Le paradoxe de l’Oralisme…

Ce billet se concentre sur ce qui est l’un des plus grands paradoxes de l’éducation orale des enfants sourds. Loin d’être une charge contre ce qui est considéré par les militants sourds la source des difficultés sociales et éducatives des enfants sourds des XXe et XXIe siècle, je m’intéresse à ce qui a motivé les partisans d’une éducation orale à bannir la langue des signes, alors qu’elle a prouvé de son succès.

Or, sans aller dans le domaine philosophique ou des débats méthodologiques, deux éléments sont assez frappants, puisqu’ils étaient partis sur des intentions « d’aider » les sourds, et que ces éléments ont, au contraire, aggravé leur exclusion sociale : le téléphone et le cinéma parlant.

Bell et le téléphone

Le téléphone, l’une des plus incroyables inventions que le XIXe siècle a procurés, a facilité les échanges, et surtout accéléré la circulation des informations, car Internet s’est justement basé sur cette technologie !

Antonion Meucci (Source : Wikipedia)

Antonio Meucci (Source : Wikipedia)

En principe, la paternité de cette invention doit être attribuée à l’italien Antonio Meucci(1808-1889) qui s’est vu dévancer par Alexander Graham Bell (1847-1922), son cadet de 39 ans, dans le dépôt du brevet d’invention. Mais, c’est surtout l’intention première de Bell qui est surprenante. En effet, il escomptait l’utiliser pour parler à distance à son épouse sourde Mabel Gardiner Hubbard (1857-1923), dont le père sera le premier président de la compagnie téléphonique Bell.

La famille Bell (Source : wikipedia)

La famille Bell (Source : wikipedia)

En effet, partisan d’une éducation orale, et surtout influencé par les principes éducatifs de son père, Alexander Melville Bell (1819-1905), qui a lui-même également épousé une sourde, Alexander Graham escompte utiliser la technologie afin de faciliter l’éducation orale et ainsi discuter à distance avec sa femme, sans avoir recours aux gestes qu’il honnit.

Mais, l’application pratique semble être malaisé, et par conséquent, après quelques réflexions dont je ne vais pas exposer ici, on assiste à une évolution fulgurante du téléphone entre 1890 et 1920 où cette technologie devient rapidement incontournable.

Mais, il y a toujours un grand mais…

Les sourds se sont trouvés en butte face à un grand mur, quand les administrations adoptent de plus en plus cette technologie comme moyen principal de contact, de rendez-vous ou d’échanges. Dès les années 1950, on assiste à une généralisation de l’usage du téléphone, et de ses avatars : interphone, hauts-parleurs, radios…

Le son devient le principal moyen de communication au cours du XXe siècle, alors que l’écrit l’est au XIXe siècle. Face à cette généralisation du son, le sourd n’a plus aucun moyen de garder prise sur son parcours, et ainsi de faire les démarches lui-même. De plus en plus, le téléphone est exigé pour ces démarches. Par conséquent, le sourd est forcé d’avoir recours à un tiers, le plus souvent un proche de famille, pour faire ces démarches, et là, la notion de la vie privé disparaît pour les personnes sourdes, plus particulièrement quand il est question des affaires médicales.

Ainsi, le fil électrique qui véhicule le code du son, et de sa généralisation a fait complexifier la vie du sourd au quotidien. Quel sourd n’a pas été confronté à l’interphone, et ainsi, de ne pouvoir répondre à celui qui y parle ?

Bref, à vouloir appeler un sourd à distance, Bell a entraîné un mouvement inverse, et l’a exclu de la vie sociale, intention qu’il n’avait pas voulu.

Néanmoins, il faut savoir que la fortune qu’il a amassée grâce au brevet du téléphone lui a permis de financer les campagnes de la promotion pour l’éducation orale, mais également pour l’interdiction du mariage entre sourds, et de l’extinction du Noétomalalien,aux Etats-Unis. Il a également initié la notion de la stérilisation des sourds, afin d’empêcher le développement d’une Race sourde, source de ses cauchemars nocturnes.

Le court-métrage anglais est assez intéressant, il éclaire la vision de Bell sur les sourds : « Confession« . Ainsi, à force de vouloir faire du Sourd, un être comme les autres et donc, à de ne pas vouloir reconnaître sa spécificité, Bell a entraîné sa stigmatisation au cours du XXe siècle, dont le fait extrême a été la stérilisation des sourds issus de familles sourdes, en Allemagne, durant le IIIe Reich, mais également aux Etats-Unis, en Scandinavie, de l’interdiction du mariage entre Sourds en Finlande jusqu’aux années 1970…

D’autre part, l’idée de véhiculer le son à distance donne une certaine idée : faire du cinéma parlant.

Ainsi, comment synchroniser le son à l’image, ce qui est assez difficile. La solution technologique s’est généralisée qu’au cours des années 1920 et là s’ouvre une nouvelle période pour le cinéma, mais également pour la communauté sourde.

Le cinéma parlant, inaccessible pour les sourds…

Or, l’une des origines du cinéma parlant semblerait, d’après ce chapitre d’un ouvrage intéressant, édité par CNRS Editions, éclaire sur le processus qui a conduit à l’introduction du cinéma parlant. A l’origine, ce serait pour tenter de faire apprendre la parole aux enfants sourds, à l’aide de la technologie. Ce chapitre l’explique mieux que moi, mais, ce que l’on en tire, c’est que l’arrivée du son au cinéma a entrainé l’exclusion de nombreux comédiens sourds, de l’Hollywood puisque leurs pantomimes sont devenus inutiles. Il faut savoir que Charlie Chaplin s’est lié d’amitié avec un peintre sourd, Granville Redmond, plus connu pour ses oeuvres impressionnistes où il a été le premier peintre américain à l’adopter. Or, Granville est également comédien dans nombre de films de Charlot, et d’après les historiens, Charlie Chaplin connaîtrait l’Américan Sign Language (ou je dirais le Noétomalalien américain !)

Granville Redmond et Charlie Chaplin (source : http://www.granvilleredmondgallery.com/)

Granville Redmond et Charlie Chaplin (source : http://www.granvilleredmondgallery.com/)

Par conséquent, cette présence des comédiens sourds s’est fracassée face aux exigences du cinéma parlant, comme nombre de comédiens peu doué dans le contrôle de la voix…

Ainsi, avec le cinéma parlant disparaît l’une des distractions accessibles aux sourds. Le cinéma muet met les sourds et les entendants sur le pied d’égalité, avec l’image des comédiens bougeants, et des textes explicatifs qui s’y affichent. Or, avec le parlant, plus rien n’est accessible… C’est seulement par les sous-titres que c’est possible. MAIS, encore un mais…

C’est seulement avec les films étrangers, que l’on sous-titre volontiers, pas les films français, ce qui fait entrainer une « divorce » entre la communauté sourde et le cinéma français qui ne sous-titre pas ses films. (Seulement depuis deux ans, voire cinq, que c’est certains films le sont, au cinéma…)

Par la suite, tout au long du XXe siècle, les films deviennent tout simplement des images mouvantes, avec des lèvres qui bougent, mais dont le contenu ne passe pas…

De là, on assiste à une double exclusion sociale et culturelle des sourds par la technologie du son… alors qu’ils étaient à l’origine destinés à faire l’inverse…

Conclusion

Par conséquent, voyant s’accentuer ce phénomène d’exclusion, les spécialistes de la surdité se sont mis en tête d’ajouter d’autres technologies afin de faire entrer les sourds dans la société : appareils auditifs, implants cochléaires, afin de permettre aux sourds de pouvoir téléphoner et de pouvoir suivre les discussions à la télévision…

Or, qu’en est-ils concrètement ?

L’exclusion sociale des sourds reste toujours présente, mais, avec le retour de l’écrit, grâce aux SMS et l’email, cet exclusion devient moins forte. Le minitel, (dont j’ai fait un billet ici) et l’Internet qui accordent la priorité à l’écrit, apportent un contre-tendance, en encourageant l’écrit et la lecture. Et là, on remarque que les sourds se sentent moins exclus, et reprennent cette technologie à leur profit, avec les vidéos youtube noétomalaliées… Mais, ceci est une autre histoire !

Pour terminer, voici un film de Veditz qui est très prophétique : The préservation of the sign language

George Veditz (source : http://www.nad.org/news/2013/8/veditz-day-august-13th-2013)

George Veditz (source : http://www.nad.org/news/2013/8/veditz-day-august-13th-2013)

(Le film)

La traduction écrite, en anglais : http://www.rid.org/UserFiles/File/pdfs/veditz.pdf

La traduction (via google, et qui demande à être corrigée et améliorée) en français : https://www.facebook.com/notes/yann-cantin/traduction-du-discours-de-veditz-traduit-par-google-a-corriger-quand-jaurai-le-t/10201714833006689

Cet extrait est l’une des plus intéressantes qui soit, et qui est la conclusion de ce long billet (la traduction en français est de moi) :

« Aussi longtemps que nous avons le peuple sourd sur la Terre, nous aurons toujours les signes. Et aussi longtemps que nous aurons nos films, nous pourrons préserver les signes dans sa pureté originelle. Ceci est mon espoir sur le fait que nous aimerons tous et préserverons notre belle langue des signes comme le plus beau cadeau que Dieu a fait au peuple sourd. »

« As long as we have deaf people on earth, we will have signs. And as long as we have our films, we can preserve signs in their old purity. It is my hope that we will all love and guard our beautiful sign language as the noblest gift God has given to deaf people. » 


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Le paradoxe de l’Oralisme… »

  1. ortéga

    préservons la langue des signes et qu’elle soit en option dans toutes les écoles, lycées, université, centres de formation, entreprises, lieux touristiques et culturels, hôpitaux, armée… etc dans chaque pays et que l’enfant et adulte sourd, malentendant soit intégré dans tout ce qui lui aussi réservé comme pour tout le peuple et que ses habitants puissent aimer la langue des signes pour communiquer avec lui et alors ce sera le plus beau cadeau que Dieu a fait d’avoir créé l’homme et la femme dans le plus beau paradis sur terre et d’un jardin où l’on sentira les plus merveilleux parfums de la nature qui nous offre généreusement ses bienfaits……. je le dédie à ma Fille SHANA la paix entre tous les peuples et à tous les enfants et adultes y compris moi aussi malentendante et aux personnes les plus précieuses à mon coeur…….

    Répondre
  2. TOUCHAIS

    C’est d’un régal que je lis les billets de Yann CANTIN avec un recul d’historien qui redonne à l’histoire des Sourds sa véracité. J’ajouterai que c’est l’oeil d’un Sourd historien qui s’exprime ici. Je ne peux que louer ses compétences et mon respect à son égard.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *