitel. A l’heure actuelle, on ne sait à quel taux les sourds utilisent le minitel, ni même combien de familles de sourds l’ont…

La première entre toutes est celui du français écrit qui est un passage obligé. Certains sourds, ne voulant pas montrer leur niveau très faible, se dispensent de l’utiliser, et d’autres, ayant une capacité de dessin, utilisent de préférence le fax.

Ensuite, le minitel est purement franco-français, et il est donc inutilisable dans les contacts avec les sourds de l’étranger. Le TTY, lui, est toujours utilisé, jusqu’à l’heure de l’Internet, dans les discussions entre la France et les Etats-Unis, de façon ponctuelle.

Dans les années 90, à mesure que le fax se démocratise, il semble que de plus en plus de sourds utilisent plus le fax que le minitel, car il est beaucoup plus visuel, pouvant envoyer des dessins, des photos etc…

Cependant, le fax et le minitel semblent avoir ouvert un nouvel chapitre dans l’Histoire des sourds, celui de constituer des noeuds d’information. En effet, avec l’Info Fax qui prend le chemin de l’info en temps réel. D’autre part, il existe un messagerie dédié aux sourds, utilisant le 36 17. Ces noeuds d’information représentent un moyen nouveau pour les associations sourdes qui pouvaient ainsi mobiliser rapidement leurs membres dans les actions, ou même discuter rapidement de la marche à suivre. De nombreux sourds, membres de conseils d’administration, et vivant d’un bout à l’autre de la France, discutent ensemble de façon bilatérale. Personnellement, j’en ai vu qui ont passé des heures sur le minitel, discutant avec tel président ou sécretaire d’association, sur l’organisation d’une conférence. Non pas en français correct, mais la plupart du temps en « français sourd », c’est à dire du français écrit très fortement influencé par la langue des signes.

En voici un exemple du français sourd : « Moi aller salle réserve, tu peux voir comment payer. Ok ? »

Durant les années 1980 et 1990, les sourds prennent progressivement l’habitude de discuter à distance, avant que survient l’Internet. Mais, il s’instaure également une hiérarchisation entre ceux qui disposent le Minitel et ceux qui ne l’ont pas. Cette hiérarchisation s’est progressivement résorbé depuis une dizaine d’années grâce à Internet, et Facebook, en particulier, qui représente en quelque sorte « le Foyer sourd », où de nombreux discussions animées, à la fois textuel et filmé, ont cours.

Internet et la seconde révolution culturelle

Internet représente un nouvel étape dans la révolution culturelle, avec en particulier une utilisation de plus en plus accrue du webcam pour exprimer ses pensées. Mais, là, on quitte le domaine de l’Histoire pour passer dans la Sociologie et de l’Anthropologie…

Conclusion

Le Minitel est l’un des éléments clés du Réveil sourd des années 1980, et il a permis à une nouvelle génération de sourds de s’appropier les nouvelles technologies, et donc de s’habituer aux discussions à distance. D’une idée initialement prévue pour accéder aux services, comme le 36 15, le Minitel est devenu l’un des moteurs de la révolution culturelle sourde, et dont l’impact reste encore à déterminer, par son ampleur qui est encore peu comprise de nos jours.

Il est donc nécessaire de consacrer une longue recherche sur l’impact des technologies de la communication sur le Réveil sourd, qui me semble fortement sous-estimé. La question est donc : est-ce que le Réveil sourd a été facilité en partie par la technologie ? Ou est-ce que la technologie a été mis à profit dans les luttes en faveur de la langue des signes ? Avis aux Historiens !

 

Bibliographie indicative 

Valérie SCHAFER, Benjamin G. THIERRY, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Nuvis, Cigref, Paris, 2012, 230 p.

André MINGUY, Le Réveil sourd en France, L’Harmattan, Paris, 2009, 332 p.

Sylvain KERBOUC’H, Du mouvement sourd à la parole publique des sourds, Actes du Colloque EHESS Les Sourds dans la cité, EHESS, 15-16 novembre, Paris.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

14 réflexions au sujet de « Le Minitel et son impact sur la communauté sourde française »

  1. hwarin

    Bonjour,

    Je découvre cette page un an et demie après l’arrêt de transpac. Je viens de récupérer un minitel Dialogue « pour mémoire ». D’après ce que j’avais compris lors du colloque, le dernier PAVI resterait opérationnel pour le 3618 aussi longtemps que possible. Je viens d’essayer encore ce matin et j’ai bien une porteuse, donc celui-ci semble toujours opérationnel.

    Maintenant, plusieurs questions :
    – Y a-t-il encore un usage au 3618 (probablement oui si FT/Orange ne l’a pas fermé, hormis raisons politiques)
    – Y a-t-il encore suffisamment de minitels en circulation pour permettre l’utilisation de la fonction « dialogue »
    – Y aurait-il un interet à développer (ou a « cloner » s’il a existé) un boitier externe reprenant les fonctionnalités « dialogue » en les rendant compatibles avec les minitels des types les plus communs (M1b, M2, M12)

    Répondre
  2. Airelle Editions

    Il y a eu de très nombreux articles sur le Minitel dans les journaux « La voix du Sourd » (mensuel disparu) et « Echo de Famille » (maintenant Echo-Magazine), particulièrement dans les années 1980-90. On peut encore trouver ces journaux dans des archives ou chez des collectionneurs.
    Cordialement.

    Répondre
  3. solution alternative

    bonjour

    existe t il des solutions / un solution alternative à l’utilisation du service MIAMI (3618 dialogue minitel à minitel).

    Par exemple minitel à pc, ou minitel à téléphone (SMS) ?

    l’ojectif est de conserver un minitel (simplicité de fonctionnement pour un malentendant), mais de communiquer avec des moyens technologiques plus efficace de ‘lautre

    merci

    Sebastien

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      A ma connaissance, il existait de minitel à PC à l’époque du modem 56k, mais, depuis l’ADSL, le signal minitel n’y passe pas. Et donc, il n’y a pas d’autres solutions existantes et qui soient plus simples que le sms à ma connaissance…

      Répondre
  4. Ping : Adieu le Minitel! « Deaflinguist's Blog

  5. Rocambole

    Bonjour Yann,
    Pour moi aussi, je garderais de bons souvenirs du minitel… car il me permettait à mes débuts de la découverte de la LSF de découvrir la communication à distance avec mes amis sourds.
    Par contre, sauf erreur de ma part, je crois bien que c’est le service du 3618 que j’utilisais non?
    David

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      Il y a deux moyens, le 3618 et l’autre qui est un appel direct.

      Le 3618 permet d’appeler sans utiliser le combiné téléphonique qui faciliterait les appels, en particulier les personnes âgées, alors qu’en utilisant le combiné, il fallait attendre un certain temps (10 secondes environ) avant de faire connecter le minitel ce qui occasionne des échecs en cas de personne trop pressée.

      Répondre
  6. Legeay

    Bonjour,
    Rédactrice pour le journal Info-Fax Sourds, je faisais des recherches pour écrire un petit article sur le minitel. Et tout à coup, j’ai découvert votre site et votre article ! Merci pour cette remise en contexte très riche. Je vais fortement m’appuyer sur votre écrit pour la rédaction de mon article (que je peux vous envoyer si vous le souhaitez. Toute notre équipe vous remercie également d’avoir cité Info-Fax et d’avoir ajouté un lien vers notre site internet.
    Peut-on s’inscrire à votre blog pour être au courant des nouvelles publications ?

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      Bonjour,

      Oui, via le flux RSS. Les nouveaux articles arrivent en moyenne une fois par mois. Et ravi que le texte vous serve.

      Cordialement.

      Répondre
  7. Walter

    Il est faux de dire que les sourds écrivaient moins bien après le congrès de Milan de 1880. C’est plutôt le contraire. Les sourds d’avant la guerre de 1939 écrivaient très bien. Ils avaient beaucoup de journaux et ils lisaient beaucoup. Aujourd’hui avec le retour de la LSF les sourds ne savent vraiment pas écrire en bon français et ils ne comprennent pas bien ce qu’ils lisent.

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      Monsieur,

      Pourriez-vous m’indiquer des sources appuyant vos affirmations ?

      D’ailleurs, il est clair que la grande majorité des sourds ont des difficultés de français, non pas à cause de la LSF (ou du Noétomalalien), mais par de multiples causes : qualité de l’enseignement, accessibilité à la culture, priorité au soin qu’à l’éducation et bien d’autres encore. Mais, ceci est un carnet de recherches sur l’Histoire des sourds et non de sociologie. Donc, je répons principalement à l’avant 1939.

      Vous dites que « Il est faux de dire que les sourds écrivaient moins bien après le congrès de Milan de 1880. C’est plutôt le contraire. Les sourds d’avant la guerre de 1939 écrivaient très bien. ».

      Oui, il est clair que les sourds d’avant 1939 avaient un bien meilleur niveau d’écriture. Les faits sont là. Mais, je vous pose la question : et pourquoi cette situation a évolué après 1939 ?

      J’ai quelques éléments de réponses suite à mes recherches sur les sourds de la Belle Epoque. De nombreux témoins contemporains font état d’un désastre sur la situation intellectuelle des jeunes sourds nés après 1880. Or, qu’est-ce qui peut expliquer le « bien meilleur niveau d’écriture » ? Il s’agit des sourds qui sont sortis des écoles jusqu’en 1886, voire 1891 (fermeture de la dernière école connue utilisant la langue des signes comme vecteur d’enseignement, à Lyon). Or, en 1939, ces jeunes sortis en 1886 ont entre 70 et 90 ans, et la plupart entre eux ont un pied dans la tombe.

      La chute brutale des publications faites par des sourds survient dans les années 1920, par la disparition des sourds littéraires. Or ces sourds qui ont soutenu le niveau d’écriture de la communauté durant la Belle Epoque et de l’Entre-deux Guerres sont ceux qui ont eu une éducation basée sur la langue des signes…

      Certes, il y eut des sourds purement oralisés, mais, à la Belle Epoque, ils était plutôt minoritaires, et leur nombre n’a fortement augmenté qu’après les années 1920.

      Cependant, il reste encore beaucoup de recherches à effectuer dans ce domaines pour clarifier. C’est pourquoi il faut du temps et de la patience pour éclairir, et par la suite, établir les évolutions durant le XXe siècle sur la question du niveau d’écriture des sourds.

      Répondre
  8. sylvie

    Bonjour,

    Le minitel fut le symbole fort de ma jeunesse,c’était le joujou des ados sourds dans les années 80,je passais des heures à bavarder avec mes amis sourds,c’était notre téléphone…j’adore le minitel,je le regrette car depuis le Web-cam qu’utlisent beaucoup de sourds signant,leur niveau de français a rebaissé…c’est dommage.

    Maintenant,notre véritable téléphone qu’on peut utiliser partout dans le monde,c’est le portable qu’on envoie des textos,qu’on peut l’utiliser pour appeler le médecin,l’urgence,un proche….donc pour moi,mon portable,c’est mon couteau-suisse indispensable puisque je voyage beaucoup avec mon travail.

    Cette histoire est très intérèssante.Sourdialement Sylvie

    Répondre
  9. Muset

    Bonsoir,

    je suis fière d’avoir contribué même modestement à la mise en place du module spécifique du minitel permettant d’avoir un échange de données 1200/1200 bauds rendant possible à 2 personnes d’échanger par écran et clavier interposés.
    Je vous remercie pour cet article qui remet en perspective ce qu’a pu apporter le minitel pour la communauté des sourds.
    A bientôt peut-être au colloque du 29 juin

    Catherine Muset

    Répondre
    1. Yann Cantin Auteur de l’article

      Bonjour,

      Je vous remercie de votre commentaire. Et heureux de connaître quelqu’un qui a contribué à l’accessibilité des sourds aux communications à distance. Il est que votre contribution est grande dans cette révolution au sein de la communauté.

      Pour le 29 juin, je ne serai pas présent d’où ce texte en ligne. J’ai écrit ce texte exprès afin qu’il soit présenté au colloque du 29 juin.

      Cordialement

      Yann Cantin

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *