Le découpage temporel en Histoire des Sourds

Avec « Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?« , le médiéviste Jacques Le Goff, récemment décédé le 1er avril 2014, s’est interrogé sur la pertinence du découpage historique traditionnel. Il se demande si ce découpage doit-il être préservé ou rediscuté afin de mieux rendre en compte la variabilité des jalons temporels.

En médiéviste, il s’interroge sur le choix de la date du début de la Renaissance, et donc, se demande s’il ne vaut mieux pas la placer en 1789, date à laquelle le système monarchique, construit au début du Moyen-Age, prend véritablement fin. Je ne vais pas discuter de l’opportunité de placer tel ou tel jalon temporel avec un fameux médiéviste. Cependant, sa réflexion m’amène à regarder sur mon domaine de spécialisation : l’histoire des Sourds.

Ainsi, dans cette optique, quels bornes temporels opter pour structurer, ou « découper », l’Histoire ? Cette problématique, qui peut sembler banal au premier abord, amène son lot de réflexions et de débats qui risque d’agiter le petit monde des historiens des Sourds. En effet, traditionnellement, deux dates-charnières sont communément admises : la rencontre entre l’abbé de l’Epée et les sœurs sourdes, et le congrès de Milan.

La Rencontre

Plaque de la Rencontre, Statue de l'abbé de l'Epée, cour d'honneur à l'INJS de Paris

Plaque de la Rencontre, Statue de l’abbé de l’Epée, cour d’honneur à l’INJS de Paris 

Dans quasiment tous les ouvrages spécialisé sur la question de l’éducation ou de l’histoire des sourds, omettre de mentionner la fameuse rencontre entre l’abbé de l’Epée et les sœurs sourdes équivaut à ignorer la découverte de Christophe Colomb du continent américain !

Ainsi, en ce qui concerne cette fameuse rencontre, laissons s’exprimer Ferdinand Berthier, l’un de ceux qui ont fait connaître l’histoire :

« Ce fut vers l’année 1753, suivant toutes les probabilités, qu’une affaire de peu d’importance amena l’abbé de l’Epée dans une maison de la rue des Fossés-St-Victor, qui faisait face à celle des frères de la doctrine chrétienne. La maîtresse du logis étant absente, on l’introduisit dans une pièce où se tenaient ses deux filles, soeurs jumelles, le regard attentivement fixé sur leurs travaux d’aiguille. En attentant le retour de leur mère, il voulut leur adresser quelques paroles; mais quel fut son étonnement de ne recevoir d’elles aucune réponse ! Il eut beau élever la voix à plusieurs reprises, s’approcher d’elles avec douceur, tout fut inutile. A quelle cause attribuer ce silence opiniâtre ? Le bon ecclésiastique s’y perdait. Enfin la mère arrive. Le vénérable visiteur est au fait de tout. LEs deux pauvres enfants sont sourdes-muettes. Elle viennent de perdre leur maître, le vénérable R. P. Vanin ou Fanin, prêtre de la doctrine chrétienne de St-Julien-des-Ménétriers, à Paris. Il avait entrepris charitablement leur éducation au moyen d’estampes  […] A partir de ce jour, il remplira auprès de ces infortunées la place que le père Vanin laisse vide. »1

Cet extrait se rapproche le plus de ce que l’on qualifierait d’une légende fondatrice de l’éducation des Sourds. Ainsi, la rencontre représente une date charnière, où la « Préhistoire Sourde » entre enfin dans « l’Histoire Sourde », où l’on assiste à un commencement d’un regard sur une communauté qui se retrouve désormais à la lumière, et non plus dans l’ombre, jusqu’alors.

Cette date, dont des études tendent à déterminer dans l’année 1759-1760, représente effectivement une révolution, où désormais, les Sourds issus des milieux les plus modestes peuvent enfin accéder à l’éducation, et ainsi espérer de sortir de leur condition sociale. L’abbé de l’Epée apporte une révolution dans le système éducatif, en permettant à la gratuité de l’éducation, basée sur la langue des signes (ou le noétomalalien). La vraie révolution, c’est ainsi la gratuité éducative des enfants sourds, mais, ce que l’on retient davantage de cette rencontre, c’est l’emploi du noétomalalien dans l’éducation comme s’il n’y a jamais eu de tentatives auparavant… Ainsi, cette borne temporelle devient plus comme un mur temporel, apportant une vision dualiste de l’Histoire, centré sur 1759 : avant, il n’y avait rien, et après, tout est là !

Par conséquent, on assiste à un grand nombre de recherches historiques commençant sur 1760, et très rarement sur les périodes antérieures, tout d’abord, faute d’archives disponibles. Mais, le choix de cette date occulte justement de tout un processus qui a commencé au Moyen-Age avec la règle monastique de Saint-Benoît qui impose le silence à leurs moines. De cette obligation émerge tout un système gestuel basé sur des signes. Ce système gestuel, à différencier avec le noétomalalien qui est une langue à part entière, a conduit à un développement d’une classe consacrée à l’éducation des enfants sourds, certes issus des milieux fortunés, dont la seule connue est celle du moine sourd Etienne de Fay, de l’abbaye de Saint-Jean des Prémontrés.

Ainsi, il y a peu d’études, pour ne pas dire aucune, sur ce processus qui a conduit à l’adoption de l’abbé de l’Epée, non pas des Signes monastiques, mais du noétomalalien parisien dans l’éducation des enfants sourds des milieux défavorisés. Par conséquent, et c’est ce que semble s’interroger Le Goff, la date occulte tout un processus de transition, et qu’elle est un choix abritaire qui risque justement d’apporter une vision biaisée de l’Histoire.

Le Congrès de Milan

Sac de Rome 410 Par JN_Sylvestre  1847-1926

Sac de Rome 410
Par JN_Sylvestre
1847-1926

L’autre date-jalon de l’Histoire des Sourds est celui du Congrès de Milan, organisé les 7-8-9 septembre 1880. Cette date représente pour les Historiens des sourds du monde, mais aussi pour toutes les communautés sourdes comme une date à marquer d’un noir de deuil, celui de la mort de l’éducation par la langue des signes. En effet, Milan représente un moment où la langue des signes représente le passé, et la méthode orale, l’avenir où il est fortement préconisé de tout faire pour empêcher le sourd de gesticuler.

Par conséquent, son adoption marque la fin d’une période, que certains nomment l’Age d’Or. Ainsi, pour la plupart des Sourds, après-Milan représente une période sombre, de déclins, d’oubli, à l’image des Temps Barbares qui ont suivi la chute de Rome.

La Sac de Rome de 410, c’est l’équivalent de ce que les Sourds considérent le Congrès de Milan. En effet, pour la plupart des militants, et certains historiens, il s’agit tout simplement d’une attaque barbare, sacageant les magnifiques réalisations de la civilisation noétomalalienne. Néanmoins, ce que l’on oublie, c’est que le Sac de 410 ne marque pas la mort de l’Empire Romain qui a continué à exister encore 86 ans, en Europe de l’Ouest, et plus de 1000 ans, dans de ce que l’on nomme ultérieurement l’Empire Byzantin.

C’est exactement la même chose, avec l’Histoire des sourds. Milan représente certes un choc, mais, à l’époque, les effets se sont longuement ressentir, plus durement qu’au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, avec la disparition de la dernière génération éduquée selon « l’ancienne méthode »; soit autour de 80-90 ans après Milan. Ce que l’on a oublié, c’est qu’il y a tout un processus de transition qui prend du temps, et dont les effets ne sont réellement ressentis que des dizaines d’années plus tard…

Le mythe de « l’Age d’Or Sourd »…

Ruines de Corinthe

Ruines de Corinthe

Idem, ici, où, entre 1760 et 1880, cette période représente un moment brillant, avec de magnifiques réalisations artistiques et culturelles. Il s’agit en fait d’un mythe développé dans les années 1970, où les premiers historiens étaient frappés par le décalage entre les écrits de cette période avec l’absence d’œuvres artistiques et littéraires de la période 1950-1970, comme si l’on compare entre l’art Romain avec celui des Temps Barbares. Là encore, le mythe de l’Age d’Or se repose sur les premières études et impressions qui se sont vues infirmées par des recherches ultérieures. Mais, le mythe est resté au sein de la communauté sourde, comme d’une période regrettée où l’éducation par la langue des signes était respectée, il s’agit plus d’une nostalgie d’une période révolue que d’un fait historique. Mais cet exemple démontre d’un effet à double tranchant d’un choix des dates, où, face à une méconnaissance de la période antérieure, la date constitue ainsi comme un mur, où il sera nécessaire de faire un travail de fond pour faire écrouler ce mur…

Une histoire nettement plus courte

La limite de cette réflexion est que l’histoire des Sourds, à l’heure actuelle, se concentre principalement sur une période de trois siècles, du XVIIIe au XXe siècles, ce qui est nettement court alors que la réflexion de Le Goff porte sur une dizaine de siècles, entre la « Chute » de Rome, en 496 et la fin de la monarchie en France, en 1792. Ainsi, on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable. Cependant, cette réflexion démontre que tout reste encore à faire, après 40 années de recherches historiques sur les sourds, comme celui de faire un aperçu général de ce domaine de recherches, d’une infinie diversité des situations historiques en fonction des pays, comme celui de la complexité d’une étude historique des Sourds en Allemagne qui n’a qu’une histoire que depuis 1870, et des histoires, avant cette date…

Conclusion

L’ouvrage de Le Goff démontre bien que les dates dépendent des interprétations et des consensus entre les chercheurs, mais également de la compréhension du grand public. L’exemple de la Rencontre et du Congrès de Milan démontre que dans le cas d’une méconnaissance, on risque d’être au devant de l’équivalent d’un regard des « Temps Barbares » au lieu d’une étude détaillée.
Par conséquent, la nécessité d’un travail global, mettant en scène les différentes perspectives sur l’histoire des Sourds est nécessaire pour mettre fin à l’impression d’être au devant des escalier, sans marches de transition. Par conséquent, étant donné de la jeunesse de la recherche historique sur les Sourds, et de la diversité des situations selon les pays, une discussion claire sur les jalons temporels s’avère nécessaire afin de permettre à une analyse plus fine des bornes temporels au lieu de l’actuel découpage qui laisse peu de place à des périodes de transitions.

———

1 Ferdinand Berthier, L’abbé de l’Epée, Paris, 1852, pp 20-21


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *