Les Olympiades sourdes, les origines.

En ces temps des olympiades à Londres, dont des textes ayant un lien fusent. On ne va pas déroger à la « mode olympique ». Ainsi, on va expliquer les origines, et surtout le pourquoi les sourds ont leur propre olympiades depuis 1924.

En ce moment, en 2012, il existe une fédération olympique sourde, le Comité international du sport sourd, l’ICSD. Dans le site en question, il existe une page sur l’histoire des Olympiades sourdes dont les deux fondateurs ont été Eugène Rubens-Alcais, et Antoine Dresse, respectivement français et belge.

Ce qui est intéressant, c’est que ces deux personnes ont été des militants reconnus à leur époque, et ont énormément agi en faveur de leurs communautés sourdes respectives. On en arrive à la raison première de la naissance des Olympiades sourdes en 1924.

Origines

Le sport sourd s’est développé en France à partir des années 1890, avec en particulier le vélo. Patrice Gicquel a étudié les origines et le développement du sport cycliste sourd, dans son livre Un siècle de vélo au pays des sourds, où il explique clairement la fascination des sourds pour le vélo, en particulier à l’époque quand le permis de conduire leur a été interdit pour des raisons médicales (1911, début du permis de conduite jusqu’en 1959). Ainsi, le vélo représente une liberté de mouvement, mais également de réussite sociale, car les revenus, en particulier de la part des ouvriers sourds, étaient plutôt bas.

Les cyclistes sourds (Photo de l'auteur)

Liberté, car le vélo représente justement un symbole de rébellion vis-à-vis les obstacles sociales sur la capacité du sourd à être autonome. A cette époque, dans la première moitié du XXe siècle, de nombreux sourds se sont confrontés aux refus des parents quand ils souhaitaient investir dans un vélo. Les parents craignaient qu’ils ne puissent entendre les bruits, et donc des accidents.

Donc, le vélo représente la liberté vis-à-vis de la famille entendante, et de la réussite sociale, puisqu’il montre que le sourd a un métier permettant d’acheter ce vélo. Une première association de sportifs s’est constituée à la fin des années 1890. Cependant, cela va évoluer vers d’autres sports, plus particulièrement le football.

Les CSSMP (photo de l'auteur)

La naissance du Club Sportif des Sourds-Muets de Paris (CSSMP) en 1911 représente le second acte vers les Olympiades sourdes. Le CSSMP, à sa fondation était constituée des sourds parisiens, et de province. Mais, une scission s’est faite en 1915 avec l’Etoile Sportive des Sourds-Muets de Paris, quasiment constituée de provinciaux, lassés de l’attitude parisienne. Ajoutons que durant la Première Guerre Mondiale, de nombreux sourds de Province se sont installés à Paris, afin d’y trouver du travail, plus particulièrement dans l’aéronautique.

Dans le texte de la fondation du CSSMP, il est intéressant de faire remarquer une phrase : « Leur but est de procurer la joie de vivre aux jeunes déshérités de l’ouïe et de la parole, déclassés socialement par la pratique saine du sport en plein air. »

Le terme « déclassés » est assez fort, mais il montre une indication où les nouvelles générations éduquées selon la méthode préconisée par le Congrès de Milan, la méthode orale pure, semblaient avoir perdu pied dans la société de la Belle Epoque : isolement social, manque de compétences, absence d’autonomie etc…

Donc, il est intéressant de voir que les clubs sportifs ont été fondés avec deux objectifs : offrir des loisirs accessibles, et briser l’isolement social. Les fondateurs ont été aidés par la génération pré-milan qui s’est souciée de garder le contact avec les nouvelles générations, et donc, de transmettre la langue des signes, à une période où elle a été sévèrement bannie des écoles depuis 1880.

Avec le temps, les deux clubs se sont identifiés aux deux principales écoles de sourds : Asnières et Saint-jacques. Le CSSMP s’est assimilé à Asnières, plus vue comme un club d’ouvriers et de classes populaires, alors que l’ESSMP s’est fondue en Saint-Jacques, perçu comme un groupe de bourgeois.

Les ESSMP (photo de l'auteur)

La division, à l’origine géographique, s’est muée en une division sociale, pour la simple raison que d’autres clubs sportifs sourds se sont constitués en Province.

En 1924, à l’occasion des Olympiades à Paris, en 1924, les sourds, réunis autour de Rubens-Alcais (co-fondateur du CSSMP et ESSMP), et d’Antoine Dresse, organisent les Olympiades sourdes dans la même ville.

Eugène Rubens-Alcais (Source : ICDS)

 

Antoine Dresse (Source : ICDS)

Ces Olympiades étaient organisées avec peu de moyens. Les participants payaient de leur poches, et donc, ceux qui en avaient les moyens pouvaient donc participer. Seuls neuf pays étaient présents au stade Pershing, à Paris.

Pourquoi des olympiades séparés ?

On ne fera pas d’histoire des Olympiades sourdes ici. Mais d’essayer de comprendre pourquoi les Sourds ont choisi d’avoir leur propres Olympiades, quasiment un demi-siècle avant l’Handisport.

Tout d’abord, il faut comprendre la dimension culturelle du Sourd, non pas dans le sens de l’handicap, mais de la différence. Bien qu’ils se considèrent « infirmes », ou comme dirait un auteur sourd allemand, Albin-Marie Watzulik, au congrès de Genève : les « quatre-sens », ils se sentent différents par l’usage de la langue des signes. L’utilisation de cette langue leur procurent un sentiment de différence, mais surtout, le fait de se réunir entre eux leur permet de pouvoir sentir d’être eux-mêmes.

Et d’autre part, cela permet, aux sourd, d’avoir leurs champions olympiques, et donc de construire leurs histoires, à l’écart du monde entendant où l’accès est ardu. Cette volonté de se différencier ne signifie pas de se séparer des entendants, mais justement, de respirer un bon coup, d’être réellement eux-mêmes.

C’est pourquoi beaucoup de sourds ne se reconnaissent pas en l’Handisport, puisqu’il manque justement la dimension culturelle. Et ceci a conduit, depuis une dizaine d’années à des débats et des polémiques sur la question du patrimoine sportif sourd, et de sa place ou « non-place » dans l’handisport.

Conclusion

Ce court texte n’a pas la prétention d’apporter des explications complètes. Mais, il est clair qu’il y a la nécessité de comprendre pourquoi les Sourds, avec un grand S, ont toujours eu la volonté de constituer leurs événements à eux (festivals, olympiades, banquets…), parce qu’ils souhaitent montrer leur différence, et par conséquent d’être visibles.

Les Olympiades sourds semblent être le premier jalon d’échanges internationales entre les sourds. Mais, il a été en fait la conséquence du déclin intellectuel des communautés consécutive à l’interdiction de la langue des signes dans les écoles. Ce déclin a entraîné l’obsolecence des Congrès internationaux de sourds-muets qui se réunissaient depuis 1889, afin de débattre du sort des communauté sourdes.

Le déclin des Congrès a donc entraîné l’ouverture d’une nouvelle voie de transmission et d’échanges : les rencontres sportives, où la langue des signes a pu continuer à être transmise.

Le dévoppement des Olympiades sourdes coincide avec la disparition des éléments les plus instruits de la communauté. Le sport représente donc une nouvelle voie, à une période où le militantisme sourd entrait dans sa phase de déclin profond, jusqu’aux années 1970 où les nouveaux militants sourds venaient pour la plupart du sport sourd justement, où ils avaient appris le fonctionnement associatif, et où ils avaient découvert la situation des communautés sourdes des autres pays et plus particulièrement des Etats-Unis.

Mais, ceci est une autre histoire !

 

Bibliographie indicative :

Patrice Gicquel, Un siècle de vélo au pays des sourds, L’Harmattan, Paris, 2002, 252 pages.

Didier Séguillon  – « Du langage des Signes à l’apprentissage de la parole ou l’échec d’une réforme »,Staps 2/2002 (no 58), p. 21-34.
URL : www.cairn.info/revue-staps-2002-2-page-21.htm.

–   De la gysmatique amorosienne au sport silencieux : le corps du jeune sourd entre orthopédie et intégration ou l’histoire d’une éducation ‘à corps et à cri’, 1822-1837, thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, Université Bordeaux II, 1998.

Quelques informations en ligne complémentaires : 

http://websourd.nnx.com/gestes/public_html/article.php3?id_article=32

http://sentendre1880.blogspot.fr/2007/02/limportance-du-sport-dans-la-vie-dune.html

http://www.rubens-alcais.org/histoire/fssf/accueil_fssf.htm

 


Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, et scénariste d'une BD historique : "Les Témoins Silencieux".

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Les Olympiades sourdes, les origines. »

  1. Ping : Les Olympiades sourdes, les origines. | La Noétomalalie Historique | Accessibilité Tourisme | Scoop.it

  2. Ping : Les Olympiades sourdes, les origines. | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *