La question de l’éducation des Sourds-aveugles, Marie Heurtin.

Marie et Marthe Heurtin (Années 1920 ?)

Marie et Marthe Heurtin (Années 1910 ?)

Le film Marie Heurtin, réalisé par Jean-Pierre Améris, met en scène l’histoire d’une jeune sourde-aveugle qui découvre le monde grâce à la langue des signes.

Sans faire d’éloge de ce film qui est déjà magnifique, l’intérêt historique de Marie Heurtin est de comprendre comment, dans une période difficile pour la communauté sourde, l’usage de la langue des signes permet aux sourds-aveugles de pouvoir accéder au monde, et au savoir.

En effet, Marie Heurtin naît le 13 avril 1885, et à sa naissance, l’éducation par le noétomalalien est bannie de la plupart des écoles de sourds. Celui de l’Institution Nationales des Sourds-Muets de Paris prend fin en mai 1886, avec la mise à la retraite d’office des derniers professeurs sourds, comme Ernest Dusuzeau.

Ce que l’on assiste dans les années 1890, c’est un décalage profond entre l’éducation des sourds, et celui des sourds-aveugles où de l’un, on insiste à tout prix l’éducation orale pure, et de l’autre, avec l’exemple de Marie Heurtin, on admet que l’éducation par la langue des signes est une clé essentielle dans l’émancipation intellectuelle des sourds-aveugles.

Deux mondes séparés

D’autre part, alors que l’éducation des sourds-aveugles se met en place lentement, dans la foulée de Marie Heurtin, dans l’école de Launay, la communauté sourde est en ébullition dans les années 1890-1910 avec les débats sur la place du noétomalalien dans l’éducation des enfants sourds.

N’étant pas un spécialiste de l’éducation des sourds-aveugles et de leur histoire à Larnay, je vais surtout m’interroge sur ce qui est frappant : l’absence de l’exemple de Larnay dans les écrits des militants sourds, et même des promoteurs de l’éducation oraliste. Cet absence ne signifie pas qu’ils ignoraient leur existence. Ce qui est probable, c’est la particularité du sourd-aveugle qui fait que les militants sourds ne savent pas comment les intégrer dans leur combat militant.

Cette incapacité de faire intégrer les sourds-aveugles dans la vie de la communauté sourde est un fait qui s’observe tout au long du XXe siècle, et encore de nos jours. La thèse de Sandrine Schwartz s’est intéressée sur cette absence de relation, et sur la question des méthodes de communication avec les sourds-aveugles.

D’autre part, on constate également une extrême rareté des recherches historiques concernant la vie des sourds-aveugles, y compris dans les citations. C’est pourquoi ce document est fortement précieux, puisque c’est un témoignage direct. Il s’agit d’un texte fait par la soeur de Marie Heurtin, Marthe, qui apporte un témoignage important sur la situation des sourds-aveugles du début du XXe siècle, ce texte est ici.

Ainsi, ce film apporte un complément essentiel sur la question historique, mais éclaire également sur un fait historique oublié, occulté par la situation particulière d’Helen Keller.

On voit, avec ce film, que la recherche historique doit concerner tous les domaines, y compris les plus particuliers, afin de comprendre la société française dans son ensemble. Et d’ailleurs, on voit avec l’exemple de Marie Heurtin, que le bannissement de la langue des signes est loin d’être intégral, qu’il existe des situations particulières qui font exception à la règle.

Pour plus d’informations sur la surdi-cécité, ce billet dispose des informations complémentaires intéressantes !


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *