Ferdinand Berthier, le « Napoléon des sourds-muets »

peint par Cyprien Briot, 1853 (collection INJS - tous droits réservés)

Portrait de Ferdinand Berthier, de Cyprien Briot, 1853 (collection INJS – tous droits réservés)

A l’occasion de l’inauguration du musée de l’histoire et de la culture des sourds de Louhans ce 9 mars 2013, je vous propose de revenir un peu sur Ferdinand Berthier, cet infatigable défenseur de la langue des signes et de l’égalité civile des sourds au XIXe siècle.

Mais qui est Ferdinand Berthier ? Il est né à Louhans en 1803 et il est mort à Paris en 1886, cela tout le monde le sait. Il est élève à l’Institution des sourds-muets de Paris en 1811 ; il y  devient moniteur en 1818, puis répétiteur en 1824, et enfin professeur en 1829, en même temps qu’Alphonse Lenoir, cela tout le monde le sait aussi. Il a rédigé de nombreux ouvrages sur l’histoire des sourds, sur la langue des signes, sur l’abbé de l’Épée et sur d’autres personnalités, cela encore c’est très connu. Il a fondé le comité des sourds-muets en 1834, la Société centrale des sourds-muets de Paris en 1838 (qu’il a renommée Société universelle des sourds-muets en 1867 et dont l’actuelle Amicale des anciens élèves de l’Institut national de jeunes sourds de Paris est l’héritière) et la Société centrale d’éducation et d’assistance pour les sourds-muets en France en 1850, cela est également déjà su.

Mais sait-on que c’est Ferdinand Berthier qui a le plus contribué à diffuser la légende de l’abbé de l’Épée, légende que l’on répète encore de nos jours ? Ce n’est pas lui qui l’a inventée, puisque certains de ses aspects, comme la rencontre de l’abbé de l’Épée avec les jumelles par hasard un jour de pluie, sont relatés par d’autres avant lui, mais c’est lui qui l’a renforcée, propagée et encouragée tout au long du XIXe siècle. A tel point qu’aujourd’hui encore lorsqu’on lit dans un dictionnaire généraliste une courte biographie de l’abbé de l’Épée, on y lit presque mot pour mot ce que Berthier en a écrit.

Tout commence lorsqu’Alphonse Lenoir et lui-même sont écartés des enseignements de l’Institution en 1832, à la suite de la réforme que le conseil d’administration et le directeur nouvellement nommé à cet effet, Désiré Ordinaire, souhaitent promulguer. Cette réforme comporte plusieurs volets, mais, pour les professeurs sourds, son aspect le plus marquant est la tentative d’imposition de cours de parole à tous les élèves. Comme Berthier et Lenoir ne peuvent pas dispenser de cours de parole, ils ne sont plus autorisés à enseigner au même titre que les autres professeurs (leur salaire est donc inférieur à celui des professeurs entendants). La réforme est finalement abandonnée en 1836, mais cette expérience pousse Berthier à agir.

Il décide de fédérer les sourds entre eux autour de la figure de l’abbé de l’Épée dans ce qu’il appelle, le plus souvent, la « famille » des sourds-muets, et dans le but de convaincre les entendants décisionnaires de ce début de XIXe siècle que la méthode d’enseignement par la langue des signes est la seule qui permette aux sourds d’être les égaux des entendants. L’abbé de l’Épée était très célèbre au XVIIIe siècle, et l’Institution des sourds-muets de Paris est issue de son école. Mais au début du XIXe siècle, il n’est plus si connu. Fort habilement, Berthier décide d’utiliser son image pour porter ses propres revendications linguistiques et pédagogiques.

A la faveur du souffle nouveau apporté par la révolution de juillet 1830, en 1834 il créé le comité des sourds-muets, composé de onze membres tous sourds, dans le but d’organiser des banquets en l’honneur de l’abbé de l’Épée. Par la suite, tous les ans, le comité, puis la Société centrale des sourds-muets de Paris à partir de 1838, célèbrent l’anniversaire de la naissance de l’abbé de l’Épée. Et tous les ans, aidé de ses collègues sourds et de son ami entendant Eugène Garay, dit Eugène de Monglave (1796-1873), homme de lettres, journaliste et républicain aux nombreuses relations littéraires ou politiques (Eugène Sue, Benjamin Constant, Victor Hugo, Chateaubriand, Ledru-Rollin, Lamartine, Victor Considerant… tous invités aux banquets grâce à lui), Ferdinand Berthier cisèle et propage la légende de l’abbé de l’Épée.

Quelques exemples : en 1838, il convainc le musée historique de la ville de Versailles d’exposer un portrait de l’abbé de l’Épée ; en 1841, il fait ériger un monument en honneur de l’abbé de l’Épée dans l’église Saint-Roch où il a retrouvé en 1838 son tombeau en ruine ; en 1840, il rédige Les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée1; en 1843, il fait ériger une statue de l’abbé de l’Épée à Versailles ; en 1844, il fait apposer une statue de l’abbé de l’Épée sur la façade de l’Hôtel de Ville de Paris (statue probablement détruite lors de l’incendie de 1871) ; en 1847, il obtient que la rue des Deux-Églises qui jouxte l’Institution de Paris soit renommée « rue de l’abbé de l’Epée » ; en 1852, il rédige L’abbé de l’Épée, sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès, avec l’historique des monuments élevés à sa mémoire à Paris et à Versailles ; orné de son portrait gravé en taille douce, d’un facsimilé de son écriture, du dessin de son tombeau dans l’église Saint-Roch à Paris, et de celui de sa statue à Versailles2, etc.

Par son énergie, Ferdinand Berthier a gagné l’estime de ses contemporains sourds et entendants (en 1849, il reçoit la Légion d’honneur, demandée par ses collègues sourds, des mains du président de la Deuxième République) et son surnom de « Napoléon des sourds-muets ». Par son action, Ferdinand Berthier a probablement contribué à faire reculer l’adoption par le gouvernement français d’une réforme pédagogique d’envergure en faveur de la parole. S’il n’a pas pu empêcher l’adoption de cette réforme orale en 1880, il a tout de même permis à la langue des signes de perdurer dans les associations de sourds et donc de renaître publiquement depuis les années 1970. L’inauguration du musée de Louhans est l’occasion de lui rendre hommage.

 

Florence Encrevé

—–

1 Ferdinand Berthier, Les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840, 90 p.

2  Ferdinand Berthier, L’abbé de l’Épée, sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès, avec l’historique des monuments élevés à sa mémoire à Paris et à Versailles ; orné de son portrait gravé en taille douce, d’un facsimilé de son écriture, du dessin de son tombeau dans l’église Saint-Roch à Paris, et de celui de sa statue à Versailles, Paris, Michel Levy frères, 1852, 413 p. Pour une bibliographie plus détaillée des ouvrages de Ferdinand Berthier, cf. le site de la bibliothèque René-Bernard de l’Institut national de jeunes sourds de Paris : http://injs.bibli.fr/opac/index.php?css=riate&lvl=search_result


Encrevé Florence

Docteur en histoire.

More Posts

5 réflexions au sujet de « Ferdinand Berthier, le « Napoléon des sourds-muets » »

  1. Ping : Extract from the 18th edition of the Encyclopedia of the 19th Century – Deaf Mute- Translator’s Introduction | A Long Experience

  2. Brizard

    Merci Florence pour le texte avec des précisions concernant les travaux de F. Berthier sur l’Abbé de l’Epée..très intéressant.
    Cependant je me pose une question sur ce portrait, n’est ce celui de Cyprien Briot, dessiné par Ferdinand Berthier ? si c’est le cas contraire, c’est très étonnant car il ne ressemble pas du tout à F. Berthier..merci par avance pour la confirmation. Caroline

    Répondre
    1. Encrevé Florence Auteur de l’article

      Merci Caroline. Le portrait est bien celui de Ferdinand Berthier. Il est encore peu connu, car il n’a été retrouvé que très récemment à l’INJS de Paris (au début de cette année) ; et il a bien été identifié comme celui de F. Berthier. Le tableau original est plus large que la partie que j’ai mis ici : on voit bien sa légion d’honneur sur sa veste (à gauche) et il est représenté tenant un papier roulé dans la main gauche, pour montrer que c’est un lettré. On voit aussi très bien ses yeux (bleus) et ses cheveux (blonds). Il devrait prochainement être accroché dans le hall Sicard de l’INJS de Paris. Comme il date de 1853, je pense qu’il a été peint d’après nature et donc que c’est le portrait le plus fidèle de Ferdinand Berthier jeune (il a alors 50 ans). Les autres portraits que l’on connaît de lui sont plus tardifs, on l’y voit alors beaucoup plus âgé.

      Répondre
      1. Caroline

        Merci beaucoup Florence pour la réponse. Malgré ces détails j’ai du mal à le reconnaître, ses sourcils, son nez ont bien changé..Je serai ravie de voir son tableau à St Jacques.Merci pour cette info en histoire:)

        Répondre
  3. cadario

    Dans un courrier à son ami Berthier (1803-1886), Professeur à l’Institut national des Sourds de Paris qui fut élu membre de la Société Des gens de Lettres, ce qui est exceptionnel pour un sourd,
    Victor Hugo écrivit : « Qu’importe la surdité de l’oreille, quand l’esprit entend ? La seule surdité, la vraie surdité, la surdité incurable, c’est celle de l’intelligence. »

    Vraiment trop beau « titre d’écrit par Victor Hugo »!
    Ca me touche l’émotion très fort pour Victor et Berthier

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *