Une nouvelle période

En 1893, de Paris vers Versailles, lors de la fête en honneur de l'abbé de l'Epée (Journal des Sourds-Muets, novembre 1893)

En 1893, de Paris vers Versailles, lors de la fête en honneur de l’abbé de l’Epée (Journal des Sourds-Muets, novembre 1893)

 

 

J’ai décidé de présenter le texte de ma soutenance, dans ce carnet, puisqu’il s’inscrit justement dans la droite ligne des différentes réflexions que l’on retrouve au fil des billets, depuis l’ouverture de ce carnet. Il marque également une nouvelle étape dans l’histoire de ce carnet, et celui des Etudes Sourdes.

 

 

Ma thèse a été soutenue le 10 décembre dernier, face à un jury composé de :

Philippe BOUTRY, professeur des universités – Panthéon Sorbonne Paris 1 (Rapporteur)
Jean GARRIGUES, professeur des universités – Université d’Orléans
Gabrielle HOUBRE, maîtresse des conférences (HDR) – Paris Diderot Paris 7 (Rapporteure)
Gerard JORLAND, directeur d’études – EHESS (Directeur de thèse)
Didier SÉGUILLON, maître de conférences – Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Sans plus attendre, voici le texte, dont, comme la tradition le dit, « le prononcé noétomalalié fait foi. »

Contribution de Laurent Lemesle (Sourd)

Contribution de Laurent Lemesle (Sourd)

 

10 décembre 2014

Monsieur le président,

Madame, messieurs les membres du Jury,

Avant de commencer l’exposé de ma soutenance, je tiens à remercier Monsieur Gérard Jorland d’avoir accepté de conduire ma thèse durant ces quatre années. Ses remarques vues de l’extérieur m’ont permis justement de prendre du recul nécessaire. Je remercie également les membres de ce jury d’avoir apporté un intérêt à ce travail de recherche un peu particulier.

1 – Les origines de la thèse

Comme dit le récent nobelisé de la littérature, Patrick Modiano, lors de son discours à Stockholm dont je cite : « certains épisodes  de mon enfance ont servi de matrice à mes livres, plus tard. », cette thèse se repose justement sur une partie de mon enfance, où mon grand-père, Pierre Cantin, né en 1904, sourd également, me contait certains épisodes de son enfance, et de sa vie de Sourd, à Paris au XXe siècle. Ses anecdotes d’enfance, durant la fin de la Belle Epoque, et de la guerre de 1914-1918 ont servi de base de recherche, et de réflexion. Il explique surtout mon intérêt tout particulier à la réflexion contenue dans la seconde partie de cette thèse.

Je tiens à partager une de ses anecdotes qui illustre justement la place du sourd à la Belle Epoque. Pierre Cantin avait des parents concierges. Sa mère lui a demandé de nettoyer les marches de l’escalier commun de l’immeuble. En faisant cela, il reçoit le pourboire de la part des locataires, touchés, et dès qu’il redescend, les poches pleines de pièces de monnaie qui font un bruit à mesure qu’il marche. Sa mère entend les bruits de pièces, et les réclame. Dépité par cette réclamation, mon grand-père, après avoir terminé le nettoyage de l’escalier et recueilli les pourboires, se décide de serrer les pièces dans un mouchoir pour qu’ils ne fassent pas de bruit. Ainsi, les semaines suivantes, il a pu recueillir une certaine somme pour pouvoir s’acheter des friandises, à l’insu de sa mère.

Cette histoire illustre la place du sourd, à l’opposé de ce que dressent souvent les médecins de l’époque : un être incapable de décisions. Pour les sourds, la surdité n’est pas un problème médical ; ma recherche est l’étude d’une minorité, qui est également une communauté, donc une étude des mentalités. Cette opposition entre une vie au quotidien fait de débrouillardise, de bonheur et de malheur, et surtout de la fierté d’utiliser la langue des signes. En effet, mon grand-père n’a jamais renoncé à utiliser cette langue, y compris à l’école.

Ce point paradoxal, à une époque où cette langue est bannie des écoles, et dont la situation des années 1880-1980 est présentée par nombre de militants défenseurs de la langue des signes comme une période sombre, triste, dramatique. Cette tendance à la dramatisation, je l’ai découverte au cours des années 1990, à un moment où l’histoire des sourds commence à émerger en France. Cette découverte de deux points de vue totalement opposés entre les anecdotes de mon grand-père qui montrent une adaptation à la vie, de ses contraintes, et « la période sombre » faite de malheurs présentée par les militants a été le point de départ de la réflexion sur la place des sourds à la Belle Epoque.

2 – Les « Ages sombres »

Je n’ai pu m’empêcher de comparer les mythes entourant le congrès de Milan à la chute de l’Empire Romain. En effet, la Renaissance suit le Moyen-Age, et pour les penseurs de la Renaissance, le Moyen-Age représente une période sombre qui disparaît dans la lumière de la Renaissance. Cette interprétation se retrouve également au sein de la communauté sourde où justement, la période qui a suivi le congrès de Milan, en 1880, est souvent considérée comme une période sombre. Un grand nombre de militants, pour ne pas dire tous, usent des termes comme « sombre, triste, déclin, oppression ».

Ces termes se retrouvent dans les écrits des penseurs de la Renaissance, et des périodes postérieures qui considèrent le Moyen-Age en ces termes. La naissance du terme « Gothique » se repose sur l’esprit dit barbare, des Goths. Or, pour les penseurs de la Renaissance, les Goths représentent ceux qui ont mis à bas la pensée Antique, la pensée par excellence de la civilisation. Donc, pour les militants sourds, cette analogie se retrouve, et est de plus renforcée par l’origine géographique de la méthode orale pure adoptée à Milan. Ainsi, pour les militants Sourds de la Belle Epoque, la méthode orale est une méthode barbare, gothique, issue des contrées barbares de l’Allemagne. Car le sentiment d’appartenir à la communauté sourde ne transcende pas le sentiment d’appartenance nationale : même si les sourds de pays étrangers se sentent proches les uns des autres de par leur vécu commun, le patriotisme l’emporte tout de même sur la communauté, comme c’est le cas aussi, par exemple, pour les communautés religieuses. Et ensuite, de nos jours, encore, le caractère considéré comme barbare, non civilisé, de l’oralisme est ainsi vu par de nombreux militants du Réveil Sourd. Par conséquent, la recherche historique est fortement influencée par cette interprétation de la période des années 1880-1970, soit un siècle, qui est vu comme le « siècle sombre ».

Cette relation entre les deux mythes est assez frappante pour que cela m’incite à en savoir plus derrière. En premier lieu, je me suis attaché à clarifier la confusion entourant le caractère de la « chute » de la langue des signes. Est-il brutal ou pas ? Est-ce que les protagonistes de l’époque en avaient-ils conscience ou pas ? Les réponses à ces questions me semblent peu satisfaisantes puisqu’ils n’expliquent pas pourquoi les associations sourdes ont été passives en apparence face à la « marche inéluctable de l’oralisme », que certains dressent comme une « invasion barbare ». Ce portrait-robot de l’époque me semble de plus en plus dérangeante puisqu’il contredit justement mes anecdotes de mon grand-père.

Comment concilier ces deux positions ? C’est le point de naissance de ma thèse, en 2004, avec le mémoire de maîtrise dont le sujet porte justement sur la communauté sourde de la Belle Epoque. Mais, cette étude, à l’époque, reste fortement superficielle, et est loin d’être satisfaisante, comportant même certaines erreurs.

3 – Rendre visible l’invisible

Ce qui m’a incité à aller plus loin, c’est la parution de nouvelles recherches au cours des années 2005-2009, par Anne T. Quatararo, François Buton, et surtout de Florence Encrevé. Ces recherches m’ont permis d’avoir de nouvelles perspectives. Ensuite, ce qui me frappe, c’est justement l’absence de recherches portant sur l’aspect pourtant crucial de la vie au quotidien. Le développement des recherches de la micro-histoire, de l’histoire sociale au cours des années 2000, de la généalogie, de la mise en ligne des archives départementales, de la bibliothèque numérique Gallica, et des ouvrages numérisés sur Google Books m’ont permis d’envisager de nouvelles méthodes de recherches et d’accès.

Ce qui semble impossible en 2004 l’est devenu en 2010 grâce à la technologie, par ce biais, j’ai pu avoir accès aux études historiques réalisées aux Etats-Unis, plus particulièrement par Joseph Murray qui s’est intéressé sur l’histoire sociale et de la situation des sourds immigrants aux Etats-Unis. Ainsi, ma recherche s’inscrit dans cette tendance de l’histoire sociale s’intéressant à la question de la vie au quotidien. Il vient en complément de la recherche faite par Florence Encrevé sur l’idée de progrès qui est une perception de l’extérieur. Ce que j’essaie de faire, c’est justement d’apporter une réflexion vue de l’intérieur, de cette perspective qui est propre aux Sourds, ce qui m’a amené à réfléchir sur la définition et de l’existence même de la communauté sourde.

En commençant cette réflexion, je suis confronté à l’absence de réflexion sur la définition même de la communauté sourde. Comment concilier deux notions antagonistes ? Comment comprendre qu’un groupe de personnes handicapées puisse constituer une communauté ? Face à l’absence d’une réflexion d’ensemble, cohérente, où les études sur la communauté sourde concernent sur tel ou tel point, il m’a fallu constituer tel un puzzle avec des pièces incomplètes, manquantes, voire incompatibles les unes des autres. Ce qui m’a aidé, c’est justement cette réflexions sur les communautés dites « premières » de Wangley et Harris qui m’a apporté un moyen de trouver une clé.

Avec cela, cela m’a permis de pouvoir trouver une structure générale de la thèse. En effet, disposer d’une grille de lecture claire et cohérente m’a permis de pouvoir avancer dans cette réflexion, et donc de ne pas m’engager dans le noir, tel qu’un engin sous-marin au fond des abysse avec pour seuls projecteurs éclairant à peine un mètre devant soi. Les séminaires de Gérard Jorland sur la notion du visible, et de rendre visible l’invisible au cours de l’histoire m’a permis de pouvoir structurer la thèse de cette façon entre la communauté visible autour des association, de la presse et des artistes sourds, manifestations les plus visible de ce groupe de personnes, et la communauté invisible sur l’emploi et sur la familles, essences de la vie privée.

Je me rappelle tout particulièrement où au Moyen-Age, les tentatives de représenter l’invisible, avec les exemples des écorchés des bâtiments, et les peintures de l’artiste Giotto. Ces tentatives m’ont permis de pouvoir analyser l’invisible de la communauté sourde au travers des informations disponibles m’ont permis de pouvoir entre-ouvrir la porte sur la vie privée des Sourds de la Belle Epoque. Ces travaux portent sur un champ historique nouveau, autre que le traditionnel histoire des sourds en milieu institutionnel et scolaire. Ces nouvelles recherches m’ont permis d’envisager à nouveau une recherche historique sur la communauté sourde de la Belle Epoque, portant sur un champ entièrement nouveau en France, celui de l’histoire sociale, et de rechercher de nouveaux lieux d’archives, autre que celui de l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, le lieu par excellence des archives de la communauté sourde.

Or, comment trouver des sources manuscrites, des registres si aucun référencement, aucun registre qui centralise n’existe ? Grâce à un réseau d’informateurs que le travail sur la seconde partie de la thèse a pu être faite. Je remercie Dominique Soucarre à Reims pour le registre des associations, et l’équipe de la bibliothèque historique de l’INJS, dont mon épouse fait partie de m’avoir signalé l’existence des registres des membres des banquets, et de l’Association amicale des sourds-muets de la Seine. Ce réseau a été également précieux dans le fait que certains se sont manifestés pour m’ouvrir leurs archives privées, contribuant ainsi à l’avancée de cette recherche. L’exploitation de ces archives privées a cependant demandé beaucoup de temps, c’est ce qui explique que je n’ai pas pu davantage utiliser des sources plus classiques, plus traditionnelles en histoire, comme celles des Archives nationales par exemple. Toutefois, il me semble que mes sources particulières m’ont permis de bien cerner l’invisible de la communauté sourde, ce que ne m’auraient pas permis les sources plus traditionnelles.

Les informations retrouvées au sein des registres, et de la statistique générale de la France ont ainsi permis de mieux comprendre les informations contenues dans les ouvrages et la presse Sourde. Ce qui a été pris pour une évidence devient, à la lumière nouvelle de ces informations comme une exception. Je pense tout particulèrement au mariage sourd qui est en fait l’exception, et un voeu militant par rapport à une norme sociale. D’autre part, il y a également un biais dont je viens de comprendre l’impact.

Cet nouvel éclairage ouvre de nouvelles perspectives d’analyses des écrits Sourds, plus particulièrement ceux de Henri Gaillard, et de son mentor, Ferdinand Berthier. En effet, à la lumière des données retrouvées dans la Statistiques Générale de la France, la lecture des textes Sourds s’est progressivement évoluée, et cette évolution apporte de nouvelles nuances en ce qui concerne la situation réelle de la communauté sourde.

Ce qui en résulte, de cette recherche, c’est une nouvelle vision de la communauté sourde française avec de grandes différences entre le département de la Seine, très influente et les autres communautés locales, structurées autour des principaux centres urbains. Au sein de cette communauté se constitue une sorte d’hiérarchie qui est à mettre en relation avec l’hiérarchie sociale traditionnelle et celle de la maîtrise du français écrit, clé de l’émancipation sociale du sourd. Plus on maîtrise l’écrit, plus on est émancipé, et plus on s’élève dans la société Sourde. Or, la Belle Epoque voit cette organisation ébranlée et on constate une évolution progressive vers la maîtrise du parler comme l’élément central de l’hiérarchie de la communauté.

Mais, dans le domaine historique, comment concilier les travaux portant sur la communauté sourde de la seconde moitié du XXe siècle avec un contexte spécifique de la Belle Epoque ? Ainsi, les critères de Wagley-Harris m’ont permis de pouvoir construire un début de réflexion et de méthodes pour analyser, avec les données disponibles, la situation des sourds de la Belle Epoque, et de comprendre au travers de leurs écrits, et de leurs argumentations. Le principal fil rouge de cette recherche est de comprendre les évolutions de la place de la langue des signes au sein de cette communauté, de comprendre comment elle est passé d’une langue vitale, précieuse en 1830 à un « ensemble de gestes » dénigrée en 1950 ?

4 – Les surprises de la recherche

Grâce à ce réseau d’informateurs, j’ai pu avoir accès à des archives inédites qui ont orienté ma réflexion dans la seconde partie de cette thèse a pu se faire, en ce qui concerne le travail et la vie au sein des familles. Je dois dire que j’ai commencé par ce que je connais : ma famille. Avec ce que je connais, j’ai pu établir des comparaisons et des évolutions durant le XXe siècle, ce qui fait que j’ai été grandement surpris quand j’ai analysé les données de la Statistique Générale de la France de 1901 et de 1911, où une grande majorité serait célibataire. Je regrette le manque de détail, au niveau des catégories d’âge du taux de célibat, mais, les chiffres présentés dans cette thèse a été ma plus grande surprise, ce qui a fait évoluer ma réflexion vers une nouvelle voie non prévue au départ.

Ces résultats m’ont grandement surpris, plus particulièrement sur trois points : la complexité des relations associatives où l’on remarque des liens sur plusieurs niveaux qui lient les protagonistes de premier rang. Ces relations complexes expliquent en grande partie les difficultés rencontrées par les militants sourds de la Belle Epoque à préserver leur langue. Et d’autre part, l’extrême minorité de cette « élite » instruite, mariée, et militante. La grande masse des sourds présente un visage assez différent. Cette conclusion m’est surprenante puisque justement, cette différence entre une « élite » et la grande masse ne semble pas se constater dans les travaux de Mottez et de Delaporte sur lesquels je m’appuie. Cela préfigure des transformations bien plus profondes à ce que je m’attendais. Je me suis ainsi attaché à analyser plus précisément les données de la Statistique Générale de la France, des registres associatives et les chiffres fournis par Henri Gaillard.

Cette recherche d’un genre différent par rapport à la première partie est beaucoup plus technique, et surtout complexe, puisqu’il a fallu d’abord trouver des équivalences sur le référentiel du travail, avec le choix de HISCO. J’avais dû revérifier plusieurs fois, puisque les résultats de ces recherches présentent une conclusion trop surprenante à mes yeux. Ce que j’avais cru n’est en fait un phénomène très récent. Il s’agit justement du mariage sourd. Etant issu d’une famille de sourds, ces conclusions expliquent en grande partie pourquoi il y a une grande différence entre la France et les Etats-Unis qui peuvent se taguer de disposer de 10 voire 11 générations de sourds (cf Harlan Lane), alors qu’en France, ce n’est pas le cas.

Le cas du mariage Sourd en est l’exemple le plus éclairant. Jusqu’à présent, on donne des dates du plus vieux mariage sourd connu, aux Etats-Unis, et en France, sans pour autant chercher plus en avant. Or, la différence entre les Etats-Unis et la France est flagrante puisque le mariage sourd semble être la norme dans ce pays, et non ici, ce qui n’a pas été compris. Ce biais se repose sur la différence sociale et culturelle entre les deux pays, et ce qui fait que les études américaines semblent ne pas fonctionner en France.

5 – De nouvelles perspectives

Nous arrivons à une époque où le Réveil Sourd semble s’achever. Les perspectives qu’ouvrent cette recherche semblent être importants dans la compréhension des origines du Réveil Sourd. En effet, de ce que l’on appel le Réveil Sourd est l’équivalent de la Renaissance dans l’Histoire classique, où les acquis de la Belle Epoque semblent renaître, et où le droit à la langue des signes revient au goût du jour.

Ce qui est intéressant, de mon point de vue, à la fois comme Sourd et comme historien, c’est qu’il y a une permanence des revendications des militants sourds, des espérances, des combats, des choix et surtout de l’attachement au noétomalalien, attachement visible dans les écrits actuels, comme ceux de Henri Gaillard, de Ferdinand Berthier, et même dans le texte de Pierre Desloges en 1779.

Cette durée, cette permanence dans l’attachement au noétomalalien est la principale caractéristique de la communauté sourde, et c’est en effet le fil rouge de ma recherche, où la question de sa transmission au sein des familles reste ouverte. Ainsi, la problématique de la place des enfants nés de parents sourds, plutôt rares à la Belle Epoque, et encore plus rarissimes dans le cas des enfants sourds, reste encore à approfondir, puisque justement, cette transmission semble se perpétuer au sein des familles entièrement sourdes, ce qui fait écarter la place des enfants entendants.

La difficulté de comprendre la place ambivalente des enfants entendants de parents sourds est illustrée avec le manque de corpus de recherches sur la question, non seulement en France, mais également aux Etats-Unis où les recherches historiques sur les EEPS sont à peu près inexistantes. Le fait que j’ai survolé cette question n’écarte en fait pas l’importance de s’y pencher ultérieurement.

Ce qui compte le plus dans cette recherche, c’est la difficulté de comprendre clairement la communauté sourde de la Belle Epoque, même en étant Sourd. Cette difficulté réside sur de nombreuses différence par rapport à la communauté que je connaisse. L’exemple du mariage sourd en est l’illustration, avec les données qui m’ont surpris sur le taux de célibat. Ces taux qui m’ont semblé excessifs à première vue contredisent le fait que j’aie vue et recueilli de mon enfance sur les anecdotes. Cela m’a donné une sorte de morale : que les témoignages peuvent également être trompeurs, plus particulièrement à Paris où la situation est spécifique par rapport à la Province.

Je dois avouer que mon regard a évolué, et dans mes déplacements en province, je constate qu’effectivement, il y a beaucoup plus de célibataires sourds parmi les personnes les plus âgées, ce qui indique un existence latente, un siècle plus tard de la communauté sourde de la Belle Epoque au XXIe siècle.

Il existe un autre élément qui mérite d’être approfondi lors des recherches ultérieures. Il s’agit de la question de l’emploi chez les Sourds. Les éléments cités permettent de comprendre dans sa globalité, mais, il ne permettent pas d’affiner les analyses au niveau départemental. En effet, les conclusions se reposent, comme vous l’avez constaté, sur peu d’éléments. J’ose espérer que les recherches ultérieures vont permettre de mieux comprendre la corrélation entre l’instruction et l’emploi chez les Sourds au cours de cette période.

Ce constat m’incite à voir, au travers des informations indirectes, des indices nouveaux, et non seulement au travers des écrits. Cette nouvelle réflexion ouvre de nouvelles voies dans la compréhension de l’invisible de la communauté sourde, et ainsi de le rendre visible.

6 – Conclusion 

Je reviens à la phrase de Halevy où il constate que la Grande guerre représente un obstacle où tout ce qui provient d’avant la guerre reste déformé par ce prisme. Je reprends cette phrase en l’inversant, en faisant remarquer que le congrès de Milan représente un prisme qui obscurcit la période postérieure, et en faisant focaliser sur la situation scolaire, et ainsi faisant ignorer les éléments qui prouvent la persistance du noétomalalien tout au long du XXe siècle, et des moyens employés par les membres de cette communauté pour continuer à utiliser cette langue, et à l’employer jusqu’au sein des écoles.

Ainsi, Milan représente certes pour moi comme une date fondamentale, où le noétomalalien n’a plus droit de cité, mais, il ne représente plus comme une sorte de guillotine, tranchant tout net. Il marque certes un jalon historique qui ouvre une période de transitions entre 1880 et 1930. La disparition des derniers sourds d’élite marque réellement le début des « âges sombres » que je nommerais plutôt  les « âges du déni » qui illustrent les années 1940-1970 avant de laisser la place au « Réveil Sourd ».

Cela demande ainsi une nouvelle redéfinition de la structure chronologique de l’histoire des Sourds, et ainsi, ouvre de nouvelles voies de la recherche historique des Sourds.


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *