Sourd-muet au théâtre

« Un sourd-muet au théâtre cela semblera chose extraordinaire. C’est pourtant un fait de la vie. Il n’est pas rare que l’on rencontre dans tous les lieux de spectacles des Silencieux. Ici c’est le prestige de la féerie, là l’imprévu du cirque, ailleurs la curiosité du décor et du costume, la troublante des mouvements féminins, l’attirance de la danse, et souvent ce stimulant de la devination qu’est le jeu de l’acteur lorsque sa déclamation ou son chant s’éclaire de l’enveloppent superbe du geste et de l’expression intelligente de la physionomie. Toute cette joie des yeux fait donc venir le Sourd-Muet. Les pièces les plus discutées gagneraient donc à être soumises en dernier appel à son jugement. Nous irons voir et étudier dans les théâtres et les concerts chaque fois que leurs directeurs voudront bien faire le service de deux places au moins. 

Mais ce qui méritera le plus notre attention, c’est le théâtre dans un fauteuil, c’est le théâtre lu, le théâtre écrit : comédie, tragédie, drame. C’est là que nous vivrons le mieux avec les personnages. C’est là que nous comprendrons en ses plus insaisissables nuances la pensée de l’auteur, l’idée maîtresse de son oeuvre, et si elle nous émeut, perce que vivante, humaine et martelée de langue belle et vraie, nous le dirons en toute franchise. 

Qu’on nous envie donc le théâtre imprimé. »

Henri Gaillard, Le Jugement du Silence, « Sourd-Muet au théâtre »,
Paris, Edition de la « République de Demain », 1899, pp 35-38

Que signifie donc cet article tiré de l’ouvrage de Henri Gaillard, consultable sur Gallica ? (Ouvrage à lire ici)

Tout d’abord, l’ouvrage en question est un recueil de réflexions et d’observation d’un Sourd sur la situation politique, sociale et culturelle de la France de la Belle Epoque. On y remarque les orientation de Henri Gaillard qui est à la fois Dreyfusard, Républicain, moderne, féministe, etc… On constate également la position d’un Sourd, d’un regard fortement visuel où le mouvement des orateurs, des comédiens, de la scène publique est plus décrite, alors que d’autres auteurs se contenteraient d’expliquer les propos. On comprend mieux, à la lecture de cet ouvrage, le titre en question Le Jugement du Silence qui est une analyse d’un Silencieux en 1899, à un moment où la Belle Epoque se trouve au sommet, avec l’exposition universelle prévue en 1900, et où la IIIe République se trouve à l’aune de sa gloire.

Or, l’article tirée ici montre toute la volonté d’un Silencieux de participer à la vie culturelle parisienne, et même de contribuer à cette vie culturelle. Il est intéressant de voir que l’importance est portée sur le regard, sur l’observation visuelle, sur l’émotion de l’image, sur le mouvement visible. Ce texte est une marque de volonté de la part de Henri Gaillard de faire participer les Sourds, souvent exclus de la scène culturelle parisienne, à cette vie, et ainsi, de faire contribuer leur spécificité à la société française.

Qu’est-ce donc leur spécificité ? Il s’agit avant tout du regard, de l’observation, de la vue. Par conséquent, il est intéressant de voir que la société de la Belle Epoque est une société nettement orientée sur l’audition, sur l’ouïe et la parole, et donc, Gaillard souhaite ajouter un zeste de la vue afin de la rendre plus accessible aux Sourds.

Mais surtout, dans le dernier paragraphe, c’est une demande d’accessibilité, afin de pouvoir participer à la crème de la crème du théâtre parisien, celui d’assister aux plus grandes représentations théâtrales, comme celles de la Comédie Française, entre autres. C’est celui où le Sourd amateur du théâtre et du roman puisse s’émouvoir de plain-pied avec l’entendant.

C’est une demande d’accessibilité et d’égalité face à la culture que l’on assiste, avec ce texte, vieux de 116 ans !

Or, ce texte fait suite à un long combat en faveur de la participation des Sourds dans le monde de la culture, avec le comité des Sourds-Muets mimes, mis en place en 1893, afin d’inciter les metteurs en scène d’engager des comédiens Sourds au lieu des entendants, dans leurs représentations, pour jouer des personnages Sourds.

Pour finir, en voici une photographie d’une pièce de théâtre de 1912, mise en scène lors du bicentenaire de l’abbé de l’Epée, et tirée de l’ouvrage Compte-rendu des fêtes du Bicentenaire de l’abbé de l’Epée, édité par Henri Gaillard.

géné

Représentation noétomalaliée (Source : Compte-rendu des fêtes du bicentenaire de l’abbé de l’Epée, 1912)


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *